Feb
02
Ecouter la radio

Le 28 janvier 2010

- vers midi:

DDV relaxé

M° Thierry HERZOG sort furieux de la salle d'audience

- un peu plus tard:

NS triste

content, cependant, car les attendus du jugement sont sévères pour DDV.

Il ne fera pas appel

- dans l'après midi:

Frédéric LEFEVRE, porte parole de l'UMP, tempête contre " le commanditaire"

qu'il faut confondre en appel.

- le soir:

la décision éventuelle d'appel est annoncée pour le lendemain

Le 29 janvier au matin:

sur EUROPE 1, Monsieur MARIN, Procureur de la République déclare qu'il va interjeter appel

à l'encontre de DDV.

Depuis dans " LE MONDE" puis dans " LE FIGARO", Monsieur MARIN expose qu'il

avait requis suivant sa conviction, que son appel correspond à sa conviction.

Il n'a reçu aucune instruction. Il n'y a eu aucun accord.

Il n'était pas l'auteur des réquisitions initiales concluant à un non lieu.

Il n'avait pas voulu imposer à son Substitut Romain VICTOR, auteur de ces réquisitions

initiales, de requérir oralement contre sa propre thèse.

La plume est serve. Et la parole est libre.

Monsieur Romain VICTOR, malgré les deuxièmes réquisitions, n'aurait pas commis de faute en développant à l'audience sa propre thèse.

Mots-clés: 

Commentaires

la parole est serve tout comme la plume quelques fois !

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA