Dec
29
où vont les cargos?

Dans un article intitulé " CIMETIERES MARINS", par référence à Paul VALERY publié au MONDE du 20 décembre 2008, Alain FAUJAS rappelle que des hectares de voitures invendues s'entassent en COREE du SUD, aux ETATS UNIS, ou en ARGENTINE;

Il souligne que les sidérurgistes, et, notamment, le premier d'entre eux, ARCELOR MITTAL, font tourner leurs hauts fourneaux à petit feu et achètent à la petite cuillère fer, charbon et ferraille, qui leur sont nécessaires.

La Chine ne vend plus guère nounours et iPod à l' Amérique en crise de nerf.

Il n'y a pratiquement plus de demande de transports maritimes.

Et Baltic Dry Index, qui fait la moyenne des prix pratiqués sur 24 routes maritimes pour le transport du charbon, du minerai de fer, du ciment, du blé, du sucre s'effondre.

Qui peut accepter de naviguer pour une somme trés inférieure aux frais fixes?

les bateaux restés à l'ancre nécessitent de lourds frais d'entretien.

Il ne faudrait pas que cette crise entraîne un mépris des règles de sécurité et du droit de la mer.

Et si un cirque, comme le cirque AMAR, dans les années 50, avec ses lions et ses éléphants, demandait un transport maritime pour réveiller la morosité mondiale?

Mots-clés: 

Commentaires

"ortant le no de coque Q-790 depuis 2002, ce déchet industriel spécial est vendu pour démolition le 14 avril 2003 au consortium Ship Decomissioning Industries Corporation (SDI), administré par la société allemande Eckhart Marine GmbH, chargée de le désamianter et de le démanteler. La présence d'une grande quantité d'amiante (1000 tonnes) dans les gaines entourant toutes les sources de chaleur et dans les protections thermiques des soutes à munitions et à carburant a retardé son départ pour l'Inde pendant près de trois ans, en raison des obstacles juridiques dressés par un collectif de quatre associations -- Greenpeace, l'Association nationale des victimes de l'amiante (ANDEVA), Ban Asbestos et le Comité anti-amiante --, qui jugeaient dangereux le transfert du navire.

Après le rejet par le juge des référés du tribunal administratif de Paris des requêtes de ces quatre associations l'ancien porte-avions a appareillé sans encombre du port de Toulon, le samedi 31 décembre 2005 vers 10 h du matin pour le chantier Shree Ram Vessels Scrap Limited d'Alang, en Inde, où il était prévu qu'il soit désamianté et démantelé, encadré par un dispositif de sécurité mis en place par la préfecture maritime. Il était harnaché à quatre remorqueurs de la marine nationale. Une fois au large, un seul d'entre eux, la Carangue, l'a pris en charge et l'a amené en haute mer avant de le remettre au remorqueur de la société SDI, chargée du désamiantage du vaisseau. Se déplaçant à la vitesse de cinq nœuds (environ 9 km/h), le convoi a été escorté par la frégate Aconit jusqu'au canal de Suez. Durant ce transit, des militants écologistes sont montés à bord et y ont manifesté leur opposition au transfert international de ce qu'ils considéraient comme un déchet.

21 janvier 2006 : Les autorités égyptiennes, après avoir bloqué le 12 janvier l'entrée du Clemenceau en attendant des précisions, ont fini par le laisser franchir le canal. Le coût du voyage aller serait de plus de 2,5 millions d'euros, notamment 45 000 euros par jour pour le remorqueur.

Le 15 février 2006, suite au refus de l'Inde d'accueillir le Clemenceau et à la décision du Conseil d'État français, Jacques Chirac, à la veille de sa visite en Inde, a ordonné le rapatriement de celui-ci à Brest en passant près de la Réunion en contournant l'Afrique pour un coût estimé à quatre millions d'euros. Le maire de Brest s'inquiète de la présence future de cette épave dans la rade.

Cette décision du gouvernement indien fait suite à une campagne d'ONG et en particulier de Greenpeace protestant contre l'exportation d'épaves amiantées des pays riches vers les pays pauvres. À la même période, un très gros vaisseau de transport de troupes britannique, le Sir Galahad, amianté comme tous les bâtiments de guerre de cette époque, est en train d'être découpé sur le même chantier indien après être passé lui aussi par le canal de Suez sans aucune protestation. Le 28 février 2006, dans un débat à la commission de la défense nationale de l'Assemblée nationale, les députés considèrent que la campagne contre le Clemenceau constitue une action d'intelligence économique 1. Cette action pourrait avoir un rapport avec un marché d'avions de chasse du gouvernement indien dans lequel le Rafale est en course.

Le 17 mai 2006, le Clemenceau retrouve Brest, le port où il a été construit cinquante ans plus tôt. Le jour même, la marine américaine coule l'un de ses porte-avions, l'USS Oriskany (CV-34), au large de la Floride pour en faire un récif artificiel.

La question de son démantèlement se pose alors avec insistance. De nombreux projets ont vu le jour, certains plus ou moins farfelus. Saint-Paul, qui n'est pas soumise à la convention de Barcelone, a vu certains de ses citoyens demander à s'approprier le navire pour le couler en rade de la ville et en faire un récif artificiel.

Finalement, le ministère français de la Défense annonce le 1er juillet 2008 que le démantèlement sera pris en charge par la société Able Ship Recycling, sur la rivière Tees (Royaume-Uni)2 après avis favorable de l' Environment Agency britannique3, de la Direction régionale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement (DRIRE) de Bretagne 4 puis de la commission interministérielle d'exportation des matériels de guerre5. Après une livraison prévue début 2009, le temps de draguer la rivière Tees6, et de faire disparaitre de la coque des parasites absents du biotope britannique7, Able Ship Recycling aura 12 mois pour réaliser le démantèlement. Le taux de recyclage devrait être de 92%8."

Source WIKIPEDIA

Pour le cirque, excellente initiative !!!

dans la mer d'Aral?

Nom: 
Pierre HYRON
Site: 
http://

certaines tribus mélanésiennes considéraient les cargos passant au large comme des divinités (à vérifier....peut être du côté de LEVI-STRAUSS ), si le traffic diminue évoluront t elles jusqu'à la croyance en un dieu unique, ce qui résume de manière - un peu courte- sinon l'histoire toute entière du moins l'histoire de l'antiquité.

pourquoi ne pas voir, dans son sillage, une divinité?

A l'aide, LEVI-STRAUSS!

Un cargo à l'ancre finit par rouiller.

Le CLEMENCEAU trouvera, enfin, sa dernière demeure.

Mais ce n'est pas un cargo.

C'est un navire de la Marine Nationale, un navire de guerre.

Joël GAMELIN, patron des chantiers navals à LA ROCHELLE, construisait des barques, des coques, des voiliers, la pilotine, qui emmenait les pilotes du port autonome vers les cargos, des bateaux de servitude pouvant transporter 200 à 300 passagers.

En redressement judiciaire, le 5 décembre 2008, il s'était suicidé le 23 décembre 2008, n'ayant pu obtenir un soutien bancaire.

Sa fille, Fanny GAMELIN, qui avait pris contact avec l'adminsitrateur judiciaire aprés le décès de son père, a fait appel à la solidarité nationale sur FACEBOOK pour payer les salaires des 120 employés;

Face à cette démarche tout à fait louable, on peut se demander pourquoi les salaires ne pouvaient être payés par le GARP.

Si l'entreprise a été mise en Liquidation, des repreneurs se sont présentés.

L'initiative de Fanny GAMELIN a, sans doute, facilité ces offres de reprise.

L'entreprise et les salariés devraient être sauvés.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA