May
08
UNION EUROPEENNE - CHINE - PANNEAUX SOLAIRES - UN ACCORD SERA-T-IL POSSIBLE?

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/05/08/97002-20130508

FILWWW00248-bruxelles-propose-de-taxer-les-importations-de-panneaux

-solaires-chinois.php

Par Lefigaro.fr avec AFP

Mis à jour le 08/05/2013 à 11:38

Panneaux solaires chinois

* HOME ECONOMIE FLASH ECO

Par Lefigaro.fr avec AFP

Mis à jour le 08/05/2013 à 11:38

La Commission européenne a proposé mercredi aux 27 Etats membres

de l'UE de lourdement taxer les importations de panneaux solaires chinois,

selon une source européenne.

Ces taxes seront en moyenne de 47% et les Etats membres

devront se prononcer sur cette proposition d'ici le 5 juin,

a-t-on précisé de même source.

"La procédure de consultation a été engagée", a annoncé

cette source s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

"La Commission demande aux Etats de se prononcer sur

sa proposition", a-t-elle ajouté.

La décision d'imposer ces lourdes taxes va en effet déclencher

une guerre commerciale avec la Chine, ce qui préoccupe

de nombreux Etats en raison des conséquences pour

d'importants secteurs industriels, notamment l'aéronautique.

La Chine a elle aussi ouvert le 1er novembre une enquête

pour déterminer si les produits de la filière solaire qu'elle

achète à l'UE bénéficient de subventions indues ou sont

vendues à perte.

En 2011, la Chine a exporté en Europe pour 21 milliards d'euros

de panneaux solaires et de composants.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/09/05/20002-20120905ART

FIG00570-bruxelles-prete-a-la-guerre-commerciale-avec-pekin.php

Le Figaro 6 9 2012

Bruxelles part en guerre commerciale contre Pékin.

La Commission européenne a lancé jeudi une enquête antidumping

contre la Chine visant sa production de panneaux solaires subventionnés.

La Chine se prépare à répliquer.

Correspondant à Bruxelles

L'Europe s'engage sur le sentier de la guerre commerciale avec la Chine.

Bruxelles a lancé jeudi une enquête antidumping contre plusieurs géants

chinois des panneaux solaires, et la République populaire menace déjà

l'UE de rétorsions spectaculaires.

«La Commission européenne a lancé aujourd'hui une enquête antidumping

concernant les importations de Chine de panneaux solaires et de leurs

principaux composants (...)», indique-t-elle dans un communiqué.

Sous l'apparence d'une querelle d'entreprises, c'est un énorme bras

de fer politico-commercial qui se dessine.

La Chine aussi bien que l'Europe ont misé des milliards de fonds

publics sur l'essor de l'électricité photovoltaïque, à coups de

subventions et d'investissements.

À Pékin, le quotidien du Parti communiste China Daily s'inquiétait

mercredi «du contentieux commercial le plus lourd» jamais

infligé à l'industrie chinoise.

Le pouvoir chinois a fait du secteur photovoltaïque le fer de lance

d'une conquête planétaire.

L'Europe, qui représente les deux tiers du marché mondial, veut

à l'inverse garder son avance technologique et surtout protéger

l'une de ses dernières bases industrielles.

Plainte collective déposée à Bruxelles

«C'est la dernière chance pour l'Europe de tenir tête à un État chinois

qui subventionne sa propre industrie, ce qui lui permet de vendre

en dessous du coût de revient et de mettre les Européens à genoux»,

assure Milan Nitzschke pour le groupe allemand Solarworld,

chef de file de la plainte collective déposée à Bruxelles.

Une vingtaine de firmes françaises, italiennes et espagnoles

s'y sont associées en juillet.

Elles ont préféré rester anonymes par crainte, déjà, de

contre-mesures chinoises.

Après bien des hésitations, la commission Barroso part

à l'offensive face à la concurrence jugée déloyale des

grands pays émergents.

Elle a ouvert mardi soir une première enquête formelle

contre le russe Gazprom, soupçonné depuis des lustres

de manipulation de prix dans les huit pays de l'UE

qu'il approvisionne *.

Là encore, l'affaire est politique.

Mardi soir à Münich, le commissaire à l'Énergie, Günther Oettinger,

a accusé publiquement Vladimir Poutine «de chercher à

reconstruire la puissance de l'URSS par le biais de sa

politique énergétique». Le Kremlin n'a pas daigné réagir...

(*) Pologne, République tchèque, Slovaquie, Bulgarie,

Hongrie, Lituanie, Lettonie et Estonie

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA