carole.ghibaudo

Par carole.ghibaudo le 26/08/08
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 4 mois

D'actualité des derniers jours, nous apprenons que Monsieur le Procureur Éric de Montgolfier est renvoyé devant le Tribunal Correctionnel pour une affaire de prétendue "détention arbitraire" ( et oui, la présomption d'innocence est toujours, du moins encore, en vigueur en Droit Pénal) dans laquelle il a été mis en examen pour «atteinte à la liberté individuelle».

Le Figaro (du 25 août 2008, Anne-Charlotte De Langhe) explique ceci :

« En juin, le parquet de Lyon avait requis le renvoi en correctionnelle du magistrat, soupçonné d'avoir contribué à maintenir en détention un voleur de bijoux mondialement connu : Jean Herrina. Celui que l'on surnomme «le Sultan» avait été placé en détention provisoire en septembre 2002, pour un vol commis dans une bijouterie à Saint-Jean-Cap-Ferrat (Alpes-Maritimes). Le 13 janvier 2003, le juge des libertés avait décidé de ne pas prolonger son séjour derrière les barreaux, et de le libérer sous contrôle judiciaire. Malgré cela, Herrina n'avait pas été remis en liberté immédiatement. Quelques jours plus tard, il était mis en examen pour le vol de deux bagues en diamants à Hongkong, tombant ainsi sous le coup d'une nouvelle incarcération ».

A ce moment là, quelques doutes envahissent mon esprit sur la Raison même de mon Métier : LA JUSTICE.

Souvenez-vous.

Le Magazine ChallengeS (du 29 juillet 2008, Laure Bretton, Thierry Lévêque, édité par Gérard Bon) écrivait :

« Le Procureur de l'affaire d'Outreau, Gérald Lesigne, va quitter ses fonctions au tribunal de Boulogne-sur-Mer et à la cour d'appel de Douai dans les prochains mois. Cette mesure est présentée comme une sanction par le ministère de la Justice mais constitue plutôt selon la magistrature un arrangement à l'amiable. Le 18 juillet, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) avait recommandé à la ministre de la Justice de ne pas sanctionner ce magistrat, qui représentait l'accusation dans l'instruction du juge Fabrice Burgaud sur un présumé réseau pédophile dans le nord de la France. Dans son avis, le CSM estimait que Gérald Lesigne n'avait commis aucune faute professionnelle, hormis celle d'un défaut d'information à sa hiérarchie - un manquement effacé par l'effet d'une loi d'amnistie votée en 2002. Techniquement, Rachida Dati n'a pas contredit le CSM, puisqu'elle aurait dû, dans ce cas contraire, ressaisir cet organisme, ce qu'elle n'a pas fait ».

Mais que se passe-t-il ?

On diabolise un Magistrat qui a incarcéré un délinquant coupable des faits qui lui étaient reprochés, et un Magistrat impliqué dans une affaire dans laquelle des innocents ont vu leurs droits les plus élémentaires bafoués, n'est pas inquiété !

Alors certes je n'ai pas accès aux dossiers de chacune de ces affaires, mais je m'interroge quand même. J'ai du loupé un épisode, et que l'on vienne pas me dire que l'épisode est la loi d'amnistie, je resterai sourde à ce genre d'explications douteuses !

Par carole.ghibaudo le 22/08/08
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 6 mois

« Le mot ne manque jamais quand on possède l'idée », c'est ce que pensait Gustave Flaubert.

*** *** *** *** *** *** *** *** *** *** ***

Alors un seul constat. À mon grand désespoir, je n'ai pas l'idée. C'est eux qui l'ont eue.

Si grande, si innovante, si originale, si poétique, si belle qu'elle ne cesse de vous émouvoir, qu'elle manque terriblement quand on ne l'a pas, quand on ne l'a plus, quand elle fait défaut.

Mais quand on l'a, quand elle est là, représentée, c'est l'émerveillement qui vous apaise, c'est une révélation.

*** *** *** *** *** *** *** *** *** *** ***

Je n'ai pas l'idée. Ne puis-je pas pour autant en parler ? Le mieux sera sans doute de le vivre pour découvrir la représentation de l'idée mise en scène par ceux qui nous emportent dans leur univers féérique.

Ça se passera à Valbonne, merveilleux Village artistique qui accueille le Grand Marché d'Art Contemporain du 28 août au 31 août 2008.

C'est ici.

Par carole.ghibaudo le 22/08/08
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 6 mois

Le début était là.

la suite à venir.

Par carole.ghibaudo le 21/08/08
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 6 mois

Il y a des endroits où aller plaider requiert un courage certain, non en raison de la difficulté de l'affaire, mais de celle de la vétusté des lieux voire de leur environnement géographique malheureux !

Mes propos n'ont rien à voir avec la réforme de la carte judiciaire pour laquelle l'environnement extérieur n'a sûrement pas du peser dans la balance.

Et puis il y a des lieux où plaider joint l'utile au très agréable et l'appelation "Palais" prend alors toute sa raison d'être.

Le Tribunal Administratif de Nice en fait partie, c'est un lieu magique perché en flanc de colline avec vue sur la grande bleue.

Je ne me lasse jamais d'y aller, parce qu'après avoir traversé le tumulte de la Ville de Nice, vous passez le Port de Nice et son envie d'évasion vers la Corse à quelques 2 h 55 (c'est ce qui est indiqué) de bateau fusée et vous voilà projetés dans les jardins mêlant palmiers, oliviers sur fond bleu !

Un régal.

Par carole.ghibaudo le 20/08/08
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 6 mois

Epictète écrivait : « Souviens-toi que tu dois te comporter comme dans un banquet. Le plat qui circule arrive-t-il à toi ? Tends la main et prends modérément. Passe-t-il loin de toi ? Ne le recherche pas. Tarde-t-il à venir ? Ne jette pas de loin sur lui ton désir, mais patiente jusqu'à ce qu'il arrive à toi. Sois ainsi pour tes enfants, ainsi pour ta femme, ainsi pour les charges publiques, ainsi pour la richesse, et tu seras un jour digne d'être le convive des Dieux. Mais si tu ne prends rien des mets qui te sont présentés, si tu les considères avec indifférence, tu seras alors non seulement le convive des Dieux, mais tu deviendras aussi leur collègue. C'est en faisant ainsi que Diogène, Héraclite et leurs semblables ont mérité d'être justement appelés ce qu'ils étaient : des êtres divins ».

Ah les charges publiques !

Nous en avions entendu parler depuis de nombreux mois. En effet, Christine Lagarde, ministre de l'Économie, de l'industrie et de l'Emploi avait présenté le 28 avril dernier, en conseil des ministres le projet de loi de modernisation de l'économie. Le 23 juillet dernier, on apprenait que le projet de loi de modernisation de l'économie était adopté en commission mixte paritaire pour finir par être voté le 4 août 2008, la loi étant en application depuis le 6 août dernier.

Mais cela valait-il la peine d'attendre si longtemps que de faire voter une loi entre deux plongeons, l'un maritime l'autre océanique, ou deux randonnées, l'une équestre, l'autre pédestre ?

C'est ce que nous allons voir.

J'en profite également pour faire un corrélatif avec le retard pris dans la rédaction de cet édito. Cela valait-il la peine d'attendre si longtemps pour rédiger cet édito ? Afin de respecter le parallélisme des formes, je me vois contrainte de répondre positivement aux deux questions, sous peine de flagrant délit de parti pris.

Par carole.ghibaudo le 20/08/08
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 6 mois

le Centre de Formation des Barreaux du Sud Est organise à la Maison de l'Avocat de Grasse une formation le 21 novembre 2008 sur le thème de la Responsablité Médicale.

Les intervenenants seront :

Me Sandrine MARTINEZ et Me Carole GHIBAUDO.

La formation sera validée pour une durée de trois heures au titre de l'obligation à la formation continue.

Pour plus de renseignements, voir le lien ici.

Par carole.ghibaudo le 07/08/08
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 6 mois

A la contemplation de Dame Nature, l'idée m'est venue de la mettre en ligne. Aussi, chaque mois une publication lui sera consacrée.

Août, jachère intellectuelle, est source de contemplation. voilà ce que le mois d'août m'a inspirée :

La plénitude.

Archives,

archives et archives.

Ici Aussi.

Rêves.