elisabeth.guerin

Par elisabeth.guerin le 31/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 3 mois

" tu as aimé?"

"assez"

"et toi, tu as aimé?"

"assez, pareil"

" est ce que le sujet est vraiment intéressant?"

Dialogue, sans enthousiasme, à la sortie de projection d'UN CONTE DE NOËL.

Jean Paul ROUSSILLON est merveilleux. Tous les acteurs, remarquablement dirigés, sont naturels et quotidiens.

La mise en scène avec rupture de tons, apartés, est plutôt séduisante.

Il y a de l'atmosphère, parfois de l'humour.

Mais l'auteur se complait dans la description de la haine irrationnelle, du manque d'amour apparent, du comportement provocateur.

Comme dans tous le fims DESPLECHIN, on est dans un monde bourgeois et cossu.

Et si le fim se voit sans déplaisir, il ne suscite pas l'émotion.

La critique, dans l'ensemble, est trés favorable à ce film

Par elisabeth.guerin le 30/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 5 mois

Le Tribunal de Grande Instance de LILLE a annulé un mariage entre musulmans car "l'épouse acquiesçant à la demande de nullité fondée sur un mensonge relatif à sa virginité, il s'en déduit que cette qualité avait bien été perçue, par elle, comme une qualité essentielle, déterminante du consentement de son époux au mariage projeté"

L'épouse n'avait pas le pouvoir d'acquiescer dans une matière d'ordre public.

Mais son acquiescement valait preuve du mensonge sur les qualités essentielles déterminantes du consentement.

Valérie LETARD, Secrétaire d' Etat aux Doits des femmes est consternée que l'interprétation de dispositions du Code Civil puisse conduire à une régression du statut de la femme.

Et Elisabeth BADINTER qui craint que la pression ne s'intensifie sur les jeunes femmes musulmanes, et que nombre d'entre elles courent dans les hôpitaux pour se refaire l'hymen, imagine l'humiliation et la détresse de la jeune femme, retournée dans sa famille, aprés l'annulation.

Par elisabeth.guerin le 25/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 5 mois

Il s'agit, en effet, de l'enfance de Fritz LANG, Orson WELLES, Jean RENOIR, Alfred HITCHCOCK, Jacques TATI et Ingmar BERGMAN.

Dans un film à 6 parties distinctes, par 6 jeunes réalisateurs.

Ou, comment l'éducation, un évènement marquant ont déterminé l'oeuvre de ces 6 grands disparus.

les 6 réalisations sont subtiles.

Par elisabeth.guerin le 25/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 5 mois

le 18 mai 2008.

Membre honoraire du Conseil Constiutionnel, il était bâtonnier de PARIS, en 1976, quand le projet de réforme de la procédure de divorce avec requête conjointe sans avocat avait secoué la profession.

Les avocats de la FRANCE entière montés à PARIS l'avaient convaincu à sortir du PALAIS et à conduire une manifestation, à travers les rues, jusqu'à la place VENDÔME, d'avocats en robe.

Il s'agissait d'une première, sauf erreur, et une première efficace!

La requête conjointe a vu le jour avec avocat.

Le Bâtonnier Francis MOLLET-VIEVILLE avait du panache. il ne manquait pas d'humour

Par elisabeth.guerin le 22/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 5 mois

Haïtien, arrrivé en FRANCE en novembre 2004, sa demande d'asile avait été rejetée par décision de l'OFPRA du 21 février 2005, décision confirmée, le 21 avril 2006, par la commission de recours des réfugiés.

En raison de faits nouveaux, à savoir, violences dont a été victime son épouse, et décès de l'un de ses enfants,il avait déposé une demande de réexamen devant l'OFPRA, demande rejetée le 11 septembre 2006.

Il était dans l'attente de comparaître devant la COUR NATIONALE D'ASILE, lorsqu'il a été interpellé, GARE DU NORD, mis en garde à vue, puis placé en rétention, aprés notification d'un ARRÊTE PREFECTORAL DE RECONDUITE A LA FRONTIERE.

Il en remercie DIEU.

LeTRIBUNAL ADMINISTRATIF de PARIS, saisi d'un recours en annulation,statuant le 2 mai 2008, a en effet, estimé que sa demande de réexamen n'était ni abusive ni dilatoire au sens de l'article L 741-4-4° du CESEDA.

Il a annulé l'APRF.

Il a enjoint au Préfet de Police de lui délivrer une autorisation provisoire de séjour valable jusqu'à ce que la COUR NATIONALE DU DROIT D'ASILE ait statué sur son recours.

Et il a décidé que l'ETAT lui verserait la somme de 1000 euros, au titre de l'aricle L 761- 1 du CODE DE JUSTICE ADMINISTRATIVE.

Par elisabeth.guerin le 18/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 6 mois

Drame, israelien de David VOLACH

Le regard de leur enfant, et un drame au bord de la Mer Morte bouleversent les certitudes religieuses du chef d'une communauté juive ultra orthodoxe et de son épouse.

Un film austère,sobre et sensible par un cinéaste qui a été élevé dans un milieu ultra orthodoxe.

Par elisabeth.guerin le 10/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 6 mois

Dans "LE MONDE" du 9 mai 2008, Régis DEBRAY rend hommage au Préfet de Police de PARIS Maurice GRIMAUD.

Il rappelle que Maurice GRIMAUD a succédé à Maurice PAPON...

C'est grâce à sa compétence et à son humanisme qu'il n'y a eu aucun mort parmi les étudiants et les écoliers en mai 1968

CRS et gendarmes mobiles eurent deux morts de leur côté.

Maurice GRIMAUD, né en 1913, a dirigé, par la suite, le Cabinet de Gaston DEFFERRE et a veillé à l'application en FRANCE de la CONVENTION EUROPEENNE SUR LA PREVENTION DE LA TORTURE.

Régis DEBRAY souligne que si le costume à feuilles de chêne évoque PAPON,il doit évoquer, aussi, des Jean MOULIN, des Raymond AUBRAC, des Maurice GRIMAUD

Par elisabeth.guerin le 07/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 6 mois

Noël MAMERE

Par elisabeth.guerin le 05/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 6 mois

Mai 1968, Mai 2008, Patrick ROGER lance un pavé dans la mare!

Le pâtissier Patrick ROGER célèbre 1968 en éditant des pavés en chocolat.

Les nostalgiques de 1968 ne vont pas s'y casser les dents.

Par elisabeth.guerin le 05/05/08
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 6 mois

Par arrêt du 9 janvier 2008, la 1° Chambre de la Cour de cassation( Monsieur BARGUE, Président) déclare excessif un délai de 2 heures 20 entre la notification de placement en rétention et l'arrivée effective au centre de rétention, entre BILLIERES et HENDAYE ( 120 km environ)

" alors que Monsieur X soutenait que, par l'effet du temps d'acheminement, il avait été privé

" momentanément de l'exercice effectif de ses droits et qu'en particulier, il n'avait pu s'entretenir

" avec un avocat, le premier président, qui ne s'est pas assuré que l'intéressé avait été, au moment

" de la décision de placement en rétention, mis en mesure d'exercer effectivement les droits, qui lui

" sont reconnus, n' a pas satisfait aux exigences des textes susvisés."

L'arrêt est consultable sur LEGIFRANCE - placement en rétention

Il est supposé que Monsieur X n'a pas bénéficié d'un téléphone pendant le temps d'acheminement.

Le Juge de Libertés et de la Détention ne soulève pas d'office les irrégularités de Procédure.

Les irrégularités doivent être soulevées par conclusions écrites

Le Premier Président de la Cour d'Appel de Paris applique cette jurisprudence au vu de conclusions écrites.