Par nicolas.creisson le 24/09/07

Petit jeu : les internautes qui trouveront le nom de cet avocat gagneront un abonnement gratuit d'un an à Web Info Hebdo actualité juridique.

Indice : photo prise à l'occasion de la dernière journée du patrimoine, juste avant la présentation au public de la statue réstaurée de cet avocat.

Par nicolas.creisson le 19/09/07

Fréquemment, il est fait reproche aux avocats de ne pas savoir communiquer.

Une chose est certaine, c'est qu'ils sont mal compris et ont souvent mauvaise réputation.

Il était temps de réagir. Un des objectifs affichés de la plateforme de blogs d'avocats.fr est l'ouverture de la profession afin de mieux se faire connaître par les justiciables.

A ce jour, vous êtes plus de 2000 à m'avoir fait l'honneur de me rendre visite, mais peu d'entre vous ont posté un commentaire (et cela me désole !). (Mise à jour au 6/02/2008 : 662 commentaires et 13 859 visites les 30 derniers jours, merci à tous !).

Aussi, un terrible doute me hante.

Et si nos visiteurs étaient tout simplement d'autres avocats blogueurs, curieux de voir le travail de leurs confrères ? En faite d'ouverture ce serait une petite cuisine d'avocats entre eux...

Si c'est le cas, il serait temps de fermer boutique !

Ainsi permettez-moi, chers internautes, de vous poser une petite question :

Par nicolas.creisson le 18/09/07

A l'occasion de la semaine des avocats et du droit, le Conseil National des Barreaux organise des consultations gratuites.


Du 8 au 12 octobre 2007, de 9 h à 10 h, les professionnels et le grand public pourront appeler le numéro azur :

0810 313 313

Une consultation gratuite leur sera donné par un avocat.

Par nicolas.creisson le 17/09/07

Vous rêvez de vous glisser dans la robe d'un avocat ?

Deux jeux en ligne vous permettent de réaliser votre rêve.


Simcarriere : l'avocat, est un jeu de simulation de carrière en ligne.

Il permet d'endosser la robe d'avocat, et de gérer sa carrière du début à la fin. Acheter des fournitures, engager des associés, développer son propre cabinet, telles sont les missions qui vous seront assignées au cours du jeu.

En temps réel, vous serez amené à accepter des affaires plus ou moins simples, allant du correctionnel au procès d'assises. Déjouez les pièges, et jour après jour, mesurez les résultats de votre cabinet d'avocats à celui des autres joueurs sur les autres joueurs inscrits sur le site. Communiquer avec vos concurrents, partagez des ruses, des infos sur nos forums... Bref, Sim Carrière est la plateforme unique de simulation de carrière en ligne.

Un autre style : le jeu (payant) Phoenix Wright.

Vous découvrirez, en ligne sur inpactvirtuel.com, une présentation de : Phoenix Wright : Ace Attorney Justice for All en vidéo - La preuve de la mort qui tue !

À la barre de ce nouvel opus appelé Phoenix Wright : Ace Attorney Justice For All, Hôsuke Odoroki jeune avocat a du pain sur la planche. Assisté de Minuki une jeune femme adepte de la magie, notre cher maître va devoir faire face à une nouvelle série d’enquêtes et de procès en tout genre.

Voir également la présentaton sur le site nintendo-master.com.

Par nicolas.creisson le 08/09/07

Petit jeu :

Pourriez-vous identifier les avocats présents sur ces photos ?

Plus de photos ici.

Par nicolas.creisson le 04/09/07

Nous vous présentons ici un arrêt de la Cour de cassation qui rappelle le droit à l'assistance d'un avocat du bénéficiaire de l'aide juridictionnelle.


Le bénéficiaire de l'aide juridictionnelle a droit à l'assistance d'un avocat.

C’est ce que rappelle dans un attendu de principe plutôt lapidaire la Chambre sociale de la Cour de Cassation dans un arrêt de cassation rendu le 17 juillet 2007 (pourvoi : 06-40390) rendu sous le visa des articles 25 de la loi du 10 juillet 1991 et 16 du nouveau Code de procédure civile.

Chose plutôt rare, c’était l’employeur qui avait sollicité l’aide juridictionnelle, sans avoir pu bénéficier du concours d'un avocat.

Mais l’arrêt est intéressant en ce qu’il précise que la censure est intervenu car ce dernier avait obtenu, avant le prononcé du jugement, l'aide juridictionnelle sollicitée.

On suppose que ce justiciable a déposé son dossier avant l’audience, mais que le bureau d’aide juridictionnelle n’a rendu sa décision d’admission qu’après cette date (mais avant le prononcé du jugement).

A Aix-en-Provence, nous attendons encore certains dossiers A.J. déposés en début d’année (soyons honnête les choses semble s’améliorer depuis quelques mois).

Vigilance, donc, pour les Conseillers : si un plaideur justifie du dépôt d’un dossier A.J. vous êtes tenu d’attendre la longue instruction de ce dossier avant de pouvoir audiencer l’affaire…

Par nicolas.creisson le 04/09/07

Non, nous ne commençons pas une critique cinématographique du film Michael Clayton , mais nous allons bel et bien vous parler du droit positif français.


Vous l’aurez peut-être compris,nous allons vous parler des directives européennes luttant contre le blanchiment d’argent, dont la troisième, de 2005, est en cours de transposition.

Ces directives étendent aux avocats l’obligation de déclaration de soupçon pour certaines interventions.

Peut-on imposer à l’avocat de jouer le rôle d’agent de la poursuite, délateur de son client ?

Il va sans dire que cette dérogation au respect du secret professionnel est susceptible de dénaturer les rapports de confiance présidant aux relations entre un avocat et son client.

Voici le droit positif en la matière :

La loi du 11 février 2004 modifiant l'article L 562-2 du Code monétaire et financier avait étendu aux avocats l'obligation de déclarer à leur bâtonnier, toute transaction visée par l'article L 562-2-1 de ce même code.

La directive européenne « prévention de l'utilisation du système financier aux fins du blanchiment de capitaux » du 4 décembre 2001, a été définitivement transposé en France par le décret n° 2006-736 du 26 juin 2006 relatif à la lutte contre le blanchiment des capitaux.

Au terme du nouvel article R 562-2 du CMF, les avocats doivent répondre à titre individuel aux demandes de la cellule TRACFIN.

Le décret prévoit également que le rapport du Président du CNB sur la déclaration de soupçon prévu à l'article L 521-2-1 du CMF, doit être transmis chaque semestre au Garde des Sceaux.

Les avocats sont par ailleurs soumis à d'autres obligations de vigilance prévues aux articles L 563-1, 563-2, 563-3, 563-4, 563-5, et 563-6 du CMF lors de la réalisation de certaines opérations.

Dans ce cadre, le décret du 26 juin 2006 modifie l'article R 563-1 du Code en renforçant les modalités de vérification d'identité des clients et les mesures à mettre impérativement en œuvre. Pour les clients occasionnels, la vérification est exigée dès lors que le montant du règlement en espèces est supérieur à 3.000 euros.

Le nouvel article R 563-1 du CMF définit plus précisément, l'obligation d'identification du bénéficiaire effectif de l'opération qui est « la personne pour le compte de laquelle l'opération est en réalité effectuée ou demandée » en distinguant selon son lieu d'établissement.

Le seuil des opérations inhabituelles relevant de l'article L 563-3 du CMF est fixé à 150.000 euros.

Plus généralement, l'article R 563-3 impose aux avocats d'adopter des procédures écrites permettant de lutter contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. Toutefois, ces mesures seront définies par arrêté du ministre compétent ou par des règlements professionnels homologués.

Il restait une dernière question : cette déclaration de soupçon est-elle contraire au principe du procès équitable ?

Dans le cadre d’une question préjudicielle posée par les barreaux belges, la CJCE (arrêt du 26 juin 2007 - aff. C 305/05) vient de répondre par la négative (arrêt en ligne sur le site du CNB, en PDF).

Dès lors, l’avocat qui a prêté serment d’exercer sa profession notamment avec conscience et indépendance se verra-t-il sanctionné si celle-ci ne rejoint pas les attentes européennes ?

Les directives européennes semblent ne pas vouloir tenir compte des autres sujétions morales et économiques auxquelles l’avocat est soumis…

A consulter :

Sur le site du Sénat : Utilisation du système financier aux fins du blanchiment de capitaux (texte E 2734) Communication de M. Hubert Haenel (Réunion du 1er décembre 2004)

La deuxième interrogation soulevée par cette proposition concerne la déclaration de soupçon de blanchiment applicable aux avocats.

(…)

Étant donné que la proposition de directive va à l'encontre des dispositions retenues par la loi du 11 février 2004, et compte tenu du caractère sensible de ces dispositions pour les avocats, notre gouvernement a maintenu, jusqu'à la semaine dernière, une réserve sur ces deux points. Cependant, en raison de l'isolement complet de notre position parmi les vingt cinq États membres, le gouvernement a levé cette réserve mercredi dernier afin d'éviter d'être mis en minorité au sein du Conseil « Ecofin » du 7 décembre prochain.

(…)

M. Robert Badinter :

Il ne fait pas de doutes qu'un avocat qui donne, en toute connaissance de cause, à son client des conseils aux fins de blanchiment de capitaux, par exemple par des montages financiers, se rend complice de cette infraction. Mais il s'agit ici d'autre chose. Il s'agit de demander à un avocat de dénoncer son client à partir des informations recueillies sur son compte à l'occasion d'une consultation juridique. Or, je rappellerai que le secret professionnel de l'avocat constitue une sauvegarde pour les justiciables. Personnellement, je trouve que cette disposition est détestable.

Voir également :

Sur Tracfin : Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins - Le dispositif de déclaration de soupçon

Sur le site du Conseil National des Barreaux : OBSERVATIONS & PROPOSITIONS DU CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX SUR LA PROPOSITION DE DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL relative à la prévention de l’utilisation du système financier aux fins de blanchiment de capitaux, y compris le financement duterrorisme présentée par la Commission européenne le 30 Juin 2004 (Édition du 19 juillet 2004) (PDF).

Sur le même site, la Décision à caractère normatif n° 2007-002 portant adoption d’un règlement relatif aux procédures internes destinées à mettre en œuvre les obligations de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme & Dispositif de contrôle interne destiné à assurer le respect des procédures (PDF)