frederic.chhum

Par frederic.chhum le 30/09/21
Dernier commentaire ajouté il y a 2 semaines 1 jour

On August 27, 2021, the Directorate of Civil Affairs and the Seal (DACS) published proposals for structuring lawyers' writings (see proposals of August 27, 2021 available on the pdf below).

These proposals are aimed above all at the conclusions of the lawyers and aim to impose the drafting of a summary of the grounds invoked in just 1,000 words very precisely.

The DACS introduces its project to reform the structuring of conclusions by agreeing that “the structuring of the conclusions submitted to the judge improves respect for adversarial proceedings and the clarity of debates; Indeed, the better presented and more concise written submissions allow the parties' lawyers to provide a clearer answer to better identified means. This structuring of the written documents leads, as a consequence, to a saving of time for the judge who will more easily understand the facts on which the parties agree and the means to support their claims ".

This project to reform the structuring of conclusions comes down to the sole requirement of synthetism, does not allow for the respect of the adversarial, nor for the clarity of the debates and nor for access to justice.

1) Presentation of the 3 DACS proposals of August 27, 2021 (SDDC / C3)

Always in a desire to constantly renew the regulations governing the profession of lawyers, while they are always having more difficulty in integrating and applying the new provisions, the DACS claims to want to participate in "the prospects for the development of positive law".

It is in this posture that the DACS recalls the requirements of Article 768 of the Code of Civil Procedure:

“For each claim, the conclusions must indicate the documents invoked and their numbering;

The new grounds invoked in reply submissions must be highlighted in the discussion. This materializes in practice by a line in the margins of the paragraphs corresponding to said new means;

The conclusions must be summary; those that present observations chronologically (“responses to XX conclusions”) do not comply;

The court rules only on the claims set out in the operative part. "

The DACS wants to "more strictly regulate the structuring of the records" while nevertheless refraining from imposing an "overly rigid and standardized framework of the conclusions" on the grounds that this would not appear appropriate.

However, the plan "to include in the conclusions a summary of the means before the device recapitulating the claims" so that the "court would only be required to examine the means thus summarized", appears just as inappropriate.

More specifically, the DACS makes three proposals:

- Proposal 1: Require the writing of a summary of the means at the end of the discussion;

- Proposition 2: Specify that the summary of the means cannot exceed 10% of the writings within the limit of 1000 words;

- Proposition 3: The court only examines the means developed in the discussion and mentioned in the summary.

These four proposals would be embodied in this way in article 768 of the CPC as amended:

“The conclusions must expressly formulate the claims of the parties as well as the factual and legal means on which each of these claims is based, with an indication for each claim of the documents invoked and their numbering. A slip listing the documents justifying these claims is annexed to the conclusions.

The conclusions distinctly include a statement of the facts and the procedure, a discussion of the claims and the means, a summary of the discussion, as well as a device recapitulating the claims.

The grounds which would not have been formulated in the preceding conclusions must be presented in a formally distinct manner. The summary of the grounds invoked in support of each claim takes the form of a numbered list of the grounds presented in the order of the claims and specifying for each the documents on which it is based. It cannot exceed 10% of the conclusions within the limit of 1000 words.

The court rules only on the claims set out in the operative part and only examines the means in support of these claims if they are invoked in the discussion and mentioned in the summary.

The parties must include in their last submissions the claims and arguments presented or invoked in their previous submissions. Otherwise, they are deemed to have abandoned them and the court rules only on the latest conclusions filed. "

2) Criticism

The publication of the DACS project obviously aroused many reactions from colleagues, who expressed in turn their anger, their irony, their revolt, their exasperation and above all, their unanimous condemnation of this new restriction of the structuring. writing of conclusions.

This reform could initiate robotic justice.

See also Olivia DUFOUR's article: Avocats : the thousand words of anger https://www.actu-juridique.fr/justice/avocats-les-mille-mots-de-la-colere/

 

In this regard, in a resolution of September 17, 2021, the AG of the CNB:

- estimated that the application of the texts in force allows a sufficient framework of the entries without there being any need to add additional constraints accompanied by penalties unsuited to the variety and the particularity of the files in particular by their sometimes very complex character in fact and in law;

. that the courts of the judicial order do not have the technical means allowing, as they stand, to achieve the result obtained before the courts of the administrative order with regard to the single file of documents and the creation of a single first instance and appeal;

- OPPOSES the excessive increase in methodological constraints assimilated to procedural rules accompanied by irreversible sanctions which generates an increase in procedural incidents, appeals, as well as a heavier and longer trials with the illusory aim of compensating for the chronic absence of resources devolved to the judicial institution; (…)

- RECALLS to this end that the litigant expects good justice to be rendered within a reasonable time, which is strictly the opposite of such a proposal which hinders access to the judge and protects the right to a fair trial;

- DENOUNCES the serious attack on the independence of the legal profession and a new attack on the rights of the defense constituted by the imperative methodological framework for the formulation of legal and factual means, including the 1000-word summary, devoid of interest in view of the current regulatory framework;

- PROPOSES that, finally, an essential reflection be undertaken to reduce the inadmissible delays of judicial processing that successive procedural reforms have only increased in particular the so-called Magendie reform (Decree of December 9, 2009).

 

Frédéric CHHUM, Avocat à la Cour et Membre du Conseil de l’ordre des avocats de Paris (mandat 2019-2021)

Sarah BOUSCHBACHER
CHHUM AVOCATS (Paris, Nantes, Lille)
e-mail : chhum@chhum-avocats.com
www.chhum-avocats.fr
https://www.instagram.com/fredericchhum/?hl=fr
.Paris: 34 rue Petrelle 75009 Paris tel: 0142560300
.Nantes: 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes tel: 0228442644
.Lille: 25, rue Gounod 59000 Lille tel: 0320135083
 

Par frederic.chhum le 26/09/21
Dernier commentaire ajouté il y a 2 semaines 5 jours

Ce projet de réforme de la structuration des conclusions se résume à la seule exigence de synthétisme, ne permet ni le respect du contradictoire, ni la clarté des débats et ni l’accès à la justice.

En date du 27 août 2021, la Direction des affaires civiles et du sceau a publié des propositions de structuration des écritures des avocats [1].

Ces propositions visent avant tout, les conclusions des avocats et visent à y imposer la rédaction d’une synthèse des moyens invoqués en seulement 1 000 mots très précisément.

La Direction des affaires civiles et du sceau (DACS) introduit son projet de réforme de la structuration des conclusions en convenant que :

« la structuration des conclusions soumises au juge améliore le respect du contradictoire et la clarté des débats ; en effet, mieux présentées et plus synthétiques les écritures permettent aux avocats des parties d’apporter une réponse plus claire à des moyens mieux identifiés.

Cette structuration des écritures conduit, par voie de conséquence, à un gain de temps pour le juge qui appréhendera plus facilement les faits sur lesquels les parties s’accordent et les moyens au soutien de leurs prétentions ».

Pour lire l'intégralité de la brève, cliquez sur le lien ci-dessous.

https://www.village-justice.com/articles/structuration-des-ecritures-des-avocats-projet-dacs-non-aux-1000-mots-synthese,40240.html

Frédéric CHHUM avocat et membre du conseil de l’ordre des avocats de Paris (mandat 2019-2021)

Sarah BOUSCHBACHER juriste

CHHUM AVOCATS (Paris, Nantes, Lille)

e-mail: chhum@chhum-avocats.com

www.chhum-avocats.fr

https://www.instagram.com/fredericchhum/?hl=fr

.Paris: 4 rue Bayard 75008 Paris tel: 0142560300

.Nantes: 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes tel: 0228442644

.Lille: 25, rue Gounod 59000 Lille tel: 0320135083

Par frederic.chhum le 15/09/21
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 11 heures

Au cours de la crise sanitaire, le nombre de télétravailleurs a atteint 41% des salariés [1] contre seulement 3% des salariés qui le pratiquaient au moins un jour par semaine en 2017 [2].

Ce télétravail imposé, a finalement conduit les salariés à repenser leur mode d’organisation du travail, et sont ainsi 60% à souhaiter « qu’une fois l’épidémie de Covid-19 terminée, que les entreprises mettent en place la possibilité pour les salariés de faire du télétravail sur une partie du temps de travail et être en présentiel sur l’autre partie » selon un sondage effectué par l’Institut Montaigne [3] le 3 juin 2021.

A ce titre, les questions-réponses publiées par le Ministère du travail le 6 septembre 2021 permettent d’éclairer l’actualisation du protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l’épidémie de Covid-19.

En effet, depuis le 1er septembre 2021, le télétravail n’est plus obligatoire mais il convient de revenir sur les diverses et nombreuses règles qui l’encadrent.

1) La mise en place du télétravail est-elle obligatoire pour l’employeur ?

Le protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l’épidémie de Covid-19, prévoit depuis le début de la pandémie Covid-19, différentes modalités du télétravail à mettre en place en entreprise.

La dernière version du protocole national a supprimé, au vu de l’évolution favorable de l’épidémie Covid-19, l’obligation pour les employeurs de fixer un nombre minimal de jours de télétravail pour leurs salariés.

Par conséquent, depuis le 1er septembre 2021, le télétravail n’est plus obligatoire, bien qu’il reste un moyen efficace et pertinent pour lutter contre la propagation du Covid-19, souligne en tout état de cause le Ministère du travail [4].

En effet, le Ministère du travail insiste sur le fait que « le télétravail permet de réduire les contacts physiques sur les lieux de travail et dans les transports en commun. A ce titre, son développement peut être utile dans le cadre des mesures de prévention à la main de l’employeur pour répondre à son obligation de prévention des risques dans l’entreprise » [5].

Toutefois, les employeurs ne sont plus obligés de se soumettre à l’obligation de fixer un nombre minimal de jours de télétravail, tel que cela était prévu par les précédentes versions du protocole sanitaire qui disposaient précisément que « les employeurs fixent dans le cadre du dialogue social de proximité, un nombre minimal de jours de télétravail par semaine, pour les activités qui le permettent ».

Pour lire l’intégralité de la brève, cliquez sur le lien ci-dessous

https://www.village-justice.com/articles/salaries-cadres-cadres-dirigeants-vers-fin-teletravail-compter-1er-septembre,40143.html?utm_source=partage_reseaux

Frédéric CHHUM avocat et membre du conseil de l’ordre des avocats de Paris (mandat 2019-2021)

Sarah BOUSCHBACHER juriste

CHHUM AVOCATS (Paris, Nantes, Lille)

e-mail: chhum@chhum-avocats.com

www.chhum-avocats.fr

https://www.instagram.com/fredericchhum/?hl=fr

.Paris: 4 rue Bayard 75008 Paris tel: 0142560300

.Nantes: 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes tel: 0228442644

.Lille: 25, rue Gounod 59000 Lille tel: 0320135083

 

Par frederic.chhum le 12/09/21
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 3 jours

Frédéric CHHUM AVOCATS (Paris) recherche pour son cabinet parisien un/e stagiaire droit du travail (contentieux coté salariés) à compter du 27 septembre 2021.

Le Cabinet Frédéric CHHUM AVOCATS (Paris, Nantes, Lille) recherche pour son cabinet parisien (34 rue Petrelle 75009 Paris) un/e stagiaire en droit du travail avec convention de stage, pour un stage contentieux en droit du travail (niveau master 2 droit du travail, DPRT, IEP, EFB) disponible à compter du 27 septembre 2021 pour stage de 6 mois de préférence.

La rémunération est fixée suivant le profil du candidat retenu.

***

Vous êtes passionné(e) par le droit du travail et vous êtes Team player.

Vous possédez impérativement une bonne maîtrise rédactionnelle.

Vous maitrisez l’anglais de préférence.

***

Nous sommes un cabinet indépendant d’avocats composé de 5 avocats en droit du travail (coté salariés).

Nous avons un cabinet principal à Paris et deux bureaux secondaires à Nantes et à Lille.

Maître Frédéric CHHUM est membre du Conseil de l’ordre des avocats de Paris (mandat 2019 – 2021).

Le Cabinet intervient sur tous les types de questions de droit du travail français et international, que ce soit en contentieux ou en conseil (prud’hommes, TJ, pénal), aussi bien sur des dossiers individuels que collectifs (CSE, Syndicats).  

Nous intervenons également dans tous les domaines du droit du travail de l’audiovisuel et du spectacle (salariés, intermittents du spectacle, journalistes, artistes et mannequins, cadres, cadres dirigeants, lanceurs d’alerte, influenceurs, etc) principalement en contentieux.

Vous pouvez candidater en nous adressant un message via notre site https://www.chhum-avocats.fr/

 

 

Par frederic.chhum le 10/09/21
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 5 jours

Par un arrêt rendu le 1er septembre 2021, la Cour d’appel de Paris prononce la réintégration d’un receveur machiniste suite à la nullité de son licenciement pour motif discriminatoire.

La Cour d’appel de Paris constatant que le salarié a été licencié du fait de ses arrêts maladie qui ne lui permettaient pas de passer des tests professionnels importants et nécessaires à son reclassement, en a alors conclu que « le licenciement au motif que le salarié n’a pas été en mesure pour cause de maladie de subir des tests nécessaires à son reclassement caractérise une discrimination ».

Dès lors, la rupture du contrat de travail doit s’analyser en licenciement nul et le salarié doit être réintégré.

Le machiniste receveur obtient au total 21 346,87 euros au titre de la période d’éviction depuis son licenciement comprise entre le 22 juillet 2019 et le 30 mars 2020, ainsi que la somme de 1 000 euros en réparation du préjudice né de la discrimination.

Par un arrêt rendu le 1er septembre 2021, la Cour d’appel après en avoir délibéré conformément à la loi, statuant publiquement, contradictoirement et en dernier ressort :
. Déclare nul le licenciement de M. X par la RATP ;
. Ordonne la réintégration de M. X ;
. Condamne la RATP à payer à M. X un rappel de salaire de 21 346,87 euros au titre de la période d’éviction depuis son licenciement comprise entre le 22 juillet 2019 et le 30 mars 2020 et la somme de 1 000 euros en réparation du préjudice né de la discrimination ;
. Déboute les parties de leurs demandes au titre des frais irrépétibles d’appel ;
 Condamne la RATP aux dépens d’appel.

Pour lire l’intégralité de la brève, cliquez sur le lien ci-dessous.

https://www.village-justice.com/articles/ratp-receveur-machiniste-reintegre-appel-suite-licenciement-discriminatoire,40067.html

 

Frédéric CHHUM avocat et membre du conseil de l’ordre des avocats de Paris (mandat 2019-2021)

Sarah BOUSCHBACHER juriste

CHHUM AVOCATS (Paris, Nantes, Lille)

e-mail: chhum@chhum-avocats.com

www.chhum-avocats.fr

https://www.instagram.com/fredericchhum/?hl=fr

.Paris: 4 rue Bayard 75008 Paris tel: 0142560300

.Nantes: 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes tel: 0228442644

.Lille: 25, rue Gounod 59000 Lille tel: 0320135083

Par frederic.chhum le 10/09/21
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 5 jours

La loi n°2021-1018 du 2 août 2021, transpose un ANI (accord national interprofessionnel) du 9 décembre 2020, visant à renforcer la prévention de la santé au travail et à moderniser les services de prévention et de santé au travail.

Parmi les nombreuses dispositions de cette loi dite « Santé », la définition du harcèlement sexuel au travail fait l’objet d’une révision pour mieux prévenir tout acte de harcèlement sexuel et mieux protéger les salariés.

Pour lire l’intégralité de la brève, cliquez sur le lien ci-dessous.

https://www.village-justice.com/articles/harcelement-sexuel-travail-definition-alignee-sur-code-penal-par-loi-2021-1018,40005.html

 

Frédéric CHHUM avocat et membre du conseil de l’ordre des avocats de Paris (mandat 2019-2021)

Sarah BOUSCHBACHER juriste

CHHUM AVOCATS (Paris, Nantes, Lille)

e-mail: chhum@chhum-avocats.com

www.chhum-avocats.fr

https://www.instagram.com/fredericchhum/?hl=fr

.Paris: 4 rue Bayard 75008 Paris tel: 0142560300

.Nantes: 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes tel: 0228442644

.Lille: 25, rue Gounod 59000 Lille tel: 0320135083

Par frederic.chhum le 10/09/21
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 5 jours

La loi n°2021-1018 du 2 août 2021 transpose l’ANI (accord national interprofessionnel) du 10 décembre 2020, visant à renforcer la prévention en matière de santé au travail et à moderniser les services de prévention et de santé au travail.

Différentes dispositions composent cette loi dite « Santé » qui visent à renforcer la prévention au sein des entreprises, à décloisonner la santé publique et la santé au travail, mais aussi à mieux définir l’offre de services à fournir par les services de prévention et de santé au travail aux entreprises et aux salariés, en même temps que de lutter contre la désinsertion professionnelle ou encore à réorganiser à la gouvernance de la prévention et de la santé au travail.

1) Formation des membres de la délégation du personnel du CSE ou de la CSSCT.

La loi n°2021-1018 du 2 août 2021 en son titre IV qui prévoit de nombreuses dispositions réorganisant la gouvernance de la prévention et de la santé au travail, modifie l’article L2315-18 du Code du travail qui dispose que « Les membres de la délégation du personnel du comité social et économique, ou, le cas échéant, les membres de la commission santé, sécurité et conditions de travail bénéficient de la formation nécessaire à l’exercice de leurs missions en matière de santé, de sécurité et de conditions de travail prévues au chapitre II du présent titre, dans des conditions déterminées par décret en Conseil d’Etat ».

En effet, il est désormais précisé que la formation prévue pour les membres des institutions représentatives du personnel « est d’une durée minimale de cinq jours lors du premier mandat des membres de la délégation du personnel ».

De même, en cas de renouvellement de ce mandat, la loi n°2021-1018 du 2 août 2021 prévoit que « la formation est d’une durée minimale :
1° De trois jours pour chaque membre de la délégation du personnel, quelle que soit la taille de l’entreprise ;
2° De cinq jours pour les membres de la commission santé, sécurité et conditions de travail dans les entreprises d’au moins trois cents salariés ».

2) Renforcement de la prévention au travail.

L’article 3 de la loi n°2021-1018 du 2 août 2021 modifie l’article L2312-5 du Code du travail dans l’objectif de renforcer la prévention de la santé au travail, et de mieux responsabiliser l’employeur.

En effet, l’article L2312-5 est complété comme suit :

« La délégation du personnel au comité social et économique a pour mission de présenter à l’employeur les réclamations individuelles ou collectives relatives aux salaires, à l’application du Code du travail et des autres dispositions légales concernant notamment la protection sociale, ainsi que des conventions et accords applicables dans l’entreprise.

L’employeur lui présente la liste des actions de prévention et de protection prévue au 2° du III de l’article L4121-3-1.

Elle contribue à promouvoir la santé, la sécurité et l’amélioration des conditions de travail dans l’entreprise et réalise des enquêtes en matière d’accidents du travail ou de maladies professionnelles ou à caractère professionnel.

Elle exerce le droit d’alerte dans les conditions prévues aux articles L2312-59 et L2312-60.

Dans une entreprise en société anonyme, lorsque les membres de la délégation du personnel du comité social et économique présentent des réclamations auxquelles il ne pourrait être donné suite qu’après délibération du conseil d’administration, ils sont reçus par celui-ci, sur leur demande, en présence du directeur ou de son représentant ayant connaissance des réclamations présentées.

Les membres de la délégation du personnel du comité peuvent saisir l’inspection du travail de toutes les plaintes et observations relatives à l’application des dispositions légales dont elle est chargée d’assurer le contrôle ».

De même, l’employeur ne doit plus présenter seulement au CSE, « un rapport annuel écrit faisant le bilan de la situation générale de la santé, de la sécurité et des conditions de travail dans l’entreprise et des actions menées au cours de l’année écoulée dans ces domaines. Les questions du travail de nuit et de prévention des effets de l’exposition aux facteurs de risques professionnels mentionnés à l’article L4161-1 sont traitées spécifiquement », mais aussi « le programme annuel de prévention des risques professionnels et d’amélioration des conditions de travail mentionné au 1° du III de l’article L4121-3-1 ».

L’évaluation des risques fait par l’employeur est élargie par la loi « Santé », car il doit désormais les évaluer dans la définition des postes de travail mais aussi dans l’organisation même du travail [1].

Toutefois, l’employeur n’est plus le seul à être chargé de l’évaluation de ces risques, car la loi « Santé » prévoit que le CSE, le CSSCT, les salariés désignés à cet effet, et le service de prévention et de santé auquel l’employeur adhère, peuvent y contribuer.

Par la suite, la loi n°2021-1018 du 2 août 2021 insère un nouvel article, L4121-3-1, qui prévoit les implications d’un tel document d’évaluation des risques professionnels, afin de lui assurer plus de force et d’efficacité.

En effet : « Les résultats de cette évaluation débouchent :
1° Pour les entreprises dont l’effectif est supérieur ou égal à cinquante salariés, sur un programme annuel de prévention des risques professionnels et d’amélioration des conditions de travail qui :
a) Fixe la liste détaillée des mesures devant être prises au cours de l’année à venir, qui comprennent les mesures de prévention des effets de l’exposition aux facteurs de risques professionnels ainsi que, pour chaque mesure, ses conditions d’exécution, des indicateurs de résultat et l’estimation de son coût ;
b) Identifie les ressources de l’entreprise pouvant être mobilisées ;
c) Comprend un calendrier de mise en œuvre ;
2° Pour les entreprises dont l’effectif est inférieur à cinquante salariés, sur la définition d’actions de prévention des risques et de protection des salariés. La liste de ces actions est consignée dans le document unique d’évaluation des risques professionnels et ses mises à jour ».

Pour lire l’intégralité de la brève, cliquez sur le lien ci-dessous

https://www.village-justice.com/articles/sante-travail-points-connaitre-absolument-sur-loi-no2021-1018-aout-2021,40109.html

Frédéric CHHUM avocat et membre du conseil de l’ordre des avocats de Paris (mandat 2019-2021)

Sarah BOUSCHBACHER juriste

CHHUM AVOCATS (Paris, Nantes, Lille)

e-mail: chhum@chhum-avocats.com

www.chhum-avocats.fr

https://www.instagram.com/fredericchhum/?hl=fr

.Paris: 4 rue Bayard 75008 Paris tel: 0142560300

.Nantes: 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes tel: 0228442644

.Lille: 25, rue Gounod 59000 Lille tel: 0320135083