Aug
13
Injustice judiciaire

Christiyana Vultchéva, Nassia Nénova, Valéntina Siropoulo, Valya Tchervéniachka et Snéjana Dimitrova et Ashraf al-Hadjudj : mais si, vous les connaissez! il s'agit des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien, depuis naturalisé bulgare, qui ont été accusés de participation dans un complot organisé étranger pour commettre un crime, qualifié de terrorisme international, avec l'objectif d'atteinte à la sécurité de l'État libyen et de contamination volontaire avec le VIH chez 393 enfants. Tous les six étaient arrivés en Libye en 1998 pour exercer une mission humanitaire dans l'hôpital de Benghazi par les infirmières bulgares. L'accusation débutera un an plus tard, et il leur faudra attendre huit ans avant de retrouver la liberté: entre temps, un procès abominable, avec une première condamnation à mort, confirmée en appel. les tractations que conduisait l'union européenne ont permis que cette peine soit commuée en prison à vie, l'extradition vers Sofia et la grâce du président bulgare.

Aujourd'hui, le médecin et deux d'entre elles ont le courage de rompre le silence qui leur était imposé, de parler de torture physique et morale, s'ajourant à cette procédure inique.

C'est autre épreuve qui s'ouvre pour eux, car chacun peut facilement imaginer les difficultés et les pressions qui les attendent.

Au milieu de cette année 2007, ils sont l'incarnation de ce que peut être l'injustice judiciaire. C'est en cela qu'ils nous parlent.

Commentaires

Nom: 
Bathiard
Site: 
http://

Comment imaginer que 5 infirmières et un médecin aient pu volontairement se rendre coupables des actes qui leur ont été reprochés. Une mascarade médiatique de plus, payée au prix fort pour ces innocents qui n'en connaitront probablement jamais la facture.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA