Dec
29
Contes et Légendes de Provence

Il était une fois trois petits présents de nationalités différentes.

Le premier était français, le deuxième canadien et le troisième américain.

Comme à son habitude, le premier se croyait le plus beau le plus fort, mais surtout le mieux armé pour combattre toutes les situations, même les plus imprévisibles. Imaginez alors quelle pouvait être son assurance face aux situations qui ne l'étaient pas. Ce fameux lièvre se nommait Lap'oste.

Le deuxième était plus réservé. Il était souvent raillé pour son étrange accent qui faisait de lui l'amuseur public allant jusqu'à réduire à néant, aux yeux des ignorants, ses compétences pourtant incontestables. Ce druide se nommait Déhachel.

Enfin le troisième était un mâcheur de chewing gum qui, s'il avait régné en maître durant des décennies, devait désormais faire ses preuves à l'examen. Ce coyote se nommait Fédexe.

Telle une fable de Jean de la Fontaine, quelqu'un eut l'idée de les inscrire à une course aux présents. Ladite course devait se déroulait au mois de décembre et afin de célébrer la nativité, Lap'oste Déhachel et Fédexe devaient arriver à destination au plus tard le 24 décembre pour servir d'offrandes aux hôtes et invités au repas du Seigneur.

Le jour du départ arriva. Afin de tester leur vélocité, leur esprit de combativité, leur dévouement, chacun fut d'accord de partir de son pays d'origine. Imaginez l'arrogance de notre lièvre lorsque celui-ci sur sa ligne de départ comprit qu'il n'aurait que quelques kilomètres à parcourir. Celui-ci qui n'était pourtant pas originaire du pays des ours, avait indubitablement déjà vendu sa peau...en y réfléchissant bien, cela n'était pas étonnant puisque ce n'était pas lui qui l'avait payé...

Ainsi vont les choses.

Après avoir traversé les airs, les océans, les terres, les routes et autres sentiers enneigés, le druide Déhachel et le coyote Fédexe arrivèrent tous deux ex aequo sur la ligne d'arrivée. Ils étaient magnifiquement présents comme on les avait imaginés. Cependant, un seul manquait à l'appel et devant la liesse populaire et l'accueil chaleureux que l'on réserva à nos vainqueurs, on en avait presque oublié notre lièvre Oste, qui n'était toujours pas arrivé...

Il s'était perdu. Son staff expliquera plus tard que la neige du mois de décembre, le gel, le sel avait eu raison de lui et que la force majeure (mais laquelle ? l'histoire ne le dit pas, alors nous imaginerons qu'il s'agit d'une fée envoutante dont le nom serait Trente cinqueure) l'avait retenu en chemin.

Morale de cette fable :

La France en mouvement, que vienne la privatisation de Lap'oste ! Toute ressemblance avec des personnages ayant existé ne serait que pure coïncidence, mais à y regarder de plus près, je conserve précieusement mes accusés de réception, pour l'hypothèse improbable où, moi conteuse blagueuse blogueuse, l'on m'accuserait de diffamation.

Mots-clés: 

Commentaires

Continuez sur cette voie.

Essayez en vers si vous en avez le talent.

Je vais "relancer" votre publication.

Bravo.

B.K.

Whouaou !

Merci beaucoup, incroyable !!!

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA