Sep
25
Japon: Le ministre de la Justice veut accélérer les exécutions capitales

Double problème avec la peine de mort au Japon.

D'abord, elle existe. Le Japon est, avec les Etats-Unis, le seul grand pays industrialisé à ne pas avoir aboli la peine capitale.

Ensuite, les peines sont très rarement exécutées. Le code prévoit, pour que la peine soit mise à exécution, qu'un arrêt de mort soit signé par le ministre de la Justice. Et les ministres sont très réticents. Système abominable et absurde, qui laisse des condamnés dans le couloir de la mort pendant des années. Le chiffre des condamnés ayant épuisé toutes les voies de recours est estimé à une centaine.

Pour l'année 2006, 22 personnes se sont rajoutées à la liste, et depuis décembre 2006, il a été procédé à dix exécutions.

En 2004 et 2005, pendant près de dix-huit mois, il n'y avait eu aucune exécution: le ministre de la Justice de l'époque, nommé par le premier ministre libéral Junichiro Koizumi, était l'avocat bouddhiste Seiken Sugiura, un abolitionniste. Lui avait suivi en septembre 2006 un partisan de la peine capitale, Jinen Nigase, d'où la dizaine d'exécution, dont trois fin août 2007, alors que le gouvernement était à bout de souffle. C'est une sorte de tradition que de signer quelques ordres d'exécution, quand un ministre de la justice s'apprête à quitter ses fonctions.

Fin août, le premier ministre Shinzo Abe avait nommé Kunio Hatoyama, qui n'a envoyé aucun condamné au gibet. Il vient d'être confirmé dans ses fonctions mardi par le nouveau chef du gouvernement Yasuo Fukuda.

M. Hatoyama a suggéré que l'obligation pour le ministre de signer les arrêts de mort soit supprimée afin d'accélérer les exécutions. «Je pense que nous devrions envisager un système dans lequel les décisions d'exécuter un condamné sont prises automatiquement et objectivement, sans que le ministre de la Justice ne soit impliqué», a-t-il déclaré dans une conférence de presse, ajoutant que le fait de devoir signer les arrêts de mort constituait une charge émotive trop lourde pour un ministre.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA