Par nicolas.creisson le 22/11/11

Vous devez rendre votre délibéré demain, mais vous n'avez pas ouvert le dossier.

Que faire ?

Vous n'avez aucune envie de lire des fastidieuses conclusions d'avocats et encore moins d'étudier les pièces.

Pas de panique !

Je vous présente ici un traité d'astrologie judiciaire qui vous permettra, grâce aux observations du ciel, de rendre un jugement empreint de sagesse et d'équité.

Ne me remerciez pas, c'est Gallica qui vient de mettre en ligne ce précieux document.

Notice :

Titre : Traité d'astrologie judiciaire

Auteur : Astrologie

Date d'édition : 1601-1700

Contributeur : Astrologie judiciaire

Sujet : Astrologie judiciaire

Sujet : Astrologie

Type : manuscrit

Langue : Français

Format : Papier

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/btv1b90589891

Source : Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 2016

Description : Commençant par « Les douze signes du zodiac, leurs noms et figures. Aries... » et finissant par «... Et ainsy en est il de tous les autres poinctz et planettes »

Provenance : bnf.fr

Par nicolas.creisson le 21/11/11

Merci à Gallica pour avoir mis en ligne cet ouvrage de Jules Moinaux, père de Georges Courteline.

Notice :

Date d'édition : 1881

Contributeur : Noriac, Jules (1827-1882). Préfacier

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : In-18

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5718390w

Source : Bibliothèque nationale de France, département Droit, économie, politique, 8-F-2065

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30185581m

Provenance : bnf.fr

Par nicolas.creisson le 21/11/11

Il n'y a pas grand chose, sur Wikipedia au sujet d'Eugène Cottin.

Merci à Gallica qui a mis en ligne ces drôleries (pas si drôles, mais c'est un témoignage sur la justice du XIX°).

Notice :

Éditeur : Plon (Paris)

Date d'édition : 1900

Sujet : Justice -- Caricatures et dessins humoristiques -- 1870-1914

Sujet : France -- Moeurs et coutumes -- 1870-1914

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (209 p.) : in-16

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5804487g

Source : Bibliothèque nationale de France, département Droit, économie, politique, 8-F-12771

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40362385r

Provenance : bnf.fr

Par nicolas.creisson le 19/07/11

Un document rare.

En ligne sur Gallica, un Plan de la ville d'Aix, du nouveau palais et des prisons, au XVIIIé siècle.

« Le Doux » est en réalité Claude Nicolas Ledoux.

Il s'agit en réalité du pâle reflet de l'un des projets de Ledoux (le dernier en date est ici ).

N'hésitez pas à regarder mon petit diaporama sur l'évolution de ce palais au fils du temps.

Note : mon cabinet est situé entres les chiffres 18 et 19 (les bâtiments n'ont pas bougés) c'est-à-dire, à l'intersection de la rue du Pont Moreau (actuellement rue Thiers) et de la rue de la Plateforme (actuellement rue Emeric David)

Notice complète :

Titre : Plan de la ville d'Aix, du nouveau palais et des prisons qu'on construit / d'après les projets de M. Le Doux, arch. du roi

Auteur : Le Doux, Nicolas (17..-17..? ; architecte). Cartographe

Éditeur : [s.n.]

Date d'édition : 17..

Sujet : Aix-en-Provence

Type : document cartographique, document cartographique manuscrit, image fixe

Langue : Français

Format : 1 flle : ms. ; 21 x 25 cm

Format : image/jpeg

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/btv1b8441566z

Source : Bibliothèque nationale de France, GED-2730

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40718222p

Couverture : France - Provence-Alpes-Côte d'Azur - Bouches-du-Rhône

Provenance : bnf.fr

Par nicolas.creisson le 19/07/11

Un scénario de 1914 (l'époque du muet, donc) de Henry Gambart vient d'être mis en ligne, ce matin, sur Gallica.

Avis aux producteurs : ce scénario est tombé dans le domaine public.

Extrait : « Attendu que l'agent Tembois ayant perdu l'équilibre est venu heurter le poing tendu du sieur Palegon »...

En conclusion, c'est l'avocat qui est incarcéré.

Notice complète :

Titre : Avocat d'office : scénario

Date d'édition : 1914

Type : document d'archives

Langue : Français

Format : 5 f. : dactylogr. ; 21 x 27 cm

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/btv1b540023366

Source : Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, 4-COL-4(3246)

Relation : Avocat d'office : film / de Henry Gambart

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39567407x

Provenance : bnf.fr

Par nicolas.creisson le 07/07/11

Et les textes reglementaires.

Encore merci à Gallica.

Par nicolas.creisson le 23/06/11

Si vous ne connaissez pas l'histoire de René Nicolas de Maupeou, en voici un petit extrait :

Pour mettre un terme à la guerre ouverte menée par les Parlements au pouvoir royal, Maupeou réalise, en 1771, un spectaculaire coup de force pour reprendre en main le pouvoir judiciaire . Les parlementaires parisiens furent arrêtés et exilés (arrêt du Conseil du 20 janvier 1771), leurs charges confisquées puis rachetées par l'État (édit d'avril 1771). L'immense ressort du Parlement de Paris fut divisé en six circonscriptions avec au sein de chacune un Conseil supérieur, nouvelle juridiction souveraine, le Parlement de Paris subsistant mais à la tête d'une circonscription plus réduite (édit du 23 février 1771). Pour ces nouvelles juridictions, la vénalité des offices est abolie, les magistrats étant désignés par le Roi, mais inamovibles, et rétribués par l'État.

C'est en septembre 1771 que le parlement de Provence fut supprimé par un Édit que je vous présente aujourd'hui.

Ce document rare vient d'être mis en ligne sur GALLICA.

Comme Wikipédia l'indique, ces offices furent rétablis « dans leur état antérieurs », en 1774.

Mais en août 1775, une pierre de l'édifice se détache et blesse un passant. En, mars le Parlement de Provence délibéra d'abandonner ce palais « en ruine » et transfère ses séances dans le couvent des dominicains. Celles du tribunal de la sénéchaussée déménage au collège BOURBON (l'actuel collège Mignet)

L'histoire a retenu que ces magistrats voulaient-il fuir ces lieux par haine du parlement Maupeou. Et c'est cette haine qui a conduit à un désastre architectural dont je vous ai déjà parlé.

Par nicolas.creisson le 20/06/11

Encore merci à Gallica.

Par nicolas.creisson le 16/06/11

Merci à Gallica.