Par christophe.ducellier le 08/05/09

L'article L 274 du LPF prévoit que le délai de 4 ans pour prescrire l'action en recouvrement est interrompu par tous actes interruptif de prescription .

Jusqu'à présent, seuls les comptables du trésor avaient la possibilité de notifier des commandements de payer par la poste, par dérogation au code de procédure civile.

Compte tenu de l'unification des services des comptables du trésor et des comptables de la DGI, il fallait unifier également la règle.

C'est chose faite.

Désormais, l'article 18 de la loi 2009-431 vient modifier l'article L 259 du LPF : les commandements de payer notfiés par la poste par tous les comptables publiques devient un acte interruptif de prescription .

Par christophe.ducellier le 08/05/09

Afin de permettre aux entreprises de bénéficier au mieux de la trésorerie dégagée par une opération de lease back sur un immeuble, l'article 3 de la seconde loi de finance rectificative pour 2009 ( 2009-431 du 20-4-2009) prévoit l'étalement de l'imposition des plus values dégagées par l'opération.

Lza plus value dégagée est étalée sur la durée du contrat de crédit bail, sans pouvoir dépasser 15 ans.

Bien évidemment, la résiliation du contrat de crédit bail met fin à l'étalement.

La mesure est limitée dans le temps et prendra fin le 31 décembre 2010.

ELEMENTS DE DISCUSSION:

On ne peut que se réjouir d'une telle mesure qui prend en compte les besoins actuels de trésorerie des entreprises.

Toutefois, le lease back n'est pas la seule technique permettant la cession d'un immeuble par une entreprise tout en continuant à l'occuper. Rien n'empêcherait une entreprise de céder son immeuble à un investisseur qui lui consentirait aussitôt un bail commercial.

Pourquoi, dans ce cas, imposer immédiatement la plus value ?

Par christophe.ducellier le 20/04/09

En Août 2008, la Loi de Modernisation de l'Economie (loi LME) a modifié le régime de la fiducie en étendant son régime aux personnes physiques à fin de garantie ou de gestion, permettant ainsi la constitution de patrimoines d'affectation.

La loi LME a parralèlement permis aux avocats de devenir fiduciaires.

L'ordonnance du 30 janvier 2009 est venue mettre en place les mesures juridiques et fiscales pour compléter le texte législatif . (v. le texte complet de l'ordonnance sur ce LIEN ).

Le régime fiscal retenu est celui de la neutralité fiscale.

Le constituant restedonc, dans cette mesure, redevable de l'impôt sur le revenu et le transfert des biens ou droits dans le patrimoine du fiduciaire (et leur retour) n'est pas un fait générateur de l'impôt sur le revenu.

Par christophe.ducellier le 17/04/09

Lorsque l'on aborde la question de la transmission de l'entreprise familiale avec un dirigeant dans la force de l'âge et encore loin de l'âge de la retraite mais ayant un ou plusieurs enfants travaillant déjà (dans l'entreprise ou non) et souhaitant s'impliquer dans l'entreprise, il n'est pas rare de se heurter au même type d'interrogations:

- comment continuer de le former sans lui faire trop subir la contrainte du moule paternel (ou maternel)

- comment cohabiter avec lui sans heurts tout en développant son esprit d'entrepreneur

- comment développer son sens de l'initiative sans perdre le contrôle etc...

Et c'est vrai que c'est généralement un vrai problème et un vrai challenge aussi.

Reprendre une entreprise familiale n'est pas un statut, c'est bien une vocation d'entrepreneur.

Alors pourquoi ne pas profiter du laps de temps encore assez long avant la retraite de ses parents pour cultiver et développer ce sens de l'entreprenariat chez le jeune repreneur ?

L'entreprise, familiale ou non, a besoin de constamment évoluer et innover.

Plutôt que de cantonner les jeunes représentants de la famille dans des fonction de direction opérationnelle de l'entreprise, pourquoi ne pas leur confier le soin de créer et développer de nouvelles filiales du groupe (ou de ce qui pourra devenir un groupe) en leur donnant bien sûr quelques moyens pour réussir.

Il y a, à celà, peu d'inconvénients, mais de véritables opportunités pour l'entreprise, pour le repreneur (devenu un véritable entrepreneur ) et pour le ou les parents encore en fonction.

La création d'une nouvelle entreprise est en effet un enrichissement de l'entreprise "mère", du patrimoine familial et permettra au futur repreneur de se déporter de l'ombre que pourraient lui faire des dirigeants/parents encore très influents.

Les exemples que je connais de ce type de démarche sont de jolies réussites humaines....

Par christophe.ducellier le 15/04/09

Edouard Balladur préconise, dans une interview accordée au Figaro du 15 avril 2009, d'ouvrir la discussion sur une taxation exceptionnelle et temporaire des hauts salaires pour cause de crise, à l'image de ce qui a été décidé aux Etats-Unis. Les détails et le résumé de cette intervention d'Edouard Balladur sur le site de Challenges Magasine : V. Challenges

Par christophe.ducellier le 02/04/09

Dans un récent arrêt de principe, rendu le 10/02 dernier la chambre commerciale de la Cour de Cassation (cass.com 10/02/2009 n° 07-21.806) confirme qu'en matière de démembrement de propriété, le fait pour un usufruitier de parts sociales (qui a fait donation de la nue propriété à ses enfants) de voter la mise en réserve du bénéfice social ne constitue pas une donation indirecte aux nus propriétaires .

Pour la Cour de Cassation, les bénéfices n'ont la nature de fruits que lors de leur attribution sous forme de dividendes.

Avant la décision de distribution les bénéfices n'ont pas encore d'excistence en tant que fruits.

Le droit de l'usufruitier ne portant que sur les dividendes, celui-ci n'a donc rien pu donner si les résultats ne font pas l'objet d'une décision de distribution.

Ainsi se trouve solutionner ce débat devenu classique avec l'administration, dont l'analyse revenait quand même à nier les effet de la personnalité morale de la société.

Par christophe.ducellier le 23/03/09

A compter de 2009, les entreprises qui doivent verser la contribution sociale de solidarité (ex taxe ORGANIC) doivent effectuer leur déclaration et le versement de la taxe pour le 15 mai prochain par voie de télédéclaration sur le site des télédéclarations sociales : NET-ENTREPRISES.

Cette obligation s'applique désormais quelque soit le chiffre d'affaires des entreprises assujetties et il n'est donc plus possible d'utiliser les formulaires papier.

Aucun formulaire de déclaration ne sera plus adressé aux entreprises par la CAISSE NATIONALE DU REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS (RSI ex ORGANIC).

Les entreprises doivent s'inscrire sur net-entreprises pour être en mesure de respecter leurs obligations (inscription pour la télédéclaration et le télérèglement).

Pour vous familiariser avec le système, le site Net-Entreprises à mis en place un démonstrateur que vous pouvez utiliser.

Pour vous inscrire au télérèglement, il convient néanmoins d'envoyer par voie postale un formulaire d'adhésion.

Par christophe.ducellier le 05/03/09

 

 

Nous avons souvent l'occasion d'en faire la démonstration, le démembrement de propriété d'un immeuble d'activité ou des parts d'une SCI détenant un tel immeuble est un très efficace moyen de structurer un patrimoine et pour une entreprise d'utiliser à moindre coût cet immeuble.

 

La réflexion qui conduit à de telles conclusions intègre non seulement des connaissances en droit civil, en droit fiscal, mais aussi en droit comptable et en mathématique financière (la valorisation de l'usufruit à partir des cash flows futurs implique notamment de prendre en compte la réduction des incertitudes).

 vous trouverez la suite de cet article ici, sur notre le site de DUCELLIER-AVOCATS

Pour une explication plus détaillée, voir mes posts postérieurs, onglet "démembrement" sur la page d'accueil de ce blog  ou rendez vous sur notre site

Par christophe.ducellier le 03/03/09

 

 

Au cours de l'année 2008, la Cour de Cassation a eu l'occasion de se prononcer à deux reprise sur des opérations d'apport de droits démembrés à une société civile (arrêt Cere, Cass. Com, 26 mars 2008, n° 06-21.944 et arrêt Tabourdeau, Cass.Com, 20 mai 2008, n°07-18.397).

La notion d'abus de droit fut bien évidemment évoquée par l'administration qui voyait dans les opérations d'apport critiquées un moyen d'éluder l'application de l'ancien article 762 du CGI et donc de son barème forfaitaire.

Dans l'arrêt Cere, une société civile avait bénéficié de l'apport de la nue propriété de plusieurs immeubles locatifs, la nue propriété étant évaluée en valeur économique 

Vous trouverez la suite ici, sur notre site, Ducellier-avocats.

Par christophe.ducellier le 27/02/09

 

 

Trois récents avis du CCRAD (comité consultatif de répression des abus de droit) concernent le démembrement de propriété : affaires 2007-26 ; 2007-27 (BOI 13L-8-08) et 2008-06 (BOI 13L-11-08)

 

vous trouverez la suite de cet article ici, sur notre le site de DUCELLIER-AVOCATS