carole.ghibaudo

juin
27

Baby-loup

Par carole.ghibaudo le 27/06/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 8 mois

La suite est ici, sur le Blog libre de Carole GHIBAUDO.

Par carole.ghibaudo le 11/06/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 8 mois
Si les avantages fiscaux, les transmissions de patrimoine n’existaient pas en pareil cas, qu’en serait-il de l’institution du mariage ?   Les convictions religieuses l’emporteraient-elles encore de nos jours sur l’efficience de la vie à deux ?   Le cortège de fleurs, l’ode à Cassandre, le diamant, les dentelles, le doux rêve d’une robe immaculée, la convenue marche nuptiale l’emporteraient-ils sur l’enchanteresse fugue en ré mineur, la fuite des obligations, les joncs en caoutchouc, la liberté d’aimer en se sachant pêcheur?   lire la suite ici, sur le blog libre de Carole GHIBAUDO     (*Chantait le regretté Poète Daniel Darc dans sa chanson «la pluie qui tombe», album «crève cœur», chef-d’œuvre bouleversant et torturé).
Par carole.ghibaudo le 05/06/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 8 mois
Par une décision n°2014-398 QPC du 2 juin 2014, le Conseil Constitutionnel a jugé que l’alinéa 2 de l’article 272 du Code Civil était contraire à la constitution.   Lire la suite sur le blog libre de Carole GHIBAUDO
Par carole.ghibaudo le 03/06/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 8 mois
Il était une fois une profession réglementée. Alors que celle-ci avait jadis bénéficié d’une aura certaine et de condition d’existence plus que favorable, elle était désormais considérée comme un bandit de grand chemin. Tel un loup, elle était traquée par ces mêmes fossoyeurs  qui en tiraient profit, par ceux-là même qui criaient au loup lorsqu’ils étaient entrain d’égorger leurs brebis.    Et cela se manifestait inlassablement tout au long de cette vie, du premier jour de la naissance jusqu’au dernier soupir, du premier jour du mois jusques au dernier, un recommencement sans lueur d’espoir ni légèreté. Nul droit au répit, au repos du guerrier, à l’expiration avant le bol d’air frais.   Reste le petit rat dans sa triste roue et son terrible quotidien :    La suite ici sur le blog libre de Carole GHIBAUDO