Par carole.ghibaudo le 12/04/10

Créées en 2007, à l'initiative du Docteur Christophe Ghibaudo, Urologue à Grasse, les Rencontres médico-Juridiques ont pour vocation de faciliter le dialogue, l'échange de points de vue entre des professionnels que les intérêts opposent souvent, à savoir médecins juristes et experts, d'informer, de partager les connaissances de chacun sur des sujets "médico-juridiques" d'actualité.

Cette année, l'attention sera portée sur les aspects éthiques et juridiques de la castration chimique chez les violeurs récidivistes.

Je reviendrai pour vous annoncer la date arrêtée de cet evènement qui devrait se tenir en septembre 2010.

L'innovation de cette année est l'appel à communication qui est lancé. Les orateurs intéressés par le thème et souhaitant intervenir peuvent me contacter par l'intermédiaire de ce blog en postant un message par le volet "M'écrire".

A vos plumes !

Par carole.ghibaudo le 07/02/10

Deux termes antinomiques ?

Sûrement pas si l'on s'en réfère au Code pénal qui réprime les délits de pure omission tel l'abandon de famille, l'abandon moral des enfants par les père et mère, la non-représentation d'enfant, la non-dénonciation de crime, la non-dénonciation de sévices à mineurs de quinze ans, le non-obstacle à la commission d'un crime ou d'un délit contre l'intégrité corporelle de la personne, l'omission de porter secours à une personne en péril.

L'impératif de solidarité sociale vient légitimer ces dénonciations. Celui qui dénonce s'absout, celui qui s'abstient se condamne.

En cas d'accident de la route, il est fréquent que l'on témoigne sur ce que l'on a vu, pour identifier le fuyard, pour confirmer les dires de la victime accidentée.

A ce propos, il est bien un lieu commun où la criminalité potentielle est présente à tous les coins de rues : la voie publique où l'animalité de l'homme ressurgit une fois ses mains posées sur son volant.

Et s'il est aisé de faire une association d'idée entre délinquant routier et «d'jeun cakos qui se la pète au volant de sa Renault Fuego kitée sport et qui écoute rihanna à fond la caisse», que l'on ne se méprenne point. Tel mère-grand, le loup peut se cacher dans une fragilité ou innocence apparente.

En effet, contre toute attente, le délinquant prend aussi la forme :

- de la jeune bimbo slimée, cheveu plaqué à mèche non rebelle disciplinée sur le côté opposé à l'oreille aimantée au téléphone,

- de la grand-mère post botoxée qui garde les séquelles d'un mérou abîmé par le temps,

- du quarantenaire qui peine à vieillir et continue sans que le ridicule ne le tue à garder même en hiver le bras gauche posée sur la vitre ouverte de son pseudo bolide d'ado attardé genre Audi TT, qui tient sa main droite sur son volant d'une telle manière qu'il pourrait vous en donner five à chaque fois que vous le croisez,

- et enfin de l'hypertrophié de la prostate que l'on pense daltonien tant il ne reconnait plus les couleurs des feux tricolores, qui manque tout simplement et cruellement du discernement visuel.

Alors, si comme moi, vous les avez tous croisez, vous les reconnaitrez comme ceux qui vous ont fauché en vélo, écrasé le pied de surcroît sur des clous, manqué de vous envoyer dans les airs sans filet.

Et si pour lutter contre la délinquance routière, on introduisait dans notre droit la possibilité de faire de la dénonciation civique.

Nous avons tous notre appareil photo intégré dans notre téléphone portable. La dénonciation reviendrait à photographier le délinquant et à remettre la photo à l'autorité compétente afin de nous permettre de récupérer nos points perdus stupidement.

Slogan : Une infraction constatée, un point gagné !

Réflexion dominicale :

Quelle brillante idée saugrenue de laisser croire que le rédempteur de la route que nous sommes est exempt de toute faute, puisque par définition s'il dénonce c'est qu'il a des points à récupérer, donc qu'il est délinquant routier...face à cette conclusion kafkaïenne, retour à ma léthargie dominicale...