carole.ghibaudo

Par carole.ghibaudo le 12/04/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois

Par un arrêt n°09-17.135 rendu le 31 mars 2011, la 1ère chambre civile de la Cour de Cassation a rendu un arrêt intéressant le lien de causalité entre le dommage subi et la responsabilité sans faute indemnisée par la solidarité nationale.

Le cas d'espèce :

Monsieur X ayant subi une intervention chirurgicale du rachis, a subi de graves séquelles dont il a demandé réparation à l'ONIAM au titre de la responsabilité sans faute et la solidarité nationale tirée de L.1142-1 II du CSP.

Une expertise judiciaire avait pourtant conclu qu'il n'y avait pas de causalité certaine entre les antécédents vasculaires connus du patient et la complication hémorragique postopératoires qui s'en était suivie, mais que l'accident médical ne pouvait être totalement dissocié de l'état antérieur du patient. L'expertise indiquait que toute intervention sur le rachis emportait un risque de complication, même en l'absence d'antécédent médical particulier.

Malgré ces constatations, la cour d'appel retenant que le phénomène vasculaire avait contribué seulement à la réalisation du dommage mais n'était pas la cause unique ni déterminante rejetait la demande d'indemnisation.

Un pourvoi en cassation était formé au motif que la cour d'appel avait violé l'article L.1142-1 II du CSP en ne retenant pas qu'est anormal le dommage directement imputable à un acte de soins qui n'est pas en relation causale certaine et directe avec l'état de santé initial du patient.

La cour de cassation rejette cependant le pourvoi en mettant en avant le fait que la solidarité nationale ne joue en l'absence de responsabilité d'un professionnel, qu'en cas de dommages directement imputables à l'intervention et qui ont pour le patient des conséquences anormales au regard de son état de santé comme de l'évolution prévisible de celui-ci.

L'imputabilité certaine et directe est alors réaffirmée par la cour de cassation qui a considéré que les conséquences n'étaient pas anormales, eu égard à l'état de santé du patient.

Par carole.ghibaudo le 11/04/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois

Avril est le plus beau mois de l'année. Contradictoire, il est religieux et païen, aujourd'hui laïc.

Se souvenir de là d'où l'on vient, ne pas renier ses origines. Constance, tu assureras ma pérennité.

Archives.

Par carole.ghibaudo le 11/04/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois
Par carole.ghibaudo le 11/04/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois
Par carole.ghibaudo le 11/04/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois
Par carole.ghibaudo le 11/04/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois
Par carole.ghibaudo le 11/04/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois
Par carole.ghibaudo le 11/04/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois
Par carole.ghibaudo le 11/04/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois
Par carole.ghibaudo le 11/04/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois