frederic.chhum

Par frederic.chhum le 24/07/18
Dernier commentaire ajouté il y a 10 mois 3 semaines

Dans l’arrêt du 27 juin 2018, la Cour d’appel de Paris (Pole 6 Chambre 9) :

confirme le jugement sauf en ses dispositions sur l’indemnité légale de requalification et le rappel d’heures supplémentaires ; condamne la Sasu Euro Media France à régler à Madame X les sommes de : 6.206,52 € d’indemnité légale de requalification des CDD en un contrat de travail à durée indéterminée, avec intérêts au taux légal partant du 8 décembre 2014 ; 2.322,23 € de rappel d’heures supplémentaires et 232,22 € d’incidence congés payés, avec intérêts au taux légal à compter du 8 décembre 2014 ; 3.000 € sur le fondement de l’article 700 du CPC.

La Cour d’appel adopte que le premier juge a requalifié ab initio, à compter du 10 février 1997, la relation entre les parties en un contrat à durée indéterminée après avoir relevé que Madame X a conclu avec la société intimée un peu plus de 500 contrats à durée déterminée sur une période de 17 années, qu’elle a travaillé pour le compte de cette dernière en moyenne 157 jours par an avec sur les cinq dernières années (2010/2014) une durée moyenne supérieure à 200 jours, que l’emploi d’assistante de production correspond à une fonction permanente au sein de cette entreprise, et que l’employeur ne justifie pas par des éléments objectifs ce recours à autant de contrats successifs ni ne démontre le caractère par nature temporaire des emplois ayant été occupés en son sein par l’appelante.

Pour lire l'intégralité de la brève, cliquez sur le lien ci-dessous.

En savoir plus sur https://www.village-justice.com/articles/droit-des-intermittents-requalification-des-500-cddu-une-assistante-production,29088.html#zJ1PDxfPDL7DLBFg.99

Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

 

Par frederic.chhum le 23/07/18
Dernier commentaire ajouté il y a 10 mois 4 semaines

Pour consulter sur notre nouveau site, cliquez sur le lien ci-dessous :

https://www.chhum-avocats.fr/

CHHUM AVOCATS (Paris, Nantes) a un nouveau site internet.

Ce site est compatible avec les téléphones portables et tablettes.

Le Cabinet d'avocats Frédéric CHHUM a développé une expertise en droit du travail et en droit pénal du travail de l’audiovisuel (intermittents du spectacle, techniciens, artistes, journalistes, pigistes, cadres).

CHHUM AVOCATS (Paris, Nantes) défend des salariés, cadres, cadres dirigeants, intermittents du spectacle, journalistes, pigistes, expatriés, salariés détachés, comités d'entreprise, CSE syndicats.

Nous plaidons également dans toute la France (Conseil de prud’hommes, Cour d’appel, Tribunal correctionnel, TGI).

1) Paris

CHHUM AVOCATS plaide devant les Cours d’Appel (Paris, Versailles, etc.), devant tous les conseils de prud’hommes d’Ile de France (Paris, Melun, Meaux, Fontainebleau, Auxerre, Sens, Créteil, Bobigny, Evry) et dans toute la France (Lyon, Marseille, Lille, etc.).

CHHUM AVOCATS plaide aussi devant le TASS, le Tribunal de Grande Instance et le Tribunal correctionnel.

2) Nantes

CHHUM AVOCATS Paris, avocats en droit du travail et droit pénal du travail, possède un bureau secondaire à Nantes.

Le bureau de Nantes est situé au 41, quai de la Fosse à Nantes (en face du Palais de justice).

Nous plaidons tout dossier relevant de la Cour d’Appel de Rennes et notamment du Rennes, Saint-Malo, Nantes, Saint-Nazaire, Lorient, Vannes, etc.).

N’hésitez pas à nous contacter.

Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

 

Par frederic.chhum le 23/07/18
Dernier commentaire ajouté il y a 10 mois 4 semaines

In case of dismissal following an internal investigation (enquête interne) in a company, the judge, seized of a challenge of its dismissal by an employee, cannot base its decision solely or decisively on anonymous testimony (temoignages anonymes).

To our knowledge, the decision of the Cour of cassation July 4th 2018 is unseen.

This judgment must be approved because it strengthens employees' rights of defence in case of dismissal following an internal investigation (enquête interne).

1) Facts

Mr. X  was hired on March 1st, 2007 as an expert building buyer by SNCF mobilités.

On February 4th and 5th, 2013, the employee and Ms. Z ... approached SNCF's ethics department.

Following an internal investigation, the company notified the employee on September 18th, 2013 a suspension measure and summoned him to the Disciplinary Board.

He was dismissed on September 25th, 2013 for fault.

The employee was reproached for making racist remarks about a colleague of Muslim religion and insulting remarks about his hierarchy.

2) In case of an internal investigation, the judge cannot base his decision solely or decisively on anonymous testimony.

With regard to Article 6 §1 and 3 of the Convention for the Protection of Human Rights and Fundamental Freedoms, in its decision of July 4th 2018, the Court of Cassation states that "the judge cannot base its decision solely on or in a decisive way on anonymous testimonies ".

Article 6 §1 of the ECHR provides that:

«In the determination of his civil rights and obligations or of any criminal charge against him, everyone is entitled to a fair and public hearing within a reasonable time by an independent and impartial tribunal established by law. Judgment shall be pronounced publicly but the press and public may be excluded from all or part of the trial in the interests of morals, public order or national security in a democratic society, where the interests of juveniles or the protection of the private life of the parties so require, or to the extent strictly necessary in the opinion of the court in special circumstances where publicity would prejudice the interests of justice. ".

Article 6 §3 of the ECHR provides that

“Everyone charged with a criminal offence has the following minimum rights:

a) To be informed promptly, in a language which he understands and in detail, of the nature and cause of the accusation against him;

b) To have adequate time and facilities for the preparation of his defence;

c) To defend himself in person or through legal assistance of his own choosing or, if he has not sufficient means to pay for legal assistance, to be given it free when the interests of justice so require;

d) To examine or have examined witnesses against him and to obtain the attendance and examination of witnesses on his behalf under the same conditions as witnesses against him;

e) To have the free assistance of an interpreter if he cannot understand or speak the language used in court.”

The Court of Cassation breaks the decision of the Rennes Court of Appeal which considered that the dismissal procedure is regular and the dismissal justified, having retained that "the infringement of the rights of the defense based on the anonymous character of the testimonials collected by the Ethic Committee is not justified to the extent that the employee had the opportunity to read and comment on them, relied decisively on the report of the Ethic Committee”.

The Court of Cassation breaks and annuls the decision of the Rennes Court of Appeal of March 17th 2017 in that it denied the employee's claim for damages for dismissal without cause real and serious ground.

The case is sent to the Angers Court of Appeal.

3) Contribution of the judgment of 4 July 2018.

In case of a dismissal, if a company conducts an internal investigation (enquête interne), employees who testify must be identifiable.

Otherwise, the dismissal may be invalidated because the evidence may be removed from the proceedings by the judge because of their anonymity.

In any case, the judge cannot base its decision solely or decisively on anonymous testimony.

This decision should be welcomed, which strengthens employees' rights of defense in the event of dismissal following an internal investigation (enquête interne).

Source:  Legifrance

·  c. cass. 4 juillet 2018, n° 17-18.241 (M. X c/ établissement SNCF mobilités).

·  Convention de sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales telle qu’amendée par les Protocoles n° 11 et n° 14.
 

Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

 

 

 

Par frederic.chhum le 21/07/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 14 heures

CHHUM AVOCATS published 4 articles on the Rupture conventionnelle collective.

Click on the link to read them

1)French labour law - The collective mutual agreed Termination (CMAT Rupture conventionnelle collective): how to implement it in companies employing less than 50 employees?

https://blogavocat.fr/space/frederic.chhum/content/french-labour-law-collective-mutual-agreed-termination-cmat-rupture-conventionnelle-collective-how-implement-it-companies-employing-less-50-employees_

2)French Labour Law: Rupture conventionnelle Collective (RCC) or Rupture conventionnelle (RC) : what differences in terms of taxation and social contribution ?

https://blogavocat.fr/space/frederic.chhum/content/french-labour-law-rupture-conventionnelle-collective-rcc-or-rupture-conventionnelle-rc-what-differences-terms-taxation-and-social-contribution_

3)French Labour law : Collective Mutual Agreed Termination (Rupture conventionnelle collective): Template of Collective Agreement for Companies and Unions

https://blogavocat.fr/space/frederic.chhum/content/french-labour-law-collective-mutual-agreed-termination-rupture-conventionelle-collective-template-collective-agreement-companies-and-unions_

4 ) Collective mutual agreed Termination (Rupture conventionnelle collective) : How it works ? (Ord. 22/09/2017 and Decree of 20/12/2017 )

https://blogavocat.fr/space/frederic.chhum/content/collective-mutual-agreed-termination-rupture-conventionnelle-collective-how-it-works-ord.-22092017-and-decree-20122017_

Do not hesitate to contact us for any questions.

Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

 

 

Par frederic.chhum le 21/07/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 15 heures

En juillet 2018, environ 55 entreprises avaient eu recours à la Rupture Conventionnelle Collective (RCC) (Données Ministère du travail).

Le Cabinet d’avocats CHHUM AVOCATS (Paris, Nantes) a publié 5 brèves sur la Rupture conventionnelle Collective.

Les brèves publiées par CHHUM AVOCATS sur la rupture conventionnelle collective concernent notamment le régime juridique de la RCC, le régime fiscal, les différences RC et RCC en matière fiscal et la mise en place de la RCC dans les entreprises de moins de 50 salariés.

Enfin, CHHUM AVOCATS propose un modèle inédit de Rupture Conventionnelle Collective (RCC) à destination des syndicats et entreprise.

Pour lire ou relire nos brèves, cliquez sur les liens ci-dessous.

1) Rupture conventionnelle collective (RCC) : modèle d’accord collectif pour les entreprises et syndicats par Frédéric CHHUM et Marilou OLLIVIER

https://www.village-justice.com/articles/rupture-conventionnelle-collective-rcc-modele-accord-collectif-pour-les,27067.html

2) Rupture conventionnelle collective (RCC) : comment ça marche ? par Frédéric CHHUM

https://www.village-justice.com/articles/rupture-conventionnelle-collective-rcc-mode-emploi-ord-2017-decrets-2017,26801.html

3) Rupture conventionnelle collective : comment la mettre en place dans les entreprises de moins de 50 salariés par Frédéric CHHUM et Marilou OLLIVIER

https://www.village-justice.com/articles/comment-mettre-place-une-rupture-conventionnelle-collective-rcc-dans-les,28475.html

4) Rupture conventionnelle collective (RCC) : le jackpot fiscal pour les salariés ! (Merci Macron) par Frédéric CHHUM et Marilou OLLIVIER

https://www.village-justice.com/articles/rupture-conventionnelle-collective-jackpot-fiscal-pour-les-salaries-merci,26896.html

5) Rupture conventionnelle collective ou individuel : quelles différences en matière de fiscalité par Frédéric CHHUM et Marilou OLLIVIER

https://www.village-justice.com/articles/rupture-conventionnelle-individuelle-collective-quelles-differences-termes,27951.html

N’hésitez pas à nous contacter pour toute information complémentaire.

Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

 

 

Par frederic.chhum le 20/07/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 1 jour

Le seul refus par un salarié d’une modification de son contrat de travail ne constitue pas une cause réelle et sérieuse de licenciement.

La rupture résultant du refus par le salarié d’une modification de son contrat de travail, proposée par l’employeur pour un motif non inhérent à sa personne, constitue un licenciement pour motif économique.

***

Engagé le 15 juin 1983 en qualité d’aide-comptable par la société Soft, puis promu au poste de trésorier comptable, M. X... exerçait ses fonctions à Rillieux-la-Pape (69).

Il a été informé, le 31 octobre 2012 du transfert de son contrat de travail à la société IEC Events, après adoption d’un plan de cession par jugement du tribunal de commerce du 31 juillet 2012.

Le nouvel employeur lui a indiqué que le lieu d’exécution de son contrat de travail était transféré à Rennes, à la suite de la démission du directeur administratif et financier de Rillieux-la-Pape.

Ayant refusé le 20 novembre 2012 la modification de son contrat de travail qui lui était proposée par l’employeur, le salarié a été licencié pour cause réelle et sérieuse, le 31 janvier 2013.

La Cour d’appel de Lyon a dit que le licenciement du salarié fondé sur une cause réelle et sérieuse en retenant que

la modification du contrat de travail proposée le 31 octobre 2012 au salarié est consécutive à la réorganisation du service financier de la société, que cette réorganisation relève exclusivement du pouvoir de direction de l’employeur, que le refus de cette modification du contrat de travail est dès lors incompatible avec la poursuite de sa collaboration et justifie la rupture du contrat de travail, qu’ainsi le salarié a fait l’objet d’un licenciement pour un motif inhérent à sa personne et qu’il n’est pas fondé à soutenir avoir fait l’objet d’un licenciement pour motif économique.

Dans un arrêt du 11 juillet 2018 (n°17-12747), la Cour de cassation casse l’arrêt de la Cour d’appel de LYON.

Au visa de l’article 1134 du code civil et de l’article L. 1233-3 du code du travail, dans leur rédaction applicable en la cause, dans un arrêt du 11 juillet 2018, n°17-12747 la Cour de cassation affirme que « cependant, d’une part, que le seul refus par un salarié d’une modification de son contrat de travail ne constitue pas une cause réelle et sérieuse de licenciement » et que « Attendu, d’autre part, que la rupture résultant du refus par le salarié d’une modification de son contrat de travail, proposée par l’employeur pour un motif non inhérent à sa personne, constitue un licenciement pour motif économique ».

La Cour de cassation casse l’arrêt de la Cour d’appel de Lyon en indiquant « Qu’en statuant comme elle a fait, alors qu’il résultait de ses constatations que le motif de la modification du contrat de travail refusée par le salarié résidait dans la volonté de l’employeur de réorganiser le service financier de l’entreprise et qu’il n’était pas allégué que cette réorganisation résultait de difficultés économiques ou de mutations technologiques ou qu’elle fût indispensable à la sauvegarde de la compétitivité de l’entreprise, en sorte que le licenciement était sans cause réelle et sérieuse, la cour d’appel a violé les textes susvisés ».

L’affaire est renvoyée devant la Cour d’appel de Grenoble.

Cette jurisprudence est classique et doit être approuvée.

C. cass. 11 juillet 2018, n°17-12747

https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/arrets_publies_2986/chambre_sociale_3168/2018_8506/juillet_8875/1129_11_39868.html

 

Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

 

 

 

Par frederic.chhum le 19/07/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 2 jours

Dans un arrêt du 27 février 2018, l’avocate collaboratrice n’ayant pas prêté serment est un prestataire de services.

La Cour d’appel de Versailles :

confirme le jugement du conseil de prud’hommes de Cergy-Pontoise en date du 12 mai 2016, sauf en ce qui concerne la demande de dommages et intérêts pour rupture abusive et l’article 700 du code de procédure civile, et statuant à nouveau ; dit qu’un contrat de prestations de service a existé entre la SCP et Mme Z entre le 5 et le 30 janvier 2015, et évoquant ; condamne la SCP à payer à Mme Z la somme de 2.000 euros à titre de dommages et intérêts au titre de son préjudice avec intérêts au taux légal à compter du présent arrêt ; la condamne à payer à Mme Z la somme de 1 000 euros e

Pour lire l’intégralité de la brève, cliquez sur le lien ci-dessous.
En savoir plus sur https://www.village-justice.com/articles/avocat-collaborateur-ayant-pas-prete-serment-salarie-prestataire-services,29054.html#FOJLpQlyFkt1TTTu.99

Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

Par frederic.chhum le 17/07/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 4 jours

Au visa de l’article 6 §1 et §3 de la CEDH, dans son arrêt du 4 juillet 2018 (n°17-18241), la Cour de cassation affirme que « le juge ne peut fonder sa décision uniquement ou de manière déterminante sur des témoignages anonymes ».

M. X... a été engagé le 1er mars 2007 en qualité d’acheteur expert bâtiment par la SNCF mobilités. Les 4 et 5 février 2013, le salarié et Mme Z... ont saisi la direction éthique de la SNCF.

Suite à une enquête interne, la société a notifié au salarié le 18 septembre 2013 une mesure de suspension et l’a convoqué devant le conseil de discipline ; il a été licencié le 25 septembre 2013 pour faute et notamment pour des propos à connotation raciste à l’égard d’un collègue de religion musulmane et des propos insultants à l’égard de sa hiérarchie.

Le salarié a ensuite saisi le conseil de prud'hommes.

Pour lire l’intégralité de la brève, cliquez sur le lien ci-dessous.

En savoir plus sur https://www.village-justice.com/articles/licenciement-suite-une-enquete-interne-juge-peut-fonder-decision-uniquement,29031.html#861mIxdUgRCxT0R7.99

Source : Legifrance et CEDH

·  c. cass. 4 juillet 2018, n° 17-18.241 (M. X c/ établissement SNCF mobilités).

·  Arrêt de la CEDH.
 

Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

Par frederic.chhum le 16/07/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 5 jours

Le Cabinet d’avocats Frédéric CHHUM d’Avocats (Paris) recherche un/e  stagiaire en droit du travail avec convention de stage, pour un stage contentieux et conseil (niveau master 2 droit du travail, IEP, EFB) disponible à partir du mois du 3 septembre 2018 pour stage rémunéré, pour une durée de 6 mois minimum de préférence (850 euros bruts à temps plein).

Le Cabinet intervient sur tous les types de questions de droit du travail français et international, que ce soit en contentieux ou en conseil (prud’hommes, TGI, pénal du travail), aussi bien sur des dossiers individuels que collectifs (comités d’entreprise, syndicats, CSE).  

Nous intervenons également dans tous les domaines du droit du travail de l’audiovisuel et du spectacle (salariés, intermittents du spectacle, journalistes, artistes et mannequins, cadres, cadres dirigeant,  etc) tant en conseil qu’en contentieux.  

Vous êtes passionné(e) par le droit du travail, Team player et vous possédez impérativement une bonne maîtrise rédactionnelle.

Vous maitrisez l’anglais de préférence et ou une autre langue étrangère.

Merci d’adresser votre CV ainsi qu’une lettre de motivation à :

 

Maître Frédéric CHHUM

Selarl Frédéric CHHUM AVOCATS (Paris Nantes)
4, rue Bayard

75008 PARIS

chhum@chhum-avocats.com

01.42.89.24.48

www.chhum-avocats.fr

 

 

 

 

Par frederic.chhum le 15/07/18
Dernier commentaire ajouté il y a 9 mois 2 semaines

Au visa  de l'article L. 1231-1 du code du travail, la Cour de cassation, dans un arrêt du 30 mai 2018, affirme que  « l'écrit par lequel le salarié prend acte de la rupture du contrat de travail en raison de faits qu'il reproche à son employeur ne fixe pas les limites du litige ».

Il faut approuver cette décision.

Pour  lire l’intégralité de la brève, cliquez sur le lien ci-dessous.

https://www.legavox.fr/blog/frederic-chhum-avocats/prise-acte-lettre-prise-acte-25421.htm

Source

Article L. 1231-1 du code du travail

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072050&idArticle=LEGIARTI000019071194

c. cass. 30 mai 2018, n° 17-11082

https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000037043178&fastReqId=1036996565&fastPos=9

Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum