creisson

Par nicolas.creisson le 24/09/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 2 jours

Voici trois photos et une gravure du Palais Verdun.

Les trois premières images proviennent des brochures "journées du Patrimoine" 2006, 2007 et 2008 éditées par la mairie d'Aix-en-Provence.

La dernière est extraite du site Gene Provence.

Par nicolas.creisson le 24/09/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 2 jours
Par nicolas.creisson le 24/09/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 2 jours
Par nicolas.creisson le 24/09/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 2 jours
Par nicolas.creisson le 19/09/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 1 semaine

Très cher internaute, je suis désolé, mais aujourd'hui, pas de publication juridique. Vous pensiez peut-être, au vu du titre, pouvoir vous rafraichir vos connaissances en matière de recel successoral ou de niches fiscales...

Mais vous avez oublié que la France célèbre aujourd'hui son patrimoine.

J'aime ma ville, mes lecteurs fidèles le savent.

Aujourd'hui, donc, je vous présente des choses que l'on regarde mais que l'on ne voit pas (Comme aurait dit le grand Gainsbourg *).

Car, à Aix, cette journée avait pour thème « Patrimoine insolite : Ô vous qui passez sans me voir... ».

Donc pas de monument, pas de sculpture, pas de tableau, rien de tout cela.

Donc, j'ai découvert, la galerie d'un photographe tout à fait original.

Des détails du centre ville, qui ont la particularité de ne pas être répertoriés par les monuments historiques : murs délabrés, vielles publicités, gouttières éventrées etc...

Ce photographe s'appelle Patrick Houdot (il me pardonnera, j'en suis certain, d'avoir mis en ligne une de ses oeuvre). Allez jeter un oeil sur son site :

Abstractions murales

Devantures et enseignes d'une autre époque

L'accessoire urbain

Et surtout :

Décrottoirs

L'accueil du site

__________________________________________________________

* Ben oui, quoi, allez réécouter les p'tits trous !

Par nicolas.creisson le 17/09/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 1 semaine

Merci à Me Marion BORGHI pour avoir obtenu (et m'avoir transmis) cette ordonnance.

Par nicolas.creisson le 13/09/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 1 semaine

Vous rappelez-vous, c'était en août 2007, je vous présentais le très beau site de David WASSERMAN, dessins d'audience.

Aujourd'hui, je vous présente une exposition virtuelle absolument remarquable : Traits de justice.

Plus de 140 dessins d'hier et d'aujourd'hui.

Vous pourrez découvrir les techniques utilisées, acteurs, lieux, moments de procédure, droit et dessins comparés...

Cette exposition met également en ligne des pistes pédagogique et des jeux pour comprendre la justice.

Et c'est ici :

http://traitsdejustice.bpi.fr/

(Merci à Laure Gaudefroy-Demombynes pour avoir mentionné cette exposition, au détour d'un commentaire).

Par nicolas.creisson le 13/09/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

Vous êtes propriétaire d'un logement que vous louez à une personne susceptible d'être l'auteur d'un délit.

Dans le cadre d'une perquisition, la police à forcé la porte de ce logement.

Vous souhaitez savoir qui doit prendre en charge les frais de remplacement de la porte et de réparation du chambranle.

Telle était la question posée au ministre de l'intérieur.

Et voici la réponse :

Vous pouvez obtenir, à certaines conditions, une indemnisation par l'État.

La responsabilité de l'État pour rupture de l'égalité devant les charges publiques est en effet engagée, alors même qu'aucune faute ne peut être reprochée au service de la justice.

Mais cette indemnisation est soumise à des conditions :

- Vous devez être tiers à la procédure justifiant la perquisition.

- Le préjudice est constitué par les frais de remise en état à l'identique de la porte et de ses accessoires.

- Le préjudice doit être spécial et anormal (la condition de spécialité est systématiquement remplie, mais pour satisfaire à la condition d'anormalité, une partie du coût, évaluée à 10 % du montant total des frais de remise en état, ne donne pas lieu à indemnisation, en application de la jurisprudence judiciaire).

- Vous devez justifier du caractère personnel du dommage ainsi que de l'absence d'enrichissement résultant des réparations effectuées sur le bien.

Si ces conditions sont réunies, vous pouvez obtenir l'indemnisation de votre préjudice en saisissant la direction des services judiciaires du ministère de la justice qui vous proposera un règlement amiable.

Je précise, bien que cela ne soit pas mentionné dans cette réponse ministérielle, qu'en cas d'échec, vous pourrez saisir le tribunal administratif.

Lien :

Question écrite n° 11861 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI) publiée dans le JO Sénat du 28/01/2010 - page 168 et réponse du Ministère de la justice publiée dans le JO Sénat du 09/09/2010 - page 2366

Par nicolas.creisson le 10/09/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 2 semaines
Par nicolas.creisson le 09/09/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 2 semaines

Je vous présente aujourd'hui une photo rare, prise en 1945.

Il s'agit de l'Hôtel Maurel De Ponteves.

Les avocats et justiciables aixois auront reconnu un des plus beaux hôtel particulier d'Aix, qui abrite aujourd'hui le tribunal de commerce.

Il est bien difficile de reconstituer l'histoire de cet hôtel.

D'après mes infos (merci à tous les spécialistes de venir me corriger), il fût édifié par Pierre Maurel en 1647, occupé pendant la révolution par le tribunal criminel des Bouches-du-Rhône, puis, en 1803, par la sénatorerie d'Aix. Il fut enfin restitué à la famille.

D'après la photo que je vous présente, il fut le siège du parti communiste d'Aix en 1945, puis il abrita le Rectorat, les chambres commerciales de la Cour d'Appel en 1989 et, depuis 1999, le Tribunal de Commerce.

Et voici quelques liens :

Sur le site de l'office du tourisme :

"Il fût édifié par Pierre Maurel, dit « Le Crésus de la Provence ».

Successivement commerçant de draps, puis maître des courriers des postes en la Généralité de Provence. Conseiller à la Cour des Comptes pour terminer Intendant des Finances !!

Anobli en 1639 , il fait construire sa demeure par Jean Lombard et Pierre Pavillon dès 1647 , Jean Daret et Jacques Fossé seront chargés du décor ; L' on doit à ce dernier les 2 atlantes soutenant le balcon".

A l'arrière un beau jardin décoré de fontaines.

Extrait de l'ouvrage : Les rues d'Aix ou recherches historiques sur l'ancienne capitale de Provence, par Roux-Alpheran.

« Les descendants de Pierre Maurel furent successivement conseillers au parlement pendant plusieurs générations, et le dernier d'entre eux étant mort en 1770, laissa sa grande fortune et l'hôtel dont nous parlons à sa fille unique, mariée depuis 1748 à son cousin de Maurel-Villeneuve de Mons, qui occupait encore cet hôtel avec sa famille à l'époque de la révolution. Mais ayant émigré, la grande partie de ses biens personnels et des biens de sa femme furent vendus, et l'hôtel fut occupé, pendant la révolution, par le tribunal criminel des Bouches-du-Rhône, puis désigné, en 1803, par un arrêté du premier consul Bonaparte, pour le logement de la sénatorerie d'Aix. Restitué plus tard à la famille, comme bien non vendu, il appartient aujourd'hui à madame d'Espagnet, fille de l'avocat-général au parlement, Maurel de Calissanne, frère de feu Mgr l'archevêque d'Avignon, l'un et l'autre dernier mâle de cette puissante maison. Le rez-de-chaussée en est occupé par le cercle de Sextius, qui est, à proprement parler, la suite ou la continuation de l'ancien cercle de Guion ».

Voir également :

L'hôtel Maurel de Pontevès et ses atlantes

Hôtel Maurel de Pontevès dit d'Espagnet.

Le patrimoine d'Aix-en-Provence : entre espoir et inquiétude

Enfin, sur http://www.culture.fr, quelques détails de l'intérieur.