Par carole.ghibaudo le 09/02/09

Nous l'avions déjà fait ici, et cela avait remporté un franc succès, alors 2009 réitère les fleurs de Saraswati, sous une forme plus cristalline.

L'hiver sévit, mais à guetter ce qu'il nous offre, cela le rend romantique, il exalte le mystère.

Par carole.ghibaudo le 02/02/09

A la contemplation de Dame Nature, l'idée m'est venue de la mettre en ligne. Aussi, chaque mois une publication lui sera consacrée.

Février restons dans le ton. Tout est blanc gris neigeux pluvieux froid. Un hiver qui semble ne jamais finir. Un hiver en somme. Peut-être en avions-nous oublié le sens ?

Quand la nature reprend ses droits.

Archives.

Par carole.ghibaudo le 29/01/09

Après avoir essuyé de multiples rafales de vent, pluie, grêle, neige, qui ont détruit nos paysages, maisons infrastructures et autres ouvrages essentiels à la survie d'un pays, qui ont emporté jusqu'à nos sensables, voici venir un nouvel avis de tempête en ce jeudi noir du 29 janvier 2009.

Une tempête toute particulière : un torrent de gland va s'abattre sur nos rues pavées bitumées pour les plus modestes, des glands qui crient gesticulent roulent mais n'amasseront pas mousse !!!

Quel ironie !

Le pouvoir d'achat en berne, quoi de plus naturel que de chômer un jour de travail pour avoir encore moins de pouvoir d'achat !!!!!

Ah l'état Providence !! Heureusement que tu es là ! Tu me dois mon pouvoir d'achat sinon je t'attaque ! ! ! Et tu me le dois sans que je travaille, sinon je fais grêve !

Pauvre France !

Moi je vais rester cloitrer au bureau, histoire de faire la grève de la grève...

Par carole.ghibaudo le 21/01/09

La protection sociale de l'avocat :

Voilà un VRAI SUJET pour lequel il faut se battre.

- Au lieu de se gargariser avec les petites choses,

- de tirer la profession vers le bas en faisant de l'AJ LE SUJET essentiel de la profession,

- de préférer la paupérisation à l'élévation,

- de se promener dans toute la France pour savoir quelle est la représentation la plus influente...

Nous sommes des hommes et femmes qui travaillent dans le secteur libéral mais qui restent soumis au même risque de maladie ou accident que les salariés.

Nous ne sommes pas des surhommes.

Nous sommes sujet à maladie, accident, infection, miasmes, glaires, attaques virales, attaques microbiennes, mais tout le monde semble l'occulter.

Nous sommes la vache à lait de la France, qui paye sans rechigner ses cotisations sociales exorbitantes quand tout va bien et à qui on dénie tout quand tout va mal. Nos cotisations permettent de financer, parce qu'on le veau (sic) bien, les différentes aides accordées aux tirs aux flancs qui ont le cancer du bras droit même s'il n'existe pas, mais dès qu'il s'agit de notre protection sociale, c'est-à-dire de la survie de notre entreprise, de notre labeur, de notre vie en somme, nous sommes transparents et renvoyer à mieux nous pourvoir.

N'y-a-t-il pas quelqu'un qui va oser faire grève du paiement de ses cotisations sociales pour obtenir un statut qui permette un traitement décent de l'avocat affaibli ?

Pour le moment cela semble utopique puisque la réponse du RSI en matière de maladie est la suivante :

« Nous vous informons que la législation en vigueur (art. D.613-16) concernant le régime des professions libérales ne prévoit pas le versement d'indemnités journalières en cas d'arrêt de travail quel qu'en soit le motif (maladie ou accident de toute nature) ».

En d'autre terme plus ou moins châtiés qui sont l'interprétation que j'en fais personnellement :

"Cher Confrère,

Prenez votre majeur et placez le entre le rebondi de votre arrière train...".

Je lance donc un appel à la grève du paiement de cotisations sociales, en proposant de séquestrer ces dernières sur un compte CARPA, pourquoi pas au moins ça travaille pour la bonne cause, et ça évite le RJ, jusqu'à l'obtention d'un statut décent protecteur.

Vais-je être censurée pour ces mots grossiers ?

Je verrai bien à usage...

Par carole.ghibaudo le 12/01/09

A la contemplation de Dame Nature, l'idée m'est venue de la mettre en ligne. Aussi, chaque mois une publication lui sera consacrée.

Janvier, tout est blanchi, inerte, en préparation...

Archives.

Par carole.ghibaudo le 02/01/09

Tels sont mes voeux pour l'année 2009.

Tout est derrière, tout reste à faire.

La santé est essentielle. Le bonheur auquel il ne faut jamais renoncer sera la promesse de chaque jour.

L'accomplissement ne peut exister sans les deux premiers et est la raison de la dernière, la sérénité, idéal à atteindre sans attendre.

Excellente année 2009.

Par carole.ghibaudo le 22/12/08

2009 en projet, le renouveau à l'horizon.

Les champs s'illuminent et le travail se met alors en veilleuse pour profiter du spectacle.

Un petit conte de Nöel avant l'heure, histoire de se rappeler que le droit reviendra bien assez vite le 2 janvier !

Très bonne fêtes de fin d'année.

Par carole.ghibaudo le 19/12/08

Que tu en vois de toutes les couleurs, que tu passes du vert au rouge, voire au bleu, que tu rales, que tu commentes, que tu t'indignes, que tu respires, que tu t'aères l'esprit, que tu m'instruis, que je te modèle, que nous partageons, que nous discutons.

Un an déjà que tu conserves farouchement pour moi ce que j'ai bien pu te dire ou t'écrire pour m'aider dans mon travail lorsque j'en ai terriblement besoin.

Un an déjà que tu te dissipes à la première occasion pour me distraire espièglement.

Un an déjà et je ne t'ai pas remercier...

Alors, merci mon tout petit, je ferai de mon mieux pour t'aider à grandir, je te le promets.

C'est l'anniversaire de mon choublog aujourd'hui !

Par carole.ghibaudo le 16/12/08

L'Adecoha est une association très active qui travaille, comme son nom l'indique sur le développement concerté et harmonieux de cette belle Ville d'Antibes Juan Les Pins, où de nombreux aménagements restent encore à envisager ou à améliorer.

La concertation vient du fait que cette association est attentive à l'élaboration des documents d'urbanisme qui doivent être établis pour Antibes, et tente de faire entendre sa voix auprès des organes dirigeants. Et elle y arrive.

* * * * * * *

La démocratie n'est viable que par une vigilance permanente à l'égard du risque de destruction inhérent à la liberté parce que le prix de la liberté est une éternelle vigilance. (Moses I. Finley, La démocratie athénienne).

Voilà le nouveau précepte de cette association ADECOHA qui fut particulièrement alerte au cours de cette année 2008.

Sans dresser une liste exhaustive de ses actions et participations, elle peut se targuer d'avoir battu cette année, le record de participation aux manifestations forums et autres réunions relatives aux thèmes qui lui sont chers, le PLU, la LVG PACA, PPRIF, la troisième voie ferrée, l'enfouissement des voies ferrées, les enquêtes publiques nécessaires à l'élaboration des documents d'urbanisme qui seront bientôt opposables à Antibes, le conseil de développement de la CASA, les comités de quartiers.

En effet, les brillants administrateurs, qui se sont portés volontaires pour participer aux groupes de travail proposés dans le cadre des forums mis en place en matière d'environnement, de déplacement, de développement économique de transport, ont vu leur candidatures retenues et accueillies. Cela leur a permis d'être au coeur de l'information pour promouvoir les idées de l'association et son point de vue sur les sujets abordés.

Pour chaque réunion organisée par l'autorité compétente, mairie, CASA, ou autre, un membre de l'Adecoha s'est déplacé pour faire entendre la voix de l'association. La légitimité de son œuvre est incontestable. Et elle ne pourra que se renforcer au cours des mois qui vont venir, puisque 2009 leur promet encore de nombreuses heures de travail dans l'ombre, pour éclairer ses adhérents de ses lumières lors de son assemblée générale annuelle.

Il est vain de dire que toute participation serait inutile car les décisions sont déjà prises. C'est en adoptant ce genre de comportement que l'on arrive à la servitude consentie.

Kant écrivait « il est confortable de se laisser guider par un maître, les sujets ont peur de devenir libres, et les maîtres cultivent cette peur » (Qu'est-ce que les lumières ?, La philosophie de l'histoire).

Alors loin du marasme ambiant et de la sinistrose environnante, l'Adecoha poussée par le vent de l'action, a une fois de plus cette année, œuvré pour vous, adhérent, sympathisant d'Antibes, visiteur, habitant, travailleur ou simple amoureux de ce lieu.

Adecoha : sa petite entreprise ne connaît pas la crise.

Par carole.ghibaudo le 08/12/08

A la contemplation de Dame Nature, l'idée m'est venue de la mettre en ligne. Aussi, chaque mois une publication lui sera consacrée.

Puisque les feuilles mortes se ramassent à la pelle, laissons nous dériver au gré des vagues et du vent, transportons nous loin du marasme ambiant et évadons nous de cette période troublée en nous laissant leurrer par la perspective de Nöel.

Archives.

Ici aussi.

Rêves.