Dec
29
Un salarié peut toujours bénéficier des stock-options s'il n'y a pas renoncé dans la transaction

Dans un arrêt du 8 décembre 2009, la Chambre Sociale de la Cour de cassation a considéré que, « sauf stipulation expresse contraire, les droits éventuels que le salarié peut tenir du bénéfice des options sur titre ne sont pas affectés par la transaction destinée à régler les conséquences du licenciement ».

Ainsi, lorsqu'une transaction, conclue entre un employeur et un salarié, ne comporte aucune disposition concernant les droits de celui-ci relatifs aux options de souscription d'action, ces droits continuent de bénéficier au salarié, dans les limites fixées par le plan de stock-options..

En l'espèce, le salarié avait été engagé par la société Naf Naf boutiques en qualité de directeur commercial. Ce contrat prévoyait l'attribution d'options de souscription d'action à lever, subordonnée à une cessation de fonctions, sauf en cas de démission ou de licenciement pour faute grave ou lourde.

Le salarié fut licencié, pour « divergences de vues sur la politique commerciale ».

Une transaction entre les parties fut signée, laquelle prévoyait de « mettre un terme définitif et sans réserve à leur désaccord », prévoyant le versement d'une indemnité « forfaitaire et définitive » au salarié qui a déclaré « renoncer à tous les droits et actions qu'il pourrait tenir du droit commun (...) et de son contrat de travail (...), chaque partie renonçant de la manière la plus expresse à formuler l'une contre l'autre la moindre réclamation à quelque titre que ce soit et pour quelque cause que ce soit ».

Ainsi, lorsque le salarié demanda la levée de ces options, la société estima être en droit de lui opposer son refus, en vertu de la transaction signée entre elle et le salarié.

Toutefois, les juges du fond firent droit à la demande du salarié. La société forma alors un pourvoi en cassation, se fondant, là encore, sur le protocole d'accord transactionnel.

La Cour de cassation rejeta le pourvoi et fit également droit à la demande du salarié.

Selon elle, le but de la transaction était de mettre fin à un différend concernant le licenciement du salarié. Que, dès lors que ladite transaction ne faisait aucune mention des droits de celui-ci relatifs aux options de souscription d'actions, ces droits n'étaient pas inclus dans la transaction. Le salarié était donc tout à fait en droit de s'en prévaloir.

En conclusion, cette solution doit être saluée.

Les parties à la transaction (employeur et salarié) doivent être vigilantes sur le contenu et la portée de celle-ci. Ce qui n'est pas inclus dans la transaction peut être contesté... A bon entendeur...

Frédéric CHHUM, avocat à la Cour

Marie LESIEUR, juriste en Droit Social

http://www.chhum-avocats.com/

http://chhum.typepad.com/mon_weblog/

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA