creisson

Par nicolas.creisson le 27/06/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

Un décret modifiant certaines dispositions du code de l'éducation relatives à la discipline dans les établissements publics locaux d'enseignement vient d'être publié au JORF. Il entrera en vigueur le 1er septembre 2011.

Ce décret est inspiré d'un Rapport remis au ministre de l'éducation nationale, Alain BAUER.

Les grandes lignes sont les suivantes :

Le Chef d'établissement sera désormais tenu d'engager une action disciplinaire en cas de violences verbales, physiques ou d'autres actes graves.

Une nouvelle sanction, la « mesure de responsabilisation » ou «tâche de d'intérêt commun» (TIC) d'une durée totale ne pouvant excéder 20 heures, consistera à faire participer à l'élève, en dehors des heures d'enseignement, à des activités de solidarité, culturelles ou de formation à des fins éducatives (activités réalisées au sein de l'établissement ou au sein d'une association, d'une collectivité territoriale, d'un groupement rassemblant des personnes publiques ou d'une administration de l'Etat).

Le caractère exceptionnel de l'exclusion est renforcé : l'exclusion temporaire de l'établissement ne pourra excéder huit jours. Il est créé une nouvelle sanction : l'exclusion temporaire de la classe (d'une durée de huit jours au plus, avec maintient de l'élève dans l'établissement).

Une commission éducative aura pour mission d'examiner la situation d'un élève dont le comportement est inadapté aux règles de vie dans l'établissement et de favoriser la recherche d'une réponse éducative.

Un précédent décret avait été rejeté le 30 septembre par le Conseil supérieur de l'éducation (CSE), lequel contestait la sanction disciplinaire «automatique» en cas de «violences verbales, physiques ou d'autres actes graves».

Lien :

Décret n° 2011-728 du 24 juin 2011 relatif à la discipline dans les établissements d'enseignement du second degré - JORF n°0147 du 26 juin 2011 page 10876

Rapport remis au ministre de l'éducation nationale, Alain BAUER

Par nicolas.creisson le 23/06/11
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 semaine

Si vous ne connaissez pas l'histoire de René Nicolas de Maupeou, en voici un petit extrait :

Pour mettre un terme à la guerre ouverte menée par les Parlements au pouvoir royal, Maupeou réalise, en 1771, un spectaculaire coup de force pour reprendre en main le pouvoir judiciaire . Les parlementaires parisiens furent arrêtés et exilés (arrêt du Conseil du 20 janvier 1771), leurs charges confisquées puis rachetées par l'État (édit d'avril 1771). L'immense ressort du Parlement de Paris fut divisé en six circonscriptions avec au sein de chacune un Conseil supérieur, nouvelle juridiction souveraine, le Parlement de Paris subsistant mais à la tête d'une circonscription plus réduite (édit du 23 février 1771). Pour ces nouvelles juridictions, la vénalité des offices est abolie, les magistrats étant désignés par le Roi, mais inamovibles, et rétribués par l'État.

C'est en septembre 1771 que le parlement de Provence fut supprimé par un Édit que je vous présente aujourd'hui.

Ce document rare vient d'être mis en ligne sur GALLICA.

Comme Wikipédia l'indique, ces offices furent rétablis « dans leur état antérieurs », en 1774.

Mais en août 1775, une pierre de l'édifice se détache et blesse un passant. En, mars le Parlement de Provence délibéra d'abandonner ce palais « en ruine » et transfère ses séances dans le couvent des dominicains. Celles du tribunal de la sénéchaussée déménage au collège BOURBON (l'actuel collège Mignet)

L'histoire a retenu que ces magistrats voulaient-il fuir ces lieux par haine du parlement Maupeou. Et c'est cette haine qui a conduit à un désastre architectural dont je vous ai déjà parlé.

Par nicolas.creisson le 23/06/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 10 mois

J'ai l'honneur d'être cité ici et là dans un travail universitaire « Le web 2.0 et l'édition juridique : le droit peut-il se passer d'éditeur ? ».

Ce mémoire a déjà fait l'objet d'un commentaire d'Emanuel Barthe et de la réponse de l'auteur.

Je serai volontiers enthousiaste, si je n'avais découvert avec effroi que j'étais pris en flagrant délit de violation de notre règlement intérieur National.

Cela ce passe sur cette page .

3) Cas de violation de l'article 10.2 du Règlement intérieur national de la profession d'avocat : « Quelle que soit la forme de publicité utilisée, sont prohibées : toutes références à des fonctions ou activités sans lien avec l'exercice de la profession d'avocat. »

Dans son blog, Nicolas Creisson partage également sa « passion » pour l'histoire, sa passion pour la photographie.

Qu'en est-il ? Voila ma réponse :

Tout d'abord, mes photos et mes articles histoiriques ne sont pas sans lien avec la justice (et donc, avec l'exercice de ma profession).

Mais à dire vrai, il est bien probable que je commette parfois un petit hors sujet (mais, certains ont fait pire !).

Ceci étant, je me pose la question de savoir si nos blogs sont réellement réglementés par l'art. 10.2 du RIN.

J'en doute, puisque l'article 10.6 dispositions complémentaires relatives à la publicité par Internet ne fait pas référence à l'article 10.2, mais au seul article 10.4 Documents destinés à la publicité : « Le contenu du site doit être conforme aux dispositions du point 10.4 du présent article ».

Au-delà de cette remarque, ce mémoire à le grand mérite de faire un tour quasi exhaustif du web juridique français.

C'est ainsi qu'on y trouve même une référence à l'incontournable Maître Chapotard !

Le blog de maître Chapotard. Ce blog dont l'auteur avait souhaité conserver l'anonymat a été fermé par le Conseil national des Barreaux.

« Bon, petite question au passage : qui a rédigé le règlement intérieur national ?

Le Conseil National des Barreaux, bien entendu !

Et qui a mis à la disposition de tous les avocats de France une plateforme de blog utilisant le nom de domaine générique « avocats.fr » ?

Et oui, c'est encore le Conseil National des Barreaux !!!

Les internautes non-avocats de passage s'interrogeront sur la puissance de cette logique. »

(Chapotard bafoue ouvertement la déontologie, billet du 12 Juillet 2010). »

Dernière petite remarque : tandis que le blog de l'avocat masqué échappait miraculeusement à la censure, les articles de Me Chapotard (qui décrivaient plus d'une violation du RIN par les avocats blogueurs) ont été sauvegardés et remis en ligne :

Chapotard bafoue ouvertement la déontologie (1 , 2 , 3 et 4 ).

Le Blog d'Armelle Nianga n'accepte pas les commentaires, c'est la raison de ma réponse en ces lieux. Elle est naturellement bienvenue à réagir ici même.

juin
23

Calatogue

Par nicolas.creisson le 23/06/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

Le saviez-vous ?

En application de l'article R112-12 du Code de la consommation, "dans le cas des ventes par correspondance, les catalogues, brochures, prospectus ou annonces faisant connaître au consommateur les produits offerts à la vente et lui permettant d'effectuer directement sa commande doivent comporter les mentions prévues aux 1°, 2°, 4° et 8° de l'article R. 112-9 et au 11° de l'article R. 112-9-1".

Voilà, c'est l'art de dire n'importe quoi, dans le seul but de justifier une illustration (il faut cliquer sur l'image pour agrandir).

Par nicolas.creisson le 23/06/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

"Les commentaires sont libres , les faits sont sacrés" (Beaumarchais).

Par nicolas.creisson le 20/06/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

Parfois, il est inutile d'anonymiser, les faits sont suffisamment reconnaissables...

Avis n° 011 00007P du 20 juin 2011

...dans une procédure aux fins d'ouverture d'une mesure de protection en cours d'instruction devant le juge des tutelles et dès lors qu' aucune décision prononçant une telle mesure n'a encore été prise, le désistement d'instance émanant du requérant met fin à l'instance en application de l'article 394 du code de procédure civile...

Par nicolas.creisson le 20/06/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

... tend à infantiliser des professionnels chevronnés, atteint leur réputation et leur dignité, et constitue un traitement dégradant contraire à l'article 3 de la Convention ?

Telle est la question posée à la Cour européenne des droits de l'homme.

J'ai du relire ce texte à plusieurs reprises, mais, non : le requérant n'est pas BK du Barreau de Marseille, mais PK, du même Barreau.

Par nicolas.creisson le 20/06/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

http://bit.ly/mGLrdA

Par nicolas.creisson le 20/06/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

http://bit.ly/mREMa7

Par nicolas.creisson le 20/06/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

Encore merci à Gallica.