Par frederic.chhum le 25/05/18

M. Y, engagé le 11 octobre 1989 par la société B...devenue la société Accenture, en qualité d'ingénieur conseil, occupait un emploi de Senior Executive (directeur exécutif) statut cadre dirigeant.

Il a été licencié, le 4 mars 2009, pour insuffisance professionnelle.

La Cour d’appel de Paris a rejeté les demandes du salarié relatives à la discrimination en raison de l'âge et à la nullité du licenciement.

Elle a retenu que tant la corrélation entre les effets d'un système de promotions dans une structure à la fois hiérarchisée et pyramidale tendant à l'exclusion des salariés n'étant pas en mesure d'accéder à l'échelon supérieur, dit de « up or out », au surplus manifestement accepté, la réduction alléguée de la proportion de cadres de plus de quarante ans au niveau supérieur, a fortiori sur des chiffres au demeurant discutés, que la proposition d'un départ négocié ne constituent des éléments de fait laissant en soi supposer l'existence d'une discrimination directe ou indirecte fondée sur l'âge du salarié.

La Cour de cassation casse l’arrêt de la Cour d’appel de Paris.

Elle affirme « qu'en statuant ainsi, alors qu'elle avait constaté l'absence de cause réelle et sérieuse du licenciement pour insuffisance professionnelle notifié après proposition d'une rupture conventionnelle, ainsi que l'existence d'un système dit de « up or out » tendant à l'exclusion des salariés n'étant pas en mesure d'accéder à l'échelon supérieur, et sans examiner les autres éléments avancés par le salarié, notamment ceux relatifs au départ peu après son licenciement de neuf directeurs exécutifs âgés de plus de quarante ans, et à la faible proportion de salariés âgés de plus de quarante ans présents dans l'entreprise au regard de la proportion de ces mêmes salariés dans la branche professionnelle, tous éléments qui, pris dans leur ensemble, laissaient supposer l'existence d'une discrimination en raison de l'âge, la cour d'appel a violé les textes susvisés »

Au visa des articles L. 1132-1, dans sa rédaction applicable en la cause, et L. 1134-1 du code du travail la Cour de cassation casse et annule l’arrêt de la Cour d’appel sauf en ce qu'il condamne la société Accenture à payer à M. Y... la somme de 260 000 euros à titre de dommages-intérêts en réparation du préjudice résultant du respect de la clause de non-concurrence nulle, l'arrêt rendu entre les parties par la cour d'appel de Paris, le 1er septembre 2016.

L’affaire est renvoyée devant la Cour d’appel de Paris.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000036829784&fastReqId=962208965&fastPos=4

 Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

 

 

Par frederic.chhum le 26/12/17

Senior executives (cadres dirigeants), who are excluded from the provisions of French Labour Code relating to working time, rest and holidays, constitute a very restricted category of employees.

Article L. 3111-2 of French Labour Code defines senior executives (cadres dirigeants) as executives who are assigned responsibilities whose importance implies a great independence in the organization of their schedule (1), who are authorized to take decisions in a largely autonomous way (2) and who receive remuneration at the highest levels of the remuneration systems in their company (3).

The Court of Cassation (Cour de cassation) specifies, by established case-law, that the status of senior executive (cadre dirigeant) supposes the participation of the employee in the management of the company.

Above all, it constantly ensures that this notion receives a restrictive application.

However, the consequences in the event of disqualification can be very costly for thecompany: the employee can then request the payment of all overtime if he/she can justify within the limit of three years.

2016 and the first half of 2017 have resulted in several judgments concerning senior executive status.

The purpose of this article is to provide a non-exhaustive overview of the judgments on this subject and the lessons to be drawn from them.

1) Criteria used by the Court of Cassation to admit / refuse the status of senior executive (cadre dirigeant)

1.1) Cass. Soc. June 22nd 2016, n°14-29.246: the requirement to participate in the management of the company is not an independent criterion that would replace legal criteria

In a resounding judgment of 22nd June 2016 (n°14-29.246), to which the Court of Cassation (Cour de cassation) intended to give the widest publicity, the Court of Cassation affirmed that the judges of the merits (The french labour tribunal and Court of appeal) faced with a question concerning the validity of senior executives status, first had to check that the legal criteria were met and only then draw the conclusion that the employee actually participates in the management of the company.

This solution was then confirmed by a judgment of December 1st 2016 (n °15-24.695).

However, the requirement to participate in the company has not been abandoned by the Court of Cassation (Cour de cassation) which continues to apply (see in particular Cass Soc July 6th 2016, n°15-10.987).

It is now simply stated that this requirement does not constitute an independent criterion capable of replacing the three criteria of Article L. 3111-2 of French Labour Code.

This is a finding that must necessarily be made by the judges of the merits but only after having previously found the meeting of the legal criteria.

In no case can they be content to justify the application of the status of senior executive.

1.2) Cass. Soc. May 11th 2017, n° 15-27.118: the fact of intervening only at a decentralized level of the company does not prevent the recognition of the status of senior executive (cadre dirigeant)

In a decision of May 11th 2017 (n°15-27118), the Court of cassation (Cour de cassation) for the first time to our knowledge, expressly stated that the exercise of its functions at a decentralized level was not incompatible with the status of senior executive (cadre dirigeant).

He was in this case a Sector Manager (Chef de secteur) of a construction company.

He was responsible for two construction supervisors, a project manager and four site managers, who were in charge of the commercial and technical and financial management of the yards in his geographical area.

He had the power to conclude all contracts for public works or private works of an amount less than or equal to one million euros, subcontract all or part of these markets and generally represent the company both with regard to the owners and contractors that with regard to third parties, he had delegated powers to recruit and dismiss workers, to apply disciplinary sanctions, to take all necessary measures to comply with the regulations on social law, the awarding and execution of public or private contracts, regulations on hygiene and safety, the environment and the absence of nuisance.

Lastly, he participated in the management committees under the chairmanship of the regional director and out of a workforce of more than one thousand and one of twelve employees whose gross annual salary was between 50,000 and 100,000 euros, five others employees only receiving higher remuneration.

The Court of Cassation (Cour de cassation) held that "the functions of the person concerned within the company, even at a decentralized level, were those of a senior executive (cadre dirigeant) to whom the rules relating to hours of work were not applicable" (Cass Soc.May 11th 2017, n°15-27118).

In doing so, the Court of Cassation (Cour de cassation) strongly rejected the argument that the exercise of limited functions at a decentralized level of the company would be incompatible with the status of senior executive.

2) 7 concrete situations in which the status of senior executive (cadre dirigeant) has been recognized or refused by the Court of Cassation (Cour de cassation)

The Court of Cassation (Cour de cassation) was also asked to rule on several cases in which the status of senior executive (cadre dirigeant) was challenged by the employee.

2.1) Cases in which the status of senior executive (cadre dirigeant) has been admitted by the Court of Cassation (Cour de cassation)

The Court of Cassation (Cour de cassation), for example, recognized the status of senior executive (cadre dirigeant) with regard to:

• The Deputy Chief Executive Officer (Directeur Général délégué) of a catering company, member of the management committee, independent in the organization of his schedule, benefiting from one of the highest salaries of the company and empowered to make decisions in a widely autonomous.

In this respect, the Court states that it does not matter whether the employee's payslips mention 169 hours per month (Cass Soc July 6th 2016, n°15-10987);

• The Managing Director of a Russian company of the German Group GmbH whose remuneration was among the three highest in the group, whose job description showed that he had independence in the organization of his work and was entitled to as a proxyholder, to make decisions in a largely autonomous manner (Cass Soc Sept 28th 2016, n°15-10736);

• Auchan group store manager chaired the store management committee, which chaired the establishment committee and the CHSCT, and enjoyed a very wide delegation of authority in all sectors, including the management of the conclusion, execution and termination of employment contracts, participated in the definition of company policy and sat on the supervisory board, could incur expenses alone up to a limit of 100 000 euros and incur expenses up to 200 000 euros in agreement with the management controller, had complete independence in the organization of his schedule and received the highest remuneration of the store (Cass Soc March 8th 2017, n°15-24117);

2.2) Cases in which the status of senior executive (cadre dirigeant) has been refused by the Court of Cassation (Cour de cassation)

On the other hand, the Court of Cassation (Cour de cassation) invalidated the status of senior executive with regard to:

• The Director of a car dealership for which it was not established that he had any of the most important remuneration of the company or that he participated in the management of it (Cass. Jan. 27th, 2016, n°13-26251);

• The head of the store department of a furniture brand on the sole ground that it did not participate in the company's strategy or in the management of the company (Cass Soc June 15th 2016, n ° 15- 12894);

• The director of an educational institution whose job description provided that he was responsible for ensuring the implementation of the establishment project approved by the association on the grounds that he did not have sufficient autonomy (Cass Soc Jan 11th 2017, n°14-21548).

2.3) Court of Appeal of Paris (Cour d’appel de Paris), May 23rd, 2017, n ° 14/10516: Refusal of the status of senior executive, reminder of overtime and judicial termination of the employment contract

In a judgment of May 23rd, 2017 (Court of Appeal Paris 6-3, n °14/10516, there is a “pourvoi” against this decision), the Court of Appeal of Paris refused the status of senior executive to a senior Stylist of an international luxury group.

In declaring the nullity of his executive status, the Court of Appeal (Cour d’appel) held in particular that:

• the stylist performed her duties according to the instructions of the artistic director and of the Studio coordinator and her other superiors and did not have the capacity to make autonomous decisions;

• the employer did not respond to the employee's summons to communicate the pay slips required to justify the remuneration actually received by other employees;

• the employee requested leave authorizations, her schedule of meetings was set taking into account the availability of the director general or other collaborators, her travel expenses were subject to prior authorization so that she would not did not enjoy a great deal of independence in organizing his schedule and his work.

As a result, the stylist obtained a substantial overtime reminder as well as damages for non-compliance with compensatory rest and damages for breach of weekly rest.

Finally, in addition to the moral harassment (harcèlement moral) of which the Stylist was a victim, the Court of Appeal (Cour d’appel) held that her status as a senior executive (cadre dirigeant) was null and void, as well as the failure to pay overtime in very significant proportions to consider that the judicial termination of the wrongs exclusivity of the employer was justified.

3) The indemnity to repair the loss of opportunity to raise options is taxable as a salary (Conseil d'Etat, May 22nd, 2017, N°395440)

In a judgment of May 22nd, 2017 (n°395440), the Council of State (Conseil d' Etat) ruled on the tax system of the compensation to repair the damage resulting from the loss of the possibility of raising stock options.

The Council of State (Conseil d'Etat) stated that the compensation for the loss of the right to exercise the stock options was not intended to make good the damage resulting from the dismissal without any real and serious cause.

Accordingly, this allowance is taxable as a salary and "as would have been the income from the exercise of the option if the executive had exercised its stock options" on the basis of Articles 79 and 82 of the French General Tax Code.

Frédéric CHHUM Avocat à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

 

 

Par frederic.chhum le 18/07/17

Les cadres dirigeants, exclus des dispositions du Code du travail relatives à la durée du travail, aux repos et aux jours fériés, constituent une catégorie très restreinte de salariés.

L’article L. 3111-2 du Code du travail définit les cadres dirigeants comme les cadres auxquels sont confiées des responsabilités dont l’importance implique une grande indépendance dans l’organisation de leur emploi du temps (1), qui sont habilités à prendre des décisions de façon largement autonome (2) et qui perçoivent une rémunération se situant dans les niveaux les plus élevés des systèmes de rémunération pratiqués dans leur entreprise ou établissement (3).

Pour lire la suite de la brève, cliquez sur le lien ci-dessous.

En savoir plus sur https://www.village-justice.com/articles/Droit-des-cadres-dirigeants-panorama-jurisprudence-2016-2017,25525.html#xkc4ZLeW50YfEDHR.99

Frédéric CHHUM Avocat à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

Par frederic.chhum le 07/07/17

Cette affaire est hors norme ; elle empêcherait peut-être de dormir Emmanuel Macron, qui veut plafonner les indemnités de licenciement sans cause…

Dans un arrêt du 22 mai 2017 (CE 22 mai 2017, n°395440) publié, au recueil Lebon, le Conseil d’État affirme qu’une indemnité versée sur le fondement de l’article L. 122-14-4 du code du travail (désormais codifié sous l’article L. 1235-3) doit être exonérée d’impôt sur le revenu sur le fondement du 1° du 1 de l’article 80 duodecies du Code général des impôts (CGI) dès lors qu’elle est liée à la rupture du contrat de travail, y compris si elle est versée à un mandataire social et dirigeant.

En revanche, tel n’est pas le cas d’une indemnité visant à réparer un préjudice distinct, résultant de la perte de la possibilité de lever des stocks options, qui n’a pas été versée sur le fondement de l’article L. 122-14-4 du code du travail. Une telle indemnité est imposable sur le fondement des articles 79 et 82 du Code général des impôts.

En savoir plus sur http://www.village-justice.com/articles/Cadre-Dirigeant-mandataire-social-une-indemnite-000-000-euros-pour-perte,25449.html#MP2hmXBB78TWe8BC.99

Frédéric CHHUM Avocat à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

Par frederic.chhum le 30/05/17

Maître Frédéric CHHUM est avocat de la styliste, senior, cadre dirigeant.

Le statut de cadre dirigeant doit être utilisé avec parcimonie et précaution par les entreprises.
A cet égard, le Code du travail exclut les cadres dirigeants du champ d’application des Titres II (durée du travail, répartition et aménagement des horaires) et III (repos et jours fériés) de la troisième partie livre premier du Code du travail.

A défaut de validité du statut de cadre dirigeant, le salarié « faux cadre dirigeant » peut obtenir le paiement de ses heures supplémentaires sous réserve bien sûr de pouvoir les justifier.

Pour l’entreprise, cela peut avoir des conséquences financières importantes car souvent les « faux cadres dirigeants » ont des salaires élevés et le montant des condamnations pour rappel d’heures supplémentaires peut être important. (CA Paris Pole 6 Ch. 3 23 mai 2017)

Pour lire la suite de la brève, cliquez sur le lien ci-dessous.

En savoir plus sur http://www.village-justice.com/articles/Une-Styliste-Senior-groupe-international-luxe-est-pas-cadre-dirigeant-peut,25095.html#7ywhOCis02H0akpe.99

Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

Par frederic.chhum le 09/05/17

L’article 161 de la loi n°2016-1691 du 9 décembre 2016, dite « loi Sapin II » met en place une double consultation obligatoire des actionnaires des sociétés dont les titres sont admis aux négociations sur un marché réglementé concernant la rémunération de leurs dirigeants et mandataires sociaux.

Le décret « Say on Pay » n°2017-340 du 16 mars 2017 en précise les modalités d’application.

Pour lire la suite de la brève, cliquez sur le lien ci-dessous

http://www.village-justice.com/articles/Remuneration-des-dirigeants-mandataires-sociaux-des-societes-cotees-est-qui,24927.html#aGoaxj3TKkvTXZUv.99

Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

 

Par frederic.chhum le 12/04/17

Source Légifrance : c.cass. 23 mars 2017 (n°15-23090)

https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000034277987&fastReqId=1452600768&fastPos=1

La Cour de cassation rappelle « qu'une sanction disciplinaire autre que le licenciement ne peut être prononcée contre un salarié par un employeur employant habituellement au moins vingt salariés que si elle est prévue par le règlement intérieur prescrit par l'article L. 1311-2 du code du travail ».

Pour lire la brève, cliquez sur le lien ci-dessous.

https://consultation.avocat.fr/blog/frederic-chhum/article-18617-salaries-cadres-cadres-dirigeants-sans-reglement-interieur-pas-de-sanction-disciplinaire-autre-que-le-licenciement-entreprises-et-gt-20-salaries.html

Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

Par frederic.chhum le 08/04/17

L’originalité de cet arrêt est qu’il statue sur un salarié qui réclame la qualité de cadre dirigeant pour prétendre à un rappel de salaires du fait de l’application de la convention collective des industries chimiques.

1) Rappels des faits et demandes du salarié

Monsieur X a été engagé le 3 août 2001 par l'association Ianesco en qualité d'ingénieur groupe V de la convention collective des industries chimiques du 30 décembre 1952.

Le 1er mai 2003, la branche ambiance de travail et pollution atmosphérique est devenue la société Creatmos, filiale de l'association Ianesco.

Le contrat de travail du salarié a été transféré à cette société le 1er juillet 2003.

Il y a occupé les fonctions de directeur salarié.

Au mois de mai 2012, il a été nommé cogérant ; il a démissionné de ce mandat le 30 octobre 2012.

Après avoir réclamé un changement de classification professionnelle en excipant de sa qualité de cadre dirigeant, le salarié a pris acte de la rupture de son contrat de travail le 26 novembre 2012.
 

Monsieur X...réclamait le statut de cadre dirigeant et le coefficient 880 de la classification annexée à la convention collective nationale des commerces de détail non alimentaires, et un rappel de salaire afférent à la qualité du cadre dirigeant.

Il avait pris acte de la rupture de son contrat de travail, après avoir réclamé un changement de classification professionnelle en excipant de sa qualité de cadre dirigeant, et demandait que cette prise d’acte soit requalifiée en licenciement sans cause.

2) L’arrêt du 29 mars 2017

Le 13 janvier 2016, la Cour d’appel de Poitiers a débouté le salarié de l'ensemble de ses demandes aux motifs que :

  • ce salarié assumait effectivement des attributions de direction de la société tant au plan commercial, administratif qu'opérationnel et disposait d'une délégation de signature mais que ces attributions devaient être appréciées au regard de la nature de l'activité de l'entreprise et de son effectif qui ne comportait aucun cadre, hormis le salarié, de sorte que ce dernier n'assumait ni une fonction de coordination entre de multiples activités, ni des responsabilités étendues à plusieurs services ou impliquant la supervision d'autres cadres,
  • que jusqu'au mois de mai 2012, il était placé sous l'autorité directe du gérant de la société, qui procédait à son évaluation annuelle et validait les propositions de développement de l'entreprise qu'il avait élaborées,
  • que le fait que le salarié participe, ponctuellement, aux côtés du gérant à des réunions du conseil d'administration de la société Ianesco associé unique de la société Creatmos ne lui conférait pas pour autant la qualité de cadre dirigeant compte tenu de la taille des entités respectives et des liens croisés unissant les parties, le salarié n'étant pas, par ailleurs, membre du comité de direction de la société Ianesco.

Au visa de l'article L. 3111-2 du code du travail, ensemble l'avenant n° 3 de l'accord du 10 août 1978 portant révision des classifications attaché à la convention collective des industries chimiques et connexes du 30 décembre 1952, par arrêt du 29 mars 2017, la Cour de cassation casse l’arrêt de la Cour d’appel de Poitiers aux motifs que la cour d’appel n’a pas « examiné, ainsi qu'il le lui était demandé, la situation du salarié au regard des critères définis par l'article L. 3111-2 du code du travail, la cour d'appel a privé sa décision de base légale »

3) Notre analyse

Lorsqu’un salarié veut se prévaloir de la qualité de cadre dirigeant, les juges doivent vérifier si le salarié remplit les conditions visées à l’article L. 3111-2 du code du travail.

Pour rappel, l’article L. 3111-2 du Code du travail définit les cadres dirigeants comme les cadres auxquels sont confiées des responsabilités dont l’importance implique une grande indépendance dans l’organisation de leur emploi du temps (1), qui sont habilités à prendre des décisions de façon largement autonome (2) et qui perçoivent une rémunération se situant dans les niveaux les plus élevés des systèmes de rémunération pratiqués dans leur entreprise ou établissement (3).
La Cour de cassation précise quant à elle, par une jurisprudence désormais constante, que la qualité de cadre dirigeant suppose la participation du salarié à la direction de l’entreprise (4).

Le Code du travail exclut les cadres dirigeants de la durée du travail et des repos.

L’affaire est renvoyée devant la Cour d’appel de Poitiers qui devra examiner si le salarié remplit les 4 conditions de l’article L. 3111-2 du code du travail.

Si c’est le cas, il pourra se prévaloir d’un rappel de salaire et il est probable que la prise d’acte soit requalifiée en licenciement sans cause.

Source Légifrance

C. cass. 29 mars 2017, 16-13421

https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000034347102&fastReqId=507836489&fastPos=1

Relire notre brève publiée dans le village de la justice : Un directeur de magasin d’Auchan France qui participe à la direction de l’entreprise est cadre dirigeant.
En savoir plus sur http://www.village-justice.com/articles/Directeur-magasin-Auchan-France-qui-participe-direction-entreprise-est-cadre,24586.html#Lq30SxZdDGi5sAji.99

 

Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

Par frederic.chhum le 21/03/17

Engagé le 16 mai 1988 en qualité de chef de rayon, Monsieur X exerçait en dernier lieu les fonctions de directeur de magasin.

Il a été licencié pour faute grave le 16 novembre 2011 pour des violations graves et répétées de ses obligations légales et contractuelles caractérisées par des méthodes de management inacceptables dans un contexte d'abus d'autorité.

Contestant le bien-fondé de son licenciement, le salarié a saisi la juridiction prud'homale.

La Cour d’appel de Toulouse a considéré que le salarié était cadre dirigeant au sein de l’article L. 3111-2 du code du travail.

Le salarié s’est pourvu en cassation.

La Cour de cassation rejette le pourvoi du salarié.

1) Le moyen du directeur de magasin d’Auchan France

La haute juridiction relève que, dans son moyen, le salarié plaidait :

  • Que sont considérés comme cadres dirigeants les cadres auxquels sont confiées des responsabilités dont l'importance implique une grande indépendance dans l'organisation de leur emploi du temps, qui sont habilités à prendre des décisions de façon largement autonome et qui perçoivent une rémunération se situant dans les niveaux les plus élevés des systèmes de rémunération pratiqués dans leur entreprise ou établissement ;
  • que ces critères cumulatifs impliquent que seuls relèvent de cette catégorie les cadres participant à la direction de l'entreprise ;
  • qu'en se déterminant aux termes de motifs inopérants, pris des pouvoirs, de l'autonomie ou de la rémunération consentis à M. X..., salarié de la société Auchan France, dans le seul cadre du "magasin" qu'il dirigeait, sans caractériser la participation de M. X... à la direction de l'entreprise, la cour d'appel a privé sa décision de base légale au regard de l'article L. 3111-2 du code du travail.

La Cour de cassation rejette le pourvoi du salarié.

2) Le directeur de magasin d’Auchan France appartient à la direction de l’entreprise

Pour considérer que le salarié relève de la catégorie des cadres dirigeants, la cour de cassation relève dans son arrêt du 8 mars 2017 (n°15-24117) que :

  • le salarié, directeur du magasin, présidait le comité de direction du magasin, le comité d'établissement et le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail,
  • qu'il bénéficiait d'une très large délégation de pouvoir dans tous les secteurs, notamment la gestion de la conclusion, l'exécution et la rupture des contrats de travail,
  • qu'il participait à la définition de la politique de l'entreprise et siégeait au conseil de surveillance de Val Auchan, qu'il pouvait engager seul des dépenses dans la limite de 100 000 euros et engager des dépenses dans la limite de 200 000 euros en accord avec le contrôleur de gestion, qu'il bénéficiait d'une totale indépendance dans l'organisation de son emploi du temps et
  • percevait une rémunération forfaitaire sans référence à un nombre de jours ou d'heures travaillées, qu'il bénéficiait du statut cadre de niveau 9, niveau le plus élevé de la classification de la convention collective applicable et percevait la rémunération la plus élevée du magasin.

C’est la première fois à notre connaissance que la Cour de cassation statuait sur la situation d’un Directeur de Magasin d’un grand groupe mondial (Auchan en l’occurrence).

3) Cadres dirigeants et droit à la déconnexion de la loi Travail

Il faut rappeler que les cadres dirigeants sont exclus des dispositions sur la durée du travail.

Ils bénéficient des congés payés.

Enfin, dans le cadre de la loi Travail / El Khomri n°2016-1088 du 8 août 2016 (article 55), ils bénéficient du droit à la déconnexion (article L. 2242-8 7°).

Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum

 

Par frederic.chhum le 18/10/16

Maître Frédéric CHHUM, spécialisé en droit du travail des journalistes (Paris et Nantes) est cité :

CHHUM AVOCATS est un cabinet en droit du travail basé à Paris et à Nantes (bureau secondaire).

Il défend des salariés, intermittents du spectacle, journalistes, cadres, cadres dirigeants.

Frédéric CHHUM, Avocats à la Cour (Paris et Nantes)

. Paris : 4 rue Bayard 75008 Paris - Tel: 01 42 56 03 00 ou 01 42 89 24 48
. Nantes : 41, Quai de la Fosse 44000 Nantes -  Tel: 02 28 44 26 44

e-mail : chhum@chhum-avocats.com

Blog : www.chhum-avocats.fr

http://twitter.com/#!/fchhum