bogucki

Par brigitte.bogucki le 29/02/08
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 4 mois

Je vous annonce la naissance du blog de l'association nationale des avocats spécialistes en droit des personnes.

Par brigitte.bogucki le 29/02/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 7 mois

Puisque c'est à Paris et en juillet (on avance), voyons si c'est plutot week-end ou semaine et à quel moment de la journée.

C'est un questionnaire à choix multiple (mais il a choisi seul l'emplacement des options...)

Par brigitte.bogucki le 28/02/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 8 mois

je suis, comme beaucoup, très "polar".

en outre, j'adore l'histoire, donc les polars historiques font mon bonheur.

Je vous conseille les ouvrages de Michèle Barrière, ce sont, d'après ses propres dires, des romains noirs et gastronomiques.

Ils se passent au moyen âge, la cuisine de l'époque y est à l'honneur et les meurtres s'y résolvent habilement.

Souper Mortel aux Etuves (à Paris au moyen âge) se passe en l'an de grâce 1393... (éditions Agnès Viénot)

Par brigitte.bogucki le 27/02/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 8 mois

La commission Guinchard a un blog sur cette blogosphère, n'hésitons pas à nous y exprimer.

Par brigitte.bogucki le 26/02/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 8 mois

Alors en pratique, on fait ça où et quand?

Par brigitte.bogucki le 25/02/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 8 mois

Me BOGUCKI est intervenue ce matin sur France Info sur les dettes des concubins, vous pouvez l'écouter ci dessous

Par brigitte.bogucki le 12/02/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 8 mois

Même loin et quand il fait très beau, il faut savoir travailler.

Mais il est vrai que les conditions sont agréables

Par brigitte.bogucki le 11/02/08
Dernier commentaire ajouté il y a 2 années 6 mois

L'avocat peut plaider partout sur le territoire français, ce qui comprend la métropole et les dom tom.

C'est ainsi que je suis amenée régulièrement à me déplacer, parfois dans ma région, parfois un plus loin (j'étais à Blois la semaine passée) ou, comme en ce moment très loin (j'écris de l'Ile de la Réunion ou il fait très chaud et il pleut à verse aujourd'hui).

Mais pourquoi demander à un avocat de se déplacer? Plusieurs raisons sont à l'origine des choix de mes clients.

Parce que l'important est de trouver un avocat compétent, spécialiste de la matière et avec lequel une vraie relation de confiance s'instaure et ce au mépris des distances.

Parce qu'un divorce est une chose très personnelle et qu'il est parfois difficile dans une petite ville de

cacher que l'on va chez l'avocat, c'est tellement plus simple avec un avocat ailleurs.

Parce qu'il y a parfois entre le lieu de l'audience et le tribunal une distance très importante et que le client va donc devoir choisir entre prendre un avocat inconnu près du tribunal ou un qu'il choisit plus près de chez lui.

Parce qu'un divorce est une chose intime avec parfois des inélégances, certains préfèrent que l'avocat local n'intervienne pas.

Parce que l'avocat local a déçu le client et qu'il n'a plus confiance et souhaite impérativement un spécialiste, qu'il ne trouve pas à proximité immédiate.

Parce que certaines situations sont dramatiques et que, comme pour un médecin, il est important de faire le bon choix, au mépris des kilomètres.

Par brigitte.bogucki le 08/02/08
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 11 mois

Lorsque l'on fait une procédure en reconnaissance ou en contestation de paternité, la loi applicable est celle de l'enfant.

Le tribunal français devra donc appliquer une loi différente de la sienne et c'est le juge qui doit se charger de la trouver, au besoin avec l'aide des parties.

C'est donc en fonction du droit applicable à l'enfant que doivent être vérifiés les points fondamentaux de l'affaire.

Or la législation étrangère est parfois très différente de la nôtre, tel pays par exemple refusant toute possibilité de reconnaissance forcée pour un enfant né d'une relation adultère.

Par brigitte.bogucki le 08/02/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 4 mois

Lorsque celui qui doit la pension alimentaire saisit le juge pour en demander l'arrêt parce qu'il considère que son enfant, majeur, n'en a plus besoin, c'est à lui qu'il incombe de le prouver comme l'a rappelé la Cour de Cassation dans un arrêt de la première chambre civile du 22 février 2005.

Or cette preuve est parfois difficile, notamment lorsque le parent n'a plus aucun contact ni avec l'enfant, ni avec la mère.

Il faut donc être très attentif à ce problème de preuve et récolter tous les éléments y afférents avant de faire une demande, sous peine d'être purement et simplement débouté.