Feb
17
Statut du beau-parent

C'est une question récurrente, la place des beaux-parents dans les familles recomposées mais aussi lors des séparations de celles-ci.

La chose est loin d'être simple car le beau-parent s'ajoute au parent dans un agenda d'enfant déjà parfois très complexe à gérer.

Mais le nombre d'enfants concernés non seulement par les familles recomposées mais aussi par les séparations de ces familles ne cesse d'augmenter.

Comme le relate le journal Le Monde ICI, "Vendredi dernier, le président Nicolas Sarkozy a annoncé le dépôt au Parlement, d'ici à fin mars, d'un projet de loi sur un "statut du beau-parent". "Je souhaite reconnaître ces liens particuliers par la création d'un statut de beau-parent, et plus largement, des tiers qui vivent au domicile d'enfants dont ils ne sont pas les parents", ..."

Cette annonce sous-entend un statut du beau-parent au sens le plus large en ce compris l'homoparentalité.

Commentaires

Nom: 
YARA972
Site: 
http://

facilitera certainement la vie de certain(e) qui s'occupe de leur beaux-enfants comme de leur propres enfants.

Mais je sens que certain(e) vont hérisser du poil que la nouvelle puisse s'occuper de leur enfant. et cela augure de sapré joute déjà sur ce blog.

Moi, je ne sais pas trop quoi en penser, pour mon cas personnel, cela me ferait vraiment ch... d'avoir des obligations envers mes beaux-fils compte tenu de leur rapport et propos envers moi. (parce qui dit statut dit devoirs et obligations)

par contre ma fille considère son beau-père et sa belle-mère comme faisant intégralement partie de sa vie.

Nom: 
Pia33
Site: 
http://

Je pense qu'il y a un souci au niveau de ce projet de loi, c'est de confondre beaux-parents, nouveaux conjoints de l'un des parents et parents non-adoptant dans le cas d'un couple homosexuel. Autant la création d'un statut me semble indispensable dans le 2ème cas, autant il ne l'est pas dans le premier cas.

Je suis belle-mère de 2 enfants en résidence alternée depuis maintenant 7 ans, je n'ai jamais rencontré de soucis particulier à la "gestion" quotidienne de mes beaux-enfants... Ni avec l'école, ni chez les medecins... Il m'est arrivé de signer de mon propre nom des autorisations de sortie pour l'ainé en notant "pour le père" sans que cela pose de problème avec l'école.

En revanche j'estime ne pas avoir à prendre part aux décisions importantes comme l'orientation scolaire, le choix de l'école etc. Ce n'est pas ma place, ils ont leurs parents.

Si mon mari venait à décéder je demanderai probablement un DVH non pas en mon nom mais au nom de mon fils, leur "demi"-frère...

Nom: 
el pigeon
Site: 
http://

Plus la famille explose et plus le droit de la famille explose lui aussi ! mais c'est une explosion prometteuse car génértrice de beaucoup de procédures à venir .

On commence à voir passer les premiers procés de grand-parents exigeant leur DVH sur des petits enfants ....

La socièté incapable de protéger la famille dans ce qu'elle peut avoir de bon ( n'oublions pas ces autres cotés) fait passer le glaive du droit un partout au milieux et créé toujours plus de droit dans son incapacité à rappeler chacun à ses devoirs ....

A quand les droits du voisin et les contrats d'amitié ? ( loi des parties bien sur ).

Brassens , vous avez dit BRassens : "les braves gens n'aiment pas que ..." et "ne gravons pas nos noms au bas d'un parchemin ".

A quand les droits de l'homo-beau-parent par l'éprouvette gauche ( puisqu'on vous dit qu'un beau procés peut toujours tout arranger ! ).

Nom: 
jean louis guimberteau
Site: 
http://www.lodd.fr

Les enfants victimes des divorces difficiles une fois devenus adultes à leur tour risquent plus que tout autre à cause de ce statut du beau parent être impliqués à leur dépens au travers de leurs propres enfants, certains beaux parents n' hésiterons pas à revendiquer un droit de visite et d ' hébergement ( article 371-4 ) sur les " beaux petits enfants " étant confortés par ce statut à les considérer comme tels, en conséquence ce statut réduira encore plus leurs droits au bénéfice de beaux parents qui ont parfois par le passé contribué à bafouer leurs relations envers le parent exclu, le plus souvent le père et la famille paternelle.

Je ne vois pas en quoi il est indispensable que les beaux parents qui ont choisi librement leur destin seraient encouragé à nuire plus longtemps encore au vraies et seules victimes du divorce les enfants de tout âge.

Il est à déplorer également que dans toutes les commissions mises en place pour discuter des projets concernant au plus au point les enfants du divorce ceux-ci ne sont jamais représentés dans les débats.

Sont invités pour donner leurs avis et défendre leurs intérêts, les mères, les pères, les grands parents, les élus, les magistrats, les spécialistes de tout ordre, maintenant les beaux parents, etc...mais jamais les enfants qui ont pour un grand nombre d' entre eux largement dépassé l' âge de la majorité et qui pourraient apporter un avis éclairé empreint de vécu.

Je vous invite à consulter le site www.lodd.fr qui démontre toutes les lacunes de la législation actuelle qui risque s' aggraver avec un statut qui va au détriment des enfants et de leur avenir.

Un enfant victime du divorce et de la séparation de ses parents depuis plus d' un demi-siècle.

Nom: 
alexia
Site: 
http://

sont les deux mamelles des réformes du Droit de la famille,et c'est normal sur un sujet comme la parentalité,même si l'objectif est le meme pour tous ,celui du sacro-saint "interêt de l'enfant"

on ne peut plus faire "comme si" ,il va bien falloir s'y faire ,la pluriparentalité qu'elle qu'en soit la perspective,fait partie de notre société.Mais le vrai débat n'est pas de savoir si ce statut du beau-parent est fait contre les pères ou pour simplifier les demandes des familles homoparentales ,le vrai débat est qu'avant de faire des statuts il aurait fallu se poser un peu et réfléchir sur la diversité et la complexité du sujet ,dans le domaine de la pluriparentalité les situations sont tellement différentes selon l'histoire singulière de chaque famille qu'il me semble impossible , voir dangereux de légiférer sur le sujet sans souplesse , le statut du beau-parent je suis pour , mais au cas par cas!

la situation légale actuelle ne saurait perdurer, il faut donc la modifier mais en faisant attention à ne pas trop multiplier les droits des uns et des autres car cela finira sinon par écraser l'enfant, il faut savoir raison garder et se contenter de donner des droits quand nécessaire et des options dans les autres cas...

Nom: 
alexia
Site: 
http://

@el pigeon a (encore une fois ) raison sur le point de l'explosion prometteuse de procédures à venir avec le statut de beau-parents, il est bien question d'homologuer des "conventions de partage de l'éducation parentale par le juge aux affaires familiales",conventions signées et validées par les deux parents concernant le domaine d'intervention du beau-parent...cf mme la defenseur des enfants...

J'imagine tout à fait que ces conventions se feront en médiation? qu'en pense Maître Lopez-Eychenie ?

Nom: 
el pigeon
Site: 
http://

alexia vous me tentez de filer la métaphore avec un titre pareil vu ce que coute la procédure ...

Bon je m'éclipse j'ai une réunion de copropri....euh de coparentalité pour les enfants Dupont-dubois-de la rivière avec des décisions conernant le lot puis derrière certaines spécifiques au enfant 1 , 4 et 7 .

Heureusement la loi de 2033 modifiant la loi "coparentalité des droit ssur l'enfant à quantifier et partager" de 2015 , a bien simplifié les problème de blocage dans les coparentalités pour les décisions relatves à la vie courante de l'enfant . Surtout depuis que son thérapeuthe à le droit de vote double et le collectif des aidants-soignants la majorité de blocage.

Mon avocat n'a pu venir ce soir mais j'ai pu lui faxer le sujet de mémoire de l'ainé .

C'est moins simple avec le cadet : il a des grands-parents suissse pays qui n'a pas signé la convention européenne de validité croisée des réglements de coparentalité.

Ce soir les enfants .... ah ouais ceux qu'ont pas fugué mangent des surgelés.

Mais je plaisante, je plaisante , Notre Omniprésident et Diorisimma avant son départ vont nous pondre une SUPER loi bien rédigéee et simple à appliquer.

J'en suis sur mes excuses pour ce persiflage donc.

c'est l'objet du billet d'hier sur mon blog dont je reparlerai de façon plus précise quant à l'organisation envisagée

ou comment faut il légiférer sur le sujet.

la loi actuelle prevoit des dispositions spécifiques quant aux droits des tiers en la matière : les grands parents peuvent solliciter un DVH, les tiers de confiance, peuvent se voir consentir une délégation d'autorité parentale lorsque l'un des parents est défaillant.

le beau parent n'a effectivement pas de place prévue, sauf s'il est considéré comme tiers de confiance, quand un parent est défaillant, mais rien de plus précis.

dans certains cas, le vide du droit est contraire à l'éintéret de l'enfant, dans d'autres pas du tout;

tout est question de cas d'espèce, et la loi devra laisser un maximum d'appréciation au Juge sur le sujet, car il est impossible de définir une place type.

attendons de voir la rédaction du projet...

Nom: 
seleo
Site: 
http://

en gros ça sera encore la "loterie" selon sur quel juge on tombe !

Pile on gagne, face on perd !

Car en effet il est probable que la loi ne précisera rien et que tout ce mic-mac sera à l'appréaciation du juge.

Mais je ne suis pas sûre que cette disposition soit de nature à rassurer les parents-DVH, déjà exclus de la vie de leur enfant par des juges qui leur refusent résidénce alternée et même DVH élargi au non de l'intérêt de l'enfant... et du désaccord de la mère !

Car cette loi ne concerne que les personnes ayant "résidé" avec l'enfant, le foyer du parent-DVH est encore une fois relégué au 2nd plan.

On va se retrouver avec des beaux-pères qui auront plus de droits que les pères.

Des hommes qui auront plus de droits envers les enfants de leur compagne qu'envers leurs propres enfants, élevés par leur ex-femme et un autre homme !

Finalement ça ne fait que légimiter ce qui existe déjà : le partage de l'autorité parentale est une vaste fumisterie, le seul parent qui décide pour l'enfant est celui qui en a la résidence, la mère dans 90 ou 95% des cas.

Il faut croire que ça ne suffisait pas de ne pas appliquer l'esprit de la loi de 2002 et de continuer à refuser aux pères un vrai rôle parental.

Maintenant on veut reconnaitre aux "valeureux" beaux-pères ce qu'on refuse aux pères.

En voilà une belle conception de la "nouvelle famille" ! On évince le père et hop on le remplace par le beau-père, quel progrès !

Cette loi est sans doute utile pour les couples lesbiens ou dans le cas où un parent a totalement disparu de la vie de son enfant, pour compléter la loi actuelle.

Dans tous les autres cas (qui sont une large majorité !), ça sera une nouvelle source de conflits !

On a vu ce que ça donnait avec les droits des grand-parents, procès sur procès pour obtenir DVH sur leurs petits-enfants.

A quand les droits de la voisine ou de la boulangère ? Après tout eux aussi voient les enfants tous les jours, ça serait honteux qu'ils en soient subitement privés si les parents déménagent par exemple !

En tout cas ça va faire du boulot pour les avocats et les juges, les tribunaux n'ont pas fini d'être engorgés.

Nom: 
jenny
Site: 
http://

Il y a un risque ...Surtout lorsque la parole de l'enfant est mise en avant pour justifier la mise au second plan voire en quarantaine d'un de ses parents.

Très souvent, cette parole est le syptome d'un dysfonctionnement intergénérationnel.

C'est è dire que les grands parents jouent un rôle très actif pour installer l'aliénation contre leur ex gendre ou belle-fille, souvent aprês avoir été actifs dans la séparation...

Nom: 
el pigeon
Site: 
http://

Seleo a raison : il ne faut pas oublier les honnêts commerçants qui outre le préjudice affectif de la perte de lien avec l'enfant subiront une perte de chiffre d'affaire ( fini les achats de carambars et de roudoudous voire de pochette suprise taggée au dernier buzz du jour ).

Il faut donc déja penser à un droit de visite pour la boulangére, la crémière et le voisin raleur qui poursuivait les gamins de ses invectives dans l'escalier quand ils jouaient au ballon dans l'entrée !

Qu'on légifére vite, vite ! dans l'urgence en prime time et qu'une nouvelle loi encore plus mal rédigée vienne contredire la précédénte . L'important c'est la conférence de presse , la défenseur(E) des enfants fera un rapport la-dessus entre les deux lois .

Et puis compliquer la vie de 95 % pour arranger 0,5 % plus influents et méditiquement visibles c'est le pain quotidien de nos députés....

Tant qu'un enfant aura pas fugué avec une AK47 pour expliquer qu'il veut pas aller chez mamie dracula à Hazebrouck ou qu'un père se sera pas castré en direct sur TF1 pour expliquer que la parentalité ramené à un virement intebancaire ca fait pas lourd je crains un désintérêt médiatique.

Quoi ? appliquer les textes existants ? Diminuer la durée et le cout des procedures ? Prendre en compte la réalité economique des divorces? aucun intérêt ca fait pas d'audience.

L'esprit des lois en 2009 ca n'est plus un livre de Montesquieu mais un parfum , une fragrance ... au palais de justice de Bordeaux comme ailleuis.

ETAIT CE VRAIMENT UNE PRIORITE DE LA JUSTICE FAMILIALE, DE LA POLITIQUE FAMILIALE EN 2009 ?

Nom: 
Attention
Site: 
http://

Et si les "voyages forment la jeunesse", ils vont bientôt pouvoir rentrer à l'université à l'âge de l'entrée en sixieme !!!!!

Remarquons tout de même, que dans le même temps on affirme à cors et à cris que les enfants ont besoin de stabilité !!!

@ seleo

prétendre qu'aujourd'hui les juges refusent aux pères résidence alternée ou droits de visite élargi, relève tout simplement du slogan !

Toutes les études démontrent le contraire et dans tous les pays occidentaux.

La grande majorité des couples qui se séparent ont des arrangements amiables quant à la garde des enfants. La majorité des pères préfèrent laisser les jeunes enfants à leur mère car elle a été la principale pourvoyeuse de soins" durant la vie commune, mais ils les prennent régulièrement !

Quant à la résidence alternée égalitaire, elle n'est que très peu appliquée dans tous les pays où elle est possible.

La Californie, toujours citée par le lobby des pères, a été la première a voté une presomption de RA égalitaire mais devant les dégâts sur les enfants et le fait que les mères, malgré tout, prenait quand même en charge les enfants avec une PA en moins, est revenue sur sa loi en 1994.

Elle n'autorise plus que les ententes parentales et en cas de desaccord prévilégie celui qui était le principal pourvoyeur de soins avant la séparation !

La plupart des autres Etat ont suivi.

E n Australie, Danemark, Canada, Suede etc. s'il y a toujours une autorité parentale conjointe, la résidence des enfants n'est que rarement égalitaire.

Nom: 
seleo
Site: 
http://

Mon mari comme bcp de pères séparés n'a pas pu obtenir l'alternance car la mère de sa fille y était opposée, elle a joué la mésentente parentale (mésentente qui portait sur le seul sujet de la résidence) et elle a gagné.

Il n'a même pas pu conserver un DVH élargi, son ex-compagne ayant décrété que cela déstabilisait leur fille de 8 ans d'aller chez son père 1 soir par semaine.

Il n'est pas question de parité là-dedans, il est question de justice, et d'une loi non appliquée.

@attention, par contre votre discours c'est toujours la même PROPAGANDE !

Et si il y a un lobby en matière familiale, ce n'est certainement pas celui des pères, sinon ils ne seraient pas ni nombreux à devoir se contenter A CONTRECOEUR de la portion congrue de 4 jours par mois de la vie quotidienne de leurs enfants.

Je remarque au passage que vous semblez être autant anti-beau-père qu'anti-père... tiens donc, seriez-vous tout simplement MISANDRE ?!

Cela expliquerait bcp de choses.

Nom: 
alexia
Site: 
http://

"Le tiers qui a résidé avec l'enfant et l'un de ses parents et a noué des liens affectifs étroits avec lui peut,en cas de décés de ce parent ou si ce dernier est hors d'état de manifester sa volonté ,saisir le juge en vue de se voir déléguer tout ou partie de l'exercice de l'autorité parentale"

C'est la moindre des choses!

j'imagine que si je devais disparaître ,mon conjoint qui a vécu plus longtemps avec mon fils que son père ( qui ,malgré des DVH très élargis l'a laissé choire depuis deux ans sans lui donner de nouvelles et sans en prendre) demandera à exercer l'autorité parentale.

Quand au "hors d'état de manifester sa volonté"c'est autre chose ,il ne manifeste aucune volonté sur quoi que ce soit et fait le mort depuis 2 ans.Si son silence dure , il n'est pas impossible que mon conjoint demande l'autorité parentale grâce à cette nouveauté ,si elle se met en place.

ça évitera à mon fils de se croire la possibilité de défier mon conjoint quand il aura grandi avec des "t'es pas mon père alors t'a rien à dire"...ce qui réjouirait son père qui n'attend que ça!

pourriez vous mettre le lien avec l'avant projet ?

Nom: 
alexia
Site: 
http://

suffit d'aller chez sos papa!

Nom: 
alexia
Site: 
http://

pas pour signer la pétition!

Nom: 
Jenny
Site: 
http://

..mais il me semble qu'en l'occurrence, "hors d'état de manifester sa volonté" désigne le parent légitime qui vit avec un nouveau conjoint, pas le parent également légitime mais secondarisé .

...Donc si je vous lis bien, vous trouveriez normal que votre conjoint demande et obtienne une autorité parentale de votre vivant et alors que vous êtes, à l'évidence, en état de manifester vos points de vue et donc ..votre volonté..

...cela fait réfléchir la mêre secondarisée que je suis, à mon coeur défendant, et je me vais aller sur le site de SOSPapa voir de plus près ce projet de loi......

Nom: 
jenny
Site: 
http://

voici comment aller sur SOSPapa:

http://www.sospapa.net/phpBB2/viewtopic.php?t=10300

Nom: 
jenny
Site: 
http://

Je suis vraiment désolée, mais je n'avais pas transmis le bon lien pour le post dont parle Alexia ( avec le texte de l'avant projet de loi.)

http://www.sospapa.net/phpBB2/viewtopic.php?t=9724&postdays=0&postorder=...

Bienvenue sur le forum.

Nom: 
alexia
Site: 
http://

c'est vrai , c'est de "ce dernier" qu'il s'agit dans le texte ,sûrement que comme j'me voyais morte juste avant je croyais ne plus avoir mon mot à dire , ouf! merci Jenny , vous m'avez réssucitée...

Nom: 
Alexia
Site: 
http://

ma gourance est l'occasion de dire qu'il ne suffit pas que le parent gardien soit mort ou hors d'état de se manifester pour ,d'un commun accord avec mon concubin,qu'on demande à ce que l'autorité parentale soit déléguée à mon concubin,étant donné que mon ex-mari n'assume aucun de ses devoirs moraux auprès de notre fils et que c'est avec mon concubin que je fais son éducation.

je n'ai jamais demandé à ce que mon ex-mari n'ai plus l'autorité parentale ;il a toujours ses droits de visite depuis 2 ans,des droits qui représentent une quasi garde alternée!,je ne fais aucune destruction de l'image du père sur mon fils ,son père lui a dit :"je te reverrai quand tu seras grand",on s'en tient à ça à la maison quand il s'agit de lui.Il habite pourtant à qqes km de chez nous!.je n'ai rien fait non plus quand j'ai su qu'il n'avait plus l'autorité parentale sur les deux enfants qu'il a eu après notre séparation...mais si un jour je devais demander quelquechose à la justice sur cette situation parfaitement injuste et immorale c'est bien dans la reconnaissance de ce que NOUS faisons pour la famille que nous sommes ,il me semble ,dans les conditions d'abandon subi que vit mon fils par son père tout à fait normal que ce soit celui qui s'en occupe ,le soigne,le mène à l'école ,le garde quand je travaille...etc qui en ai l'autorité parentale ,n'en déplaise à sos papa ou à ]jenny ,moi c'est ainsi que je vois les choses

Nom: 
jenny
Site: 
http://

Je n'ai jamais porté de jugement sur votre situation dont je ne connais pas les tenants et aboutissants.

En revanche, ce que vous ecrivez m'inquiéte.

Cela voudrait dire que le père de mes enfants qui considere que je n'aurais aucune légitimité de mère (!) et trouve tous les arguments possibles pour s'en convaincre, y compris en se servant de la "parole" de nos enfants, pourrait essayer de transmettre mon autorité parentale à la future belle mere de mes enfants?

Est-ce-que dans ce cas, il serait demandé aux enfants concernés de se "prononcer" également sur le bien-fondé d'une telle demande ? Ils n'ont pas fini d'être instrumentalisés ces pauvres chéris..

Nom: 
alexia
Site: 
http://

à se faire pour vous , vu l'âge de vos enfants et la vitesse à laquelle les choses vont bouger concrétement dans les tribunaux pour que ce "pré"projet naisse en tant que loi et s'applique ,vos enfants seront majeurs.

ce qui n'est pas le cas du mien qui a 9ans et vit depuis 5ans avec un beau-père qui lui apporte ce que son père devrait lui donner de manière continue depuis 2ans.Mon conjoint ne cherche pas à prendre la place du père et attend tout comme moi et mon fils que celui-ci lâche son drappé de "dignité" mal placée et reprenne cette place laissée vacante avec bienveillance.

Mais il y aura un jour où le temps passé à attendre prendra le dessus et j'irai demander au juge de statuer sur l'autorité parentale.L'autorité parenale exclusive ne m'interresse pas ,je veux la partager avec l'homme qui prend soin de mon fils , et ce n'est pas son père.

Cette loi sur le statut du tiers est juste.

Nom: 
Attention
Site: 
http://

et dans les cas où un des parents s'exclue lui-même de la vie d'un enfant durant longtemps ( et temps à déterminer) il n'y a aucune raison de légiférer sur ces points sauf, comme le dit el pigeon, à provoquer encore des situations intenables et dont, une nouvelle fois, ce seront les enfants qui en pâtiront.

@seleo

Il ne suffit pas de généraliser son cas personnel pour douloureux qu'il soit à l'ensemble de la population !

Je prefère me fier, non aux "on-dits" même martelés et même pilonnés, mais aux differentes études qui sont faites sur ces points :

la grande majorité des parens s'entendent pour la garde des enfants !

C'est sans doute cela que vous appelez "propagande"......

La grande majorité des pères ne demandent pas de résidence alternée égalitaire car ils savent qu'ils ne pourront pas l'assumer tant que les enfants ne sont pas automes et ils reconnaissent que leur ex épouse était celle qui fournissait principalement les soins.

Et dans la majorité des autres cas les juges sont dans l'ensemble attentifs à maintenir les droits du père, y compris pour de tout bébés.

Où avez-vous lu que je serais anti-beau père ou anti-père ?

C'est marrant.....on retrouve toujours les mêmes anathèmes dès qu'on relate des réalités qui dérangent !!!

Prenons l'exemple :

les mères qui ont un ex qui abandonne purement et simplement sa famille pour gôuter une nouvelle liberté, en font-elles une généralité ????

Et pourtant .....c'est loin d'être des exceptions !

Comme quoi.....chacun voit vraiment midi à sa fenêtre dans un individualisme forcené. Et comme le dit avec justesse el pigeon, ça ne devient plus qu'une histoire de lobbying !!!

Nom: 
charlie
Site: 
http://

Vos paroles me choquent profondément !

Sous des prétextes aussi subjectifs que sans fondement vous projetez ni plus ni moins que d'enlever à son père tout rôle parental pour l'attribuer à votre conjoint actuel !

Ma foi c'est si simple, on vire le père et on refile ses attributions au beau-père, où est le problème ?!

Je ne connais pas toute votre histoire, mais si j'ai bien compris le père a demandé la garde de votre fils et vous avez bataillé pour l'avoir. Vous avez obtenu gain de cause et votre ex-mari blessé (et peut-être trahi par votre fils ? vous avez parlé d'accusations de SAP, j'en déduis que l'enfant a dû dire des choses contre son père à 1 moment de la procédure) a préféré prendre ses distances et ne plus avoir de contacts avec vous.

Toutefois il continue de payer le pension alimentaire, donc de participer financièrement à la vie de votre enfant.

D'autre part vous semblez bien renseignée sur son statut vis-à-vis de ses autres enfants... pourtant le retrait de l'autorité parentale est une décision confidentielle, dont seules les personnes concernées ont connaissance.

Bref, tout cela m'amène à suspecter de votre part une éviction, peut-être inconsciente, du père de votre fils.

Et la façon dont vous vantez les mérites de votre compagnon actuel, si parfait envers son beau-fils... c'est la petite recomposition dans la prairie, c'est ça ?

Vous êtes avec cet homme depuis 5 ans, projetez-vous 5 ans de plus dans l'avenir : je ne vous le souhaite pas, mais si d'aventure vous vous sépariez de lui après lui ? Croyez-vous sincèrement que votre fils à 14 ans voudrait continuer à avoir des relations régulières avec son ex-beau-père ? Passer des vacances avec lui et son éventuelle nouvelle compagne ?

A peu près autant que vous avez vous-même conservé des relations avec la famille de votre ex-mari : qques contacts au début, puis le lien se défait naturellement.

Nom: 
charliea
Site: 
http://

Hélas vous avez raison, c'est en effet un risque pour vous mère bannie de la vie de ses enfants, comme pour moi père relégué au nième plan dans la vie de mon fils...

Nos ex auront la possibilité de faire passer légalement les droits de leur nouveau conjoint avant les nôtres !

Et bien sûr que la loi prévoit que les enfants soient entendus à ce sujet... avec toutes les pressions et mensonges que cela peut impliquer parfois.

Pire encore, en cas de décès de la mère de mon fils, son beau-père pourrait demander à le garder avec lui, sous prétexte qu'il a "résidé" avec lui et partagé son quotidien depuis qu'il a 5 ans, alors que moi son père je n'aurais partagé que quelques week-ends et vacances avec lui pendant des années !

Nom: 
charlie
Site: 
http://

De quel lobby parlez-vous ?

Pour quelle raison obscure les pères comme moi se lamenteraient-ils de n'avoir pas obtenu la résidence alternée à cause de la seule opposition de la mère de leur enfant, sin nous n'avions pas un réel désir de continuer de partager le quotidien de notre progéniture ?

Sans doute que la plupart des couples séparés ont l'intelligence de trouver un accord concernant les enfants... mais les pères savent bien qu'en justice il seront défavorisés, ça modifie sacrément la donne initiale !

Mon ex-femme m'a quitté lorsque mon fils avait 3 ans.

Mon avocat m'avait dit alors : "inutile de demander la garde alternée, l'enfant est trop jeune, vous n'avez aucune chance, attendez quelques années."

Je me suis contenté d'un week-end élargi du jeudi soir au lundi matin.

Lorsque mon fils a eu 6 ans, sa mère a refusé de faire une garde alternée à l'amiable. Devant le juge, son avocate a argumenté qu'elle avait la garde depuis 3 ans et que l'enfant était équilibré, qu'une garde alternée le déstabiliserait, et qu'il y avait une mésentente parentale (sur le mode de garde !)... elle a dû lire les mêmes théories que vous Attention !

Et la juge a suivi, bien sûr, c'est tellement plus facile.

Mais ça ne s'est pas arrêté là...

Lorque mon fils a eu 8 ans, sa mère l'a emmené voir un avocat pour qu'il dise qu'il ne voulait plus des week-ends élargis avec moi, car ça l'empêchait d'avoir une activité le jeudi soir, et qu'il était fatigué car il devait se lever plus tôt (1/2 heure !) lorsque je l'emmenais à l'école le vendredi matin et le lundi matin autour de mon week-end !

Et devivez quoi ? Elle a obtenu gain de cause ! Elle m'a fait passer pour le vilain papa qui ne voulait pas tenir compte du bien-être de son fils, et la juge l'a encore suivie.

Je vous laisse imaginer l'impact de cette nouvelle épreuve dans ma relation avec mon fils après ça... il me vaudra encore quelques années pour lui faire à nouveau confiance.

Quand aux hommes qui partent du jour au lendemain en abandonnant femme et enfants... il y en a bien sûr, mais il y a aussi des femmes qui le font, et ce n'est pas pour ça que les mères ne sont pas favorisées par la justice familiale !

La dernière juge que j'ai vue a estimé que 2 jours par quinzaine suffisaient à maintenir le lien père-fils. J'ai eu envie de vomir lorsque j'ai lu ça.

Mais vous êtes sans doute de son avis, c'est bien suffisant pour un père, même si ce n'est guère envosageable pour une mère.

je vais pouvoir faire la lecture de ce texte, qui va soulever de grands débats.

Nom: 
ATTENTION
Site: 
http://

Tout d'abord...non....il y a beaucoup moins de meres qui partent en abandonnant leurs enfants après la séparation qu'il n'y a de pères !

C'est comme les violences conjugales ou les relations incestueuses: s'il y en a des deux cotés, ce sont quand même très majoritairement les hommes qui les font subir !

Vous parlez de "résidence alternée" et forcément égalitaire !

Or notre expérience française, après celle des pays outre atlantique, démontre les dégâts psychologiques qu'elle provoque chez les enfants surtout s'ils sont jeunes.

Ce n'est pas pour rien que la Californie qui fût pionnière en 1979 dans la presomption de résidence alternée égalitaire est revenue très vite en arrière en constatant ses méfaits, et a modifié sa loi en 1994 pour ne plus autoriser que les " gardes physiques conjointes" consensuelles.

Or les parents qui chosissent la "garde physique conjointe"

le font peu en rythme égalitaire et les tribuneaux idem !

Tous les autres Etats américains ou presque ont suivi ( certains ne l'autorisant même pas)

Au Canada, d'après Francine Cyr il n'y a que 2% de résidences alternées égalitaires et les enfants de moins 5 ans sont essentiellement laissés à la garde de leur mère, le père ayant de larges droits de visites et/ou hébergement

Les pays nordiques toujours présentés comme les champions de l'égalité, n'échappent pas à cet état de fait :

en Suéde, par exemple, ce sont les mères qui prennent majoritairement le congé parental , les pères renonçant au leur car ils gagnent bien mieux leur vie que les femmes.

En cas de séparation 4 femmes sur 5 a les enfants en garde, le père là aussi ayant de larges droits de visite.

Au Danemark, cela va plus loin encore, puisque les enfants de couples non mariés vont systématiquement en garde à leur mère.

L'Australie est aussi dans ces cas de figure

Le Luxembourg n'admet pas la résidence alternée égalitaire sauf si les parents la choissient conjointement et c'est rare.

Ce qui prévaut aujourd'hui dans tous ces pays, et uniquement pour le bien de l'enfant, c'est de privilégier le parent qui a été le principal pourvoyeur de soins auprès de l'enfant.

Or toutes les études et statistiques démontrent que ce sont les mères qui assument l'essentiel de la charge physique et mentale des enfants.

Ce qui ne veut pas dire qu'un père n'est pas important, mais il est évident que les relations parents-enfants ne peuvent plus être les mêmes lorsque les parents sont séparés !

Je pense que nous sommes dans une période de transition !

Il y a eu tellement d'abus d'ordonnances de résidences alternées à n'importe quel âge de l'enfant et dans n'importe quelles conditions et les méfaits si nombreux que les pédopsychiatres sont monté au créneau.

Il y a donc aujourd'hui un retour en arrière toute qui durera jusqu'à ce qu'un équilibre se crée qui préservera l'enfant tout en permettant à chaque parent d'assumer son rôle.

Nom: 
jenny
Site: 
http://

Vraiment intéressant cet échange avec un père dont la quarantaine programmée et progressive a été entérinée par des juges soit disant des "affaires familiales" qui statuent à la chaine sur l'existence de nos enfants*.

C'est donc en la Justice que vous devriez mettre du temps à retrouver confiance Charlie, et pas en cet enfant.

Il a été , nous le savons bien et comment, conduit à couper le lien lui-même, pour mieux masquer les intentions de sa mère....et ce sera à lui de ressentir de la culpabilité un jour et à regretter ces années perdues.

Ne lui en veuillez surtout pas. On lui fait déja porter la responsabilité de quelquechose qu'à 8 ans il ne pouvait pas décider lui-même.

Les seuls responsables sont ces parents qui sont assez puérils, immatures, rigides voire carrément malades , pour s'arroger le contrôle de l'existence d'un enfant et vouloir son amour exclusif, avec l'aval d'une justice qui fait semblant de protéger ces enfants....

Le jour où ces enfants porteront plainte contre la Justice pour complicité de maltraitance psychologique et pour atteinte aux droits de l'enfant, leur sera-t-il répondu qu'ils n'avaient qu'à reflechir avant de" prendre" un avocat et demander au Juge des enfants de tenir leur père ou leur mère à bonne distance ?

Certains de ces enfants devenus adultes s'expriment, notamment sur le site d'ACALPA ( www.acalpa.org )

Jenny

mère de 3 adorables enfants qui, a 10, 12 et 14 ans, ont fait le "sape boulot" à la place de leur père qui , après m'avoir sortie de ma famille, peut aujourd'hui dire qu'il n'y est pour rien....donc les seuls responsables de tout ceci seraient mes enfants ? certainement pas, pas plus que votre fils,Charlie.

( * ce qui n'est pas mon cas, je dois le souligner, car certains juges prennent le temps de réfléchir aux motivations réelles de l'autre parent et tentent , bien que sans réel moyen, d'en atténuer les effets sur l'existence de mes enfants, en attendant qu'ils se libèrent eux-mêmes )

Nom: 
jenny
Site: 
http://

...c'est justement cela qui pose problème Attention, celles ou ceux qui exercaient cette "charge mentale" sur des enfantys souhaitent la maintenir même après la séparation...cela s'appelle aliénation ...

Des parents équilibrés donnent des soins, physiques, moraux, educatifs. Nuance .

Et ces parents éduqués et sensés, continuent à le faire apres la séparation, en résidence alternée qui est bien plus fréquente que vous vous plaisez à le dire.

Heureusement , une majorité de parents sont suffisamment aimants de leurs enfants pour en faire l'effort, même si c'est compliqué au début.

.Et puis ..on n'est plus au temps de "Rémi et Colette" (livre de lecture de CP des années 50 ) ou Maman est a la maison et papa au travail !

La société évolue, même si la Justice a un temps de retard...heureusement que certains avocats font bouger les mentalités ...

Nom: 
YARA972
Site: 
http://

A Charlie - Vous dites :

"Je vous laisse imaginer l'impact de cette nouvelle épreuve dans ma relation avec mon fils après ça... il me vaudra encore quelques années pour lui faire à nouveau confiance."

COMMENT un père comme vous, au travers de ce que j'ai pu lire, vous semblez équilibré, pouvez vuos écrire et donc pesner cela???? Votre gamin avait 8 ans. Manipulé très certainement par maman dans ces propos. Enfin remettez votre fils à sa place d'enfant de 8 ans!!!! Je crois qu'il vaut mieux lui expliquer les conséquences de ces propos pour qu'il assimile et ne se fass plus "berner" ultèrieurement (y compris plus tard dans sa vie d'ado et d'adulte)

A Attention :

Alors vous .... Vous nous sortez toujours du chapeau des pseudo études à chaque fois qu'elles vous conviennent. PAr contre dès que l'on vous démontre le contraire par des expériences, vous nous dites de ne pas généraliser des cas personnels .....

Désolée de vous contredire, la garde alternée ça marche. il faut, encore une fois, que les parents soient un minimum parents, qu'ils ne tapent pas sur l'autre parent dès qu'il y a un pb.

Mais bon, on commence à vous connaîter, dès qu'il faut casser du père, on vous trouve!!!!

En ce qui concerne ce post, l'usage veut que tout ce passe bien dans la majorité des cas.

Excusez moi Attention, je vais encore utiliser ma propore expérience, mais en ce qui me concerne, j'ai fait signer une autorisation à mon conjoint m'autorisant à gérer "administrativement" ses enfants. Autorisation qu'il a envoyé aux écoles et ces dernières n'y voient aucun inconvénient et lorsque leur maman a voulu mettre un veto à cela, les écoles lui ont dit avoir l'accord du papa et donc qu'elle ne pouvait s'y opposer.

Lorsque les gens se comportent intelligemment, il n'y a pas de pb

Nom: 
charlie
Site: 
http://

Je vous remercie pour vos paroles de réconfort, elle font écho en moi.

Non je n'en veux pas à mon fils, je sais bien qu'il n'a pas délibérément voulu ça. Il est bien assez malheureux de subir les pressions, directes et indirectes, de sa mère et de son beau-père.

Je continue de le voir régulièrement malgré tout, c'est un donc un bien moindre mal par rapport à ce que vous vivez.

Je tiens bon en attendant qu'il soit assez mûr pour avoir sa propre opinion. Il va bientôt avoir 10 ans, l'adolescence peut le rapprocher de moi alors je patiente et me contente du minimum qui me reste pour "maintenir un lien" en attendant qu'il demande plus de lui-même.

Je connais Acalpa, j'y ai trouvé des choses malheureusement bien familières. J'ai suivi en partie les conseils donnés pour gérer un stade "modéré" : j'accepte bon gré mal gré de laisser le pouvoir à mon ex, car essayer de détruire ce pouvoir risquerait de détruire mon fils.

C'est pourquoi je n'ai pas voulu demander une expertise psy et autres inquisitions sociales, qui auraient peut-être mis en évidence la manipulation dont mon fils et moi sommes les victimes, mais qui n'y auraient pas appporté de solution.

J'ajouterais amèrement que les juges trouveront plus "anormal" un rejet de la mère et chercheront sans doute plus à comprendre le processus qui a abouti à une telle énormité.

Alors qu'un enfant qui rejette son père, ma foi "on" se dit que c'est sans doute que le père l'a mérité : il n'est pas assez attentif à ses besoins, pas assez à l'écoute, etc.

Les poncifs ont la vie dure, il suffit de lire Attention pour s'en rendre compte.

@yara : bien sûr il n'avait que 8 ans et sa place d'enfant je n'ai jamais souhaité l'en faire sortir ! Mais sa mère n'a pas eu les mêmes scrupules, et la juge non plus, qui s'est réfugiée derrière le "souhait exprimé de l'enfant" pour accéder au désir de la mère !

Je n'ai aucune rancune envers lui, mais ça n'empêche pas la souffrance, j'ai été profondément blessé, je me suis senti rejeté par mon fils, ne l'auriez-vous pas été à ma place ?

Mais c'est mon enfant et je ne le renierais jamais !

Surtout je suis persuadé que c'est lui la principale victime des machinations maternelles, et j'essaie au maximum d'en tempérer les effets, notamment en acceptant d'être devenu un père du dimanche.

Quand je dis que depuis cet "épisode" je n'ai plus la même relation avec lui, ce n'est pas parce je considère qu'il m'a déçu ou trahi, mais parce que j'ai conscience qu'il peut être facilement manipulé par sa mère et qu'à son âge il est trop faible moralement pour résister à la pression maternelle et avoir des opinions objectives.

Nom: 
charlie
Site: 
http://

Concernant la "gestion administrative" des enfants de votre conjoint, j'ai la même expérience que vous : lorsque mon fils était en week-end élargi, ma compagne était inscrite sur la liste des personnes "de confiance" pouvant aller le chercher à l'école, ça n'a jamais posé de souci. Le compagnon de sa mère y a été inscrit également, c'est une chose à laquelle les écoles sont accoutumées vu le nombre de parents séparés.

De même il est arrivé que mon fils soit souffrant pendant une période de vacances chez moi, et que sa belle-mère l'amène chez le médecin avec sa carte vitale (sur laquelle il est inscrit). Ca n'a pas posé de souci non plus !

Alors à quoi va servir ce statut du beau-parent ?

Ou plutôt à qui ?

Je crois surtout que notre cher président n'a pas apprécié d'être mis à l'écart de la vie de ses belles-filles après son divorce d'avec Cécilia.

Vous savez les 2 blondinettes qui étaient à ses côtés dans la voiture le jour des élections présidentielles, les 2 filles du présentateur Jacques Martin que Cécilia a quitté alors qu'elles étaient toute petites.

L'une d'elle s'est mariée l'année dernière et n'en a même pas informé son ex-beau-père, il parait que celui-ci en a été furieux. Dans les mois suivants il nous a pondu ce projet de statut du beau-parent !

Tout concorde si on regarde bien : des enfants très jeunes lors de la séparation (2-3 ans), une longue période de vie avec le beau-père (près de 20 ans), un père décédé... si la loi qu'il prépare avait existé au moment de son divorce, il aurait pu se demander la reconnaissance d'une autorité parentale envers ses ex-belles-filles !

Nom: 
jenny
Site: 
http://

Effectivement, j'ai bien conscience d'avoir de la "chance" d'être une mère , et de bénéficier d'un traitement de faveur de le Justice, par rapport a des pères, que je connais, et qui pas plus que moi, n'ont démérité dans leur rôle parental...on peut juste leur reprocher de n'avoir pas mis au monde ni allaité leur enfant ... et pourtant ils se retrouvent obligés de démontrer leur attachement et leur compétence envers leur enfant, le jour de la séparation venue, et de ne voir leurs enfants qu'à une portion congrue, au bon vouloir de la maman, tout en payant une PA maximum. cherchez l'erreur...Les Juges ne s'embarrassent pas et entérinent la stratégie de ces mères en toute puissance.

Effectivement aussi, tout comme moi, après des mois de lutte et me rendant compte qu'en essayant de maintenir le lien parental , je ne faisais qu'accentuer la pression paternelle et donc la soufrance induite au niveau de mes enfants, et donc renforcer l'aliénation au fur et a mesure des auditions par le JDE, leur rendez vous chez "leurs" avocats , les mises en scènes avant les visites de l'éducateur d'AEMO, je m'éloigne à mon coeur défendant, de mes enfants.

Sauf que le JDE ne l'entend pas de cette oreille car mes enfants subissent une alienatio parentale qualifiée de sévère. Que faire ?

Mon attitude , c'est aussi celle de nombreux papas, qui comprennent qu'il ne faut pas entrer dans le jeu pervers de l'autre parent, qui est malheureusement conforté dans son attitude par les Juges.

Ensuite, les mères ont beau jeu d'accuser ces pères d'abandonner leurs enfants.

Mais ceux-ci , en s'éloignant, font seulement un acte d'amour, comme la mère du jugement de Salomon, qui préfere que son enfant vive avec la mere illégitime, que de le voir coupé en deux par le glaive.

Rien n'est plus insupportable que d'entendre son enfant vous dire que vous n'existez plus pour lui. Rien n'est plus abject que d'inciter cet enfant à le dire.

Et pourtant, il faut garder espoir, car la vérité s'impose toujours. Et le parent aliénant se retrouve les bras vides, à son tour. Et dans son cas, c'est mérité.

Nom: 
attention
Site: 
http://

Vos blablas accusatoires commencent à bien faire !

Les "moi, mon cas"... les "moi mon experience".... les moi mon nombril".....etc. qui vous servent d'étalon pour jauger, juger, et clouer au pilori autrui, relèvent ou de la bétise, ou de l'égocentrisme ou de l'insuffisance !!!

Alors yara, écoutez bien ! avant de pontifier en " madame je sais tout sur tout" et qui ne sait que si peu de choses, commencez par me demander les références de ce que j'avance !

Ca ne vous rendra certainement pas plus intelligente mais vous amènera, j'ose espérer, à tourner 7 fois votre souris sous les doigts avant de vous exprimer et accuser autrui de vos inepties !

Voici les références qui "cassent du père" selon votre

cerveau formaté :

Rapport Tabarot, juillet 2008

http://www.premier-ministre.gouv.f [...] abarot.pdf, juillet 2008

page 12

Le fait que de plus en plus de femmes travaillent n'a pas conduit à un nouveau partage des responsabilités au sein des couples s'agissant de la garde, des soins et de l'éducation donnée aux enfants :

ce sont très majoritairement les femmes qui continuent d'assumer l'essentiel des responsabilités. Ainsi, ce sont presque toujours les mères qui habillent les enfants, leur font faire leurs devoirs, qui restent à la maison lorsqu'un enfant est malade, et qui les emmènent et vont les chercher sur leur lieu d'accueil

page 24

Les pères français participent trois fois moins que les mères aux soins aux enfants et deux fois moins que les pères suédois ou norvégiens

Etude de l'INED 2008

"Le fossé qui sépare la faible implication masculine" du changement imposé aux femmes en activité par la naissance d'un enfant est "considérable", puisque les pères réduisent leur activité "vingt fois moins souvent que les mères »

Etude de la DREES 2007 (direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques)

4 à 6 mois après la naissance, les mères conservent le premier rôle en ce qui concerne les tâches domestiques et les soins à l'enfant.

....

Les activités touchant à la prise en charge des bébés ( biberon, changes, bain et soins) sont rarement assumées principalement par le père : 6 % des pères au maximum prennent habituellement seuls en charge une de ces activités.

Etude du CEREQ ( centre etudes et recherches sur les qualifications ), 2007, n° 241, mai 2007

Vivre en couple et être parent. Impacts sur les débuts de carrière.

"Etre père ne semble pas avoir de conséquences sur la situation professionnelle des hommes vivant en couple.

...Ce constat renvoie au faible impact diract de la naissance d'un enfant sur leur situation professionnelle.

En effet 91 % des pères déclarent que cette dernière n'a été en rien afffectée par la naissance du premier enfant et quand le second arrive, 96 % déclarent aucun changement. "

Pour la résidence alternée en Californie :

http://www.divorcepage.com/PracticeAreas/Joint-or-Shared-Custody Joint or Shared Custody

Au Michigan ( écrit par un procureur )

http://www.mplp.org/Resources/mplpresource.2006-04-02.4796606984/

DANEMARK

http://www.nyidanmark.dk/fr-FR/Medborger_i_danmark_fr_fr/familie_fr_fr/f...

AUSTRALIE, SUEDE

http://www.aifs.gov.au/institute/pubs/fm1/fm30/kf1.html

CANADA

F. Cyr

http://www.petitmonde.com/Doc/Article/La_garde_partagee_peut_etre_plus_n...

"La formule qui prévoit une garde où le temps est également partagé ne représente que deux pour cent des cas au Canada"

Quant à ceux qui examinent des enfants et qui s'expriment sur le sujet, vous en trouverez facilement des publications si vous étiez moins autocentrée sur vous-même et l'ex de votre conjoint ! l

Le professeur de sociologie Sylvie Cadolle était opposée à un statut de beau-parent ! la raison en était des femmes belle-méres telles que vous qu'elle a rencontrées et qui n'exprimaient que haine ou mépris vis à vis des ex de leur conjoint !!

Elle vu très juste !

Nom: 
charlie
Site: 
http://

Mais fichez-vous donc la paix avec vos études et vos statistiques !

Nos enfants sont des individus et nous aussi, et chaque cas est un cas particulier.

Alors cessez donc de nous enquiquiner avec des rapports scientifiques dont nous n'avons que faire !

Nom: 
charlie

Je ne peux que compatir à votre douleur, moi qui ait déjà pris comme un coup en plein coeur lorsque j'ai entendu le juge m'expliquer que mon fils ne voulait plus venir chez moi que 2 jours par quinzaine.

Je n'ose imaginer à quel point cette souffrance doit être démultipliée lorsque vos enfants refusent complètement tout lien avec vous !

Vous avez tout à fait saisi ma situation, si courante hélas.

Lorsque j'en parle à mes proches, amis ou famille, tous connaissent des cas similaires au mien et parfois même bien pires.

Etre un parent en quarantaine est une chose affreuse, l'avantage d'être une mère dans ce cas est plus que relatif puisque personne n'y peut ou veut rien faire !

Moi je ne suis qu'un père relégué au 2nd plan, je dois déjà m'estimer heureux d'être encore un peu présent dans la vie de mon fils.

Pour le moment le processus s'est arrêté là, mon ex-femme n'ai pas voulu aller jusqu'à m'enlever tout rôle parental.

J'espère que cette nouvelle loi ne lui donnera pas l'opportunité de me remplacer ouvertement (et non plus insidieusement) par son compagnon auprès de notre fils...

Nom: 
jenny
Site: 
http://

... et ne soyez pas aussi conflictuelle.

Je ne pense pas vous avoir "attaquée" en quoi que ce soit.

mais Charlie a raison....vous trouverez toujours des études pour apporter de l'eau a votre moulin. Nous ne les lisons même plus d'ailleurs.

Madame Phelip nous a rebattu les oreilles des mêmes études venues d'Outre Atlantique puis Me Bogucki lui a gentiment demandé d'aller exercer son lobbying ailleurs que sur ce blog ouvert à toutes les opinions, et sans animosité si possible.

Mais tout de même, à qoi sert-il de lutter contre une évolution de la co-parentalité qui ne peut qu'aller dans une perception plus égalitaire des sexes pour en finir enfin avec cette gueguerre d'un autre age.

Nom: 
attention
Site: 
http://

je vous présente à tous mes plus plates excuses : encore une fois , la haine qui entoure mes propos ne me grandit pas , déjà que je suis petite .......

désormais , je tacherai d'être à l'ecoute de mon prochain et de faire preuve d'empathie : pas facile mais je vais essayer .

encore une fois , je vous présente mes excuses pour mon comportement.

Nom: 
Kemi 23
Site: 
http://

Serait il possible d avoir celles des pays comme la moldavie , la corée du nord et celles du Kilimandjaro sud , l avis de leurs politiciens et sociologues m en serait aussi grandement utile pour me situer en dehors de mon ego ? J ai tellement du mal a prendre du recul sur ma situation qu un avis hors europe et USA /CANADA me serait tres utile . Merci beaucoup Attention

Nom: 
Attention
Site: 
http://

ce sont les méthodes utilisées, dont les plagiat de pseudos et la descente en meute des "copains" !!!

Je crois Jenny que vous n'avez guère de leçon à donner à qui que ce soit, lorsqu'on a pu lire la réaction d'internautes à votre intervention " sos acalpa" sur le site de la "Dépêche" à propos de ce père qui avait enlevé ses deux enfants en Ariège

Certains étaient si outrés et le mot est faible, de votre intervention, qu'ils vous traitait de "secte" !!!

Vous confondez par ailleurs coparentalité et mode d'hébergement.

Vous appelez "gueguerre d'un autre âge" le fait de dire que rien n'a beaucoup changé dans le partage des tâches tant domestiques que de prise en charge des enfants ???

Cela montre à quel point vous êtes, vous, dans la science-fiction ma chère Jenny !

Car jouer les Alice au pays des merveilles avec autant de benoiterie en considérant que les enfants vont servir de moyens, (d'autres disent de médicament) à rendre les parents plus investis qu'ils ne le sont aujourd'hui, montre surtout, soit un optimisme à tout épreuve, soit une grande irresponsabilité.....

@charlie

Que ma réponse ne vous satisfasse pas est sans la moindre importance car elle était adressée à yara !!!!

@ kemi

même réponse que ci -dessus

pour sortir de ce que vous appelez votre "ego", rien ne vaut un psychothérapeute !

Nom: 
jenny
Site: 
http://

Je n'ai pas reagi à ce fait divers. Qui pourtant relève de la soustraction d'enfant.

Alors cessez de vous en prendre à moi. Et restez correcte je vous prie.

Nom: 
jenny
Site: 
http://

La Dépêche. Publié le 08/02/2009 08:48 |

Gérald Camier

« C'était une séquestration », dit la mère des

enfants cachés

Ariège. Après les confessions de Shahi'yena et Okwari

Fortin, enlevés et cachés par leur père durant onze ans, la

mère Catherine Martin se confie.

Après le témoignage exclusif de Shahi'yena et Okwari, âgés de 18 et 17 ans, dans nos

colonnes, c'est désormais Catherine Martin, la mère, enfin heureuse d'avoir réuni ses trois fils

(son aîné, Nicolas, 24 ans, est né d'une première union), qui est à son tour sollicitée pour

essayer de comprendre l'incroyable cavale de son ex-mari.

Comprendre comment Xavier Fortin, 52 ans, et des ses deux fils occasionnellement appelés

Manu et Théo, ont pu vivre cachés pendant onze ans, après une fuite en décembre 1997 à la

faveur d'un droit de visite.

Le calvaire de Catherine Martin a pris fin la semaine dernière avec

la découverte de sa progéniture qui vivait en autarcie avec son père dans un hameau encaissé

au-dessus de Massat (Ariège).

Clandestinité et mensonges

« Onze ans de clandestinité et de mensonges », estime Alain Boulay, président de

l'Association des parents d'enfants victimes (Apev) et en relation permanente avec Mme

Martin.L'affaire de Massat prend de fait une ampleur médiatique autant que juridique. Xavier

Fortin, 52 ans, incarcéré et qui sera jugé le 17 mars par le tribunal correctionnel de

Draguignan (Var), devra faire la part de sa responsabilité. Son ex-femme ne devrait pas pour

autant se porter partie civile à l'audience.

« Au début, lorsque Catherine Martin est venue à l'association, elle voulait savoir ce qu'étaient

devenus ses enfants. S'ils étaient vivants ou morts. C'est la pire des interrogations pour une

maman qui a perdu ses enfants, explique le président de l'Apev. Je crois que dans un premier

temps, elle était simplement très contente de leur parler. Ses deux enfants sont aujourd'hui des

victimes. »

« Ce qui est extraordinaire dans cette affaire, dit-il, c'est qu'on se dit que la preuve est faite

qu'on peut se cacher pendant onze ans en France sans éveiller le moindre soupçon. Ils ont été

obligés de changer de noms, le père ne pouvait même pas demander le RMI. On peut en effet

vivre comme ça mais c'est choisir la clandestinité et le mensonge ».

Différends d'ordre scolaire

« Ils ont eu une éducation, certes. L'un d'eux a bien eu une formation de cavalier dans un

centre d'apprentissage à Foix, mais sous un faux nom, a déclaré hier Catherine Martin dans la

presse. Il faut rétablir la vérité : leur père les a soustraits à une décision de justice qui me

confiait la garde des enfants. Il s'est ainsi mis hors la loi et les a entraînés dans la

clandestinité. C'est une véritable séquestration

[...] Il les a coupés de mon amour, de mon éducation et des liens avec leur frère aîné[âgé de

24 ans] ainsi qu'avec leur famille maternelle ». Ce qui pourrait compter en faveur de Xavier

Fortin, c'est que Manu et Théo, Shahi'yena et Okwari, ne semblent nullement lui en vouloir.

Pour l'heure occupés à fuir les reporters et les photographes, ils ne donnent pas le sentiment

d'avoir manqué de quoi que ce soit. « Nous n'étions pas désocialisés. On a rencontré une

quantité incroyable de personnes, c'était très enrichissant. D'ailleurs, la preuve : nos amis

aujourd'hui ont au minimum 22, 23 ans. On sort à Saint-Girons dans les fêtes, on a participé à

des foires médiévales, on a même avec notre père ouvert une ferme biologique avec trente

chèvres, trente cochons », ont-ils confié dans notre édition du 6 février. De son côté, Xavier

Fortin, longuement entendu par les policiers du commissariat de Foix après son arrestation, a

commencé de préparer son système de défense. Il accuse notamment son ex-épouse d'avoir

aussi déserté le domicile conjugal un an avant son départ alors que le couple habitait dans

l'Eure. « Le 6 juin 1996, la mère de mes enfants les a pris à mon insu et contre leur gré pour

les conduire chez son père, à 1 000 km de chez nous », a-t-il déclaré dans un procès-verbal

dont les journaux publient des extraits. Pour ensuite s'en prendre à ses beaux-parents. « Je me

suis heurté, dit Fortin, à toute une famille qui m'a signifié que je n'avais plus d'enfant et que

c'est le grand-père qui allait exercer le rôle de père ». À l'origine, manifestement, un différend

d'ordre scolaire fait exploser le couple. « Tout a dégénéré en 1996 lorsque, après plusieurs

années à vivre repliés sur nous-mêmes, j'ai réalisé que Xavier Fortin ne voudrait jamais

habiter dans une maison et scolariser les enfants », se défend Catherine Martin dans un

quotidien parisien, mais depuis ne « veut plus être interviewée et refuse aussi les télévisions»,

compatit Alain Boulay. Mystère.

Un « cas rare »

Pour Alain Boulay, président de l'Association des parents d'enfants victimes (Apev),

l'incroyable cavale des enfants de l'Ariège est «un cas rare», du moins en France. La plupart

des cas traités par l'A relève de divorces compliqués entre deux parents d'origine étrangère,

souvent en Afrique du Nord et en Allemagne, note l'Apev dont la majorité des 250 membres

sont des familles dont l'enfant a été assassiné ou a disparu dans des circonstances jamais

élucidées.

Nom: 
kemi
Site: 
http://

@charlie

Que ma réponse ne vous satisfasse pas est sans la moindre importance car elle était adressée à yara !!!!

@ kemi

même réponse que ci -dessus

pour sortir de ce que vous appelez votre "ego", rien ne vaut un psychothérapeute !

Non, non Attention, ce n est pas ce que je vous ai demandé, juste de me ramener des stats des pays que je vous ai cités suffiront , ne faites pas plus que ce que les gens dans le besoin vous demande . Ne prenez pas d initiative personnelle et continuer a faire du copier –coller des textes des autres , c est parfait comme toujours .

Nom: 
alexia
Site: 
http://

il est très facile d'interpréter ,je préfère les propos de @jenny ,même si je ne suis pas d'accord avec elle sur bien des points elle a au moins la délicatesse de dire"je ne connais pas les tenants et les aboutissants de votre histoire" , vous , tout de go vous interprétez en fonction de ce qui vous arrange pour ne surtout pas avoir à vous poser de question sur ce sujet qui est le bien fondé ou pas d'un statut pour les beaux-parents.

Il ne vous vient même pas à l'idée que ça puisse se justifier,pour vous ce n'est pas un débat , c'est une certitude , vous êtes CONTRE,un point c'est tout.

Mais permettez-moi de vous interpeler sur un point de ce post que vous m'avez adressé à 10h55,

"vous semblez bien renseignée sur son statut vis-à-vis de ses autres enfants...pourtant le retrait de l'autorité parentale est une décision confidentielle, dont seules les personnes concernées ont connaissance"

Vous qui semblez si attaché aux liens de sang , vous est-il venu à l'esprit que mon fils est le demi frère de ces deux enfants? les décisions confidentielles dans ce genre de situation ne le restent pas longtemps,si les enfants et les ex-femmes n'avaient eu aucune relations ce serait resté confidentiel,mais vous qui etes le premier à venter la garde alternée ou , au moins ,les dvh élargis , vous ne pouvez tout de même pas , dans la même foulée ,prôner l'interdiction de faire circuler les informations d'un foyer à l'autre?

Mais peut-être ne voulez-vous rien en savoir,ça vous obligerait à avoir une souplesse de pensée autour du sujet que vous ne pouvez pas avoir,puisque vous êtes CONTRE un point c'est tout;

Nom: 
Attention
Site: 
http://

mes "copier-coller" comme vous dites, et qui ne sont ici que des liens que l'on peut consulter, ont au moins le mérite de contrer les affirmations peremptoires ou les desinformations dont certains sont si friands !

Je n'ai rien à vous "donner", ma réponse, encore une fois, ne s'adressant qu'à Yara !

Il serait peut-être bon de temps à autre de ne pas vous meler de ce qui ne vous concerne pas........

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA