May
17
DOSSIER AVOCATS : MESSAGE D’AMITIE ET DE SOUTIEN A FRANCOIS DANGLEHANT

 

Quel dommage de n’avoir pas pu être à ses cotés pour le défendre et le soutenir à l’audience disciplinaire du 7 mai à PARIS. Cette absence était due à mon état de santé (suite à une opération sérieuse, je sortais la veille de l’hôpital de la Conception npour commencer une convalescence d’un mois).

Je vous conjure d’aller  tous voir la video correspondante sur Daillymotion.

Elle est la démonstration du caractère scandaleux de la procédure disciplinaire sous forme de règlement des comptes internes contre tel avocat. Avec jugement préparé à l’avance. Et des juges avocats minables, parce qu’en plus pas courageux du tout.

De son coté, DANGLEHANT est génial et fou à la fois : je l’approuve à 1000 %. 

J’ai eu la chance ni banale ni courante de faire sa connaissance en plaidant à ses cotés au Conseil constitutionnel : on voudra bien considérer que n’importe quel avocat ne va pas ainsi pouvoir s’exprimer rue Montpensier. Il est devenu mon ami.

En réfléchissant à la vision de la vidéo, on pense à trois choses fondamentales :

1°. Il ne peut exister de juridiction quelle qu’elle soit sans le concours de la force publique. La juridiction disciplinaire des avocats comme les autres n’ont pas le concours de cette force publique, parce que sagement la loi ne l’a pas prévue. On ne protège pas cela.

2°. Et pourquoi ne l’a-t-elle pas prévu ? Parce que les juges ne sont pas des juges, des juges indépendants et impartiaux.

 

3°. D’ailleurs, elles ne comportent pas de greffier d’audience. Or, ce personne est fondamental dans la justice. Sans lui notamment pour valider les actes du juge, la juridiction n’existe pas. Je ne rêve pas : la Cour de cassation l’a jugé en janvier dernier en considérant comme un acte sans aucune portée pratique la décision rendue par un bâtonnier juge dans une affaire de contentieux rémunération entre confrères, après avoir constaté que la décision ne comportait pas la formule exécutoire du décret de 1947. Oh, ce n’était pas un oubli, surement pas, c’est que la loi ne considère pas ces fausses juridictions et qu’en conséquence, elles ne peuvent bénéficier de la formule exécutoire.

J’ignore si une suite de l’affaire DANGLEHANT est prévue : qu’on me laisse le temps de mon rétablissement pour que je puisse venir avec lui, et amener d’autres avec nous.

Mots-clés: 

Commentaires

J'ai visionné le film de cette audience.

 

 

Maître François DANGLEHANT avait utilisé mon blog pour donner des informations complètes sur les procédures disciplinaires mises alors en oeuvre contre lui par le Bâtonnier de Seine Saint-Denis alors que j'étais Bâtonnier en exercice à GRENOBLE.

Je n'ai pas exercé la moindre censure et il a pu ainsi s'exprimer dans le cadre d'une publication qui a été lue par de nombreux internautes.

Nom: 
Bruno
Site: 
aucun

Soutient à Maitre Danglehant

Nom: 
Pierre DOYEN

Par delà le droit, le combat pour la disparition des juridictions disciplinaires est commandé par le sens de la dignité de citoyen.

Le traitement processuel devant ces juridictions primitives est foncièrement dégradant, à l'instar d'un boeuf à qui est administré des coups de bâton électrifié dans les jarrets, pour monter  dans la bétaillère!

"On lie les boeufs par les cornes, les hommes par les paroles", dixit Loysel.

Quand les avocats se résoudront-ils à n'être plus des boeufs? Fussent-ils de Loysel!

Soutien dans son combat à François DANGLEHANT.

 

Nom: 
kellil

Je n aime que la force des convictions assumées dont fait preuve cet avocat entre autres. Il a malheureusement pu mesurer la partialité de notre gouvernement via les pseudo représentants de la justice.
je me suis régalée à la vue de la vidéo du jugement
J ai pu mesurer à quel point il était un homme génial, un avocat brillant,un digne représentant de la défense citoyenne
un seul mot: continuons dans ce sens et battons nous la société est de mal en pis

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA