elisabeth.guerin

Par elisabeth.guerin le 15/09/14
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 5 jours

le deuxième film du réalisateur israëlien, Navad LAPID, un film magnifique, qu'il n'est pas possible de raconter, avec Sarit LARRY, une très belle  et talentueuse actrice de théâtre, qui incarne Nira, l'institutrice, et le petit Avi SHNAIDMAN ( Yoav).

 

Dans la cour de récréation de la Maternelle, un petit bonhomme de 5 ans fait les cent pas, et déclare:" j'ai un poëme".

Et, sans émotion apparente, il dit son poëme, sublime, sur l'amour, la mort.

Nira, fascinée, sent l'urgence de stimuler son inspiration, qui pourrait se tarir, et, face à une société, peu encline à la poésie, veut le faire reconnaître.

Le film, critique de la société israëlienne, est à rebondissements, tendre, violent, inquiètant.

Par elisabeth.guerin le 06/09/14
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 5 jours

Quelle horrible expression!

Ces trois mots ont -ils été prononcés?

Peu importe, ces trois mots ont traversé les partis, les frontières.

Le monde entier s'en est emparré.

Les pauvres se sont sentis plus pauvres.

La révolte gronde.

Et celle qui a inscrit ces trois mots dans un ouvrage indigne, feint de s'étonner  du retentissement de ces trois mots.

Son livre se vend comme des petis pains.

Vengeance et haine contre un Président de la République en difficultés font recette.