Nov
12
VIVE LA LIBERTE D'EXPRESSION

Notre consoeur Michèle BAUER du barreau de Bordeaux nous fait part dans son article d'une polémique concernant la prochaine revue des avocats bordelais, intitulée "Pas ce soir, j'ai mes Rachida".

D'aucuns esprits chagrins trouvent le titre...sexiste et raciste... et voudraient le censurer.

Je trouve ce titre vulgaire c'est évident, mais pour autant je ne vois pas pourquoi il serait censuré.

Je n'apprécie guère ce type d'humour, et alors...

Je tiens beaucoup à notre démocratie et elle me semble ici en cause, le sujet n'est pas si léger qu'il y parait.

Je ne vois pas en quoi le titre est raciste ni sexiste. La caricatures et l'exagération, si chères à la presse, sont les piliers de ces revues de l'avocat qui ont pour but de brocarder la vie judicaire, locale et nationale.

Un jeu de mot grossier suffirait à justifier une censure???

A force d'être politiquement correct on devient mortellement ennuyeux, comme une dictature.

Messieurs les censeurs, comment auriez-vous réagit si la demande était venue du Ministère??? Auriez-vous hurlé à l'ingérence inacceptable, à la censure illégale??? Je l'espère et veut le croire, c'est notre fierté d'avocat que de se battre pour l'ouverture et la démocratie.

Commentaires

L'article de notre confrère Michèle BAUER (au fait, vous ne dites pas "consoeur ?).

Il n'est pas question de censurer quoi que ce soit !

Mais que cette même liberté d'expression nous permette de dire haut et fort que ce titre est d'une très grande vulgarité, indigne de notre profession (quoi qu'on puisse penser de notre Garde des sceaux).

Honte sur l'auteur !

je partage ce point de vue et suis heureuse d'être libre de le faire.

c'est contre ces confrères censeurs, qui souhaitaient que le titre soit retiré que je pestais

consoeur et hyperlien

voila qui est réparé

Notre Confrère Gérard BOULANGER est à l'origine de la pétition contre le titre ragnagna et l'association de la revue au lieu d'écrire une réponse intelligente, a remplacé le titre initial par j'ai mes boules anger... sans commentaires

oui à la liberté d'expression mais non à la vulgarité

j'ai l'impression que la revue est intouchable, je ne pense pas que les auteurs de la pétition (que je connais bien par ailleurs) aient voulu censurer, ils ont voulu dénoncer la vulgarité et ont utilisé à mon sens la mauvaise méthode et surtout leur réaction était disproportionnée et trop rapide, à chaud, trop à chaud !

Les Confrères qui ont rédigé la pétition n'ont pas demandé le retrait du titre mais ils l'ont dénoncé

a quoi peut bien servir une pétition, à rallier la foule à leur panache du bon goût?

Allez voir le site Cosal comme il apprécie et dénonce d'une manière virulente ce titre

Cliquez ICI

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA