Mar
26
Violence conjugale, petit rappel nécessaire

Parce qu'elle (il) l'a accepté une fois, parce que c'est devenu une habitude, parce que c'est une honte, parce qu'elle (il) ne sait pas comment s'en sortir, parce que l'emprise psychologique existe, parce qu'elle (rarement lui) n'a aucun moyen de vie autonome, parce qu'il faut pour appeler la police une énorme dose de courage (encore plus pour il), parce qu'il (elle) s'excuse ensuite et promet d'arrêter, parce que ....

Toutes ces raisons font que nous recevons régulièrement en nos cabinets des femmes (parfois des hommes) battus depuis des années, qui ont accepté les claques, les coups de pieds, les enfermements, les crachats, les coups en tout genre, les insultes sans jamais rien dire, se coupant de tous et n'osant pas avouer ce qu'ils considèrent, à tort les concernant, comme une honte.

Cela touche tous les milieux sociaux culturels, toutes les tranches d'âges, toutes les cultures...

C'est dur de venir avouer à un avocat que durant des années on a été battu sans rien faire et plus dur encore de comprendre que sans preuve, toute cette souffrance sera oubliée, voire même totalement niée.

Dur de devoir attendre sous le même toit, dans la terreur, une audience qui prendra plusieurs mois pour cause de surcharge de greffe.

Inacceptable de se dire que la solution serait qu'il (elle) soit encore violent une fois pour que la procédure puisse être efficace.

Alors pour éviter ces ecueils, rappelez-vous que la victime n'est pas coupable, jamais et n'a pas à se sentir honteuse, que des associations peuvent vous aider avec l'assistance de psychologues spécialisés, que vous devez porter plainte pour protéger votre intégrité et celle de vos enfants.

Il existe un arsenal juridique, il faut l'utiliser.

Commentaires

Nom: 
mam
Site: 
http://

pour porter plainte : il faut un certificat médical solide.

Nom: 
pat
Site: 
http://

L'arsenal juridique ne fonctionne que tres mollement pour l'homme victime qui se heurte aux mêmes obstacles que la femme mais en plus doit surmonter des préjugés défavorables, ou a minima l'incrédulité, et bien souvent des plaintes en "rétorsion" bidons mais bien enregistrées et comptabilisées. Cela conduit a conclure a des violences réciproques et a classer sans suite, malgré les récidives multiples, les certificats médicaux, les ITT.

Les violences sur enfant sont encore plus difficiles a prouver.

On arrive ainsi au paradoxe suivant: garde des enfants a une femme qui agresse enfants et compagnon(s)

Nom: 
jeanne
Site: 
http://

quelle preuve une femme peut apporter quand un homme qui est son mari l'a violée sous la menace d'un couteau? J'ai été au commissariat pour porter plainte mais le policier présent m'a rit au nez en me disant qu'il n'allait quand même pas s'occuper des disputes d'amoureux.Il ne m'a pas entendue et je suis rentrée chez moi , j'avais terriblement honte et je me sentais si humiliée.Maintenant nous sommes séparés mais je n'en ai plus jamais reparlé et je ressens beaucoup de colère et de sentiment d'injustice quand je repense à cet accueil ce soir là au commissariat.alors j'ai envie de dire que c'est pas vrai que l'arsenal juridique existe.

Nom: 
pat
Site: 
http://

la réponse a la violence doit être immédiate et "maximum" en évitant évidemment de répondre par la violence.

La seule issue possible c'est dépot de plainte immédiat et refus de tout compromis. Si la situation s'améliore on peut discuter ensuite mais c'est rare.

Nom: 
pat
Site: 
http://

le policier n'a pas a ricaner il faut demander immédiatement a voir son supérieur et exiger que la plainte soit reçue.

Nom: 
jeanne
Site: 
http://

j'habite une zone Nord en quartier défavorisé,en hlm ,le soir , il y a du monde au commissariat , les gens attendent dans un petit couloir en face d'un guichet où le policier reçoit les demandes en fonction des gens qui arrivent, je ne pouvais pas , choquée et en larmes ,exiger d'être reçue sur un sujet pareil en me révoltant et en haussant la voix alors que d'autres personnes attendaient dans le couloir à 1mètre 50 et me regardaient pleurer ,j'ai parlé tout doucement à ce policier , il avait l'air très énervé , il m'a répondu ce que j'ai déjà écrit plus haut et moi je suis partie toute bête.

je suis en procés pour la garde des enfants avec lui ,on n'était pas mariés.J'ai raconté cette histoire à mon avocate mais elle m'a dit que comme c'est il y a longtemps et que je n'avais pas porté plainte je ne pourrais pas le faire entendre.Mais depuis ça je ne supporte même plus qu'il s'occupe des enfants.Je le déteste.il a fait ça parce qu'il était ivre et il était certain que j'avais un amant ,il me dégoûtait déjà depuis un moment et je ne voulais plus coucher avec lui.J'étais enceinte et il croyais que c'était d'un autre alors que c'est faux.Il m'a violée en mettant le couteau sur mon ventre.

Nom: 
pat
Site: 
http://

mais il m'apparait évident que la violence entre époux n'entre pas en ligne de compte dans l'attribution de la résidence des enfants, donc pour vous , c'est fichu mais pour vos enfants, attachez vous plutot a démontrer ce qui fait que vous êtes une bonne mère et si vous en êtes convaincue ce qui est dangereux pour eux aupres de viotre ex. Votre histoire a vous n'interesse pas vraiment le juge aux affaires familiales, il est la pour les enfants.

Nom: 
mam
Site: 
http://

Le mariage implique une communauté de vie : les relations sexuelles font partie de la vie d'un couple, mais toujours avec le consentement des époux.

Le viol est un crime, il est condamné pénalement, y compris le viol entre époux (article 222-22 du code pénal).

ça c'est la théorie.

En pratique,circulez... on enregistre pas, les commissariats ....

votre triste histoire est sans doute loin d'ètre un cas isolé

Nom: 
jeanne
Site: 
http://

mais je le sais ce que vous dites là.

Il a fallu que je remette mon amour propre dans ma poche et j'ai continué à vivre avec lui sous le même toit jusqu'à l'accouchement.Je l'ai quitté après et j'avais la chance que mes parents m'ont aidé à déménager mais maintenant qu'il veut voir les enfants et même la petite qu'il a vu qu'à la maternité j'ai toute la violence du viol qui me revient et je suis mal.Heureusement que mes parents sont avec moi.J'ai commencé une thérapie ,j'espère que ça va m'aider mais je supporte pas qu'il s'approche des enfants.

Nom: 
anna
Site: 
http://

j'ai vecu un peu la meme chose mais pareil surtout ne pas en parler le JAF s'en fou.le père c'est le père!on peu confier les enfants a un malade mental,un fou ou un pervers c'est normal .on peut rien faire.il faut toujours attendre un drame pour que tout le monde bouge.les gendarmes s'en fouttent aussi.vous avez eu le courage de le quitter c'est bien mais ce genre de mec ça vous lache jamais et en plus si ilsy a un enfant c'est pire.on est obliger de maintenir le lien.ce sont des mauvais pères et l'enfant leur sert de monnaie et de pretexte et la justice les aident en plus!

Nom: 
pat
Site: 
http://

je suis d'accord avec vous si vous remplacez le mot père par parent. Je sais de quoi je parle en terme de violence .

Je modere quand même un peu: l'enfant aime ses deux parents même si l'un (ou les deux) sont violents ou dérangés. A la justice de prévoir les aménagements qui s'imposent pour éviter la coupure totale sans mise en danger.

Nom: 
YARA972
Site: 
http://

Le JAF ne s'en moque pas.

Un juge est la pour juger.

Il a donc besoin de preuve matériel.

Comment peut il donc juger que vous avez été victime de violence s'il n'a pas de pièces matérielles. Il ne dit pas que vous ne l'avez pas été. Il dit qu'il ne peut pas le juger, cqfd.

Nom: 
cris
Site: 
http://

je me permets d'ajouter mon témoignage en tant qu'enfant majeure. Mon père présente depuis près de 10 ans déjà une pathologie mentale qui se rapproche de la paranoïa. Pendant 3 ans, il s'est montré extrêmement violent avec ma mère, tant physiquement que moralement. Engrainée dans un système fondé sur la frayeur et la perte de toute confiance en elle, ma mère a refusé de porter plainte, malgré le dépôt d'une main courante par ma soeur et moi-même. A ce jour, elle a réussit à divorcer "à l'amiable", il s'agit en effet de la procédure la plus rapide pour quitter le domicile familial. Nous avons pourtant toujours très peur de mon père. Le risque de passage à l'acte est réél et imminent (planification et menaces verbales). Lorsque ma mère a finalement fait la démarche très difficile de porter plainte pour menace de mort, le gendarme nous a répondu qu'elle ne serait pas prise en compte, qu'il n'était pas garde du corps, qu'il nous suffisait d'appeler le 17 si ma mère se sentait à nouveau en danger en présence de mon père. Mais aura-t-elle le temps d'appeler? Le délai entre l'appel et l'arrivée des gendarmes ne sera-t-il pas trop long? Quelles mesures de préventions sont mises en place dans le cas où une personne atteinte d'une pathologie psychiatrique mais non traitée projette de passer à l'acte?

A quoi sert la campagne de prévention pour les violences conjuguales si les procédures restent si difficiles d'un point de vue psychologique pour la victime? Et peut-on parler de responsabilité pour toutes les personnes au courant de la situation mais qui refusent de nous croire ou de s'impliquer? Désolée pour la longueur de mon témoignage, c'est que cette situation est très pesante et que je n'y trouve pas de solutions. Merci à ceux qui le liront en entier et peut-être m'aider.

Nom: 
YARA972
Site: 
http://

serait peut être de suffisemment couper les liens pour que votre père ne connaisse pas l'adresse de votre maman (et la votre aussi pour éviter qu'il ne se pointe chez vous lorsqu'elle serait en visite).

Je pense que vous pouvez également écrire au procureur de votre tribunal pour faire connaissance de votre peur. Je ne vou sgaranti rien mais au cas ou vous pourrez dire que vous aviez prévenu

Nom: 
anna
Site: 
http://

il n'y a personne pour aider dans ces cas la .c'est ce que je disait :on etais au courant mais bon...j'y suis passe en tant qu'enfant et je l'ai revecu en tant que femme.et bien qu'on dise que cela a changer c'est faux.personne ne veut se mouiller.et le pire c'est que meme si on a des preuves ce n'est jamais suffisant.des exemples comme le notre CRIS il y en a a la pelle.malheureusement aucune solution n'a été trouvé:a part la fuite.et le si vous partez avec un enfant vous vous retrouvez en taule pour enlevement d'enfant.un parent qui veut proteger son enfant c'est tres mal vu!meme quand il y a des preuves de maltraitences ou de problèmes psy chez l'autre parent.je suis en train de le vivre et cela fait 4 ans que j'attends qu'on m'ecoute et qu'on ecoute mon fils.CRIS votre maman doit partir et se cacher c'est la seule solution car malheureusement personne ne l'aidera (a part vous) courage

Nom: 
anna
Site: 
http://

j'ai ecris au procureur :il ne m'a jamais repondu

Nom: 
jenny
Site: 
http://

Vous devriez contacter le Centre Departemental d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles qui remplit une mission en matière de protection des femmes et familles victimes de violence domestique.

Dans mon cas, leur support matériel et leur soutien psychologique m'ont beaucoup aidé à faire la transition entre situation d'épouse sous emprise sujette à ce genre de souffrance, et femme en possession de son libre arbitre et donc capable de reconstruction.

N'hésitez pas à prendre contact avec le CDIDFF de votre département, c'est un relais important avec toutes les instances, même policières . le CNIDFF est membre de l'UNAF

Ce sera pour votre mère un moyen de retrouver sa dignité et sa force.Ne serait-ce que par l'écoute qu'elle recevra .

Bon courage Cris.

Nom: 
mam
Site: 
http://

courage fuyons.

mème conseil et mème analyse qu'Anna

Après, faire avec la stigmatisation"....et si vous partez avec un enfant vous vous retrouvez en taule pour enlevement d'enfant.un parent qui veut proteger son enfant c'est tres mal vu!meme quand il y a des preuves de maltraitences ou de problèmes psy chez l'autre parent...."

j'étais moi mème prévenue, souvent celui qui part à tous les torts.

Situation à assumer donc.

Nom: 
CRIS
Site: 
http://

un grand merci pour toutes vos réponses. C'était la toute 1ère fois que je me livrais ainsi, et c'est aussi la toute 1ère fois que je rencontre une telle compréhension de notre vécu. Je contacterai le CDIFF, et je compte m'éloigner géographiquement de mon père. Pour ma mère, qui accuse le coup de sa 1ère expérience à la gendarmerie, c'est plus compliqué. Elle doit se rendre cette semaine au procés qui je l'espère permettra de légaliser la garde exclusive de ma petite soeur. Mais celle-ci, qui est adolescente, a tous ses repères dans le coin, son 1er petit ami, et son univers de jeune fille, n'est pas encore prête à partir. Elle a par ailleurs été témoin de la violence de mon père pendant tant d'années que cette peur s'est intégrée à son mode de vie.

Moi qui voulais écrire un simple mot de remerciement, me voilà à encore vous décrire nos difficultés. Désolée!

Merci encore pour votre soutien.

Nom: 
kasa
Site: 
http://

pour la violence psychologique,et de toute façon la justice se moque bien de l'ex conjoint,elle confiera coute que coute l'enfant auparent (père) quelles qu'en fussent les conséquences des années plus tard.

rien n'existe pour être protégée hormis la tentative d'homicide avérée,mais ne protégera pasle'(s) enfant(s).Il suffit pour s'en convaincre de constater le peu de cas fait de la parole des enfants abusés...

no comment!

Cessez de faire croire aux plusnaifs que la justice assume,elle n'assume rien,comme tant d'autres.

Nom: 
mam
Site: 
http://

le gouvernement lance jeudi une nouvelle campagne contre les violences conjugales avec un court-métrage de Jacques Audiard qui dénonce les violences verbales et psychologiques

"la voix" qui fait mal :

http://www.tuxboard.com/?contre-la-violence-conjugale-campagne-video

Nom: 
pat
Site: 
http://

on vend la violence conjugale comme étant la violence contre les femmes .

On en vient ne plus pouvoir penser qyue des hommes sont victimes. Stop a TOUTES les violences conjugales.

Nom: 
jenny
Site: 
http://

il existe, et j'en connais, parmi les hommes, des victimes de harcèlement moral et psychologique, qui subissent un dénigrement systématique et continuel, voire des violences physiques, et parfois en présence de leurs enfants.

Lorsqu'on est femme c'est déjà difficile et courageux d'admettre et de dire ce qu'on subit. On n'a pas de problème de crédibilité.

Pour un homme, il faut autant sinon plus de courage, et c'est difficile de faire accepter cette idée.

je trouve que cette campagne aurait dû, comme en mirroir, représenter cette double situation. C'aurait été simple à réaliser.

Dommage.

Nom: 
pat
Site: 
http://

pour eux et pour moi.

Quand vous vous retrouvez a la rue un soir de décembre on peut constater qu'un homme ne peut attendre d'aide de personne. Dormir dans une voiture en hiver c'est pas top.

alors apres avoir pris les insultes le harcèlement les coups répétés avoir été jeté hors de chez soi, quand on voit ignorée ou niée la violence contre les hommes ça fait mal.

mon propos est volontairement non sexué car je suis tout à fait consciente que la violence physique existe aussi contre les hommes (10% des violences conjugales, officiellement à Paris).

Nom: 
mam
Site: 
http://

Lorsqu'on est femme ... On n'a pas de problème de crédibilité.

Ah bon?

Nom: 
pat
Site: 
http://

c'est une chiffre peut être officiel mais je connais certain des biais qui amènet a sous estimer gravement ces violences.

Le premier étant que dans l'enquête de victimisation qui fait référence on n'a interrogé que des femmes.....

pour Mam: une femme qui se plait de violence va être crue sauf incohérence grave de sa part et prise en charge tres rapidement.....pour un homme, devinez?

Nom: 
pat
Site: 
http://

que le nombre de décès d'hommes suite a des violences conjugales dépasse tres nettement les 10% mais on n'en parle pas, ça fait "masculiniste"

Nom: 
doris
Site: 
http://

Elle a le mérite de mettre en lumière ce que l'on a tu pendant si longtemps!

A nous de dire que cette perversité n'a pas de sexe et de bien le faire savoir dans les commentaires!

A pat, d'où tenez-vous le chiffres de 10%? Comme les meurtres psychiques ne sont ni reconnus, comment les comptabiliser?

Combien de veufs et de veuves qui ont poussé leur conjoint au suicide et qui marchent en pleurant derrière le cercueil?

Tant de suicides qui n'ont pas trouvé d'explication, sont ils comptabilisés?

Que penser d'une société qui a mis Canta en liberté, Fortin etc... Heureusement Madame Badoui d'outreau est enfermée mais alors que de temps perdu!

Vous voyez les hommes, ne vous prenez pas pour des uniques victimes d'injustices svp!

Nom: 
pat
Site: 
http://

Ou avez vous vu que je disais que les hommes sont seuls victimes???????

C'est malheureusement la manière de parler des féministes extrémistes ( ce que vous n'êtes pas) quand on dit: il y a des violences contre les hommes, elles répondent: vous niez donc la violence contre les femmes qui est la seule qui mérite qu'on s'y intéresse.

Donc je ne dis pas que les hommes sont seuls victimes, je dis qu'ils sont seuls a ne pas être reconnus officiellement comme victime, vous pouvez verifier que chaque campagne de pub , chaque action officielle porte le nom ou ne montre que l'image de la "violence contre les femmes".

Le jour ou on parlera de violence familiale un grand pas sera franchi, car la violence fait des victimes d'abord chez les enfants puis chez les parents des deux sexes.

Vous avez raison de vous pencher sur les suicides, directs ou a petit feu (alcool, drogue, exclusion sociale acceptée....)

Il y a aussi un aspect caché derrière les chiffres et les grandes déclarations: celui des violences réciproques, du genre une réaction tres violente d'un conjoint a des années de torture mentale et qui peut aboutir a l'inversion des roles. La aussi ça marche dans les deux sens.

Il y a des hommes qui tuent une compagne dans une scene violente apres des années de violence morale subie. Il y a des femmes qui trucident leur compagnon n'en pouvant plus d'être humiliées rabaissées écrasées.

Le chiifre de 10% est donné par maitre Bogucki, les chiffres c'est impossible d'en avoir qui soient fiables au dela des décès,

Nom: 
doris
Site: 
http://

vous n'avez jamais dit que vous êtes les seules victimes, je voulais dire par là, que les hommes ne sont pas les seuls ignorés par la justice, donc des victimes de la justice !

L'injustice n'a pas de sexe non plus!

Oui, il faut ariver à appeler sela "violence famliale" et même si moi, j'ai été, le suis toujours victime (quoique je préfère l'expression cible, j'ai aussi été victime de la justice et pourtant je suis une femme! Vous voyez, il ne faut pas être borné et je ne supporte pas les "intégristes féminines" pas plus que les hommes!

Mes interventions sur les forums, les commentaires notamment sur le clip d'Audiard le prouvent! Oui, pat je défends les 2 sexes devant l'injustice et à bien regarder, nous sommes nombreuses!

Nom: 
Attention
Site: 
http://

sont victimes de violences conjugales ! Mais elles en sont très majoritairement les victimes.

Ce qui, par contre, est le propre des "masculinistes" c'est de toujours et encore vouloir rendre symétrique en nombre ou en ampleur les violences faites aux femmes et celles faites aux hommes.... jusqu'à prétendre que des femmes auraient bien cherché de se faire trucider.... !!!!

Jusqu'à inclure les suicides dans les conséquences des violences conjugales ou des ruptures ! A ceci près que si un individu se suicide parceque la vie commune ou la rupture ne lui convient pas, c'est qu'il a déjà une fragilité psychologique qui le mène à ce geste !

Sans parler de la violence ultime pour se venger de la conjointe qui demande la séparation, et qui consiste à tuer les enfants ! Et ça c'est le propre des hommes.

Nom: 
pat
Site: 
http://

c'est qu'il n'y a pas besoin de lire votre prose pour savoir ce que vous allez dire: l'homme est coupable quoiqu'il arrive même s'il meurt c'est encore sa faute .

Et bien sur seul l'homme peut tuer un enfant. car la femme ne le fait jamais, ou alors elle a de bonnes raisons de la faire, lisez les journaux ces temps ci.

Donc en resumé un homme tue facilement des enfants par vangence, c'est dans sa nature. une femme ne tue que par necessité ou avec des circonstances atténuantes et on doit bien encore pouvoir prouver que c'est de la faute du compagnon.

Et dire qu'il y a des violences contres les hommes c'est, ou nier celle contre les femmes ou dire qu'elles sont strictement les mêmes et quantité et qualité (remarques que c'est ce que commencent a dire certains experts et policier...).

Bref quoiqu'on dise si on est un homme on est masculiniste, macho, pervers; une femme une victime, et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

votre monde en noir et blanc fait peur attention.

Nom: 
mam
Site: 
http://

En effet, de tous les témoignages d'hommes battus, il ressort que les femmes qui les agressent ne sont pas différentes dans leur cheminement que les hommes violents. Tout commence par un dénigrement systématique de la virilité du compagnon. Critiqué en tant que mari, que père, qu'amant, bientôt c'est sa vie professionnelle et publique qui sera visée, il subira ensuite, généralement, un isolement familial."

ttp://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-hommes-battus-ces-oublies-5467

"L'homme battu par sa femme a fatalement honte de lui-même."

Pas la femme?

"Il s'enferme dans une attitude de négation, s'il ne part pas aussitôt"

La femme aussi, certainement parce qu'au départ on excuse le geste, au départ on sait l'autre violent, impulsif; alors un jour il dérape parce que fatigué parce que déprimé ; on pardonne ...cela n'arrivera qu'une seule fois ... mais cela se reproduit, et c'est banal, on attend des lendemains meilleurs qui n'arrivent pas.

"Cela n'est pas venu seul et n'est pas plus risible que lorsqu'une femme reste auprès d'un homme violent, en espérant qu'il changera"

Partir se réfugier dans une voiture ou sur un banc, c'est encore nier le problème ; puisqu'on rentre au foyer ....on est libre définitivement, on ne parle vraiment que lorsque l'on part définitivement

"Comme les femmes, l'homme a peur pour ses enfants." : il y a sans doute moins de personnes battues au sein des couples sans enfants

On reste également parce qu'on veut réussir son couple, on fait (un comble) des concessions...

" et de fait, les statistiques lui donnent raison : les enfants sont plus souvent maltraités par les mères que par les pères)."

LA j'ai l'impression que les tribunaux connaissent ces stats... on parle certainement plus de mères aliénantes que de pères

ERREUR DE FRAPPE, LAPSUS...

"pour Mam: une femme qui se plait de violence va être crue sauf incohérence grave ...." SE PLAIRE pour SE PLAINDRE

Ni l'un ni l'autre, seulement ENFIN parler...

Voilà, ....sans doute parler trop tard, résultat circulez...j'ai même entendue : rester si longtemps avec un homme qui vous battez mais c'est du masochisme.

j'ignorais qu'il y avait un barème..un laps de temps à ne pas dépasser...un ton à prendre (je parle généralement d'un ton détaché, ce qui montre parait il que je mens)

Nom: 
doris
Site: 
http://

Tuer les enfants c'est le propre de l'homme! Je rêve!

Attention, vos commentaires deviennent insupportables!

Nom: 
pat
Site: 
http://

il s'agit par exemple d'une femme qui se rend au commissariat plusieurs semaines apres les "faits" avec un certificat médical de la veille et qui se plaint de violence grave pour des blessures insignifiantes et plus que suspectes , et fini par reconnaitre qu'elle n'a pas été frappée ...mais qu'elle a juste été un peu violente avec son conjoint

Nom: 
pat
Site: 
http://

vous avez remarqué aussi jusqu'ou on peut aller quand on a des oeillères faites en blindage de char d'assaut.

Pour certain , la fin justifie tous les moyens .

Vous allez voir qu'il va bien se trouver une citation d'un professur de Harvard pour vous démontrer ces délires.

Nom: 
Attention
Site: 
http://

votre impulsivité quasi maladive vous empêche de lire ce qui est écrit pourtant clairement:

si les mères sont plus souvent infanticides, ce sont les pères qui tuent très majoritairement leurs enfants AU MOMENT DE LA RUPTURE du couple !!!

Un très long article de "Libération" daté de 2005 ou 2006, signé par Blandine Grojean, faisait état d'une femme tuée par son conjoint tous les deux jours sur les deux mois d'été et de 1 enfant sur six tué par son père.

Une récente émission sur Europe1 a évalué à plus de dix enfants tués par an par leur père au moment de la rupture du couple.

Ce ne sont plus des oeillères que vous avez Pat mais carrément un aveuglement volontaire !

Nom: 
Attention
Site: 
http://

Ce qui est insupportable ce sont les gens qui extrapolent ou répondent à côté d'une question parce qu'ils ne savent pas lire !

Nom: 
pat
Site: 
http://

je ne pense pas que y entriez un jour.

Vous êtes tellement prévisible attention ce n'est même pas amusant.

Nom: 
zorba
Site: 
http://

attention , on sait d'où elle sort : d'un trou du cvl !!

Nom: 
doris
Site: 
http://

VOILA UN COMMENTAIRE QUI VOLE HAUT! FELCITATIONS!

Nom: 
pat
Site: 
http://

on vient de créer en France des brigades spéciales d'intervention pour lutter contre la violence intrafamiliale, parfait......

sauf que le premier commentaire d'un des oragnisateurs c'était: il faut protéger les femmes, les femmes sont victimes , etc..... des enfants et des hommes ? on n'en parle pas.

Je parie que le nombre de garde a vue d'hommes "dits violents" va décupler et le principe de précaution aidant ces hommes seront jetés hors de chez eux . Ensuite le fil du divorce est tout a fait prévisible car une fois les mesures d'urgences prises et la présomption de culpabilité bien ancrée dans les esprits, comment revenir en arrière une fois l'homme blanchi de tous soupçons.....car il existe des hommes innocents accusés, il en existe beaucoup.

Le principe de précaution lamine chaque jour davantage la présomption d'innocence. En matière de violence familiale, accusation "vraisemblable" vaut condamnation. Je ne parle pas de la condamnation au pénal qui n'aura peut être pas lieu, mais la perte de tout ce que peut espérer un père et un mari lors du divorce qui suit.

Et une accusation vraisemblable , c'est étayé par des témoins qui ont entendu quelques cris, c'est un bleu sur le bras, c'est un certificat complaisant.

Nom: 
Information
Site: 
http://

de tout cela.

Croyez-vous que l'avis d'un Juge est malléable à ce point ? Un peu de respect. Croire que quelques attestations pour des cris ou bleus suffisent pour obtenir un divorce en votre faveur c'est bien méconnaître la justice. Les preuves ne s'obtiennent pas par de simples allégations.

La situation est plus délicae pour certaines personnes qui cumulent preuves tangibles + allégations. Mais encore là je dirais que le Juge, comparé à un citoyen lambda, sera capable de faire la différence, c'est pourquoi il est Juge (+ avec expérience sur la nature humaine et des dossiers présentés). CQFD.

Nom: 
pat
Site: 
http://

quand les preuves seront produites ou pas.....

Apres une garde a vue et une comparution dans l'urgence que croyez vous qu'il soit décidé: par précaution, on éloigne le "tortionnaire" potentiel le temps d'y voir clair, et quand l'affaire est jugée "sérieusement" monsieur n'est plus chez lui, ne voit plus ses enfants , et prend le départ avec le handicap du "il n'y a pas de fumée sans feu" . Quel juge accordera la résidence principale ou même alternée dans ces conditions? Aucun.

Nom: 
pat
Site: 
http://

"personne n'affirme que seules les femmes sont victimes" c'est vrai, mais tout le monde agit exactement comme si c'était le cas.

J'aimerais que l'on me prouve le contraire.

Nom: 
Information
Site: 
http://

et une comparution dans l'urgence de même ne s'obtiennent pas par de simples allégations. Je comprends tout à fait qu'une garde alternée ne soit pas possible dans ce cas conflictuel (les parents sont censés s'entendre pour cela). Mais quel lien faites-vous entre garde alternée et résidence principale ?

Nom: 
pat
Site: 
http://

garde alternée ou residence principale?

le lien est tellement simple entre les deux, ce sont les seuls modes de gardes qui assurent a un parent de voir son enfant. L'un des deux présente un avantage c'est qu'il permet cela aux deux parents.

Quant au fait que les parents doivent s'entendre pour une R A c'est archi faux.

J'ai en main un jugement qui ordonne en accord avec les experts une RA pour préserver le lien de l'enfant avec ses deux parents et maintenir chacun a sa place de parent malgré les violences et les accusations utilisées......

Dire que les deux parents doivent s'entendre pour une RA c'est donner une prime a celui qui attaque les plus tot et le plus habilement , c'est reconnaitre que si les parents ne s'entendent pas il faut en évincer un, c'est ce qui se passe de fait tres souvent.

Nom: 
alyzée
Site: 
http://

Bonjour à tous,

Malgré le fait d'avoir été victime de violences conjugales le JAF a statué que mon mari garderait le domicile conjugal. Sur les résultats de L'ONC le délai pour que je parte du domicile n'a pas été stipulé, mon avocat est parti en vacances je ne sais donc pas comment faire sachant que j'ai deux enfants d'une précédente union.

Nom: 
Alyzée
Site: 
http://

Je dois rentrer aujourd'hui et je ne sais pas si je pourrais accéder a mes affaires. Que faire si mon mari m'en empêche? Rien????!!

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA