May
24
Salariés, cadres, cadres dirigeants : nullité d’une rupture conventionnelle non datée (c. cass. 27 mars 2019)

Dans un arrêt du 27 mars 2019, la Cour de cassation affirme que « La cour d’appel ayant constaté que la date de signature de la convention de rupture, non mentionnée sur la convention, était incertaine et qu’il n’était pas permis de déterminer le point de départ du délai de rétractation, a par ces seuls motifs, légalement justifié sa décision ».

Autrement dit, la Cour de cassation a considéré que la date de la signature étant incertaine, le délai de rétractation n’avait pu débuter.

Ainsi, elle a prononcé la nullité de la convention de rupture conventionnelle.

Il est important de souligner que la nullité de la rupture conventionnelle ne sera prononcée que lorsque la date de la signature ne peut être prouvée : ce n’est pas l’absence de mention de la date de signature qui entraîne la nullité mais l’absence de preuve de ladite date.

Pour lire l’intégralité de la brève, cliquez sur le lien ci-dessous.

https://www.village-justice.com/articles/nullite-une-rupture-conventionnelle-non-datee-cass-mars-2019-23586,31600.html

Source : Légifrance, c. cass 27 mars 2019, n°17-23586.

Frédéric CHHUM, Avocat à la Cour et Membre du Conseil de l’ordre des avocats de Paris

CHHUM AVOCATS (Paris, Nantes, Lille)

www.chhum-avocats.fr

https://www.instagram.com/fredericchhum/?hl=fr

.Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris tel : 0142560300
.Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes tel : 0228442644

.Lille : 25, rue Gounod 59000 Lille tel : 0320135083

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA