Par christophe.ducellier le 08/05/09

L'article L 274 du LPF prévoit que le délai de 4 ans pour prescrire l'action en recouvrement est interrompu par tous actes interruptif de prescription .

Jusqu'à présent, seuls les comptables du trésor avaient la possibilité de notifier des commandements de payer par la poste, par dérogation au code de procédure civile.

Compte tenu de l'unification des services des comptables du trésor et des comptables de la DGI, il fallait unifier également la règle.

C'est chose faite.

Désormais, l'article 18 de la loi 2009-431 vient modifier l'article L 259 du LPF : les commandements de payer notfiés par la poste par tous les comptables publiques devient un acte interruptif de prescription .

Par christophe.ducellier le 08/05/09

Afin de permettre aux entreprises de bénéficier au mieux de la trésorerie dégagée par une opération de lease back sur un immeuble, l'article 3 de la seconde loi de finance rectificative pour 2009 ( 2009-431 du 20-4-2009) prévoit l'étalement de l'imposition des plus values dégagées par l'opération.

Lza plus value dégagée est étalée sur la durée du contrat de crédit bail, sans pouvoir dépasser 15 ans.

Bien évidemment, la résiliation du contrat de crédit bail met fin à l'étalement.

La mesure est limitée dans le temps et prendra fin le 31 décembre 2010.

ELEMENTS DE DISCUSSION:

On ne peut que se réjouir d'une telle mesure qui prend en compte les besoins actuels de trésorerie des entreprises.

Toutefois, le lease back n'est pas la seule technique permettant la cession d'un immeuble par une entreprise tout en continuant à l'occuper. Rien n'empêcherait une entreprise de céder son immeuble à un investisseur qui lui consentirait aussitôt un bail commercial.

Pourquoi, dans ce cas, imposer immédiatement la plus value ?

Par christophe.ducellier le 28/04/09

I CHAMP D'APPLICATION DU REGIME DE L'AUTO-ENTREPRENEUR

L'auto-entrepreneur est obligatoirement une personne physique. Il exerce son activité sous forme individuelle.

Le statut d'auto-entrepreneur est ouvert aux professionnels libéraux relevant de la Caisse Interprofessionnels de Prévoyance et d'Assurance Vieillesse.

Les activités admises au régime sont toutes celles pour lesquelles le régime du micro-BIC ou micro-BNC est applicable et qui bénéficient par conséquent de la franchise de TVA.

Dès lors que l'exploitant n'opte pas pour le paiement de la TVA, la franchise en base de droit commun, qui équivaut à une exonération, s'applique aux assujettis qui n'ont pas réalisé l'année précédente un chiffre d'affaires supérieur à :

- 80 000 € s'agissant des assujettis réalisant des livraisons de biens, des ventes à consommer sur place ou des prestations d'hébergement

- 32 000 € s'agissant des assujettis réalisant d'autres prestations de services

Le régime micro-BIC s'applique aux entreprises dont le chiffre d'affaires annuel hors taxe n'excède pas pour les recettes réalisées à compter du 1er janvier 2009 :

- 80 000 € pour les activités de vente de marchandises, objets fournitures et denrées à emporter ou à consommer sur place, ou de fourniture de logement à l'exception en principe des locations meublées.

- 32 000 € pour les autres activités de prestations de services

Le régime micro-BNC s'applique aux entreprises dont les recettes annuelles n'excèdent pas 32 000 € hors taxes à compter du 1er janvier 2009.

L'auto-entrepreneur est dispensé d'immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés ou au Répertoire des Métiers

Il convient de déposer un formulaire unique et simplifié de déclaration propre aux auto-entrepreneurs

Cette déclaration d'activité auto-entrepreneur vaut à la fois :

o déclaration d'activité auprès du régime social des indépendants comportant l'option pour le régime du micro-social simplifié

o déclaration d'activité aux services fiscaux comportant, le cas échéant, l'option pour le régime du versement libératoire de l'impôt sur le revenu

o demande de délivrance par l'INSEE d'un numéro unique d'identification de l'activité (numéro SIREN)

II VERSEMENTS LIBERATOIRES

?Versement libératoire social : micro-social

Les travailleurs indépendants, bénéficiant des régimes du micro-BIC ou du micro-BNC, peuvent opter pour le versement forfaitaire libératoire de leurs cotisations et contributions sociales.

La déclaration d'activité auto-entrepreneur entraîne automatiquement l'option pour le régime du micro-social simplifié.

? Versement fiscal libératoire

Seuls les entrepreneurs individuels en micro-entreprises éligibles au statut d'auto-entrepreneur et ayant opté au préalable pour le régime du micro-social peuvent opter ensuite pour le versement forfaitaire fiscal.

- L'entrepreneur qui souhaite bénéficier du versement fiscal libératoire doit être soumis au régime micro-BIC ou au régime micro-BNC.

- L'option pour le versement libératoire peut être exercée pour une année N lorsque le montant des revenus nets du foyer fiscal perçus en N-2 est inférieur ou égal, pour une part du quotient familial, à la limite supérieure de la troisième tranche du barème de l'IR de l'année N-1.

Cette limite est majorée de 50 % par demi-part ou de 25 % par quart de parts supplémentaires.

Pour une option au titre de 2009, le montant des revenus de 2007 est à comparer à la limite supérieure de la 3e tranche du barème 2008, soit 25 195 €.

Si le revenu global de référence dépasse le seuil, l'exploitant peut toujours bénéficier des autres avantages offerts par le nouveau régime (versement forfaitaire des charges sociales et dispense d'immatriculation). L'exploitant paiera alors son impôt sur le revenu dans les conditions de droit commun (micro-BIC ou micro-BNC)

- L'option pour le régime micro-social est un préalable à l'application du dispositif fiscal : il n'est pas possible d'opter pour le régime du versement libératoire d'IR si l'option pour le régime micro-social n'a pas été exercée auparavant.

III CONSEQUENCES JURIDIQUES ET COMPTABLES DU REGIME DE L'AUTO-ENTREPRENEUR

? Dispense d'immatriculation au RCS ou au RM

A la suite de sa déclaration d'activité, l'auto-entrepreneur est enregistré dans le registre national des entreprises tenu per l'INSEE ; il se voit attribuer un numéro Siren et un code APE.

Cette dispense d'immatriculation au RCS ou au RM vaut tant que l'auto-entrepreneur bénéficie du régime micro-social simplifiée.

? Conséquences comptables

* Pièces comptables

Les auto-entrepreneurs relevant du régime micro-BNC doivent tenir et, sur demande des services des impôts, présenter un document enregistrant le détail journalier de leurs recettes professionnelles.

Le document doit mentionner l'identité déclarée par le client, ainsi que la date et la forme du versement des honoraires.

Deux mesures d'assouplissements prévus par l'administration :

- concernant l'enregistrement des recettes d'un montant unitaire inférieur à 76 € : possibilité de comptabilisation globale, en fin de journée, des recettes d'un montant unitaire inférieur à 76 €, à condition qu'elles aient fait l'objet d'un paiement au comptant et que les justificatifs du détail de ces opérations soient conservés.

- s'agissant des honoraires payés par chèques, possibilité d'enregistrement des seuls totaux des bordereaux de remise en banque, sous réserve que ces bordereaux soient conservés à titre de pièces justificatives et comportant l'identité des différents tireurs.

Les contribuables relevant du régime des micro-entreprises sont dispensés de produire une déclaration de résultats spécifique.

Il porte directement sur leur déclaration n° 2042 le montant du chiffre d'affaires et des plus ou moins values professionnelles réalisés au cours de l'année

* Factures

L'entrepreneur dispensé d'immatriculation au RCS ou au RM doit mentionner sur ses factures, notes de commande, tarifs et documents publicitaires, ainsi que sur toutes correspondances et tous récépissés relatifs à l'activité et signés par lui-même et en son nom, les mentions relatives à son adresse et son numéro unique d'identification (numéro Siren) qui lui sera attribué, suivi immédiatement et lisiblement, de la mention suivante (pour les commerçants : C. com. art. L 441-3 et C. com. art. R 123-237-1 ; pour les artisans : Décret 98-247 du 2 avril 1998 art. 7 bis) :

- pour le commerçant : « dispensé d'immatriculation en application de l'article L 123-1-1 du Code de commerce »,

- pour l'artisan : « dispensé d'immatriculation en application du V de l'article 19 de la loi 96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement du commerce et de l'artisanat ».

Ces deux premières mentions doivent également figurer, le cas échéant, sur le site Internet de l'entrepreneur.

Ensuite, la facture doit comporter (C. com. art. L 441-3) :

- le nom et l'adresse du client ;

- le numéro de la facture ;

- la description de l'opération facturée ;

- la quantité, le prix unitaire HT et le total HT avec la mention « TVA non applicable, art. 293 B du CGI » ;

- la date de règlement, la date d'exécution de la vente ou de la prestation ;

- le taux des pénalités en l'absence de paiement à la date prévue ;

- les conditions d'escompte.

Dans tous les cas, les entrepreneurs ont l'obligation de conserver pendant un délai de six ans toutes les factures ou pièces justificatives relatives à leurs achats et à leurs ventes de marchandises ou de prestations de services, à compter de la date de la dernière opération mentionnée sur les livres ou registres, ou de la date à laquelle les documents ou pièces ont été établis (LPF art. L 102 B et L 102 C).

Il s'agit d'une obligation d'ordre fiscal, indépendante des dispositions de l'article L 123-22 du Code de commerce qui fixe à dix ans le délai de conservation des documents comptables des entreprises commerciales.

Par christophe.ducellier le 24/04/09

Le débat semble se cristaliser entre représentants des collectivités territoriales et le patronat à propos de la suppression de la taxe professionnelle (TP)

On le comprendra aisément.

Pour les collectivités et ainsi que celà a été souligné abondamment dans la presse, la crainte est qu'une partie de leurs ressources dépendent de plus en plus fortement de l'Etat, à défaut de bénéficier d'un impôt équivalent à la TP pour financer leurs besoins.

De plus les collectivités souhaitent conserver la répartition de la charge fiscale globale, telle qu'elle est actuellement, à savoir : 40% pour les entreprises et 60% pour les ménages.

Elles souhaitent en outre un élargissement de l'assiette taxable des entreprises avec une diminution des taux .

De leur côté, les organisations patronales, MEDEF en tête souhaitent une disparition sans compensation de la TP.

Selon Laurence Parisot, pour que le bénéfice de la réforme soit garanti aux entreprises, il faut demander des gains de productivité aux collectivités territoriales.

Le débat est donc loin d'être clos ....

Par christophe.ducellier le 20/04/09

En Août 2008, la Loi de Modernisation de l'Economie (loi LME) a modifié le régime de la fiducie en étendant son régime aux personnes physiques à fin de garantie ou de gestion, permettant ainsi la constitution de patrimoines d'affectation.

La loi LME a parralèlement permis aux avocats de devenir fiduciaires.

L'ordonnance du 30 janvier 2009 est venue mettre en place les mesures juridiques et fiscales pour compléter le texte législatif . (v. le texte complet de l'ordonnance sur ce LIEN ).

Le régime fiscal retenu est celui de la neutralité fiscale.

Le constituant restedonc, dans cette mesure, redevable de l'impôt sur le revenu et le transfert des biens ou droits dans le patrimoine du fiduciaire (et leur retour) n'est pas un fait générateur de l'impôt sur le revenu.

Par christophe.ducellier le 15/04/09

Edouard Balladur préconise, dans une interview accordée au Figaro du 15 avril 2009, d'ouvrir la discussion sur une taxation exceptionnelle et temporaire des hauts salaires pour cause de crise, à l'image de ce qui a été décidé aux Etats-Unis. Les détails et le résumé de cette intervention d'Edouard Balladur sur le site de Challenges Magasine : V. Challenges

Par christophe.ducellier le 13/02/09

Polémique sur les chiffres, querelles entre politiques et syndicalistes, conflits d'intérêts (les députés sont des élus locaux et proches des collectivités territoriales bénéficiaires de la taxe professionnelle) ..le moins que l'on puisse dire est que l'annonce faite la semaine dernière par le chef de l'Etat ne laisse pas indifférent .

Il est vrai que l'impact de cette taxe tant sur les finances locales que sur celles des entreprises n'est pas neutre et démontre si il le fallait encore l'effet de la fiscalité tant en matière d'aménagement du territoire qu'en matière d'investissement et de compétitivité pour les entreprises.

Alors : comment conserver aux collectivités leurs revenus et moyens d'action tout en augmentant autant que faire se peut la compétitivité de nos entreprises ?

La commission Fouquet a exploré la piste d'une taxation de la valeur ajouté produite ainsi que celle d'une redistribution par l'Etat des produits de l'impôt aux collectivités.

D'autres ont suggérés la fameuse taxe carbone.

On peut douter que celle-ci soit suffisante en tant que telle pour compenser la disparition de la taxe professionnelle, surtout si l'on considère un aspect de "justice" fiscale....selon le principe pollueur =payeur, il est certain qu'un transporteur paiera plus de taxe qu'une entreprise de conception de logiciels...pourtant, nous avons tous besoin, en tant que telles, de nos entreprises de transports et il n'est pas du tout certain (sauf en théorie) que la taxe payée par le transporteur soit compensée par une augmentation de se marge brute....

Reste évidemment une solution mixte, esquissé par exemple par Christian Estrosi dans une interview accordée au Figaro du 13 février: taxe carbone et taxe assise sur l'EBE (plutot que sur la valeur ajoutée, pour éviter de prendre en compte les salaires et les charges sociales).

Annoncer la suppression de la taxe professionnelle alors que le comité Balladur n'a pas rendu son rapport sur les collectivités territoriales n'est certainement pas innocent. Le but parait être d'amener ce comité à intégrer la réforme de la taxe professionnelle dans la réflexion générale sur la compétitivité des territoires dans le cadre d'une logique d'économie et non plus de dépenses compensées par des recettes.

Par christophe.ducellier le 11/02/09

Depuis l'annonce faite par le président Nicolas Sarkozy, jeudi 6 février, de supprimer la Taxe Professionnelle (tp) nombre de dirigeants de collectivités territoriales n'ont pas manqué de réagir à ce qu'ils considèrent comme un risque majeur pour leur équilibre budgétaire.

1) Cette volonté et cette crainte ne sont pas nouvelles.

Depuis sa création en 1975 pour remplacer l'ancienne patente, la tp a fait l'objet de nombreuses critiques de la part des entreprises qui lui reprochent de taxer l'outil de production, quelque soient les résultats (bénéfices ou pertes) dégagés par l'entreprise.

En 1998, D. Strauss-Kahn, alors ministre des finances avait déjà proposé de supprimer la tp et mais n'avait finalement que modifié son assiette en supprimant de ses composantes la part salariale.

En 2004, le président Jacques Chirac proposait lui aussi la suppression de cette taxe et confiait le soin de développer des pistes de réforme à une commission présidée par M. Olivier Fouquet.

Or, malgré cette volonté affichée par nos gouvernants, force est de constater que jusqu'à présent la tp n'a jamais été véritablement repensée.

A force de retouches successives plutot que de véritable réforme de fond dont on voit bien aujourd'hui encore qu'elles font peur aux élus locaux (dont bon nombre sont aussi députés ou sénateurs), la tp est dévenu un impôt déséquilibré qui repose désormais, depuis la loi de finances rectificative pour 2008 sur les "vieux investissements" pour reprendre l'expression de M. Mirko Hayat (La Tribune du 11/02), puisque les investissements réalisés depuis le 23 octobre 2008 en sont exonérés.

2) Le financement des collectivités territoriales doit ëtre assuré pour permettre la suppression de la tp.

On sait, en effet, que la tp représente une part majeure du budget de certaines collectivités et le désengagement de l'état en faveur de ces mêmes collectivités rend nécessaire de leur assurer les ressources correspondantes.

L'opposition du législateur aux différents projets de suppression de la tp tient très certainement à cette raison budgétaire mais elle doit aujourd'hui être dépassé.

D'une part parce que la tp est aujourd'hui un impôt déséquilibrée difficilement justifiable auprès des entreprises et d'autre part parce qu'il est un principe constitutionnel empéchant la suppression d'une ressource fiscale des collectivités sans en substituer une autre.

Dans cette mesure, il est difficile d'interpréter l'opposition actuelle des collectivités territoriales, sauf à le considérer comme faisant partie d'une tactique plus politique que technique pour aborder la délicate question des modifications de ressources que la suppression de la tp occasionnerait pour certaines collectivités.

3) les pistes pour une nouvelle TP

Ces pistes sont connues. Depuis la suppression des salaires comme composant de la tp, celle-ci ne repose pas que sur les seules immobilisations, mais aussi sur la valeur ajoutée produite par l'entreprise.

Celle-ci sert déja à déterminer la taxe minimale dûe par les entreprises ( 1,5% de la VA) et le plafonnement de la tp pour les entreprises les plus imposées.

Dès 2004, la commission Fouquet avait donc suggéré d'utiliser la valeur ajoutée pour déterminer l'assiette de l'imposition.

On peut donc supposer que c'est en ce sens que la réforme conduisant à la suppression de la tp actuelle (et à son nécessaire remplacement) sera conduite.

Par christophe.ducellier le 26/01/09

Le mois de septembre prochain sera certainement crucial pour les entreprises fragilisées par 9 à 12 mois de crise de trésorerie.

En effet, en raison de la chute du chiffre d'affaires dans de nombreux secteurs économiques, la trésorerie des entreprises va avoir tendance à diminuer au cours des prochains mois.

Or, le chiffre d'affaires de juillet (ou la production) est traditionnellement moins important que celui des autres mois de l'année. Celui d'août est quasi inexistant, alors que les charges fixes sont de même niveau.

Le résultat en est toujours une trésorerie difficile en septembre. Mais si, cette année, la trésorerie de l'entreprise est inférieure à son niveau habituel en raison d'un chiffre d'affaires réduit, les conséquences peuvent être lourdes au dernier trimestre 2009, avec des risques de cessation de paiement.

Dans cette mesure, l'anticipation et la valorisation de certains actifs peut être une solution.

D'aucun argueront que la période ne se prête pas à une cession d'actifs dans de bonnes conditions, a fortiori s'il s'agit d'immeubles d'exploitation.

Pourtant, à bien y réfléchir, il peut s'agir d'une très bonne opportunité quand elle se double d'une opération patrimoniale : l'illustration en est la suivante :

Une entreprise propriétaire de son immeuble d'exploitation le cède à un groupe d'investisseurs privés après avoir fait expertiser le bien par un expert agréé pour éviter toute remise en cause par un actionnaire, par le commissaire aux comptes ou par l'administration fiscale. La valorisation sera fonction de l'état de l'immeuble mais aussi de sa rentabilité et non, comme en matière d'habitation, de la simple loi de l'offre et de la demande.

Bien évidemment l'immeuble continuera d'être occupé par l'entreprise qui aura conclu un bail commercial avec les acquéreurs.

Ce groupe d'investisseurs, si il est avisé et dans le cadre d'une stratégie patrimoniale plus large, pourra même réaliser cette acquisition en recourant au démembrement de propriété, afin d'améliorer le résultat économique de cette opération.

Ainsi, l'entreprise en ayant anticipé ses difficultés pourra bénéficier le moment venu d'une réserve de trésorerie fort utile.

Par christophe.ducellier le 21/01/09

 

 

 

Certains de nos clients nous ont demandé de réfléchir avec eux sur des solutions permettant, de financer leur cycle d'exploitation.

L'idée, dans une démarche d'anticipation, est de valoriser et refinancer les actifs existants et principalement les bâtiments d'activité.

La suite de l'article ici, sur notre site....