Aug
20
« Actes pratiques et ingéniérie sociétaire »

C’est le nom d'une remarquable revue publiée par LexisNexis. J'attire ici l'attention des lecteurs sur le n°142, juillet-août 201 que liront tous les spécialistes du droit des sociétés.

Rappelons-nous qu’avant que les politiciens qui nous gouvernent complexifient le droit selon le principe « pendant que les citoyens sont englués dans la législation, ils nous fichent la paix » – traduction libre du "Prince" de Machiavel,  le droit des sociétés cela s’appelait « droit commercial », car il n’existait que la loi de 1966. Aujourd’hui même Monsieur le Professeur TRICOT, ancien président de la Chambre commerciale de la Cour de Cassation, accepte de convenir que c’est devenu un droit difficile et incertain.

C’est le comble car il s’agit tout de même de la vie quotidienne de nos entreprises !

Ce brillant ouvrage écrit par un collectif de 15 auteurs remarquables, sous la houlette d’une brillante « direction scientifique » bicéphale  (il fallait au moins cela), que je compte parmi les auteurs, traite d’un sujet devenu ubuesque : « Les conventions réglementées dans les groupes de sociétés » sur lesquelles une série d’aller-retour législatifs  augmentée d’une jurisprudence pour laquelle les mots me manquent, vient de subir une « simplification » comme notre législateur sait en produire.

On se demande ce que les organisations patronales fabriquent pour tolérer la législation qui pèse sur le fonctionnement des entreprises. Les bras m'en tombent le long du corps lorsque je lève le nez de mon guidon. Finalement il y a lieu de considéter qu'elles ne sont pas plus représentatives que les autres structures dans d'autres secteurs. Il s'agit d'une agglomération de caciques qui ne pratiquent plus ou pas au qutodien. Et vous connaissez la formule : quand vous ne pratiquez plus, vous contrôlez, et lorsque vous ne savez plus contrôler, vous enseignez, si vous ne savez plus enseigner, vous dirigez, puis faute de plus savoir le faire, vous présidez... Cela est l'application de principes qui malheureusement nous régissent. Et dont ne sommes pas près de cesser de souffrir...

Ça se voit que je suis fâché ?

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA