Par nicolas.creisson le 27/05/11

... ou Principes du droit politique, par J. J. Rousseau (édition de 1762)

Par nicolas.creisson le 10/05/11

Gallica vient de mettre en ligne des photos de l'agence Meurisse illustrant le procès de Landru.

A l'époque, la presse était donc autorisée à prendre des photos lors d'un procès d'assises...

Des images rares qui sont en ligne ici :

http://bit.ly/j6MxgW

Par nicolas.creisson le 22/03/11

(Jugement de Louis XVI).

Les votes commencent à la Page 176.

Page 196 : Robespierre, Danton, Marat, Fabre d'Eglantine... Page 177, L.P. Egalité (Louis Philippe d'Orléans).

Et c'est :

ICI

(Pour feuilleter, il faut cliquer sur les coins de pages).

Merci aux archives de l'assemblée Nationale.

La plaidoirie de Raymond de Sèze en faveur de Louis XVI, le 26 décembre 1792 est intégralement reproduite dans Causes célèbres de tous les peuples d'Armand Fouquier, 1858 (ci-dessous, en accès libre avec Google livre, elle commence à la fin de la page 23).

Extrait de la fin "Citoyens, je n'achève pas... Je m'arrête devant l'histoire : Songez qu'elle jugera votre jugement, et que le sien sera celui des siècles".

Par nicolas.creisson le 10/03/11

Mis en ligne hier sur Gallica, voici le papyrus Prisse, qui fut longtemps surnommé "le plus vieux livre du monde" (-1800 avant Jésus-Christ)

La présentation de Gallica : Ce papyrus constituait à l'origine un rouleau de sept mètres, dont vous pouvez voir les autres parties ici . Pour en savoir plus sur ce document exceptionnel, consulter le dossier de l'exposition actuellement en cours à la BnF "Visions d'Egypte ".

Gallica est réellement extraordinaire. La culture en accès libre et gratuit.

Liens :

http://www.facebook.com/GallicaBnF

http://gallica.bnf.fr/

http://blog.bnf.fr/gallica/

Par nicolas.creisson le 05/01/11

En 1857, la direction de la Sûreté publique saisit le parquet du délit d'« outrage à la morale publique » et le 21 août, Baudelaire et ses éditeurs sont condamnés respectivement à 300 et 100 francs d'amende, ainsi que la suppression de six poèmes.

Le 31 mai 1949, Charles Baudelaire et ses éditeurs sont réhabilités par la cour de cassation (l'arrêt est en ligne sur Wikisource).

Tout cela pour vous dire que les épreuves d'imprimerie des Fleurs du mal, corrigées de la main de Baudelaire, sont conservées à la Réserve des livres rares de la BnF. Elles viennent d'être mise en ligne.

Je vous les présentes, aujourd'hui.

Extrait de la présentation par Gallica : « Le manuscrit des Fleurs du mal de Baudelaire ayant disparu, ces épreuves mises en pages et corrigées constituent un document très précieux.

Elles permettent de retracer les modifications apportées au texte entre mars et mai 1857 et renseignent sur les rapports qu'entretenaient Baudelaire et son éditeur Poulet-Malassis - dont les remarques sont souvent barrées d'un trait rageur par la plume du poète »...

Le lien vers l'ouvrage, sur le site de Gallica est ICI .

Par nicolas.creisson le 21/10/10

Le blog Gallica nous propose une "carte heuristique", ou "mind map", qui donne accès à de nombreuses ressources sur le thème de la justice.

Il faut cliquer sur les + pour déployer les branches et sur les flèches pour accéder aux documents.

Extrait de la présentation :

Des représentations de la justice en images aux récits de grandes affaires criminelles, en passant par l'évocation des illustres juristes et des sources du droit, cette carte suggère un voyage parmi la richesse de Gallica, mais permet également un repérage des sources d'information et propose une méthodologie de recherche.

La partie gauche de la carte notamment montre comment on peut utiliser les fonctionnalités de Gallica pour cibler la thématique de l'histoire de la Justice parmi les collections numérisées. La partie droite vous propose des entrées thématiques qui constituent autant de facettes pour aborder ce thème (les Hommes, les Lieux, Les Faits, Les Images et les Sources de Justice).

A noter en particulier, l'entrée "Faits de Justice", qui depuis l'Antiquité jusqu'à la IIIème République vous propose un parcours à travers les grands procès et les grandes affaires criminelles de l'Histoire.

Et c'est ICI

Bonne lecture...

Par nicolas.creisson le 19/07/10

J'ai trouvé sur Gallica l'arrêt de la cour du Parlement qui condamne le Précis de l'Ecclésiaste et du Cantique des Cantiques (1759)

Heureusement, le Précis de l'Ecclésiaste et du Cantique des Cantiques est en ligne sur Google livre (je le met en ligne ci après)

Par nicolas.creisson le 07/04/10

« Je veux parler maintenant de l'un des hommes les plus importants, je ne dirai pas seulement de la caricature, mais encore de l'art moderne, d'un homme qui, tous les matins, divertit la population parisienne, qui, chaque jour, satisfait aux besoins de la gaieté publique et lui donne sa pâture. Le bourgeois, l'homme d'affaires, le gamin, la femme, rient et passent souvent, les ingrats ! sans regarder le nom. Jusqu'à présent les artistes seuls ont compris tout ce qu'il y a de sérieux là-dedans, et que c'est vraiment matière à une étude. On devine qu'il s'agit de Daumier »... (Charles Baudelaire, Curiosités esthétiques ; L'art romantique et autres oeuvres critiques. VII. Quelques caricaturistes français). (La suite du texte de Baudelaire).

Vous l'avez compris, je vous présente aujourd'hui une exposition virtuelle consacré à DAUMIER.

Il est très fréquent de voir sur nos blogs d'avocats des images extraits des gens de justice. Mais DAUMIER ne se résume pas à un caricaturiste d'avocats.

Cette exposition virtuelle est l'oeuvre de la Bibliothèque nationale de France qui dispose d'un « fonds Daumier », totalité de l'oeuvre imprimé de Daumier. Cette collection a été constituée grâce à l'application de la loi sur le dépôt légal.

Et c'est ICI .

(Les gens de justice sont ICI ).

Par nicolas.creisson le 17/03/10

Je vous invite aujourd'hui à dépoussiérer un vieux livre (à ma connaissance totalement tombé dans l'oubli).

Cela va beaucoup vous plaire : de la pure poésie juridique !

Il s'agit de proverbes ruraux avec les explications : « Les proverbes, dictions et maximes du droit rural traditionnel considérés comme moyen de vérifier les usages locaux, d'en préciser les règles, d'en propager les principes parmi les populations agricoles », par Alexandre Bouthors (1858).

Bon, le titre est un peu long...

Quelques proverbes glanés :

... Eaux mortes, le premier l'emporte ;

qui prend la l'eau en amont, doit la rendre en aval ;

qui use du puits doit contribuer à la corde ;

dune plantée, terre endiguée ;

borne sincère à ses témoins ;

qui a les branches a le tronc, qui a les souches a le fond ;

avec la serpe, on gagne, avec la bêche, on empêche ;

entre les voisins, pour la truelle, on s'accorde le tour d'échelle ;

qui rend les peaux rend le troupeau ;

jamais contrat pour la moisson, après saint Jean ne se rompt ...

Bonne lecture !

Par nicolas.creisson le 12/03/10

Le Code pénal, publié le 12 février 1810, est entré en vigueur le 1er janvier 1811.

C'est le dernier des cinq Codes napoléoniens.

Voici ma contribution aux célébrations :

Vous pouvez télécharger ou consulter sur Google livres l'édition du Code pénal conforme à l'édition originale du Bulletin des Lois, précédé de l'exposé des motifs par les Orateurs du Conseil d'État, sur chacune des lois qui composent ce Code, avec une table alphabétique des matières

Gallica possède, plusieurs éditions conformes outre une édition originale de 1810 détenue à la Réserve des livres rares de la BnF.

Sur criminocorpus, vous pouvez voir l'exposition virtuelle La Révolution à la poursuite du crime ! Le justiciable devant les tribunaux criminels à Paris (1790-1792)

Ainsi qu'une exposition virtuelle : La peine de mort en France de la Révolution à l'abolition

Vous trouverez sur le Blog Gallica des liens à propos du Code pénal de 1810

Et sur le site "Le droit criminel" : Le code pénal de 1791 et Le code des délits et des peines de l'an IV