Par nicolas.creisson le 03/07/12

Ami lecteur, tu connais sans doute ma petite collection de vielles images (rares) d'Aix-en-Provence (Voir également, la libération, la prison et la Cour).

Et bien, je viens de découvrir une mine d'or, oeuvre de J.-C. Curtet (mention légales) que je m'empresse de vous faire partager.

Par nicolas.creisson le 08/06/12

Le 29 mars dernier a été sélectionné le projet de l'Atelier Marc BARANI.

Nous vous proposons de le découvrir en images*.

Espérons que ce projet aura plus de chance que le précédent...

Il y tout de même une chose que je n'ai pas compris : le précédent projet de Francis SOLER avait été abandonné car il était trop onéreux (46 M d'euro pour 18 500 m²) alors que le projet de Marc BARANI, va coûter 45 M d'euro pour 6.408 m2 ...

Liens :

Agence publique pour l'immobilier de la Justice

blog-habitat-durable.com

Wikipedia

______________________________________

* crédits photographiques @RSI Studio

Par nicolas.creisson le 04/04/12

La prison d'Aix a été transférée à Luynes au début des années 1990. Ironie de l'histoire, ce sont maintenant les magistrats de la Cour d'appel qui siègent à l'intérieur de ces murs, c'est le Palais Monclar

Je vous livre ici une série de photos ce cette maison d'arrêt qui n'existe plus. Je les ai trouvées sur Gallica. Elles proviennent du site de ENAP, Bibliothèque numérique*.

(Ce diaporama est également en ligne sur mon blog Images d'Aix).

_________________________________________________

* Je fais un usage non commercial de ces photos, dans l'unique but de montrer aux internautes des images difficiles d'accès, et ce pour le bien de tous. Je pense que si on ne les utilise pas, elles tomberont dans l'oubli, ce qui serait dommage. Toutefois je suis disposé à retirer immédiatement ces photos, sur simple demande de l'auteur.

Par nicolas.creisson le 19/09/10

Très cher internaute, je suis désolé, mais aujourd'hui, pas de publication juridique. Vous pensiez peut-être, au vu du titre, pouvoir vous rafraichir vos connaissances en matière de recel successoral ou de niches fiscales...

Mais vous avez oublié que la France célèbre aujourd'hui son patrimoine.

J'aime ma ville, mes lecteurs fidèles le savent.

Aujourd'hui, donc, je vous présente des choses que l'on regarde mais que l'on ne voit pas (Comme aurait dit le grand Gainsbourg *).

Car, à Aix, cette journée avait pour thème « Patrimoine insolite : Ô vous qui passez sans me voir... ».

Donc pas de monument, pas de sculpture, pas de tableau, rien de tout cela.

Donc, j'ai découvert, la galerie d'un photographe tout à fait original.

Des détails du centre ville, qui ont la particularité de ne pas être répertoriés par les monuments historiques : murs délabrés, vielles publicités, gouttières éventrées etc...

Ce photographe s'appelle Patrick Houdot (il me pardonnera, j'en suis certain, d'avoir mis en ligne une de ses oeuvre). Allez jeter un oeil sur son site :

Abstractions murales

Devantures et enseignes d'une autre époque

L'accessoire urbain

Et surtout :

Décrottoirs

L'accueil du site

__________________________________________________________

* Ben oui, quoi, allez réécouter les p'tits trous !

Par nicolas.creisson le 09/09/10

Je vous présente aujourd'hui une photo rare, prise en 1945.

Il s'agit de l'Hôtel Maurel De Ponteves.

Les avocats et justiciables aixois auront reconnu un des plus beaux hôtel particulier d'Aix, qui abrite aujourd'hui le tribunal de commerce.

Il est bien difficile de reconstituer l'histoire de cet hôtel.

D'après mes infos (merci à tous les spécialistes de venir me corriger), il fût édifié par Pierre Maurel en 1647, occupé pendant la révolution par le tribunal criminel des Bouches-du-Rhône, puis, en 1803, par la sénatorerie d'Aix. Il fut enfin restitué à la famille.

D'après la photo que je vous présente, il fut le siège du parti communiste d'Aix en 1945, puis il abrita le Rectorat, les chambres commerciales de la Cour d'Appel en 1989 et, depuis 1999, le Tribunal de Commerce.

Et voici quelques liens :

Sur le site de l'office du tourisme :

"Il fût édifié par Pierre Maurel, dit « Le Crésus de la Provence ».

Successivement commerçant de draps, puis maître des courriers des postes en la Généralité de Provence. Conseiller à la Cour des Comptes pour terminer Intendant des Finances !!

Anobli en 1639 , il fait construire sa demeure par Jean Lombard et Pierre Pavillon dès 1647 , Jean Daret et Jacques Fossé seront chargés du décor ; L' on doit à ce dernier les 2 atlantes soutenant le balcon".

A l'arrière un beau jardin décoré de fontaines.

Extrait de l'ouvrage : Les rues d'Aix ou recherches historiques sur l'ancienne capitale de Provence, par Roux-Alpheran.

« Les descendants de Pierre Maurel furent successivement conseillers au parlement pendant plusieurs générations, et le dernier d'entre eux étant mort en 1770, laissa sa grande fortune et l'hôtel dont nous parlons à sa fille unique, mariée depuis 1748 à son cousin de Maurel-Villeneuve de Mons, qui occupait encore cet hôtel avec sa famille à l'époque de la révolution. Mais ayant émigré, la grande partie de ses biens personnels et des biens de sa femme furent vendus, et l'hôtel fut occupé, pendant la révolution, par le tribunal criminel des Bouches-du-Rhône, puis désigné, en 1803, par un arrêté du premier consul Bonaparte, pour le logement de la sénatorerie d'Aix. Restitué plus tard à la famille, comme bien non vendu, il appartient aujourd'hui à madame d'Espagnet, fille de l'avocat-général au parlement, Maurel de Calissanne, frère de feu Mgr l'archevêque d'Avignon, l'un et l'autre dernier mâle de cette puissante maison. Le rez-de-chaussée en est occupé par le cercle de Sextius, qui est, à proprement parler, la suite ou la continuation de l'ancien cercle de Guion ».

Voir également :

L'hôtel Maurel de Pontevès et ses atlantes

Hôtel Maurel de Pontevès dit d'Espagnet.

Le patrimoine d'Aix-en-Provence : entre espoir et inquiétude

Enfin, sur http://www.culture.fr, quelques détails de l'intérieur.

Par nicolas.creisson le 05/03/10

Voici un ouvrage sous la plume de Jean-Pierre Cassely, indispensable pour les amoureux d'Aix.

Des petits secrets se mélangent aux grandes histoires pour nous faire découvrir une foule de détails qui sont bien loin des descriptions traditionnelles (et ennuyeuses).

Résumé:

La symbolique du cloître et les secrets de la cathédrale, les vestiges cachés des anciennes murailles de la ville, un souvenir de la prise de la Bastille dans les rues d'Aix, une rue interdite aux soldats américains, les maisons closes à Aix, les poils pubiens des atlantes de l'hôtel de Pontevès, la colonne qui guérit les maladies des yeux, des Cézanne cachés dans le grenier, Henriette Je grand amour aixois de Casanova, Charles Trenet en prison à Aix, le dîner de cons: une invention aixoise, un moulin à vent devenu pigeonnier, un incroyable calcul intestinal géant en pierre, un fer à repasser-cadenas, un saint boiteux pour marcher droit dans la vie, Pauline Bonaparte qui prend des bains de lait d'ânesse, la capitale des coupeurs de tête.

Loin des foules et des clichés habituels, l'ancienne capitale de la Provence garde encore des trésors bien cachés qu'elle ne révèle qu'aux habitants et aux voyageurs qui savent sortir des sentiers battus. Un guide indispensable pour ceux qui pensaient bien connaître Aix ou pour ceux qui souhaitent découvrir l'autre visage de la ville.

A noter que l'auteur me fait l'immense honneur de publier des extraits d'une publication de mon blog !

Le calvaire des plaideurs est en effet partiellement reproduit, pages 160 et 161.

A noter également qu'il est fait mention du magistrat farceur dont je vous ai déjà parlé ici (« Gaspard de Venelle, inventeur du diner de con », page 53).

Jean-Pierre Cassely dédicacera son livre à La librairie Le Blason, mardi 31 mars de 10h à 13h et de 15h à 19h.

Liens :

La librairie Le Blason

Le site de l'auteur

Par nicolas.creisson le 04/09/09

(suite du précédent)

Par nicolas.creisson le 04/09/09

Le diaporama est ici.