Par christophe.ducellier le 20/04/09

En Août 2008, la Loi de Modernisation de l'Economie (loi LME) a modifié le régime de la fiducie en étendant son régime aux personnes physiques à fin de garantie ou de gestion, permettant ainsi la constitution de patrimoines d'affectation.

La loi LME a parralèlement permis aux avocats de devenir fiduciaires.

L'ordonnance du 30 janvier 2009 est venue mettre en place les mesures juridiques et fiscales pour compléter le texte législatif . (v. le texte complet de l'ordonnance sur ce LIEN ).

Le régime fiscal retenu est celui de la neutralité fiscale.

Le constituant restedonc, dans cette mesure, redevable de l'impôt sur le revenu et le transfert des biens ou droits dans le patrimoine du fiduciaire (et leur retour) n'est pas un fait générateur de l'impôt sur le revenu.

Par christophe.ducellier le 17/04/09

Lorsque l'on aborde la question de la transmission de l'entreprise familiale avec un dirigeant dans la force de l'âge et encore loin de l'âge de la retraite mais ayant un ou plusieurs enfants travaillant déjà (dans l'entreprise ou non) et souhaitant s'impliquer dans l'entreprise, il n'est pas rare de se heurter au même type d'interrogations:

- comment continuer de le former sans lui faire trop subir la contrainte du moule paternel (ou maternel)

- comment cohabiter avec lui sans heurts tout en développant son esprit d'entrepreneur

- comment développer son sens de l'initiative sans perdre le contrôle etc...

Et c'est vrai que c'est généralement un vrai problème et un vrai challenge aussi.

Reprendre une entreprise familiale n'est pas un statut, c'est bien une vocation d'entrepreneur.

Alors pourquoi ne pas profiter du laps de temps encore assez long avant la retraite de ses parents pour cultiver et développer ce sens de l'entreprenariat chez le jeune repreneur ?

L'entreprise, familiale ou non, a besoin de constamment évoluer et innover.

Plutôt que de cantonner les jeunes représentants de la famille dans des fonction de direction opérationnelle de l'entreprise, pourquoi ne pas leur confier le soin de créer et développer de nouvelles filiales du groupe (ou de ce qui pourra devenir un groupe) en leur donnant bien sûr quelques moyens pour réussir.

Il y a, à celà, peu d'inconvénients, mais de véritables opportunités pour l'entreprise, pour le repreneur (devenu un véritable entrepreneur ) et pour le ou les parents encore en fonction.

La création d'une nouvelle entreprise est en effet un enrichissement de l'entreprise "mère", du patrimoine familial et permettra au futur repreneur de se déporter de l'ombre que pourraient lui faire des dirigeants/parents encore très influents.

Les exemples que je connais de ce type de démarche sont de jolies réussites humaines....

Par christophe.ducellier le 15/04/09

Edouard Balladur préconise, dans une interview accordée au Figaro du 15 avril 2009, d'ouvrir la discussion sur une taxation exceptionnelle et temporaire des hauts salaires pour cause de crise, à l'image de ce qui a été décidé aux Etats-Unis. Les détails et le résumé de cette intervention d'Edouard Balladur sur le site de Challenges Magasine : V. Challenges