Par nicolas.creisson le 28/04/08

C'était hier, devant la Cour d'appel d'Aix-en-Provence

Par nicolas.creisson le 28/04/08

Toujours la Cour d'appel d'aix-en-Provence...


A l'époque de la libération.

(Cette photo m'a été envoyé par un internaute. Si quelqu'un estime avoir des droits sur cette image, merci de me contacter).

Par nicolas.creisson le 28/04/08

A Aix-en-Provence

Je vous ai déja présenté une photo du dernier executé devant les murs de la prison d'Aix-en-Provence (devenue le Palais Monclar de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence).

Voici une autre photo de cette même scène.

(Cette photo m'a été envoyé par un internaute. Si quelqu'un estime avoir des droits sur cette image, merci de me contacter).

Par nicolas.creisson le 05/03/08

Des vielles gravures et photos pour agrémenter ma petite collection.

Les gravures de Nicolas Ledoux sont sous contrat créative commons. Elle proviennent de Wikipédia.

La photo du cercueil du Président Henri Verdun, veillé par des gardes mobiles et magistrats de la Cour est issue du site jeanverdun.com

Merci au Président Poussin pour avoir mis à notre disposition une image du Palais Monclar au XXI° S qui est ici (également en ligne sur son site : http://www.poussin-web.fr/portail-formation/)

Par nicolas.creisson le 21/02/08

Une barrière ne suffisait pas...

Par nicolas.creisson le 13/09/07

A l'occasion de la journée du patrimoine, Aix-en-Provence fête le Bicentenaire de la mort de Portalis


A l'occasion du bicentenaire de la mort de Jean-Étienne-Marie Portalis, Aix-en-Provence rend hommage au grand avocat aixois.

Portalis est surtout connu comme un des membres de la commission de rédaction du Code civil français, aux côtés de Tronchet, Bigot de Preameneu et Maleville, sous la direction de Cambacérès.

Vous pouvez télécharger le programme complet en pdf

A cette occasion, nous pourrons découvrir les statues de Portalis et Siméon, fraîchement restaurées, qui ornent le Palais Verdun.

Ne pas rater, le 15 septembre 2007, à 17 heures, sur les marches de ce même Palais (en cas d’intempéries, au théâtre du jeu de Paume), Andréa Féréol et Bruno Raphaéli, sociétaires de la Comédie française, liront la pièce en un acte « Les époux terribles » d’Alain Exiga, aux éditions Cerises & Coquelicots (vaine et ultime tentative de conciliation entre Emilie de Marignane et Mirabeau).

Cette même maison édite également « Le Bon génie de Napoléon, Portalis », BD en 10 pages, scénarisée et dessinée par Frédéric Gaëta qui sera diffusée dans Aix-en-Dialogue, complétée par un dossier sur les « Métiers du Droit ». Elle fera l'objet d'un tiré-à-part distribué dans les collèges et les lycées de la Ville.

Par nicolas.creisson le 12/09/07

Mirabeau n'était pas aimé des avocats Aixois.

Le 7 mais 1783 s'est plaidé devant le Parlement de Provence, à Aix, le célèbre procès l'opposant à son épouse, Emilie de Marignane.

Emilie était défendu par Portalis, Siméon et Pascalis, tandis que Mirabeau, faute d'avoir trouvé un avocat pour le défendre, plaida lui-même sa cause.

L'affrontement entre Portalis et Mirabeau fut dramatique (je vous conterai un jour cet épisode historique).

Bien entendu, Mirabeau perdit son procès.

Mais aujourd'hui, la statue de Mirabeau trône au cœur du Palais Verdun, juste devant l'escalier central. Il brandit sa baïonnette, pourfendant la Salle des Pas perdus.

Tous les matins, et aussi longtemps que durera la pierre, tout ce qu'Aix compte de magistrats, d'avoués et d'avocats, sont obligés de passer sous son bras tendu et lui faire ainsi une quotidienne et posthume révérence...

Par nicolas.creisson le 12/09/07

Chacun connaît le célèbre Pont des Soupirs qui passe au-dessus du Rio de Palazzo et relie les anciennes prisons de Venise aux cellules d'interrogations du Palais des Doges.

Mais savez-vous qu'un souterrain reliant la Prison d'Aix-en-Provence au Palais de justice permettait de transférer directement les condamnés, du prétoire aux geôles ?

Les ans ont passés. Ironie de l'histoire, l'ancienne prison est devenu le Palais Montclar siège de la Cour d'assises et de certaines Chambres de la Cour d'appel.

Mais ce souterrain existe toujours. Il est maintenant utilisé par les avocats, avoués, greffiers et magistrats pour passer du Palais Verdun au Palais Montclar.

Ce qui est intéressant, c'est que ce souterrain flirte avec les fondations du bâtiment, érigé à l'endroit même où s'élevait le Palais Comtal, siège du Parlement de Provence.

Plus intéressant encore : ce Palais Comtal englobait des vestiges romains. Il comprenait, notamment, une porte romaine composée de deux tours (l'antique porte d'Italie) et un mausolée (la Fontaine des Augustins, au bas de la rue Espariat est encore décorée d'une colonne romaine provenant de ce Palais Comtal).

Les pierres monumentales que l'on retrouve dans ce souterrain seraient donc probablement d'origine romaine !

En voici quelques photos.

Par nicolas.creisson le 10/09/07

Vue de la fenêtre de mon Cabinet, un jour de marché.

Par nicolas.creisson le 07/09/07

Vielles gravures et photos