Jun
11
« Ben, qu'est-ce qui se passe ? »

Les investisseurs étrangers vont voir ailleurs, personne ne veut embaucher, ni se taper les contraintes sociales, sociétales, fiscales, comptables, juridiques de l'entrepreneur. Bizarre.

Vous voulez expliquer notre droit social à un chinois ou un américain ?

Exemple : Un employeur (l'exploiteur) est l'objet d'un "mouvement" de grève ( des forces de progrès). Il s'agit de la Poste en l'espèce. La lutte de la classe ouvrière conduit à un arrêt de travail de 34 mn de la part d'un employé qui arrive à son poste donc en retard sans avoir évidemment effectué la première tâche qui lui revient, à savoir le tri général. A son arrivée il lui est donc demandé de faire le tri puisqu'il reprend le travail. Refus de l'employé. Ce serait une atteinte à son droit de grève que de lui demander de faire le travail qu'il n'a pas effectué pendant son temps de grève. Ce qui veut dire que la distribution ne peut pas être faite pendant le reste de la journée. On ne fait plus grève mais on se croise les bras puisque le tri n'est pas fait.

La Cour de Cassation ( qui n'a jamais vu une entreprise sauf comme entomologiste, genre je lui retire cinq pattes elle continue de bouger...) lui donne raison.

Comme quoi le droit de grève ne se réduit pas à la liberté de s'arrêter de travailler. Et toc. Notre chinois (communiste) et notre américain (libéral) vont voir ailleurs. C'est profondément injuste.

Cass. Soc. 30 janvier 2013 n°11-23.891, FS-P, JurisData N° 2013-001079 ;

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
eidgenot
Site: 
http://

Ils s'en vont, mais ils reviendront les investisseurs.

Avec des projets de société de transport et de distribution de courrier totu à fait concurrentiels, qui perttront aux camarades vendeurs de calendrier de passer de la célèvrerègle du "fini parti" à la future règle du "partez, c'est fini pour vous".

Comme disait l'autre, quand on en est à appeler journée d'action les jours de grève .. on sait ce que action veut dire ..

Maintenant que tout le monde dispose d'un statut forgé peu à peu par la Cour de Cassation, il est inutile d'envisager la moindre amélioration dans la flexibilité et de l'embauche. Nous nous sommes débarrassés de l'industrie, les services tournent en rond concentriques sur eux mêmes, ce qui ne peut durer éternellement. Fin de partie.

Nom: 
Heraus !
Site: 
http://

Il restait encore les autoentrepreneurs qui s'obstinaient.

Sylvia PInel va y mettre bon ordre. Suppression du statut si on a l'outrcuidance de faire du C.A..

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA