Aug
01
SOCIETE : A LA GLOIRE DE LA POLEMIQUE

 

« Putain », comme l’a dit l’autre jour le garde des sceaux, ministre de la justice, à la tribune de l’Assemblée nationale où, premièrement il s’était paumé sur les amendements d’une loi qui finira heureusement sans aucun doute au Conseil constitutionnel, et où deuxièmement il ne risquait pas grand-chose dans l’hypothèse où on prétendrait le poursuivre pour diffamation, vu qu’il est  couvert par l’immunité absolue de l’art. 41 de la loi de 1881 sur la presse. Loi qu’il connait mieux que personne comme avocat, mais qui s’applique aussi non seulement dans le prétoire, mais aussi devant les assemblées.

Putain donc, il y en a marre, mais vraiment marre (comme disait Salvador DALI, lui  quand il  faisait sa célèbre publicité du chocolat LANVIN) de tous ces connards (je fais du DUPOND MORETTI,  qui lui-même fait du KUCHUKIAN) qui prétendent vous faire taire, dès que vous mettez en cause une bienpensante,  le plus souvent  gouvernementale,  du moment.

Et là, on vous prie de la fermer (je fais du DUPOND MORETTI),  car il ne faut pas faire de polémique.

Le mot polémique peut avoir deux sens.

Soit on l’emploie comme un adjectif, et alors le mot dénonce une attitude critique.

Soit on l’emploie comme substantif et alors le mot définitif une vive controverse publique.

Contrairement aux susdits qui prétendent vous censurer dès que vous dites ou écrivez quelque chose qui ne va pas dans le sens général de la majorité crétine du pays, chacun a bien le droit de critiquer.

C’est la déclaration des droits, en préambule de la constitution, même si on l’a malheureusement raccourcie par rapport au temps de l’an II,  où elle permettait de se révolter et  soulever contre le pouvoir.

Faute de pouvoir renforcer le pouvoir par la force et même pas par le bulletin de vote, qu’il nous reste au moins le droit de polémiquer.

Vive la République, vive la France… vive la polémique (et a bas le Covid-19 et numéros suivants).

Mots-clés: 

Commentaires

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA