Sep
28
Télé Justice, Télé Réalités

Canal+ lance le 27 octobre en partenariat avec France Télévisions une nouvelle chaîne, Planète Justice, entièrement consacrée au système judiciaire, a annoncé jeudi Rodolphe Belmer, directeur général adjoint de Canal+, au cours d'une conférence de presse. Pour les abonnés de CanalSat ce sera le canal 62.

La chaîne reste discrète sur ses grilles, mais nos reporters sont en mesure de vous donner une première idée des programmes. Le principe été de privilégier l'authenticité.

Patrick Poivre d'Arvor racontera l'histoire invraisemblable d'un présentateur du journal télé condamné par la cour d'appel de Lyon, le 10 janvier 1996, pour recel d'abus de biens sociaux, à 15 mois de prison avec sursis et 30 800 € d'amende. Cet homme, qui ne vivait pas exactement dans le dénuement, se faisait régler nombre de ses dépenses par des sociétés commerciales, trop heureuses de faire des cadeaux à ce journaliste influent.

La rubrique de droit fiscal sera confiée à Guillaume Durand. Il expliquera le cas d'une vedette de la télé condamnée par la cour d'appel de Paris à six mois d'emprisonnement avec sursis pour fraude fiscale pour n'avoir pas fait figurer sur sa déclaration de revenus pour l'année 1999 l'indemnité 880.000 euros qu'il avait reçue de son ancien employeur Canal+ après son éviction de l'émission « Nulle part ailleurs ».

Patrick Sabatier apportera son aide technique à Guillaume Durand, à propos d'un présentateur télé condamné à quatre ans de prison avec sursis et 40.000 euros d'amende par la 14e chambre correctionnelle de Nanterre, pour fraude fiscale.

La chronique « liberté d'expression » sera confiée à Patrick Sébastien. Pour sa première émission, notre joyeux Patrick racontera l'histoire d'un imitateur interprétant une chanson intitulée « Ce soir, j'ai envie d'casser du Noir », condamné en 1997 par la cour d'appel de Paris pour provocation à la haine raciale.

Marc-Olivier Fogiel est assez déçu car il voulait la responsabilité de cette chronique. Il avait prévu de nous exposer le cas d'un animateur qui, le 6 décembre 2003, recevant Dieudonné, avait donné ordre de faire défiler en bas de l'écran le texte suivant, comme s'il s'agissait du SMS d'un téléspectateur : «Dieudo ça te ferait rire si on faisait des sketchs sur les odeurs des blacks. T'es tellement bête que ça ne choque même plus». Il a été condamné à 4.000 euros d'amende par le tribunal de Montpellier pour « injure raciale ». Si on ne peut même plus rire...

Le droit du sport sera traité par Jean-Luc Delarue. Son reportage traitera du cas d'un gentil présentateur télé condamné pour son comportement violent au cours d'un vol Paris-Johannesburg à un stage de citoyenneté de trois jours.

Le droit social reviendra à l'animateur de France 2, William Leymergie. Pour ouvrir la série, notre bon William a étudié l'histoire d'un animateur télé mis à pied pendant 15 jours après une altercation physique avec un de ses collaborateurs, le SNRT-CGT dénonçant des relations sociales peu communes : « Cela fait des années que l'on dénonce les agressions de cette personne à l'égard de ses collaborateurs, dont beaucoup ont un statut précaire. On est passé d'une violence psychologique à une violence physique ».

La chaine présentera également une émission « Ethique et Droits de l'homme », dirigée par Pascal Sevran. Premier sujet : le présentateur souriant d'une émission dominicale « Chanter la vie », avait dans un ouvrage, Le privilège des Jonquilles, paru en janvier 2006, écrit que « la bite des noirs est responsable de la famine en Afrique ». Son employeur lui avait notifié une réprimande.

Et puis un scoop pour une émission d'investigation conduite par Charles Villeneuve, Patrick Le Lay et Etienne Mougeotte. Des assassins présumés avaient passé leurs aveux devant les gendarmes et...les caméras de l'émission « Droit de savoir ». Pour ces faits, les responsables de la plus importante chaine privée vont être cités devant le tribunal correctionnel d'Alès en compagnie d'un ancien lieutenant-colonel de gendarmerie de la section de recherches de Nîmes, pour « violation et recel du secret de l'instruction ».

Commentaires

la mémoire est une belle chose

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA