carole.ghibaudo

mai
26

Chocolat

Par carole.ghibaudo le 26/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 13 années 3 mois
mai
26

Chocolat

Par carole.ghibaudo le 26/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 13 années 3 mois
mai
26

Biscuits

Par carole.ghibaudo le 26/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 13 années 3 mois
mai
26

Mascarpone

Par carole.ghibaudo le 26/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 13 années 3 mois
Par carole.ghibaudo le 26/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 13 années 3 mois
Par carole.ghibaudo le 26/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 13 années 3 mois

Vous souvenez-vous de ces bonnes résolutions de jeudi dernier ?

Cuisiner ce week-end et partager sa recette ?

Voici ma maigre contribution, un tiramisu aux fraises des bois.

Ingrédients :

3 oeufs,

250 Grammes de Mascarpone,

du sucre,

des fraises des bois,

du chocolat amère en poudre,

des biscuits à la cueillère,

de l'amaretto,

du café.

Recette :

Individualiser les jaunes des blancs d'oeufs, et battre les jaunes avec le sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Mélanger ensuite à la crème d mascarpone.

Monter les blancs d'oeufs en neige, et incorporer doucement les blancs au mélange précédent.

Tremper les biscuits dans le café et l'amaretto, et éponger pour éviter qu'ils ne soient trop mouillés.

Enfin, placer une couche de biscuit, une couche de crème, des fraises, une couche de biscuit, une couche de crème dans une vérine, et ainsi de suite. soupoudrer de chocolat amère, mettre au réfrigérateur quelques heures, et déguster, c'est prêt !

Et les vôtres ? Merci de mettre un commentaire en lien ci-dessous.

Par carole.ghibaudo le 23/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 13 années 4 mois

La sonnette retentit ! Audience au Tribunal de Grande Instance de Grasse. Généralement, les audiences à juge unique dudit jour ne sont pas trop chargées, ce qui nous permet de regagner notre cabinet dans la matinée.

Par ordre du rôle, mon dossier sera appelé en septième position. S'il y a quelques dépôts ça ne devrait pas être trop long. Prendre son mal en patience. Après tout, à 8 h 30, la position horizontale n'étant pas si loin, et le manque de sommeil se faisant sentir, il fait bon se poser quelques instants pour finir sa nuit.

Et tandis que mon attention grandissait au fur et à mesure que je me réveillais, voilà qu'une affaire reflétant les moeurs perverties et malsaines de la société (dixit le demandeur) se voit appelée.

Le cas d'espèce :

Un copropriétaire d'un immeuble bourgeois d'une ville sous le feu des projecteurs a décidé d'installer une webcam dans les escaliers, parties communes, prétextant un risque de cambriolage du fait d'un changement de fermeture de la copropriété...

La caméra était dirigée vers « la montée des marches » de l'escalier, afin de voir l'ensemble des mouvements animant cette copropriété.

Le voisin du dessus, en sa qualité de détective, invoquait la violation de sa vie privée !

Et voilà nos confrères partis dans la diatribe, d'un côté, du caractère malsain et tordu de l'installation, de l'autre, d'une webcam, qui me filme pas, ne prend pas de cliché, mais est simplement là pour voir ce qui se passe, pour surveiller la porte d'entrée en cas d'actes malveillants !

Et ça dure, et ça dure !!!

Et ça se termine enfin, non sans avoir attiré l'attention du chaland qui s'était égaré dans cette pauvre salle désertée attendant désespérément son tour, à entendre parler de webcam, au lieu de projecteur...et de star de cinéma...

Mon tour est arrivé ! Victoire ! Je me lève. Mais voilà, ce que tout le monde redoute à la lecture d'un rôle ou au moins au moment de l'appel des causes, c'est qu'un avocat d'un barreau extérieur, et surtout parisien ne se déplace EN PERSONNE pour plaider, à la place de son postulant.

Ce qui devait arriver arriva, le confrère grassois qui me précède attend son contradicteur, un avocat du Barreau de Paris. Et l'avocat parisien de rentrer dans la salle d'audience à ce moment précis où je me lève ! Miséricorde ! Mais qu'ai-je fait pour mériter ça !!!

Je retourne à ma léthargie en tendant l'oreille par peur de voir un autre dossier me passer devant. Et soudain, j'entends.... caméra, expert ???

Mais non, me dis-je, ils ne vont pas nous la rejouer deux fois, elle a déjà été plaidée c'taffaire ! Zut, ce n'est pas la même ! Pourtant, il y a un lien de connexité !

Le cas d'espèce :

Une dame du monde qui possède une jolie villa dans un endroit chic, déverse des matières fécales chez son voisin du dessous ! Le fonds servant !!!

C'est une plaisanterie ? On retrouve des matières fécales provenant vraisemblablement de l'immeuble dominant sur l'immeuble servant ! Beurk, c'est à vous dégouter d'un café tant espéré qui tarde à être bu.

L'expertise menée était insuffisante pour faire preuve de la responsabilité de la dame du monde, car...selon le confrère parisien, d'une part du fait que l'accédit avait été fixé et connu par l'ensemble des parties, on n'était pas à l'abri d'actes malveillants de la part du propriétaire du fonds servant, et d'autre part, il aurait fallu expertiser les tuyaux d'écoulement des eaux pour savoir s'ils étaient défectueux !

La réflexion toute trouvée du confrère Grassois : Madame le Président, mon client, vu son âge avancé, a autre chose à faire que d'aller déposer ses excréments sur son propre terrain avant une expertise !!

Mon attention est à son apogée quand c'est un peu farfelu ! Et une réflexion lumineuse me traverse l'esprit : Pour faire gagner du temps et faire justice, il n'y a qu'à joindre les deux dossiers, comme ça on ira voir ce qui se passe dans les tuyaux de la dame avec la webcam du monsieur !!!

C'est mon tour, mon dossier est d'une banalité...j'en ai honte ! Audience levée à 11 h 15...

Par carole.ghibaudo le 21/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 13 années 4 mois

Chers lecteurs, Chers Confrères, voici une proposition de droit collaboratif !

Vous en parliez, nous le ferons, chacun y contribuera.


Notre Confrère, ou plutôt Maître Nicolas Creisson a régulièrement mis en ligne différentes recettes d'avocats, ici, ici, et là.

Cependant, aucune de ces recettes n'était une composition personnelle. Notre Déesse l'a d'ailleurs fait remarquer.

Aussi, je propose que chacun de nous créé un plat ce week-end qu'il photographiera et mettra en ligne, un plat de sa fabrication, avec ses propres ingrédients, sa touche personnelle, tout cela de manière interactive pour que chacun en profite !

Alors à vos fourneaux !

Par carole.ghibaudo le 20/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 13 années 4 mois

Qui a dit que les jours ouvrables de la Justice étaient les lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi ?

Voyez plutôt comme cela est faux !

Et oui, la Justice travaille même le Samedi ! Pour preuve cette porte ouverte et non refermée dans la précipitation d'aller finir un travail inachevé !

Et pour les amoureux de "l'eiffel taoueur" et de la "Place Vendôooome", voici quelques clichés volés.

Et pour ce qui suit, je n'ai pas pu m'en empêcher...

Par carole.ghibaudo le 19/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 13 années 4 mois

Dans un arrêt n°07-11710, la Première Chambre Civile de la Cour de Cassation rappelle que le fournisseur de sang, soumis à une obligation de résultat, ne peut s'exonérer de sa responsabilité à l'égard de la victime que par la preuve de la force majeure.

Le cas d'espèce :

La Cour d'Appel de Bordeaux laisse à la charge de l'établissement français du sang 75 % de la réparation du préjudice de la victime alors que la cause initiale du dommage était un accident de la circulation, et qu'il y avait ainsi une pluralité d'intervention causale.

L'établissement français du sang forme un pourvoi en cassation.

La Cour rejette le pourvoi en rappelant ceci:

"soumis à une obligation de résultat, le fournisseur de produits sanguins ne peut s'exonérer de sa responsabilité, à l'égard de la victime, que par la preuve d'un cas de force majeure,

l'action récursoire d'un coobligé fautif contre le conducteur impliqué dans un accident de la circulation ne peut s'exercer que dans les conditions prévues par les articles 1147, 1382 et 1251 du code civil, la contribution à la dette ayant lieu en proportion des fautes respectives ;

si le conducteur de la société Claverie avait commis une faute à l'origine de l'accident, dès lors que son inattention à l'origine d'un défaut de maîtrise avait contribué à l'accident, cette faute avait joué un rôle moindre dans la contamination".

Selon la Cour de Cassation, la cour d'appel a pu en déduire que dans leurs rapports entre eux, l'EFS devait supporter 75 % de l'indemnisation et la société Claverie et le GAN 25 %.