Jun
30
"Certitude et promptitude de la peine".

Un homme a été battu à mort samedi sur l'autoroute A 13 à la suite d'un banal accorchage de véhicule parce que la victime ne voulait pas reconnaitre dans l'établissement du constat une quelconque responsabilité. Quelque soit la cause de ce déchaînement de violence les circonstances sont consternantes: Une famille dans trois voitures. Elles entrent sur l'autoroute et la première accroche un véhicule qui s'est peut-être rabattu trop tôt, peu importe à vrai dire. Tout le monde s'arrête sur la B.A.U. pour établir le constat. Le conducteur qui soutient que son véhicule a été heurté par la voiture qui entrait sur l'autoroute ameute des renforts et ceux-ci tuent a coups de poing et de pieds l'autre automobiliste.

J'ai été témoin d'une scène similaire pas loin de mon domicile dans une ville réputée calme au cours de laquelle les renforts appelés par portable sont venus prétendre avoir été témoins d'un accident auxquels ils n'avaient pas assités tout en voulant imposer leur version par la force.

Seule l'intervention rapide des sapeurs pompiers et de la B.A.C. ont évité les coups mais pas les injures et les menaces. J'ai trouvé scandaleux que la bande de nervis ait pu repartir sans être inquitée pour son faux trémoignage collectif et les menaces proférées. En vain.

Cette violence pure et brutale nous en lisons les comptes-rendus dans tous les journaux et nous l'entendons sur les ondes. Les voyageurs des transports urbains en sont parfois aussi les témoins ou les victimes.

Je me souviens parfaitement d'un double meurtre commis dans un immeuble du XIième arrondissement de Paris l'avant-veille de Noël il y a deux ans par un drogué.

D'accord cette violence est celle de notre époque dans les zones urbanisées. Elle avait déjà droit de cité aux USA il a trente ans.

Depuis aucun Etat n'a trouvé la panacée à part l'exclusion des auteurs de la société.

Plus nous attendrons et continuerons à trouver des explications sociologiques, philosophiques, pour comprendre les auteurs de cette violence là plus il sera difficile d'en arrêter le développement.

C'est pareil à mes yeux en ce qui concerne la violence faite aux femmes dans notre monde dit moderne.

Personnellement je suis favorable à la création de pénitencier pour la répression de la violence avec des peines de sûreté longues.

Il est quand même temps me semble-t-il de se dessiller. Seule la certitude et la promptitude de la peine constitue la réponse sérieuse à la violence.

Elles peuvent avoir un effet thérapeutique pour les violences psychologiques à condition de l'accompagner de mesures d'éloignement ou d'interdiction de séjour.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA