elisabeth.guerin

Par elisabeth.guerin le 26/02/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 5 mois

on y fume, on y fume...

Ils ont franchi la porte vitrée,

ils sont dehors,

les avocats,

un gendarme,

des prévenus

,des parties civiles...

Et, au haut des marches, face au boulevard du PALAIS, ils fument.

Armée d'une pelle et d'un balai, une jeune femme ramase les mégots.

Par elisabeth.guerin le 22/02/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 1 mois

La vieille dame s'extasie devant son poste de télévision couleur, obtenu grâce à la carrière militaire de son mari.

SANTIAGO du CHILI, en 1979.

.

Rues désertes, volets fermés, chiens féroces protégeant le récupérateur de parquets et métaux, et la milice aux aguêts.

Mais il y a un concours de sosies de vedettes américaines.

Raul, chef d'une petite troupe de danseurs de tango,se veut "Tony MANERO" le héros de " La fièvre du samedi soir".

Médiocre, mais adulé dans sa troupe par les femmes, qu'il ne satisfait pas, il est indifférent à tout, sauf à son obsession d'être le sosie de Tony MANERO.

Il est dans l'attente active de son triomphe au concours.

Et tandis que la milice tue, Raul tue, aussi, par intérêt ou par contrariété,en chasse ou par impulsion,sans état d'âme.

Raul est suivi au plus prés,par la caméra, dans sa tension constante, sa rage contenue.

L'acteur Alfredo CASTRO est remarquable.Amparo NOGUERA, la principale interprète féminine, dans sa jalousie de femme, et inquiétude de mère, est aussi trés juste.

Le film "TONY MANERO" de Pablo LARRAIN capte les atmosphères, avec un éclairage d'angoisse atténuée par l'humour, un humour noir.

fév
17

Le 5 mai

Par elisabeth.guerin le 17/02/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 5 mois

Aujourd'hui, 17 février 2009, à l'audience de Mise en Etat devant le Juge aux Affaires Familiales, deux avocats discutent ferme devant la Présidente, qui tranche: renvoi au 5 mai, mort de NAPOLEON.

Je n'aurais pas sû répondre à cette question: NAPOLEON est mort à Sainte Hélène ( oui, je savais) mais le 5 mai 1821.

Si vous tapez sur GOOGLE à 5 mai, vous trouvez:

- 5 mai 1789, ouverture des Etats Généraux à VERSAILLES

- 5 mai 1946, rejet , par referendum du projet de Constitution du 19 avril 1946, avec dicours de BAYEUX du Général de GAULLE.

- 5 mai 1947 , exclusion des communistes du gouvernement français

Si vous tapez, sur Google: 5 mai 1821, NAPOLEON apparaît.

Bravo à la Présidente !

Les bonapartistes et les corses seront contents.

Quant à moi, j'ai déposé mon dossier. Le jugement sera rendu le 5 mai.

Par elisabeth.guerin le 10/02/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 6 mois

"OF TIMES AND THE CITY" s'ouvre sur un rideau rouge de théatre, qui se lève

Terence DAVIES, qui est né à LIVERPOOL, et y a vécu sa jeunesse, nous fait découvrir sa ville, avec passion,au travers d'images d'actualités, images volées, images sublimes.

Une musique splendide accompagne miraculeusement les différents moments du film.

En voix off, voix trés grave, Terence DAVIES se livre, raconte ses tourments, ses joies, s'emporte, se moque, s'attendrit, et cite TCHEKOV, James JOYCE...

C'est une ballade à travers les sentiments de Terence DAVIES et la mémoire collective.

On voit le petit livreur de lait, les femmes au lavoir, l'embarquement sous les vivas de la foule, des soldats pour la COREE, soldats qui vont mourir.

On voit le couronnement de Betty accompagnée de Phil.

On voit Dirck BOGARDE,

On voit la misère, et les somptueux bâtiments officiels, les maisons ouvrières de briques remplacées par de tristes immeubles de béton.

Terence DAVIES porte un regard tendre sur ces personnages d'hier et d'aujourd'hui.

Il s'attache particulièrement aux jeunes enfants et aux vieillards, car il y a un commencement, il y a une fin.

Par elisabeth.guerin le 06/02/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 6 mois

Lorsque l'on se rend à la Maison d'arrêt de la Santé, venant du métro Glacière, on

longe le mur de la Santé pour arriver au guichet, où l'on justifie de son droit d'entrée.

Si d'aventure, on vient du trottoir d'en face,si l'on s'immobilise et que l'on lève les yeux vers le fronton, on lit, gravé dans la pierre " Liberté, Egalité, Fraternité".

La réalité dans les prisons est bien éloignée de cet idéal républicain.

Dans son Editorial du 16 janvier 2009 intitulé " Les prisons de la honte"paru dans le Bulletin de l'Ordre des Avocats de Paris, Christian CHARRIERE-BOURNAZEL, Bâtonnier de l'Ordre, aprés avoir rappelé que le contrôleur des lieux privatifs de liberté, Monsieur DELARUE, dans son rapport, précise même que les cours de promenade sont des lieux de non-droit où le pire se produit, entre les violences morale et les sévices physiques, écrit:

" Nous avocats,nous ne pouvons accepter plus longtemps, quels que soient les crimes qui ont conduit une "personne en prison, que s'ajoutent à la privation de liberté, de telles souffrances que la vie en devienne "insupportable.Nous autres avocats, nous ne pouvons acccepter que les Juges prononcent une peine qui ne "prenne pas en compte l'atroce réalité de son exécution.

" J'ai chargé la commission pénale de l'Ordre de réfléchir aux moyens de mettre en face de leurs "responsabilité nos magistrats afin qu'aussi longtemps que les choses n'auront pas changé, ils refusent de "cautionner un système de châtiment qui ne peut que révolter la conscience universelle.

"Nous taire ou nous abstenir équivaudrait à nous rendre nous mêmes complices de cette indignité"

Par elisabeth.guerin le 01/02/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 6 mois

29 janvier 2009, 13 heures, rue du Faubourg Saint Antoine, un cortége isolé de lycéens et professeurs, banderole en tête " Lycée Hélène BOUCHER".

Venant de la place de la NATION, ils se dirigent vers la place de la BASTILLE.

Sans crainte des automobilistes, ils marchent au milieu de la chaussée.

Un monsieur d'apect cossu veut traverser.

Quand il a atteint le trottoir opposé, il lâche: " paresseux"

Par la rue de Picpus, il arrive boulevard DIDEROT, au cinéma MK2 NATION, et s'y engouffre.