Par elisabeth.guerin le 27/08/09

" Fais moi plaisir" de, et avec Emmanuel MOURET

et aussi, Frédérique BEL, Judith GODRECHE, Deborah François et Jacques WEBER.

Une comédie élégante et coccasse.

Marivaudage et malentendus

Un maladroit, et de jolies femmes

Jacques WEBER en Président de la République, père de Judith GODRECHE,est impressionnant et sympathique.

Emmanuel MOURET n'est pas un nouvel arrivant dans l'univers cinématographique.

Cela fait 10 ans qu'il fait des films dans lesquels il joue.

Je ne le connaissais pas.

C'est une bonne surprise.

Par elisabeth.guerin le 14/07/09

ou l'ancien King de MANCHESTER UNITED et le cinéaste du combat des opprimés et de la solidarité.

Dans " Loooking for Eric"on voit des buts de légende.

Eric CANTONA, qui apparait à un supporter, postier dépressif, et lui redonne de la force pour affronter la vie, joue son propre rôle, son meilleur rôle, avec charisme, simplicité, humour.

Le film, cependant,qui insiste sur les malheurs du postier, sur la solidarité de ses collègues, et qui conclut sur une happy end, est un peu trop long, apparait fabriqué.

Et malgré quelques moments d'émotion, il n' emporte pas, à mon sens, totalement l'adhésion

Par elisabeth.guerin le 23/06/09

Au coeur du PORTUGAL, dans la région montagneuse d'ARGANIL, c'est le mois d'aôut " ce cher mois d'aôut" titre d'une chanson et titre du film.

Les " expatriés" reviennent au pays.

Miguel GOMES retrouve le lieu de son enfance pour y tourner une fiction

Pas d'argent, la fiction, c'est pour plus tard.

Place aux poules et au renard, au petit bal, aux chansons.à la procession

Humez l'ambiance, regardez, écouter les personnages.

Et voilà, Tania, l'adolescente, vigile du feu, qui chante des chansons d'amour pour passer le temps;

Voici, Fabio, le jeune hockeyeur surdoué.

L' histoire d'amour peut commencer.

Tania sera Sonia, le producteur du film sera son père,Fabio sera Helder, le cousin de Sonia.

Et tandis que l'histoire se déroule, elle est commentée en chansons, notamment par Sonia, Helder et le père de Sonia.

Ce film,insolite, a de la grâce.

Par elisabeth.guerin le 15/03/09

" vous êtes bon" dit la jolie jeune fille.

" Non, je ne suis pas bon" grommelle Walt KOWALSKY.

Mais si il est bon, il est magnifique. C'est Clint EASTWOOD dans "GRAN TORINO", film, qu'il a dirigé et joué.

Misanthrope, mécréant, raciste, il va s'ouvrir à ses voisins asiatiques de la communauté hmong.

Il sera un père de substitution pour Thao, l'adolescent terrorisé par une bande de voyous.

Il sera un héros chrétien.

le film, trés bien construit, est édifiant.

Il est, aussi ,trés amusant dans les confrontations familiales et de voisinage, parfois au bord de la caricature, mais toujours justes.

Par elisabeth.guerin le 13/01/09

je me souviens des films réalisés, par lui, sur sa vie, ou son milieu, LE PISTONNE (1969) où Guy BEDOS incarnait son rôle, MAZEL TOV (1968) et LE CINEMA DE PAPA ( 1970) où Claude BERRI était, également acteur.

Ces films avaient beaucoup de charme, de tendresse et d'humour.

Claude BERRI, acteur, était un peu maladroit, trés naturel et touchant.

Si LE VIEIL HOMME ET L'ENFANT ressort, j'aimerais le voir.

Par elisabeth.guerin le 06/01/09

Jean de VALON commente, avec verve,l'actualité judiciaire italienne relative à des acteurs amateurs de GOMORRA.( de Matteo GARONNE, d'aprés le roman de Roberto SAVIANO ).

.

Si on peut être acteur amateur, on n'est pas mafioso amateur.

Les enfants sont fascinés.

Mais pour goûter à la galette, il faut, d'abord, prêter allégeance et perdre son âme.

Les murs de la cité ressemblent à une prison.

Attention à la disgrâce!

Et, pas de cavaliers seuls comme cela est rappelé aux deux jeunes et attachants pieds nickés.

Le film est beau et éprouvant. On en ressort pantelant.

Par elisabeth.guerin le 20/12/08

avait, dans un beau film,sensible, original,bouillonnant de vie et de naturel," POLICE " traité des rapports troubles entre policiers, truands et avocats du milieu parisien.

Richard ANCONINA incarnait un avocat en proie à la terreur.

Maurice PIALAT n'a pas aimé ce film, qui a rencontré le succès du public.

Par elisabeth.guerin le 18/12/08

DEPARDON, lui,sans plastronner, suscite notre admiration.

Par elisabeth.guerin le 28/11/08

Tout le monde s'affaire entre les palettes, à pieds, en camion, ou sur des chariots élévateurs.

Emboîtées les palettes sont repeintes en rouge vif, au pistolet, par l'iman, un magrehbin protégé par un masque illusoire, porté et retiré négligemment.

Il y a le muezzin, un africain, qui, du haut des palettes, appelle à la prière.

Il y a le chef du village des africains qui, timidement, demande le paiement des heures travaillées.

Il y a Titi, un jeune magrehbin, qui se mutile pour être un bon musulman " un accident du travail" dit - il.

Il y a les mécaniciens magrehbins qui contestent la nomination de l'iman par le patron, et découvrent, dans la violence, l'esprit syndical.

C'est ma petite entreprise, ma petite mosquée.

Les palettes se dressent, murailles rouge vif laissant passer la lumière.

Mao,le patron, qui est,en même temps, le contremaître, est un musulman prosélyte.

Il a ouvert une mosquée dans son entreprise de garage poids lourds et réparation de palettes, dans une zone bordée d'un canal, prés de PARIS.

Dans la mosquée, patron et ouvriers sont frères.

La religion est l'opium du peuple.Mais le peuple, parfois, se réveille.

Rabah AMEUR-ZAIMEUCHE, le réalisateur, incarne Mao.

" LE DERNIER MAQUIS" est un beau film, fort et nuancé.

Par elisabeth.guerin le 02/11/08

c'est Louis GARREL, dans deux films sortis presque simultanément:

-" La BELLE PERSONNE" de Christophe HONORE

- " LA FRONTIERE DE L' AUBE" de Philippe GARREL

ou Louis le trop aimé, ou mal aimé...

LA BELLE PERSONNE:

Junie, orpheline, nouvelle élève du Lycée MOLIERE à PARIS XVl°,suscite l'amour de Otto, un autre élève et de

Nemours, le volage professeur d'Italien.

Otto,aprés avoir découvert que Nemours( Louis GARREL) lui est préféré, dans une chanson tire sa révérence.

Junie, par crainte que son amour avec Nemour ait une fin, s'enfuira.

Ce film se regarde sans déplaisir mais sans émotion véritable.

Louis GARREL y apparait ludique et romantique.

LA FRONTIERE DE L'AUBE:

Carole, la star et François, le photographe venu la photographier, sont tombés amoureux l'un de l'autre.

L'idylle est interrompue par l'arrivée inopinée du mari de Carole.

François se retrouve en caleçon sur le palier.

Carole souffre.

François rencontre, ensuite, une jeune fille fragile et lumineuse, Eve, qui lui annonce qu'elle attend un enfant de lui.

Mais François est hanté par Carole.

Le film est dans un trés beau noir et blanc.

L'écriture en est simple et intimiste.

La période Eve est filmée de façon elliptique.

Tandis que la peinture du tourment de Carole est expressionniste.

Si Laura SMET ( Carole) exprime intensément ses sentiments, Louis GARREL (François ) est plus hermétique, jeune homme moderne, léger et incertain.

On s'intéresse au bonheur de François. ( Louis GARREL)