Nov
21
Rapport de la défenseure des enfants

La défenseure des enfants vient de déposer son rapport 2008, axé sur les enfants au coeur des séparations parentales conflictuelles.

C'est un ouvrage remarquable, que vous trouverez ci-dessous à télécharger.

Voici également le communiqué de presse y afférent.


20 novembre 2008 : journée internationale des droits de l'enfant. La Défenseure des enfants remet ses rapports annuels au Président de la République et au Parlement

Paris, le 20 novembre 2008

A l'occasion de la journée internationale des droits de l'enfant du 20 novembre 2008, la Défenseure des enfants, Dominique VERSINI, remet au Président de la République et au Parlement ses rapports annuels d'activité 2008.

1758 réclamations ont été traitées par les services de la Défenseure des enfants, elles concernent 2423 enfants.

Cette année encore, deux questions de société émergent nettement des réclamations reçues :

* les mineurs étrangers isolés ou en famille constituent 15% des saisines, leurs situations complexes mettent en évidence de véritables atteintes aux droits des enfants. Un rapport spécifique a été réalisé suite à un déplacement à Mayotte sur les enfants vivant dans cette collectivité d'outremer qui montre de nombreuses atteintes aux droits fondamentaux des enfants.

* les difficultés liées au maintien des liens entre parents et enfants représentent 45% des réclamations (exercice des droits d'un parent, contestation de mesures éducatives ou de placement).

Depuis 30 ans, les évolutions sociétales montrent un changement profond des configurations familiales : aujourd'hui, la moitié des naissances ont lieu hors mariage et un enfant sur quatre ne vit pas avec ses deux parents.

Quels que soient les modes d'union, les séparations des parents augmentent :

* En 2006, 139.147 divorces ont été enregistrés (contre 115.000 de 1991 à 2002)

* 48 % des divorces incluant des enfants mineurs sont contentieux et 15 % d'entre eux sont très conflictuels

* Le contentieux familial concerne 360 000 affaires soit 65% de l'activité des Tribunaux de grande instance

Malgré les efforts du législateur pour pacifier le divorce et reconnaître une égalité de droits entre les parents, de nombreuses séparations de parents, mariés ou non, demeurent conflictuelles et pèsent lourdement sur l'équilibre de l'enfant.

La loi du 4 mars 2002 relative à l'autorité parentale a marqué un tournant en affirmant l'importance de la coparentalité dans l'intérêt de l'enfant : l'autorité parentale conjointe doit être exercée par tous les parents, quelle que soit leur situation matrimoniale et elle concerne tous les enfants quelle que soit leur filiation.

Qu'ils soient mariés, pacsés, concubins ou séparés les parents exercent en commun l'autorité parentale sur l'ensemble des situations de la vie de l'enfant : sa résidence, sa protection, sa sécurité, sa santé, sa moralité, son éducation, sa pension alimentaire, etc. L'accord des deux parents est nécessaire pour tous les actes graves (importants) concernant sa santé, sa scolarité, sa religion, sa vie sociale...

De plus, les parents doivent associer l'enfant aux décisions qui le concernent selon son âge et son degré de maturité.

Les réclamations adressées à la Défenseure des enfants, ses nombreux déplacements et échanges auprès de professionnels de terrain, des spécialistes du droit et des acteurs de la santé mettent en évidence les difficultés pratiques de la coparentalité après les séparations.

Il a été constaté une méconnaissance des modalités de l'exercice de l'autorité parentale conjointe et des droits de l'enfant, source d'incompréhensions, de tensions et de conflits. Le maintien des liens de l'enfant avec ses deux parents séparés est le conflit le plus fréquent et contribue à perturber la vie de l'enfant et son équilibre psychique. Certains conflits peuvent atteindre des paroxysmes et entraîner de multiples procédures civiles et pénales pendant de nombreuses années.

Il a été constaté également une méconnaissance par les parents et un faible recours par les juges aux affaires familiales de la médiation familiale qui est le meilleur moyen pour aider les couples à élaborer un accord sur les différents points relatifs à l'exercice de la coparentalité.

Afin de mieux préserver l'intérêt de l'enfant dans les séparations parentales conflictuelles, la Défenseure des enfants présente 30 recommandations dans le rapport qu'elle remet au Président de la République et au Parlement :

* Informer systématiquement les parents sur l'exercice de l'autorité parentale conjointe et sur les droits de l'enfant aux différentes étapes de la vie de famille (dans le livret de famille, le carnet de santé, le livret de paternité...) ; créer un portail Internet grand public et former les professionnels aux principes de la coparentalité.

* Inscrire dans la loi un dispositif complet de médiation familiale dès la première requête relative au divorce ou à l'exercice de l'autorité parentale afin d'inciter les parents à élaborer ensemble des accords parentaux ce qui limiterait le nombre de procédures judiciaires. Une campagne de communication auprès du public comme des professionnels s'avère indispensable.

* Renforcer le droit de l'enfant d'entretenir des relations personnelles avec chacun de ses parents, en l'inscrivant clairement dans le code civil. De même, consacrer le droit de l'enfant à entretenir des relations personnelles avec certains tiers (beaux-parents, fratrie ...) qui ont partagé sa vie et avec lesquels il a noué des liens affectifs forts, ainsi que cela a été proposé dans le rapport de la Défenseure des enfants en 2006.

* Rendre obligatoire pour le juge de recevoir tous les enfants capables de discernement pour les informer de leur droit à être entendu. Réunir une conférence de consensus pour déterminer les critères du discernement qui font l'objet de pratiques trop différentes d'une juridiction à une autre.

* Adapter l'organisation judiciaire à la complexité des configurations familiales en créant des Pôles enfance-famille au sein de chaque TGI. Faire des juges aux affaires familiales des juges spécialisés bénéficiant d'une formation spécifique et de moyens adaptés. Créer des postes de psychologues intégrés à ce Pôle. Développer des formations adaptées pour les professionnels de la justice en contact avec l'enfant.

Commentaires

Nom: 
jean louis guimberteau
Site: 
http://www.lodd.fr

Un rapport de plus qui occulte les enfants victimes du divorce devenus adultes comme si tout ces drames familiaux cessaient à l'âge fatidique de 18 ans.

Le devenir une fois adulten'en est pas pour autant un océan de tranquillité,certains parents devenus grangs-parents et qui ont failli à leurs devois passés ont tout loisir d'utiliser l'article 371-4 afin de nuire à l'enfant devenu adulte et parent à son tour,dans la mesure où celui-ci n'agirait pas à leur guise.

De plus l'article 918 dans sa conception actuelle facilite un parent à deshériter en totalité un enfant légitime au profit d'un autre enfant de la famille recomposée par le biais d'une vente viager fictive.

Notre problême est qu'aux yeux de certains de nos parents nous sommes avant tout l'enfant de l'autre.

Nom: 
alexia
Site: 
http://

comme c'est parlant pour moi cette expression :

"l'enfant de l'autre"

vous n'imaginez pas mon désespoir quand j'ai dû me résigner à penser le beau "couple parental" sous cet angle, l'enfant de l'autre...même si c'est avec moi qu'il vit , cet enfant.

Mr Quimberteau , c'est bien de désespoir qu'il s'agit ,ancré dans un déshéritage émotionnel de toute une vie et de celles de nos parents , de nos grands-parents et de nos ancêtres.

adieu les repères que je croyais inébranlables.Il n'y a pas plus de couple parental pour mon enfant que de médiation pour ses parents.C'est bel et bien mort.Je suis maintenant rodée au discours ambiant sur l'autorité parentale conjointe ,l'interet supérieur de l'enfant ,les droits de celui-ci ,le syndrôme d'aliénation parentale ,etc...etc... Mais ce que je comprends c'est que peu de personnes sont prêtes à entendre cette forme du désespoir "l'enfant de l'autre" est une pandémie sournoise .

j'avoue que faire defiler les enfants capables de discernement devant les juges alors que par ailleurs, on nous dit qu'on ne devrait aller devant un juge que si litige me semble fumeux. ce n'est pas aux magistrats de délivrer cette info extremement delicate. je pense qu'il serait plus simple que dans les prochains cours d'instuction civique on apprenne aux ecoliers qu'ils ont le droit d'accès au juge, il suffit de le demander et d'avoir quelque chose à dire

Nom: 
Attention
Site: 
http://

on ressent souvent ce décalage entre le discours officiel et la "vie de tous les jours"....une forme de politiquement correct qui se veut ignorer non seulement la diversité d'être famille ou parents, mais aussi la complexité des situations.

Le couple parental doit survivre au couple conjugal

Belle formule, intellectuellement lumineuse mais quid sur le terrain lorsque des hommes et des femmes n'ont jamais formé de couple conjugal ou si peu que pas ?

Lorsque les couples se séparent suite à des conflits irreductibles qui durent déjà depuis des années ?

Il est peu banal d'exiger de gens qui ne peuvent plus "se voir en peinture" de coopérer comme si de rien n'était pour les enfants !

Autorité parentale conjointe :

la formule est belle, décidée universelle comme "meilleur intérêt de l'enfant" ! Mais est-ce toujours souhaitable et dans le meilleur intérêt de l'enfant ?

La pratique fait la preuve que non !

Renforcer le DROIT de l'enfant d'entretenir des relations personnelles avec chacun de ses parents.

Et lorsqu'un des parents refuse d'entretenir ces relations

ou lorsque ces relations nuisent à l'enfant, ou lorsque l'enfant refuse ces relations, où est son DROIT ?

Consacrer le DROIT de l'enfant à entretenir des relations personnelles avec des tiers qui ont partagé sa vie

Là....ce sera interessant de voir la suite ...

à voir le nombre de décompositions-recompositions !!!

Bref ! cessons les hypocrisies et parlons plutôt de droits à l'enfant que de droit de l'enfant !

Les avocats vont avoir du pain sur la planche ! et, mais on n'en est pas à une contradiction près, on facilite toujours plus les divorces.

Nom: 
tylane
Site: 
http://

...je devais passer en conciliation tout à l'heure mais ça a été repoussé à l'année prochaine...

mon ex réclame le droit à l'autorité parentale conjointe alors qu'il n'a jamais été là ;

mon fils a 10ans aujourd'hui et ma fille 9ans ,je les ai élevées seule,avec ma mère et maintenant mon conjoint avec qui j'ai un enfant.

mes enfants ne veulent pas le voir :où sont leurs droits dans cette affaire?

droit de visite et d'hébergement alors qu'il est lui même hébergé....

je ne crois plus à la justice...

Nom: 
fanfan
Site: 
http://

et un de plus!

toujours aussi prompts à nous en pondre , des rapports , des audits , des accréditations , et tout le bataclan ...

Pour nous dire quoi au bout du compte?

Que les carottes sont cuites...bien entendu!

et qu'au vu des dits rapports on va faire table rase des dispositifs trop coûteux de notre santé publique et y mettre des miettes appelées pompeusement "médiateurs"...

Mais bon...leur faut bien du pain et des jeux à ces braves!

Nom: 
fanfan
Site: 
http://

c'est comme dans le jeu télé de l'époque , cling! un coup de sonnette et on a gagné ...

Un coup de rapport et c'est torché ,plus besoin de faire appel aux équipes de pédopsychiatrie publique pour soigner les enfants du mal-divorce , un pédopsychiatre contre un médiateur familial formé au rabais ça fait pas l'poids!

S'il est bien une question qu'on ne pose plus dans ce jeu télé (médiation , dites-vous?) c'est celle de la santé publique , vous comptez en faire quoi de vos familles en or quand elles auront joué à la télé?

La médiation , ça ne dure qu'un temps ,et le retour du refoulé politique ça dure longtemps...ils reviendront consulter les équipes de pédopsychiatrie...dans 5 ans?

Nom: 
Anne
Site: 
http://

Derniere minute: mon futur ex voulais "prendre" et "avoir" notre fille pour les fetes et vacances apres plus d'un an d'abandon et absence.

La petite ne veux rien savoir, et meme mon avocat me dit qu'elle est oblige. Obligee une gamine de 6 ans?

Meme pas un appel pendant un an? l'avoir faire sortir de son pays pour venir en France? meme pas appeller pour son anniversaire ou quand je lui informais que la petite etait a l;hopital?

Ce rapport parle de la maturite de l'enfant aussi. Ma fille fait des cauchemars en pensant que son pere vienne.

La pedopsychiatre ne racommende pas que la petite revoit son pere pour le moment, mais, elle a peur de parler avec lui car il est violent, et cela ce sont question de loi.

Mon Dieu, chez nous c'est beaucoup plus simple: celui qui abandonne la famille doit meriter le droit de pere ou mere. ON doit gagner le privilege d'etre parent dans des cas comme le mien (je ne parle pas des cas d'alienation parentale). J;ai tout essaye pour que le pere vienne voir la petite, mais il n;a meme donne des signes de vie pour autoriser deux operations que la petite doit subir , et elle attend encore....

Mais les juges vont ecouter ca??

Il ne donne pas son vraie adresse, ni son telephone.

Pour ce qui concerne la grande mere, elle a meme ecrit des choses horribles sur ma fille, et elle la discrimine pour la couleur de sa peau. Elle merite revoir la petite? Quand le meme pere avant de trouver la jeune polonaise avait decide de ne plus laisser notre fille pres de sa grande mere paternelle??

Plus ca avance, plus j'apprecie mon pays, ou malgre tous les problemes les enfants sont respectes, la famille comme institution aussi, et abandon, adultere,violence et vol entre mari et femme sont des fautes graves

Ici, j'ai trouve toujours information que m'a beaucoup aide.

Maintenant, je demande, peut un pere ne pas donner ses vraies coordonnees??

Peut mon enfants refuser d'aller avec lui si cela la detruit encore plus au point perjudiciale pour sa sante?

Nom: 
tylane
Site: 
http://

courage Anne

et bonnes fêtes !

Nom: 
ibtissam
Site: 
http://

je connais une amie qui est divorcée mais le probléme c quelle a un enfant avec lui. je veux juste faire la paix entre eux mais je c pas comment faire svp si vous avez une idee à ce probléme contactez moi sur mon msn . titam_t@hotmail.com

Nom: 
tylane
Site: 
http://

je passe tout à l'heure......

Nom: 
anna
Site: 
http://

mon fils est passe devant le juge pour enfant en aout 2007 pour expliquer son mal-etre depuis qu'il est oblige de vivre en garde alterne .il a aujourd'hui 16 ans il a ete "entendu" par le juge mais pas ecouté . voila le probleme:la juge a suspendu cette garde alterne mais il ne peux pas le faire definitivement.il faut que le jaf reprenne le dossier et celui ci n'est pas obliger de lire le rapport etabli par le jpe m'as t'on dit.il est ou le droit de l'enfant?Doit'on etre étonné de voir autant de suicide ,d'alcoolisme ou de drogue chez les ados? j'ai carrement ecris au procureur pour lui expliquer mes peurs et l'instabilité de mon fils mais personne ne m'a repondu.j'ai saisi le jaf(avec mon avocat)et mon ex m'accuse de procedure abusive .comment faire pour sortir mon fils de la? 16 ans c'est l'age critique il est en train de bousiller ses etudes et personne ne m'ecoute et ne l'ecoute a lui .que faire ?je n'en peut plus et tpute la famille en souffre.

Nom: 
annonyme
Site: 
http://

franchement il disent les juges pour enfants !!!!!!! c'es pas eux qui vivent notre malheur ou celui de nos enfants ils disent les droits des enfants !!!!!!!!!!! quand il faut faire le bien de son enfant et que l'autre parent es la pour nous casser la gueule a travers l'enfant c'est pa les juges qui vont s'empresser de le remettre a sa place , il ordonne de faire tel et tel chose pour l'enfant mai en vrai c'est de la fouteze ils savent mm pas ce que vivent les meres ou les enfants

Nom: 
bor
Site: 
http://

bonjour,

en 2006 il m'a fallu partir avec mes enfants pour les et me protéger

mr péter complètement les plombs et la violence qui était jusque la morale et psychologique était a la limite de devenir physique

comme mr n'avait de cesse de me dire que si c'était a lui de partir ,par ma faute il vivrait sous les ponts (se servant du fait que mon père était sdf!!!) alors j'ai du quitter le domicile conjugal .

jusqu'a l'ordonnance de conciliation de avril 2009 mr n'a jamais voulu me donner un sou pour subvenir aux besoins des enfants(3).je suis passer par des périodes extremement difficiles financièrement voir limite expulsable,alors a ce moment la je n'ai d'autre choix que de prendre sur les livrets de mes 2 grands(je n'en suis vraiment pas fière si vous saviez!)j'ai de suite m'y en place un systeme de virement pour les rembourser par petite mensualités mais malgré tout aujourd'hui je n'ai pu les rembourser.lorsque je demandais a mr de bien vouloir prendre au moins un mois de cantine a sa charge il me répondait qu'il n'était pacresus et que de toute facon j'avais la caf et qu'il n'allait pas me rincer"tu l'as voulu cette sitution tu assumes"etant a ce moment la toujours plus ou moins sous son emprise je me disais qu'il avait raisonque si j'insistais ou faisait intervenir la jaf on serait deux a avoir des pb financier....;alors d'assistante sociale au conseil general il m'a fallu aller décrire ma situation a toutes les administrations....

j'en arrive a ma question:

aujourd'hui mr (autorité parentale conjointe )me demande les décomptes des enfants ce qui st normal, cependant aux vues de la situation peut il s'en servir pour dire que je suis une voleuse?est ce que cela peu me faire perdre la garde de mes enfants?

aidez moi je suis perdue et j'ai peur.....

j'ai juste chercher a faire au mieux a cet instant de ma vie pour ne pas faire patir mes enfants .....

merci de m'avoir lu

Nom: 
YARA
Site: 
http://

Alors, si j'étais vous :

Prenez l'argent que VOUS même avez mis sur les livrets des enfants (sont-ils majeurs?), mettez cet argent sur un compte à votre nom et gardez l'argent pour les besoins des enfants. (si les enfants sont mineurs, M. peut vider les comptes sans que vous ne puissiez ruien dire sauf à engager une procédure pour récupérer les sommes que VOUS même avez placées)

En ce qui concerne les ponctions entre 2006 et 2009 vous n'avez rien à vous reprocher : M. n'a pas fait face à ses résponsabilité et surtout vu ce que vous nous expliquez, vous avez utilisé cet argent pour les enfants, je ne vois pas ou est le pb. Cet argent a été placé par vous? non? pas gagné par les enfants?

Quant aux comptes que M. vous demande, envoyez le promener : s'il veut les relevés bancaires il peut les réclamer à la banque.

Vous avez eu une ONC en avril, vous n'avez plus aucun compte à rendre à M. ni même pour les enfants lorsuq'ils sont chez vous sous votre responsabilité. (sauf peut êter pour la scolarité ou les voyages, ce qui est normal mais pour les financez, c'est votre pb maintenant et pour la période avant l'ONC, vous n'avez encore une fois rien à vous reprocher :M. n'a pas participé ni à l'entertien de ses enfants ni même aux charges du ménage (ce qu'il aurait du faire jusqu'à l'ONC et quand bien meme vous ayez quitté le domicile conjugal)

Ne vous laissez pas marchez dessus, à ce que vous dites vous n'avez rien du voleuse et vous ne risquerez rien et surtout pas la perte de la garde de vos enfants.

Nom: 
BOR
Site: 
http://

MeS ENFANT SONT MINEURS.13 ans,12ans,et 7ans a ce jour.

l'argent venait pour la plupart de leur bapteme avec les 3/4 de leurs tante de mon coté,le reste de leurs anniversairs et noel.je tiens juste a rajouter que je sais exactement ce que je leur doit.

etant tres manipulateur ma plus grande source d'apprehension est qu'il me fasse passer pour voleuse aux yeux des enfants.pensez vous que je puisse leur expliqué a l'age qu'ils ont?

Nom: 
YARA
Site: 
http://

que s'il venait à les manipuler de la sorte, vou spourriez expliquer à vos enfants que leur papa ne vous a pas aidé pdt 3 ans et vous avez du prendre sur leur livret et que cet argent n'a servi que pour eux et pas du tout pour vous. Il sont encore jeunes pas la peine de s'étendre top.

Ne tardez pas à enlever l'argent : Monsieur peut TOUT enlever puisqu'il a l'autorité conjointe : la banque ne pourra pas s'y opposer.

Nom: 
anna
Site: 
http://

le père de mon fils a vider son livret et quand je m'en suis appercus il ne rstait que 200 euros dessus ,j'ai demanser a la banque de bloquer ce livret de facon a ce que mon fils puisse l'utiliser a ses 18 ans.il n'avait aucune excuse il s'en servait pour me payer la pension.et il travaillait et gagnait pas trop mal sa vie.j'ai ouvert un autre livret dans une autre banque et monsieur n'est tout simplement pas au courant.par contre ,j'avais a l'epoque des faits,autorité parentale exclusive et je n'ai pu rien faire quand meme.donc vous ne risquez rien mais je vous conseille tout de meme de ne pas mettre cet argent a votre nom ouvrez un autre livret et bloquez l'argent jusqu'a leur majorité et evitez de vous en servir car on sait jamais les lois changent vite et bizarrement tournent toujours a l'avantage des pères aussi tordus et violent soient'ils.bon courrage.

Nom: 
bor
Site: 
http://

merci de vos réponses cela fait deux nuits que je ne dors pas avec cette demande.....merci

Nom: 
YARA
Site: 
http://

avec vous anna

Si M; prend connaisance de l'autre livret, il pourra retirer l'argent sans que Bor puisse faire quoi que ce soit.

Je lui conseille donc de calculer ce qu'elle a mis elle, ou qui provient des versements de son côté, de retirer cette somme et de le mettre sur un compte à son nom quitte à ce qu'il ne serve QUE pour les enfants: un petit malin peut écrire à toutes les banques pour savoir si ces enfants ont des avoirs chez elles et les banques sont, théroiquement obligé de répondre et donc les vidanges sont très facile. Et encore une fois, pdt 3 ans M. n'a contribué ni au charge du mariage ni àl'entretien des enfants donc je pense que Bor peut considérer que l'argent des livrets à pallier cette carence.

Justepour info, nous parlons de quels montants? Parce qu'un livret c'et maxi 15000 EUR

Nom: 
pat
Site: 
http://

a la rupture je me suis désolidarisé du compte joint (ce qui le bloque) et j'ai retiré l'argent du compte de notre petite fille, pour le mettre de coté pour le lui restituer plus tard. Sa maman a bien entendu brodé sur ces faits pour convaincre notre fille de ma malhonneteté , ce qui lui va bien puisqu'elle avait elle même commencé a ponctionner lourdement mon compte perso, je n'avais aucune illusion sur le sort du compte joint et du compte de l'enfant en cas de maintiens en l'état

Nom: 
bor
Site: 
http://

un livret avait au départ 1795.50euros et l'autre 1250

je pense que je vais leur ouvrir une assurance vie chacun en mon nom avec pour seul beneficiaire chacun d'eux respectivement,comme ca meme si il demande aux banques il ne saura rien .

ai je le droit de ne rien lui dire?

Nom: 
YARA
Site: 
http://

Depuis l'ONC vous n'avez plus aucun compte à lui rendre de ce que vous faites y compris ce que vous faites de votre argent etr même si c'estpour le senfants.

il esst pour vous maintenant, en relation comme votre voisin. Sauf pour la vie des enfants (scolarité, maladie,...)

Nom: 
YARA
Site: 
http://

les montants, vous pouvez vider les comtpes sans aucun soucis, sa part mise sur les livrets ne couvre meme pas les pensions qu'il aurait du vous verser pdt 3ans

Nom: 
anna
Site: 
http://

vous avez tout a fait le droit de bloquer les livret jusqu'a majorite et le père ne peut rien faire .mais votre idee d'assurance vie n'est pas mauvaise .pour les pensionS pendant trois ans ne pourriez vous pas les reclamer ? et aInsi remettre l'argent sur le livret des petits?yara doit savoir cela je pense

Nom: 
YARA
Site: 
http://

Si le livret est au nom des enfants, il est impossible de bloquer l'argent sans l'accord des 2 parents (sauf à ce qu'il y ait une nouvelle procédure bancaire que je ne connaisse pas). en effet, il ont l'autorité parentale CONJOINTE (et non pas 50/50) c'est à dire à un meme niveau d'égalité.

Quant à l'assurance vie, vosu n'êtes pas obligée d'en ouvrir autant que vos d'enfants, une seule suffit avec comme bénéficiares les 3 (1/3 du montant chacun)

Concernant les pensiosn: il n'y avai tpas d'ONC donc aucune obligation légale de la part du père

Nom: 
bor
Site: 
http://

mais cette nuit je me posais une question:

est ce que leur tantedu coté de leur père peut porter plainte contre moi sachant qu'elle a donné des chèques (qui avaient été déposés sur leur compte respectif) pour un montant de

70euros pour un ,40 euros pour un autre et 40 euros pour le dernier enfant

en tout cas merci pour votre aide

pour l'assurance vie yara je pense que je vais suivre ton idée

Nom: 
bor
Site: 
http://

juste rajouter que de sa poche a lui il n'a jamais mis un centimes de sa poche tout leur provenais des anniversaires noel baptemes et moi

Nom: 
YARA
Site: 
http://

tout

Et arrêtez de vous prendre la tête, allez lancer une procédure pour maxi 70EUR c'est du délire. Surout que encore une fois vous n'aurez aucun mal à prouver que cett argent à été utilisé pour les enfants et non pas pour vous enrichir personnellement

il me semble que vos devriez relativiser et essayer de prendre du recul.

Nom: 
bor
Site: 
http://

désolée je vous ai tutoyé ....

relativisez oui mais il m'a tellement fait de coups tordus pour après mentir d'un aplomb immensurable(meme devant la jaf!!!qui l'a cru de surcroit)qu'aujourd'hui je tente d'assurer mes arrières d'autant que mes enfants sont tres tres mals depuis la garde alterné mais vu le chantage qu'il leur fait il n'en parle a personne sauf a moi quand ils reviennent.alors je passe le message a l'as en aed,mais comme ils ont peur de dire vu le chantage de leur père(entre autre qu'il pourrait se suicider...,faut pas dire sinon j'aurai des problemes,etc...)il ne lui dise rien a elle et moi je passe pour non conciliante,un soupcon folle .alors elle reconnait que les enfants sont tres mal mais tout est de ma faute ,biensur,Mr est si parfait!!!il m'a fallu 10ans pour comprendre dans quelle vie j'étais,elle en deux entrevue elle sait tout! aujourd'hui je tente de m'en sortir et de sortir les enfants de ce cycle infernal qu'est la violence sychologique etablie par un manipulateur pervers....dur dur

alors oui souvent je relativise mais j'ai aussi appris a chercher comment il pouvait m'atteindre selon les elements qui lui arrivent en main.

voila pourquoi mon petit stress du moment.....

Nom: 
anna
Site: 
http://

je vis axactement la meme chose avec un père qui fait du chantage a son fils(suicide aussi) et qui est pervers narcissique et mon fils qui ne supporte plus la GA et qui ne veut pas en parler car il a peur du chantage de son père .et bien je vous comprends de vous mefier car moi aussi j'ai eu droit a tout les mauvais coup et le dernier c'est que mon fils a demender a arreter la GA et comme c'est moi qui est pris l' avocat et pas mon fils(il en a le droit mais il a peur de son père) et bien je me retrouve avec 800 euros de dommage et interet a payer au père (alors que je viens de deboursser 3000euros pour payer une ecole a mon fils )parce que sois disant j'ai fait une demande a busive.c'est une honte la justice pourtant mon fils a ete entendu par le juge des enfant qui avait suspendu cette GA car mon fils ne la supportait pas.il a ete vu par un medecin qui l'a trouve depressif et pour un ados ça fait peur.he bien non je juge a tout les droit et les pères pervers aussi alors attention vous devriez prendre u bon avocat pour pas avoir de mauvaises surprise .je vous comprends de tout mon coeur si vous saviez ,ca fait 4 ans que je vis ce cauchemar et j'ai pas fini .bon courage

Nom: 
bor
Site: 
http://

alors là j'espere que je n'aurai pas en plus a lui payer des dommages et interets car ma fille de 12 ans a aussi demandé une avocate et pareil elle ne veut pas que son père (soit au courant.avant cela elle avait fait une lettre a la jaf dans l'enceinte du college) car elle a completement craqué lorsqu'elle a appris la mise en place de la ga apres l'onc.cette lettre expose tout ce qu'elle ressent et comment est son père a huis clos(precisant autre ses mensonge et ses chantage...)

mais là pas de nouvelles de la jaf simplement"je transmets cette lettre a l'aide sociale a l'enfance"facile de se décharger pour la jaf.

vous voyez suite a une enquete sociale faite par le conseil général ,car j'avais été voir une assistante sociale pour dire que lorsqu'il les avait le week end(avant l'onc pendant 2ans)les enfants n'entendait que des insultes a mon egard ,sur mes amis,ma famille qui plus est est la leur aussi,ils revenaient tres perturbés,et bien une aed nous a été mis en place car reconnaissance du danger mais mr tres tres malin a senti le vent venir depuis il est parfait a qui ne le connait pas ,a se demander pourquoi j'ai osé le quitté.....assistante sociale ED est dans sa poche....je vous dit pas en dehors des rencontre avec celle ci comme mr se sent fort...et si j'ai le malheur de faire qqchose dans le sens inverse de mr je passe pour celle qui veut faire la guerre:entre autr juste il y a qq jours.mr prends rdv chez le medecin pour la petite de 7 ans car elle est allergique et a fait une crise chez lui suite a avoir manger des chips(elle est allergique a l'arachide!!!!il le sait...)et pose ce rdv en plein milieu de mes congés (il sait que je pars,lui n'est pas parti....)alors j'appelle le medecin pour un rdv avancé et bien l'AS.dit qu'elle va avertir le Juge pour Enfant car je ne fais aucun effort pour s'entendre sur le suivi medical!!!!!

et ce n'est qu'une petite anecdote parmi tant d'autre;mais ça+ça+ça c'est tres tres difficile .aujourd'hui je ne cherche plus a convaincre qu'il est pn,je cherche a ne plus etre touché par ses menaces,ou ses entourloupes et me préparé au prochain coup....plus l'amabilité est grande plus le coup est dur!!!!

courage aussi a toi anna,et merci m'avoir répondu

Nom: 
YARA
Site: 
http://

Pour le coup du médecin, rappelez à l'AS que vous êtes assez adulte pour prendre vos RDV vous meme et que M. manifestement pas capable d'assumer puisqu'il pose RDV sur votre tps et donc qu'il se décharge sur vous !!!! (il faut tjs essayer de retourner la situation à son avantage et c'est parfois plus facile qu'on en le pense)

Nom: 
Ttopazze
Site: 
http://

Tout cela n'est que mots sur du papier.

On a beau se battre, les lois sont vides quand à l'exécution d'un jugement.

Le parent gardien principal qui ne respecte pas un jugement ne risque absolument rien. Aucune exécution forcée : ça c'est la règle.

Alors à quoi servent ces jugements ? Cela sert à donner bonne conscience à ceux qui les éditent.

Et pire encore si les parents ne sont pas résidents d'un même pays.

Ce qui est scandaleux dans tout cela, c'est que ce sont les enfants qui paient le prix fort.

Nom: 
pat
Site: 
http://

Ttopazze vous avez raison sur l'impossibilité de faire executer un jugement sauf sur un point: le paiement des pensions.

Le reste demeure théorique jusqu'au prochain jugement qui peut tenir compte des écarts constatés précédemment. Mais on retombe ensuite sur le probleme de l'execution de la nouvelle décision.....cercle vicieux

Nom: 
YARA972
Site: 
http://

et ce n'est pas à ceux qui les "editent" comme vous le dites qui doivent le faire appliquer... cqfd

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA