Aug
27
PRIME SARKOSY ET PROFITS - LA MAIGRITUDE FRANCAISE COMPAREE AUX GROUPES ALLEMANDS

http://fr.viadeo.com/fr/profile/francis.masson

http://www.linkedin.com/pub/francis-masson/14/299/282

Facebook: francis.masson.18@facebook.com

Twitter @Fgth016masson

@: massonfd@aol.fr

Les salariés de grands groupes profitent du dispositif.

Toute entreprise de plus de 50 salariés dont les dividendes versés l'an

passé sont en hausse par rapport à la moyenne des deux années

précédentes doit verser cette prime.

Des groupes viennent de verser ou vont verser à

leurs salariés des sommes allant souvent de 100 à 500 euros.

Chez Saint-Gobain, 150 euros seront versés en septembre.

Sanofi: 420 euros versés en juillet.

LVMH: 450 euros en juillet.

Les entreprises les plus généreuses:

L'Oréal: 1.000 euros contre 600 en 2012.

Vinci: 330 euros, Thales 200, Renault 100, etc...

Le montant est fixé en accord avec les partenaires sociaux et,

à défaut d'accord, fixé unilatéralement par l'employeur.

Bien qu'elle ne touche qu'une minorité de salariés, l'exécutif n'a pas

jugé opportun de supprimer cette prime pour le moment,

contrairement à ce qui avait été annoncé l'été dernier.

L'installation du comité d'orientation de la participation, de l'intéressement,

de l'épargne salariale et de l'actionnariat des salariés est prévue à la rentrée,

avant une négociation interprofessionnelle.

La prime est exonérée, dans la limite d'un montant de 1.200 euros par

salarié et par an, de toute cotisation sociale (hors CSG et CRDS).

Sur le plan fiscal, la prime est imposable l'année de son versement, au

même titre que les salaires.

Affaire à suivre...

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA