May
22
La parole de l'adolescent dans la séparation des parents

Depuis l'article 388-1 du code civil, dont j'ai déjà parlé sur ce blog ici et , le juge doit entendre l'enfant qui en fait la demande dans une affaire le concernant.

La parole de l'enfant, et plus encore celle de l'adolescent ont pris depuis lors une place fondamentale, voire même prépondérante et trop souvent les juges se retranchent derrière le désir de celui-ci pour statuer, au vu de son âge.

Mais c'est ignorer deux vérités qui, si elles ne sont pas juridiques n'en sont pas moins des réalités quotidiennes.

1°) Les adolescents ne sont pas des adultes et il n'y a pas de raison pour que sous un fallacieux prétexte on leur délègue un pouvoir dangereux, celui de décider de leur lieu de résidence quand les parents sont séparés donc, d'être les acteurs de cette séparation.

2°) Les adolescents sont en révolte et ils sont donc particulièrement manipulables par celui des parents qui va, pour obtenir ce qu'il veut, leur offrir ce qu'ils désirent au mépris parfois de leur intérêt final.

Commentaires

Nom: 
le magistrat ou la raison ?
Site: 
http://

tout à fait d'accord avec vous Maitre, et il y a là une utilisation possible à des fins malveillance sur la séparation conjugale. Mais après celà, que devient le couple parental, inutile de répondre... nous le savons tous !

Reste une solution : définir enfin cette notion molle qu'est l'intérêt de l'enfant !

sur cette vue de molesse, elle n'est pas de moi, mais du doyen Carbonnier...

Nom: 
Jenny
Site: 
http://

...mais il faut bien se rendre à l'évidence, il y a bien un vide juridique ou un manque de volonté d'améliorer le dispositif actuel de protection de l'enfance.

Dans le cas de mes enfants, après avoir essayé toute la panoplie de moyens, la justice leur demande tout bonnement, après avoir constaté l'emprise perverse qu'ils subissent, leur souffrance et l'intransigeance irrationnelle de leur père et sa famille, de "prendre du recul vers la voie de l'autonomie".

cherchez l'erreur.....

Nom: 
jenny
Site: 
http://

Je constate que dans le cas personnel de mes enfants, comme dans bien d'autres, de plus en plus nombreux, que leur soit-disant liberté de parole a insidieusement ouvert le champ à d'irréversibles effets pervers , généré leur souffrance et détruit leur équilibre.

Quand tout est détruit, il faut bien se donner un but.

Alors, pour ne pas sombrer tout à fait dans le désespoir, je vais donc préparer un dossier et le transmettre à la Défenseure des Enfants qui, il y a 3 ans, répondait à mon courrier en me conseillant laconiquement, par une lettre-type, de m'adresser à la justice......

Si je ne peux rien faire pour mes enfants, j'espère au moins faire réfléchir nos autorités et leur ouvrir les yeux sur ces citoyens qui se croient tout permis avec la bénédiction forcée de la société, qui ne reconnait pas le harcèlement intra-familial, en l'occurrence, de la part d'un adulte envers ses propres enfants, alors qu'elle punit durement un chef de bureau qui profite de son statut pour prendre des libertés tout aussi impardonnables envers ses subalternes. Pourquoi protéger des adultes d'autres adultes dans un monde d'adultes et pas des enfants face à des adultes fussent-ils leurs parents ?

Sans doute la société est-elle dans le même déni que moi qui ne voulais pas admettre que mes enfants chéris puissent se mettre à haïr, voire à souhaiter la disparition pure et simple de leur maman pour remplir plus vite et catégoriquement la mission que leur père leur avait donnée.

Je regrette de devoir être brutale mais après 3 ans que dure cette épreuve, il faut savoir regarder la vérité en face pour pouvoir s'en remettre, si possible. et en témoigner.

Nom: 
jenny
Site: 
http://

...j'ai oublié de préciser que les enfants auxquels cette injonction était donnée, avaient 12, 14 et 16 ans.

A ce moment là ils étaient encore capable de me désigner comme leur "mère".

Aujourd'hui on me désigne par mon nom de jeune fille.

Exactement comme leur père qui, dès le lendemain de ma mise dehors, a cessé de m'appeler par le diminutif de mon prénom, pour le remplacer par mon prénom d'état civil C.....e. Puis il a employé C....e S.....r, puis C. S....., puis par Mme S ......, à quand Mme X ?.

Quelle autonomie des adolescents peuvent-il prendre face à un parent aussi machiavélique ? et toujours en toute puissance .

Nom: 
charlie
Site: 
http://

que faire ?

Ah Jenny, j'aimerais tant pouvoir vous dire de ne pas perdre espoir.

Mais tant que vos enfants seront sous l'influence totale de leur père, je vois bien tout comme vous qu'aucun espoir ne vous est permis.

Si encore on pouvait penser raisonnablement qu'en grandissant ils se rendront compte... mais comment le pourraient-ils après des années d'embrigadement ?

J'ai subi moi-même les conséquences désastreuses d'une audition d'enfant manipulé par son autre parent. Même si cela n'a pas atteint l'exlusion totale que vous subissez, je suis conscient qu'il aurait suffi que mon ex-femme le désire pour que cela soit !

Elle a fait mentir notre fils d'à peine 8 ans, ce qui en soit n'est pas un bien grand exploit, les enfants sont tellement influençables.

Ce qui est inconcevable en revanche, c'est que le juge ait suivi aveuglément les "souhaits exprimés par l'enfant" pour réduire mon DVH au minimum que sa mère n'avait pas pu obtenir faute d'arguments, sans même considérer que les "souhaits de l'enfant" n'étaient pas plus argumentés !

Mais là où on demande aux adultes de justifier leurs demandes, aux enfants on ne demande que l'expression de souhaits, auxquels le juge n'a plus qu'à dire "amen".

Quelle aberation, quelle folie que ce pouvoir qu'on leur donne ainsi !

Et que l'on donne à travers eux au parent sans scrupule qui utilise promesses et mensonges pour les manipuler... et arriver à ses fins.

Nom: 
jenny
Site: 
http://

Merci Pat.

Ce qui me détermine encore davantage à informer la Défenseure des Enfants de l'effet pervers et destructeur de cette "liberté" de parole qui leur est donnée, les conduisant à une véritable phobie du parent transformé en cible consentante.

Bon courage à tous les parents qui voient leurs enfants être sacrifiés sous prétexte de justice familiale sur l'autel de la Loi du plus possessif ou du plus cupide, ou du plus barbare de ses parents quand ils ne cumulent pas les 3 ....

Nom: 
Lionel LOUIS
Site: 
http://

Et si les enfants ne ployent pas, vous pouvez les descendre de voiture et les poser sur la place d'un village entre la résidence de Papa qui en avait la résidence principale et maman et leur mettre en main ce marché : Soit vous dites au juge que vous voullez habiter chez votre mère, soit je vous laisse ici!!!!.vote choix???....ainsi, vous aurez de grandes chances de leur extirper la bonne parole ici parole maternelle...pour une écoute en fn de matinée d'audience entre 13h33 et 13h36...et ça marche, je vous le garantis!!!!

Le méchant Papa a ensuite essayé de voir ses enfants qui n'allaient pas très bien dans cet envirronnement familial des plus bienveillants, à l'hopital psychiatrique pour l'ainée (6mois), dans l'élevage de lamas pffff!!! pffff!!! pour l'autre, dans la campagne pour celle qui fugue, et nulle part pour la troisième...et puis nulle part pour toutes...

Et Mme le juge de déclarer :Monsieur, je ne ferai pas de traitement social de la situation de maltraitance....et Mme le Juge de fabriquer des pavés sociaux!!!!

l'une d'elle extenuée a un jour pris sa moto pour foncer dans un mur de face, elle l'avait écrit ainsi...

Réponses ASE : rien

Réponse juge des enfants 16 mois après (avec 4LRAR) : rien

Réponse Procureur aux 12 plaintes : une médiation familiale ou le père n'a pas été invité!!!

Réponse Procureur aux 15 plaintes suivantes et aux 20 LRAR : rien

Réponse JAF : Une seule séance point rencontre possible mise en place 5 mois après le jugement pour une durée de 6 mois...

Ensuite : bonnes vacances les enfants, profitez bien de la confrontation à la réalité de votre maman parole d'éducateur Professionnel non!!!

Dommage pour la France!!!

J'oubliais : tout le malaise des enants n'est qu'à cause du Père : parole de JAF!!!! Le père est très dangereux puisque ces dégats ont été provoqué lors des moins de 10 heures ou il a vu ses enfants, non 30 heures en trois ans!!!

Bon courage à MMes les juges, vous devez être surmenés...

Cordialement aux parents dans cette situation, compassion pour leurs enfants

Lionel

Nom: 
Beryl
Site: 
http://

Le juge peut-il entendre les enfants lorsque ceux-ci sont de jeunes adultes (l'un travaillant et l'autre étudiant) restés vivre avec leur mère car celle ci est handicapée

(invalidité 80%)?

Nom: 
charlie
Site: 
http://

les jeunes adultes (+ de 18 ans) ne sont pas concernés, il s'agit ici d'audition d'enfants mineurs par le juge aux affaires familiales.

Il s'agit essentiellement de procédures concernant leur mode de résidence.

Nom: 
Information
Site: 
http://

a bien dit que la parole de l'ado est essentielle quand bien même ce dernier devait choisir de vivre avec le parent qui le manipule, il est dans son droit. J'ajouterai que l'ado n'est pas totalement immature et qu'il est capable de faire des choix affectifs qui eux doivent être respectés.

Nom: 
Attention
Site: 
http://

de choisir son lieu de vie sans que ce soit pour autant un choix affectif !

Nom: 
pat
Site: 
http://

Il faut repecter le choix de celui qui a le revolver sur la tempe. C'est la prime a la délinquance. Cela permet d"assurer la meilleure éducation de l'enfant, car contredire le choix d'un enfant est naturellement monstrueux dans le meilleur des mondes que vous nous promettez, sauf que par ailleurs une bonne éductaion comporte normalement un certain nombre de refus catégoriques mais c'est un autre chapitre?

Vous savez quoi? je suis tout a fait persuadé qu'il n'y a pas besoin d'encourager beaucoup la plupart des enfants pour qu'ils exprimment leur désir marqué de ne plus aller a l'école et de se nourrir exclusivement de nutella rivés a un ordinateur. Il faudra alors eviter dee les contrarier. En effet le nutella et l'ordinateur sont(r des figures d'attachement parfaitement acceptables pour un enfant...

Nom: 
jenny
Site: 
http://

Comment pouvez vous décemment faire de si creuses généralités sur un sujet aussi sensible ?

Au lieu d'ouvrir la discussion passionnante que nous offre Me Bogucki, vous assenez des certitudes complètement dénuées d'intérêt pour nous qui cherchons non seulement des réponses aux questions qui nous permettent de garder espoir tout en perdant notre naïveté, mais qui souhaitons partager notre expérience, un expérience que vous n'avez jamais effleurée, grand bien vous fasse.

Ce ne sont pas seulement des ados d'ailleurs, qui imposent leur "parole" aux efforts des juges, dont certains remplissent ou s'efforcent de remplir leur mission .

Cet arrêt leur sera utile, sans nul doute.

Nom: 
jenny
Site: 
http://

et de grâce, arrêtez de citer Madame Françoise Dolto.

Si elle était parmi nous, elle serait complètement écoeurée de savoir que sa parole est instrumentalisée par vous et celles qui comme vous défendent une vision manicjéenne et simpliste. Elle souffrirait pour tous ces jeunes, pré ados et ados, de plus en plus nombreux , qui sont broyés par la stratégie mise en place par l'un de leurs parents, et par l'indifférence de certains juges qui tels Ponce Pilate, renvoient ces ados à leur parole, leur responsabilité et à leur souffrance.

Nom: 
Attention
Site: 
http://

Lorsque les parents s'entendent, si un ado dit son souhait de vivre chez un parent plutôt que l'autre en expliquant ses raisons, les parents l'acceptent et l'ado ne souffrira d' aucun diagnostic très mode "d'enfant anormal car manipulé" !

Mais si les parents du même ado ne s'entendent pas, l'ado devient ipso facto un "anormal dangereusement manipulé" !!!

Ben voyons......

Nom: 
pat
Site: 
http://

c'est exactement ça Attention, vous avez tout compris de l'expression libre d'un enfant qui tres spontanément écrit a un juge pour expliquer qu'il rejette totalement un de ses parents. tres spontanément est amené au commissariat et en présence de l'autre parent déclare dans une main courante exactement ce que se tue a dire ce parent a longueur de procédure mais que n'avaient pas compris les experts et enquêteurs sociaux.

Il y a un monde entre un enfant qui exprime un désir et un enfant qui revendique une séparation, ça vous ne le comprendrez jamais, car il faut soit avoir un peu d'ouverture, soit l'avoir vécu.

Nom: 
Jenny
Site: 
http://

.....bien entendu, rien de plus normal !!

Nom: 
jenny
Site: 
http://

Si une jurisprudence peut permettre d'alléger la souffrance d'un parent mis en quarantaine de longues années , et de ce fait, de décharger les enfants aliénés contre celui-ci de leur sentiment de culpabilité, en quoi cela vous gêne-t-il ?

Ces discussions procédurières et creuses n'apportent rien à notre réflexion, sur des situattions de dysfonctionnement parental et juridique, une réflexion de surcroît aimablement proposées par Me Bogucki à qui la moindre des politesses serait d'alimenter cette judicieuse réflexion ou lieu d'abaisser le débat comme vous le faites.

Nom: 
Attention
Site: 
http://

d'amalgamer le souhait d'un ado de vivre dans un lieu plutôt qu'un autre et le souhait de rejeter totalement un parent !!!

Votre ouverture d'esprit se situe manifestement au milieu de votre nombril Pat !

Par hasard, j'ai vu un bout d'émission sur le thème " j'ai honte de ma mère".

Il s'agissait de jeunes adultes, en dehors de tout problème de séparation parentale, qui avaient coupé les ponts avec leur mère pour diverses raisons. Vous allez bien nous pondre une explication à la Pat pour expliquer ce phénomène extra-or-dinaire : le fils ou la fille de...qui rejette un parent !!!

Ciel ! mais comment que ça se fait...???

Peut-être y a t-il un âge ( 18 ans + 1 jour) où ce phénomène est possible. Et où sont dans ce cas les "experts" et "enquêteurs sociaux" ??

Nom: 
Information
Site: 
http://

l'ado comme le dit encore notre très chère Dolto (n'en déplaise à certains, la parole est libre) devrait pouvoir bénéficier d'un lieu protégé (un foyer) où il pourrait se retirer, libre de toute situation qu'il jugerait néfaste à son développement.

Encore une fois, la loi prévoit qu'un ado puissent demander son émancipation. Plusieurs mesures sont déjà en place. L'écoute que peut apporter un Juge va également dans ce sens et s'il prend de plus en plus en compte ses choix, ce n'est que justice.

Je conçois que cela soit difficile à entendre mais l'ado doit un jour voler de ses propres ailes et cela commence probablement par le libre-arbitre qu'on lui conscent.

Nom: 
pat
Site: 
http://

Attention ne parle pas de ça.

Mais la vous avez raison sur le principe, il est important de retirer l'enfant (ado) du conflit, mais comme il est mineur il est bien difficile de le placer dans un contexte neutre sauf a le placer dans les services sociaux, ce qui n'est pas une bonne solution ou en pension, ce qui sera rarement accepté.

Nom: 
pat
Site: 
http://

La crise d'Hystérie survient parfois aussi chez l'ado qui manque d'arguments et qui théatralise pour compenser l'absence de raison. D'ailleurs il n'y a pas que les ados a utiliser cette ficelle.

Nom: 
Attention
Site: 
http://

Parce que d'après vous, Jenny, cet arrêt contre l'Etat français va consoler la pauvre mère de ne pas avoir vu ses enfants depuis 17 ans ?????

Ce n'est plus être naive.......ou alors il lui en faut peu pour être consolée !

Mais surtout, penser que des décisions toutes juridiques qu'elles soient, empêcheront jamais un homme ou une femme d'être "cinglé" dans l'exercice de sa parentalité, relève de science-fiction !. Par ailleurs, je ne vous reconnais aucune compétence pour juger de la valeur de mes interventions : le monde ne tourne pas autour de votre seul cas.

Nom: 
calie123
Site: 
http://

nous venons de passer l'expertise psy, mes enfants, moi-meme et leur père. D'après l'expert le père de mes enfants ( qui les violentent de plus en plus; il y a eu dépot de plainte et il a été mis en garde à vue pour violences volontaires sur mineur de moins de 15ans)) va très bien, n'a aucune pathologie et... a disputé mes enfants... il leur a dit qu'il fallait qu'ils arretent de se chamailler et que c'était normal que leur père leur fasse mal quand c'était le cas... j'en suis resté perplexe. Mon fils m'a dit que le monsieur n'avait pas voulu entendre que papa faisait mal. Bref le psy tient le discours de mon ex. A cela il ajoute qu'il faut que j'arrete de faire cas des excoriations( vaisseaux sanguins éclatés sur tous les avant bras), des bracelets de bleus et du fait qu'il balance ses enfants par terre pour se défouler, car c'est moi qui en faisait toute une montagne.A savoir que mes enfants veulent continuer à voir leur père mais pas dormir chezlui. Je n'y voit pas d'inconvénient sauf que ça n'arretera pas les violences. Que dois je faire? Est ce que je peux écrire un courrier au juge pour lui expliquer? Je suis completement perdue et attérée par la tournure des evenements! Les enfants et moi-meme nous retrouvons accusés de se faire malmener, et l'auteur des faits ( avérés par certificats médicaux, police..) se retrouve la victime.... Que dois je faire sachant que je n'ai pas envie de passer par une contre expertise car tout cela mine autant les enfants que moi. ( a savoir que la psychologue qui a déja suisvi les enfants ds le cadre de violences du père des enfants a fait une attestation disant que les violences existaient depuis 2007).

Nom: 
lambert
Site: 
http://

J'ai lu et relu les interventions et sauf d'expérience personne ne peut dire comment régir. Notre dossier dure depuis 7 ans, et trouve son origine dans un divorce et une plainte d'une psy de milieux scolaire à charge de la mère et son compagnon, pour mauvais traitement. Après avoir voulu dire ce qu'ils vivaient, les enfants se sont faits manipuler. Le schéma est simple, celui qui récupère le pouvoir donné aux enfants, possède les clef de toutes les procédures en justice. J'étais un papa poule, sans beaucoup de moyens après un divorce difficile, mon ex s'est "collèe" puis remariée avec un rentier. La suite: cadeaux, aisance, sorties vacances... Du papa aimé je suis devenu celui chez qui ils ne veulent plus mettre un pied. La justice ? complaisante et débordée est agacée par mon instance à vouloir avoir les enfants malgré eux. Psy, rencontres, témoignages rien ne m'a permis de faire entendre ma souffrance jusque il y a quelque jours. Un juge estimant qu'une coach privée, payée par la maman était un geste un peu déplacé, s'est adressé aux enfants en leur disant qu'ils devaient venir chez moi sous peine d'être placé. Tous se sont rendu compte de la manipulation perverse mise en place, des moyens parasites promettant l'aisance facile, la liberté sans contrainte, tous ont perçu ma blessure, mes craintes fondées de dérapage, et la réalisation en concret des événements annoncés par mes avertissement. La part des choses... il n'y en a pas. Ce qu'il y a en revanche c'est une carence de formation des magistrats, un manque de temps, des moyens mal employé. L'argent mis dans un internat aurait pu payer un véritable psy... Un seule vérité: on ne peut en parler que lorsque on l'a vécu, le reste sortant de Dolto et autre référence manque cruellement d'une adaptation à la réalité. A quand une aide au parent broyé par ce système, l'ado lui va vers sa vie, mais vous finissez chaque jour de la votre avec un mal au bide inguérissable. Chaque mot dit reste une blessure, chaque câlin non reçu une fêlure le pire est que rien n'y est préparé et encore moins le père que j'étais, je suis et resterai.

Nom: 
CHARLIE
Site: 
http://

"celui qui récupère le pouvoir donné aux enfants, possède les clef de toutes les procédures en justice"

c'est tout à fait cela, avec les auditions d'enfant ce n'est pas l'intérêt de l'enfant que l'on écoute, c'est la volonté du parent sans scrupule qui se sert de son propre enfant pour évincer l'autre parent.

Moi aussi mon ex-épouse s'est servie de l'aisance financière de son nouveau conjoint pour amadouer mon fils et l'inciter à limiter le temps qu'il passait avec moi, qui ait des moyens plus modestes d'une part, et que ne suis pas dé

Nom: 
charlie
Site: 
http://

pardon, mon message a été coupé...

je disais donc que : d'une part j'ai des moyens plus modestes que le nouveau conjoint de mon ex-femme, et d'autre part je suis totalement défavorable à la surenchère matérielle pour "acheter" la loyauté de son enfant.

Mais un enfant a une vision à court terme des choses, et lorsque maman lui propose un super activité très couteuse au lieu d'aller chez papa... il n'hésite pas bien longtemps et récite docilement au téléphone les phrases que maman lui a soufflées.

Je tiens bon malgré tout et je reste là pour lui, j'espère qu'un jour il prendra conscience que l'amour de son papa est plus important que les biens matériels dont il dispose chez sa maman.

Nom: 
Attention
Site: 
http://

Oui mais....ne pas écouter l'enfant c'est aussi la porte ouverte à bien des abus !

C'est moins un problème d'audition de l'enfant qu' un problème de formation ( et de temps) des juges à l'audition de l'enfant !

Nom: 
nat
Site: 
http://

Cette phrase me fait bondir elle m'apparait tellement naive. Un ado ou un enfant manipulé n'a pas le choix alors comment parlé de choix affectif ici. C'est au contraire un non choix guidé par de longues et perverses manipulations. Après je passe sur les effets qui vont découler d'avoir été manipulé, l'image que donne l'exclusion d'un père ou d'une mère qui n'a fait que lutter contre les desirs d'exclusion.

Il me semble que le devoir premier d'un parent est de proteger son enfant. Comment accepter de se faire exclure de son rôle parental quand on sait que l'enfant est laissé à ses jeux de manipulation et pervers qui malheureusement ne s'arreteron pas avec l'exclusion car le parent manipulateur a des problèmes psy à résoudre.

Nom: 
pat
Site: 
http://

en effet si Dolto a dit cela elle etait ou naive, ou tellement engluée dans ses croyances qu'elle était incapable d'ouvrir les yeux. On voit parfois ça chez les plus grands spécialistes malheureusement.

Dans la même logique il faudrait suivre un ado dans ses choix sur le travail scolaire, le respect aux autres, la drogue etc......J'imagine assez bien le résultat.

Nom: 
pas de chance
Site: 
http://

Mon ami s'est vu lui aussi retirer ses droits d'hébergement après que la mère ait manipulé sa fille de 13 ans pour lui faire dire ce qu'elle voulait. Le premier jugement se base uniquement sur les dires de l'enfant. Dans le deuxième, ce sont encore ses propos qui sont rapportés et fondent en grande partie la décision du Juge. Aucun de ces deux juges n'a relevé qu'un enfant de cet âge à notre époque ne s'exprime pas avec le vocabulaire cité.

Maintenant, on voit les dégâts : l'enfant qui se trouve et d'une privée de son père pour le restant de son adolescence et de deux doit porter la douleur de voir celui ci déprécié dans son image, et qui aime son père pardessus tout, ne cesse de pleurer, ne comprend rien -elle aime sa mère et c'est bien normal, mais celle ci lui a laissé croire que la démarche au tribunal ne venait pas d'elle mais du tribunal lui même-. Et le fait de se savoir en partie responsable de cet état de fait lui occasionne également une grande souffrance. Les juges adorent croire qu'ils protègent les enfants, alors que dans ce cas précis, ils signent pour l'enfant concerné des problèmes psychologiques pour le restant de ses jours....

Nom: 
pat
Site: 
http://

Eduquer un enfant c'est savoir l'écouter mais aussi savoir lui imposer un certain nombre de choses contre sa volonté exprimée , afin de l'aider a se construire et de le rendre apte a la vie en société.

Quand un enfant demande a ne plus voir un de ses parents, sauf si c'est un tortionnaire avéré, il faut creuser, et dans toutes les directions; accéder a son désir comme allant de soi c'est donner le feu vert a sa destruction.

Nom: 
pas de chance
Site: 
http://

Surtout que dans le cas que je cite, l'enfant n'a pas demandé à ne plus voir le parent en question, n'a pas demandé une audition à l'avocat c'est la mère qui lui a pris le rv enfin c'est ce qu'elle a dit à son père et le lui a présenté comme une obligation.

Concernant les droits de visite du père, c'est la fille

qui a demandé lors de cette audition de le voir quand même tous les quinze jours, si elle ne l'avait pas fait, il ne verrait plus ses enfants du tout !!

Mais les juges ne creusent rien du tout, vouloir de la part d'une mère protéger ses enfants d'un père alcoolique semble être un sésame, or ce père s'est toujours très bien occupé de ses enfants, ne buvait plus quand elle l'a trainé au tribunal mais a recommencé ensuite (évidemment !), et je constate tous les jours que son "alcoolisme" n'est pas un problème, il s'occupe très bien de mes propres enfants qui d'ailleurs ont pleuré d'incompréhension et de sentiments d'injustice en apprenant la décision finale.

Quant à la fille de mon ami, parler de destruction n'est pas exagérer je crois...elle a si lourd à porter, son père lui manque tellement....

Nom: 
pititekestion
Site: 
http://

Bonjour à tous et toutes, je reste dans le sujet "un enfant demande la parole". Ma fille a bientôt 13 ans, son père qui l'a 1 mercredi et 1 we sur 2 lui a dit qu'à cet âge elle pourrait se faire entendre et obtenir la garde alternée. Il fait croire à mes enfants que je "bloque" la procédure de garde alternée alors qu'il ne fait rien pour.. moi je voudrais bien "tester" avant d'officialiser pour ne pas prendre de risque et que mes enfants se rendent bien compte qu'une semaine entière chez le papa n'est pas forcément aussi "festif" qu'un we sans contraintes. Je sais que je peux faire une requête mais je serai donc la "fautive" si la garde ne se passe pas bien. Si c'est lui qui la fait, pourrais je mettre un "bémol" et demander une période d'essai quand même ? donnez moi vos conseils. Merci

Nom: 
YARA972
Site: 
http://

A 13 ans votre enfant peut être entendu et le juge suivra tres certainement les demandes des enfants. Quant à la période d'essai!!! je n'y crois pas. Par contre si cela ne se passe pas bien, l'enfantr pourra de nouveau se faire entendre et expliquer ce qu'il veut comme changement.

Mais si c'est monsieur qui veut faire modifier le DVH, laissez le gérer ses affaires.

Attention, si vous "testez" sans document officiel et que cela ne vous convient plus et si monsieur a fait constater l'etat de fait il demandera au juge de statuer dans la continuité donc de garder la résidence alternée (il demandera certainement à ce que les enfants soient entendus)

Nom: 
seleo
Site: 
http://

La loi de 2002 qui autorise la résidence alternée prévoit clairement la possibilité d'une période d'essai de 6 mois, il faut en faire la demande au juge.

Bien sûr cela implique une 2nde audience au bout de 6 mois pour faire le point et adopter une solution pérenne.

Si les 2 parents sont d'accord pour un essai de 6 mois, pas besoin d'audition d'enfant.

Par contre si au bout de 6 mois il y a désaccord sur le "bilan" de l'essai, l'audition du/des enfants(s) s'imposera certainement pour que le juge ait tous les éléments de décision.

Nom: 
lucette

je me permet de vous écrire pour vous propos un formidable marabout papa vaudou qui m a sauvé en me ramenant mon époux qui m a quitté depuis 3 ans. Il réalise les travaux comme : Voyance précise de détaillée pour le bien être de tous. Amour , mariage , examens , protection contre le danger ,problème de couple... Tout être humain mérite le bonheur, il faut savoir comment le trouver. Pas de problème sans solution Problème de famille Examens, Concours Desenvoutement Impuissance sexuelle Entreprise en difficulté Problème de Couple: infidélité ,amour... Protection contre les dangers Retour immédiat de l'être aimé, fidélité absolue entre époux, protection contre tous les dangers, dés envoûtement, maladies inconnues, problèmes familiaux, impuissance sexuelle, réussite aux examens, dans le travail et permis de conduire... 
Il peut vous aidez je vous assure tout il effectue des travaux payement apres satisfaction.
contacter le sur le 00229  67 88 27 01 ou par email : puissantmarabout2014@outlook.fr ou par Skype: Hounon.amangnon

 

 

 

Nom: 
castor

bonjour, après notre séparation j'imagine que c'est exactement ce que leur mère dit à mes enfants...

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA