Par elisabeth.guerin le 28/04/16

Un film  de François RUFFIN, directeur de publication du journal "FAKIR"

On part de Bernard ARNAULT, qui a construit son empire, sans état d'âme, délocalisant pour payer moins cher et vendre plus cher des vêtements griffés haut couture.

La fermeture d'usine laisse sur le carreau des milliers  d'ouvriers et employés.

Il y a des suicides, des saisies de maisons, la misère.

Grâce à l'intelligence, l'astuce, le courage et la ténacité de François RUFFIN, Bernard ARNAULT va avoir peur.

Le film est drôle et formidable.

 

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19560135&cfilm=243117.html

 

Par elisabeth.guerin le 03/09/15

Il y avait près de 5000 agriculteurs de la FNSEA et des jeunes agricuteurs venus surtout de Bretagne et Normandie.

Les tracteurs inondaient la place de la Nation et les voies adjacentes.

C'est le désespoir qui les a poussés vers la capitale.

Leur combat est juste

Seront ils véritablement entendus?

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/09/03/il-faut-faire-neuf-heu...

Par elisabeth.guerin le 23/11/14

a pleuré de joie.

Je suis contente que ce magnifique champion ait gagné avec Stanislas WAWRINKA la coupe Davis, qu'il ambitionnait tant.

La Suisse n'avait jamais gagné cette coupe.

La France aura d'autres occasions.

 

 

Par elisabeth.guerin le 11/11/14

3 hommes.

L'un d'eux, trop bavard, a révélé aux journalistes une conversation, qu'il aurait mieux valu taire.

Celui à qui la conversation est imputée s'indigne, nie,accuse.

Le troisième dit n'avoir rien entendu.

Par elisabeth.guerin le 02/11/14

Un petit cyclamen  rose et blanc, c'est tendre et lumineux.

Une rencontre inopinée, le 31 octobre, quai de Corse, où se tiennent des échoppes de marchands de graines et plantes.

Le 1° novembre, le petit cyclamen a trouvé sa place.

Selon le Robert, le cyclamen est une plante vivace

" il lui faut très peu d'eau" a dit le marchand.

Alors,pas de pluie battante, mais quelques gouttes du ciel.

 

 

Par elisabeth.guerin le 15/09/14

le deuxième film du réalisateur israëlien, Navad LAPID, un film magnifique, qu'il n'est pas possible de raconter, avec Sarit LARRY, une très belle  et talentueuse actrice de théâtre, qui incarne Nira, l'institutrice, et le petit Avi SHNAIDMAN ( Yoav).

 

Dans la cour de récréation de la Maternelle, un petit bonhomme de 5 ans fait les cent pas, et déclare:" j'ai un poëme".

Et, sans émotion apparente, il dit son poëme, sublime, sur l'amour, la mort.

Nira, fascinée, sent l'urgence de stimuler son inspiration, qui pourrait se tarir, et, face à une société, peu encline à la poésie, veut le faire reconnaître.

Le film, critique de la société israëlienne, est à rebondissements, tendre, violent, inquiètant.

Par elisabeth.guerin le 06/09/14

Quelle horrible expression!

Ces trois mots ont -ils été prononcés?

Peu importe, ces trois mots ont traversé les partis, les frontières.

Le monde entier s'en est emparré.

Les pauvres se sont sentis plus pauvres.

La révolte gronde.

Et celle qui a inscrit ces trois mots dans un ouvrage indigne, feint de s'étonner  du retentissement de ces trois mots.

Son livre se vend comme des petis pains.

Vengeance et haine contre un Président de la République en difficultés font recette.

 

 

 

Par elisabeth.guerin le 09/12/12

magnifique et premier film de James GRAY, sorti en 1994, ressort en salles.

Little Odessa, c'est le nom donné à Brigthon Beach, sur la péninsule de Coney Island, à la pointe Sud de Brooklyn, dans la ville de New York, en raison de la forte immigration de juifs russes. La mafia russe s'y est, également, installée.

Le héros ( Tim ROTH), jeune tueur à gages, revient dans ce quartier pour y exécuter un contrat.

Il y vient à contrecoeur, car la mafia locale l'a interdit de séjour et son père ( Maximilian SCHELL) l'a banni

Par l'intermédiaire de son jeune frère ( Edward FURLONG), qui a appris son retour et l'admire, il va revoir,malgré l'opposition de son père, sa mère mourante ( Vanessa REDGRAVE).

Il va,aussi, revoir son ancienne petie amie ( Moïra KELLY))

Le père s'interroge sur la perception que les enfants ont de leur père aux différents âges de leur vie.

Ce polar est, surtout, un film émouvant, intimiste et personnel.

L'action, plantée en automne, traverse l'hiver sous la neige et la glace, et s'achève au printemps.

C' est particulièrement beau...une tragédie.

En 1994, le film a obtenu le prix de la critique au festival de DEAUVILLE, et le Lion d'Argent au festival de VENISE.

Vanessa REDGRAVE a été déclarée meilleur second rôle féminin au festival de VENISE.

Mort SCHUMAN, qui a vécu, aussi à Little Odessa, a célébré Brookling Beach en été

avec une video sur la plage

( NB: il faut lire: Brooklyn by the sea )

On l'entend mieux au piano, sans video.

Par elisabeth.guerin le 17/03/12

les drapeaux bleus, blancs, rouge s'agitent

à Villepinte,à Meaux, une marée de drapeaux

Ils balaient cinq années écoulées

Ils balaient ces bruits incongrus

l'argent de Madame BETTENCOURT

l'argent de KADHAFI

KADHAFI reçu comme un ami très cher à Paris

Ils balaient KARACHI.

"Je me fous du passé...je repars à zéro"

chantait Edih PIAF .

Les drapeaux, symboles de sacrifice, de conquête et de gloire

à la fois rempart et tremplin

Demain est un autre jour.