Oct
29
"Où en sommes-nous ?" version actualisée...

Nous appelons dématérialisation de la procédure civile ce qui est une saisie des données pour le compte du Greffe du TGI ou de la Cour. Ce procédé de vocabulaire s'appelle la dialectique. Le RPVA est une messagerie. Elle est saturée. Si vous voulez avoir une trace de vos notificationsà un confrère, vous devez enregistrer les messages et les classer dans chaque dossier informatique de votre Cabinet. Ce qui devrait se faire automatiquement avec la simple indication de votre numéro interne de dossier, n'est réalisable qu'à la suite de plusieurs manipulation....plus rapide : vous imprimez. Ce n'est pas pour autant une preuve, mais pour l'heure les magistrats considèrent que la production de l'impression d'un accusé de réception inverse la charge de la preuve et que celui qui conteste la notification doit prouver qu'il n'a pas reçu cette dernière : Le droit progresse tous les jours...Le prochain stade est le retour à l'ordalie judiciaire. Je plaisante bien sûr mais en attendant pour avoir une preuve incontesteable de la notification d'une communication de pièces par exemple par RPVA à un confrère il faudrait rechercher dans la mémoire du dispositif informatique, et pas sur votre ordinateur. Nous pouvons retrouver des traces dans le dossier de chaque procédure qsur RPVA de toutes nos notifications faites au Greffe et également aux confrères. De là, certains confrères ont conçu l'idée de notifier au greffe et aux confrères leur pièces, ce qui est contraire aux protocoles. reste que communiquer des pièces par RPVA est une galère. Ce n'est pas simple ni rapide. C'est même tout à fait fastidieux.

Comme votre messagerie est saturée, vous avez une belle bande rouge et un avertissement selon lequel vous avez moins de 5 % de capacité de mémoire vive, soit deux ou trois mois d'envois ou/et de notifications. Vous pouvez passer outre. D'abord votre messagerie qui déjà « mouline » à chaque sollicitation peut se bloquer, et de toutes les façons les messages « trop » anciens vont aller à la corbeille. Il sera urgent de les imprimer et de les classer dans vos dossiers ou de les mémoriser dans vos fichiers informatiques. Je sais vous êtes à flux tendu, justement vous n'avez pas le temps de jouer à ça, et c'est pour cela que ça « bugue». Vous trouvez que le RPVA vous empêche de travailler et en plus vous vous êtes transformé en secrétaire. Si vous vous êtes un vrai artisan et que vous avez le temps, c'est parfait.

Il est évident que l'urgence, c'est la délégation de clé pour permettre sous votre contrôle l'accès à "votre" RPVA à un associé, un collaborateur et une secrétaire selon vos besoins et surtout l'habilitation possible. Il reste évident que votre secrétaire ne pourrait que prendre connaissance des notifications pour les les traiter.

Dans ce monde perfectible les messages que vous envoyez au tribunal ou officiellement à vos contradicteurs par RPVA ne peuvent pas être transmis simultanément à votre client ou votre confrère plaidant. Vous pouvez soit faire un papier collé, ou une capture d'écran. En revanche lorsque vous écrivez à la juridiction il est toujours possible de supprimer de la liste des destinataires en copie un confrère...ou de ne pas demander d'accusé de réception. Une erreur de manipulation est vite arrivée. De même vous pouvez pour envoyer un message entrer dans la bonne procédure en saisissant le N° R.G. pour la recherche, mais en tapant directement votre message, et c'est déjà arrivé à plusieurs Confrères, vous pouvez vous adresser par erreur à une mauvaise Chambre tout en indiquant le bon numéro de la procédure. Comme vous aurez travaillé dans l'urgence vous aurez la joie de recevoir le rejet de votre message de la chambre destinataire par erreur en même temps que l'ordonnance de clôture de la Chambre qui n'a pas reçu votre envoi. Le programme ne devrait permettre ce genre d'erreur. Seul l'accès à la procédure par le N° de RG devrait-être possible.

Cerise sur le gâteau, vous pensiez faire dans le vert. Sachez que 3 minutes de lecture sur votre écran fait produire autant de CO2 que d'imprimer une feuille de papier. Qui, elle, est recyclable ce qui n'est pas forcément le cas de votre installation informatique, en tous les cas pas aussi facilement. En plus au bout de la chaîne la justice doit tout imprimer car les archives départementales ne conservent que le papier, sachant que les magistrats ne lisent les dossiers que s'ils sont imprimés, les pièces et la jurisprudence également, le progrès pour l'environnement devient relatif.

En conclusion et en l'état, le RPVA est une messagerie moins performante que la transmission par mails par Outlook par exemple qui vous procure une mémoire considérable sur votre écran, avec en prime un moteur de recherche pour sélectionner les envois ou réceptions à retrouver. La messagerie RPVA est sécurisée mais avons-nous vraiment besoin de cette sécurisation extrême ? Les normes européennes, nous dit-on, nous l'imposent. Là où le RPVA n'est pas encore disponible que se passe-t-il ? Quels sont les programmes utilisés ?

La pratique devant les juridictions consulaires démontrent, que sauf exception liée au secret des affaires, la notification entre avocats a toujours été informelle et que la tradition manuelle à l'audience ou par la remise par le courrier du Palais est largement remplacée par les mails de façon satisfaisante, au même titre que les envois aux juges lorsque cela est autorisé de façon exceptionnelle par le CPC. L'arrivée du RPVATC va paraître décevante aux praticiens. En plus en l'état, ajouter les envois des greffes des tribunaux de commerce aux Cabinets d'avocats et nos notifications entre avocats dans les procédures commerciales nous conduira à saturer un peu plus rapidement, s'il y a de la marge, la mémoire de la messagerie.

Il est patent que le RPVA doit être reconstruit. Ce qui demande un investissement considérable et énormément de temps car cela demande plusieurs années : 3 à 5 ans. Avons-nous les moyens ? Voulons-nous même nous les donner ? Et lorsque la nouvelle plateforme sera en place, elle sera à son tour obsolète bien entendu. Mais il faut aller de l'avant et continuer sur l'existant est-il encore possible ?

Les besoins de stockage de la dématérialisation sont exponentiels. Demain la planète sera-t-elle couverte de lieu de stockage d'informations ? Sachant que tout ou presque peut-être transformé en capacité de stockage de données informatisées, déchirer un tissu mural pourra être assimilé à une destruction de données pénalement sanctionnée. Ramasser une « rose des sables » dans un parc national deviendra un vol de bibliothèque...etc. A moins qu'un jour les autorités décident, ainsi que TOFFLER l'avait conçu, que seules des activités sélectionnées, ou des zones géographiques, permettront l'accès à l'informatique avec des niveaux différenciés d'utilisation et de capacité en fonction de l'utilité sociale, économique ou politique. Dans le roman intitulé « Hollon » seuls les citoyens labellisés avait accès à la vie informatisée. Les autres, rejetés hors les murs, au-delà des périphériques mangeaient des racines.

Je ne vous parle pas du challenge que va poser le renouvellement des capacités de production d'électricité dans le monde entier pour lequel les experts ont déjà annoncé le chaos prévisible des coupures d'électricité et les délestages indispensables avant même une dizaine d'année. Aujourd'hui 10% de l'électricité produite sont consommés par l'informatique.

Nous vivons une époque formidable.

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
NSAdu93
Site: 
http://

And euh.....my dear Sir, this RPVA is a true pain.

It is so slow that our computers are unable to index your messages.

When your gov'nt will ask us to recover a copy of all the data accidentally "purge" by undercapacity, pse notice we will be unable to provide it.

Long Life RPV Très C...

c'est quand même l'enregistrement des mails en fichier .zip qui présentent TROIS terribles inconvénients :

1.- il possède un nom de fichier qui est inutilisable et il faut impérativement le renommer pour l'identifier

2.- la manipulation des fichier à l'intérieur est complxe. Il faut d'abord, sous Windows 7 64, extraire les fichiers zippés dans un sous répertoire et ensuite seulement manipuler lesdits fichiers.

Mais ces fichiers ont conservé leur nom insupportable ( CorpsMessage_152489000.pdf ) outre les nom des fichiers joints qui sont nommés par vous : il faut donc tout harmoniser et renomer le tout.

3.- ensuite, cet ensemble des fichiers zippés renommé, groupé dans un fichier cohérent ( du type [NUM_DOSSIER]-[NOM_DOSSIER]- Conclusions n° 2 CA + mail notif + AR Avocats ++ AR1-AR2 GREFFE.pdf ) enregistrés, il faut détruire le fichier zip et le sous répertoire créé pour les besoins de l'extraction.

Après un quart d'heure par fichier, vous buvez un coup et vous fumezun cigarette car vous êtes épuisés.

Qui n'a pas vécu ce que je décris ????

Je prétends qu'il faut supprimer (pour ceux qui le veulent ) ce f.... fichier zip et proposer EN PLUS un fichier .pdf qui grouperait dans un seul fichier et à la suite :

1.- le mail envoyé ou reçu (page 1 )

2.- les fichiers joints à la suite ( pages 2 et suivantes....)

3.- les AR du Greffe ( AR1 + AR2 + AR3

4.- les AR pour les Avocats .

Dès lors que l'on a transformé le mail en un fichier .pdf, il n'y a aucune raison de ne pas y ajouter la suite.

Le SDK d'Acrobat sert à çà, non ? Et il y a certainement d'autres outils....

C'est fou comme j'ai progressé en informatique depuis le RPVA. Pourtant, je suis l'un des rares cabinets à s'être informatisé dès 1981 ! Mais on apprend tous les jours ...

Nom: 
info
Site: 
http://

Oui, enfin sauf que la compression qu'apporte le zip fait quand même sens face au volume et évite de saturer vos systèmes.

Notez que les logiciels pro de cabinet prennent tout cela en charge et remettent chaque pièce dans son dossier sans pause clope.

TRES MAUVAIS ARGUMENT !!!

Vous justifiez les commissions versees au CNB par les editeurs -à qui vous renvoyez ici l'ascenseur- mais vous ne vous proccupez pas des Avocats de Province et de base qui n'ont aucune obligation de recourir à des logiciels de gestion agrées par Vous (le CNB).

C'est certainement là que le bât du CNB blesse tant ...!!!!!!!!!!

Et quant à l'argument tiré de la compression, il est fallacieux : à 100 € le TéraOctet, vous vous moquez....

Le fichier zip est juste là pour grouper les fichiers parce que vous ne voulez pas développer une moulinette à partir d'un autre logiciel que vous ne connaissez pas encore (SDK d'Acrobat ou autres ).

Et pour terminer, il semble bien que je reconnais là le blogueur sublimal que j'ai eu l'occasion de rencontrer sur mon blog : je ne vous félicite pas, oh que non !

Vous êtes si loin des Avocats.....

Mais je connais cet agent de la NSA !.... -:)

Intéressant, cela fonctionne comment, et qui sont les éditeurs qui pratiquent ces interfaces ?

Allez-y, je ne fume pas.

Ceci dit le CNB va nous proposer des notifications d'AR comportant simultanément tous les avis de réception regroupés. En plus notre mémoire "vive" va s'en trouver un peu soulagée.

Allez y ! Je suis impatient aussi....

Moi, ce qui m'interresse c'est de savoir comment vous reclassez vos fichiers dans le bon dossier (en cas d'erreur de répertoire ou de logiciel ) si tous vos fichiers commencent par la date....

C'est bien connu, dans les cabinets on a une grande armoire et on classe tous les courriers et même les actes sur les étagères en suivant un ordre chronologique.....

Et j'ajoute : dans chaque dossier, on a aussi un chemise dans laquelle tout est classé par date. Une seule chemise j'ai dit, sans sous-chemises "correspondances", "procédure", "documents"..............

La -dessus les avocats des "gros Cabinets" n'ont pas le temps gérer leur RPVA. Ils ont des informaticiens (qui ont placé la clé sur le serveur du Cabinet, et des secrétaires qu'ils ont laissé traiter leurs envois et la réception des notifications.

De toutes les façons c'est vrai que tous les avocats voudraient que la plateforme soit opérationnelle sans avoir à trouver des interfaces. Nous devrions glisser le message dans le dossier informatique de l'affaire de notre Cabinet comme un mail, et être dispensé de saisies des données des affaires à enrôler. Tout cela est techniqsuement possible à condition de reconstruire un nouveau RPVA. Qui veut payer ? ....Pas tout le monde à la fois, je vous en prie, nous allons être débordés, on se calme, chacun son tour s'il vous plait !

démontrent qu'il y a des difficultés dans la gestion quotidienne du RPVA.

Dès lors, Maître HUVELIN a parfaitement raison d'en faire le thème d'une publication sans qu'il puisse lui être reproché que d'autres aient abordé avant lui cette problématique.

Je vous en remercie d'autant plus que le RPVA s'étend au tribunaux de commerce.

Le Gie infogreffe a mis en place une pleteforme e)greffes, et a cherché un interlocuteur représentant les avocats. Le CNB était l'interlocuteur évident, C'est ainsi que sur la plateforme e)greffes a été amis en place la messagerie RPVA.

Je suis en charge de la sous-commission RPVA du Barreau de Paris. J'ai eu la possibilité ce 24 octobre d'échanger avec la commission RPVA du CNB, qui oeuvre avec l'existant dont elle a hérité et se pose les bonnes questions. J'ai constitué un groupe de travail extrêment compétent avec des confrères, un juge, des greffiers, les représentants du GIE-infogreffe, tous spécialistisés en informatique et/ou ayant suivi le développement du RPVA. Les deux commissions sont normalement appelées à travailler ensemble pour les adaptations à venir. Je reçois toutes les suggestions et remarques.

Le CNB réclame sur Twitter des remarques et remontées sur le RPVA..... J'y ai contribué un tout petit peu.....

Le Barreau de Paris par votre intermédiare réclame des suggestions et remarques....

Puisque vous travaillez la main dans la main et que je pense que le nouveau Responsable du CNB est maintenant à l'écoute de "la base", je me permets de suggérer.....

............UNE PLATEFORME COMMUNE DE SUGGESTIONS ET REMARQUES...............

Sauf à prôner le culte du secret qui nous a fait tant souffrir !

Vous avez tout à fait raison.

Je pense que le plus simple est un blog dédié au RPVA soit sur la présente plateforme (ma préférence) soit sur Vox Avocat dans 4 jours.

Il faudrait que la plateforme s'intitule " RPVA-E_BARREAU-CNB-PARIS-PROVINCE"

Je suggère des billets ciblés sur chaque sujet mais il faudra respecter une certaine logique : un sujet X qui génére une infinité de commentaires mais à la condition que les blogueurs puissent suivre la discussion et surtout sache très régulièrement où en sont les réflexions des Commissions ad hoc et quelles sont les suggestions retenues (pourquoi) et celles rejetées (pourquoi ).

C'est à ces conditions que ledit blog présentera unvéritable intéret et que les Avocats s'y rendront pour prendre la mesure des réflexions et avancées.

Donc pour chaque sujet, du plus petit au plus pointu, un billet unique et un fil de commentaires ponctué de commentaires officiels faisant le point des avancées ou des blocages.....

Plus simple, tu meurs.... ;-)

Nom: 
Info
Site: 
http://

Eh oh messieurs dames les avocats on vous a connus plus soucieux de vérifier vos sources.

Alors je n'ai rien, mais absolument rien à voir avec le CNB.

Quand je vous dis que le zippage économise de la place, en stockage et en transmission, je ne fais qu'enfoncer une porte ouverte .. et rebondit sur la plainte d'orgine "y'a pas assez de capacité et de place". Un PDF correctement gnéré oar qqn qui sait se servir de son scanner et zippé ensuite, maigrit de 90%. Pas négligeable. Certains d'entre vous ne sont plus assis derrière leur bureau et assez contents de pouvoir balader des dossiers "maigres" sur des outils nomades.

Quand je vous cite le fait qu'un outil de cabinet digne de ce nom fait le lien entre la "référence tech RPVA" et le "dossier cabinet", j'énonce une autre évidence, que j'ai préalablement controlée en décrochant le téléphone et en appelant l'ubn des édieturs "agréés RPVA", qui l'a confirmé doc à l'appui. Miracle, sans doute pas, mais bon sens, bien sur.

Quand je vosu dis qu'ensuite le choix entre

- le faire à la main sosu un RPVA minimaliset

- le faire via un outil qui vous coutera 150 euros/mois

,e dépend que de VOUS - réputés profession libérale intellectuelle et indépendante - je ne fais que vous signaler, si vous ne l'aviez pas vu que des solutions existent. Personne n'est là pour cvous imposer celle là plut^to que celle-ci, ni vous convaiancre que l'investissement ( la dépense) vaut mieux que de perdre votre temps.

Mais bon, mutas mutandis, votre profession ne peut pas nonplus se comporter comme une autre profession "à ordre", les médecins, dont l'ordre s'est monré parfaitement incapable de "prendre efficacement la main" dasn la structuration inofrmatique de ses échanges avec la puissance publique mais très "bruyante" dans la critique de ce qui a été fait face à LEUR CHAISE VIDE. Ici c'est différent, le combat est entre le CNB émanation .. de vous même et le Bareau émanation.. de certaisn d'en tre vous au sujet d'un logiciel - qui vous est destiné - qui est fiancé - à vos frais et développé par .. vos préposés ..

Il y a en effet ca devient notoire des grosses aneries de conception dans le RPVA. Mais qui était la mitrise d'ouvrage de ce truc, Messieurs, sinon vos préposés. Il y a une jurisprudence de l'ânerie quand on regarde le RPVTC. mais n'ayant pas changé le vioux pot, il ne riqsue pas de faire une autre soupe.

Il y a des palliatifs via des logiciels commerciaux. Qui archivent, qui classent, qui partagent le travail entre secrétaire et avocat, qui mutualisent la clef RPVA, etc ..

Si vous avez horriblement mall au pied, vosu ne pouvez pas traiter le palliatif par le mépris. Si vous n'avez "pas besoin du palliatif", tant mieux, c'ets que vous n'avez pa mal au pied.

Mais si vous shootez vous-même en connaisance de cause dans le chapeau que l'autre a posé sur le pavé ( salut au MArseillais qui intervient ), arrétez de crier que le baromètre vous fait mal.

G. Huvelin est entrain de récurer le fond du pot pour essayer que la soupe soit meilleure. Mais là encore, il ne vous la servira pas toute chaude .. Ou du moins ne vous la versera pas dasn la gorge.

Bon appétit

Nom: 
Info
Site: 
http://

Ca s'appelle un forum, c'est facile à monter en 10 minutes avec un logiciel ADAPTE ET GRATUIT et sans espoir sur le présent logiciel, qui est un logiciel de blog;.

Nom: 
info
Site: 
http://

Super

une erreur d'analyse au début

un contresens au milieu

une négation de l'évidence pour continuer

une accusation sans preuve pour allonger

une assimilation à qqn dont j'ignore le pédigrée pour finir.

Ben dites donc, heureusement que vous êtes avocat mais pas général sinon l'ordalie n'téit plus loin ..

Personne n'est dupe ! C'est le courage qui semble avoir ete zippe !

Nom: 
Fract
Site: 
http://

Je vous trouve un peu dur, en effet le RPVA n'est pas parfait mais bien mieux dans des procédures ou on se retrouve a plus de 3 confrères pour échanger.

Le seul reproche que je ferais est que l'outil est lent.

Pour le classement, il suffit d'utiliser un navigateur du genre de chrome, ou les fichiers téléchargés s'affichent facilement et on le copie dans le dossier du PC, pas de temps perdu avec une solution comme ça (or recours aux logiciels de gestion tiers)

idem pour les "erreurs" il y a plein de manières d'accéder au dossier, idem pour les messages du dossier, certaines méthodes sont plus rapides que d'autres.

exemple : "Seul l'accès à la procédure par le N° de RG devrait-être possible. "

Personnellement je met "affiche tous les dossiers en cours", je clique sur le dossier et "nouveau message" : hop tout est pré-rempli (greffe, avocat) et je tappe mon message, je ne vois en quoi un fax ou courrier serait plus rapide...

idem pour la recherche de message : dans un dossier, tous les messages s'affichent pour CE dossier.

bref peut être un peu trop de mauvaise foi dans cet article ? bien que le système soit perfectible...

Nom: 
Info
Site: 
http://

n'oubliez pas que l'article (de tête) provient d'un cabinet mandataire professionnel, amené à traiter des centaine de dossiers en parallèle. Là où une perte de quelques minutes sur un dossier est supportable, multiplié par 100 et sous la pression des placements de dernière minute, c'est tout à fait insupportable.

cdt

Nom: 
E. Barthe
Site: 
http://www.precisement.org/blog/

Bonjour info,

1. C'est important de savoir d'où les gens parlent.

2. Sur le sujet des origines des erreurs de conception du RPVA, n'oublieriez vous pas :

* a. la date de conception initiale du RPVA (un moment où le cloud, a fortiori sécurisé (au maximum possible), était quasi-inconnu en France et où on pensait messagerie)

* b. les contraintes de l'équipement Internet, réseau interne (LAN), ordinateurs et logiciels des tribunaux ? Dans un réseau/une chaîne, une des limites les plus importantes réside dans les possibilités techniques de l'acteur le moins bien doté.

Par ailleurs, au simple vu du RPVA et de ses logiques internes, même dans sa version actuelle, on peut douter que le CNB et les barreaux aient été les principaux concepteurs du RPVA.

Bon week-end à tous.

Nom: 
info
Site: 
http://

Bonjour

Je parle (sur ce sujet) en tant qu'informaticien et aussi en tant qu'ex dsi de grosse boite.

Le RPVA a été conçu quand même un certain temps après l'ordo de VillersCoterêt :-) . Le niveau de connaissance des "possibilités" que vous décrivez sous 2a et 2b est sans doute le niveau "grand public" mais très franchement pas celui des informaticiens. QUant au "cloud", ce n'est qu'un mot sur un concept vieux comme ... nos robes.

MAis le principal problème n'est pas là. Un projet c'est

- une maitrise d'ouvrage qui a la responsabilité de définir le besoin, de s'assurer que les bons sujets sont abordés, de définir qui décidera de quoi etc

- une maitrise d'oeuvre qui a la responsabilité des choix techniques, de la construction du système, et aussi .. de poser les bonnes questions et de s'assurer qu'on y répond.

Le CNB est la MOA de (maitrise d'ouvrage) de e-greffe, la SSSI qui l'a construit en tant que MOE (maitre d'oeuvre) m'est inconnue.

En ce qui concerne le RPVA, il est clair que

- personne ne s'en rendu compte que un avocat n'est pas qqn qui travaille seul, à son bureau avec la clef sur son pc. Le MOe n'a pas posé la question ? la MOA ne se l'est pas posée ? Le directeur de projet était saoul ?

- perosnne ne s'est posé la question des volumes à traiter ? un avocat ca clonclut en combien de pages ? ET ca annexe combien de pièces ? ET tous les combien ? ET les mandataires ca existe ?

Je n'ai pas connu le projet RPVA et si je vous parle de celui de la NCP (nouvelle chaine pénale) je vais remuer les morts. MAis regardez ce qui se passe sur le RPVTC où la MOA, constituée un peu du CNB et un peu des greffe, et la MOE constituée d'infogeffe annoncent sans frémir que le système a été conçu avec tel ou tel barreau de province, tout à faitr respectable sauf qu'il transite un nb de dossiers 100 fois inférieur à un mandataire d'audience parisien.

Vous n'êtes pas spécialiste informatique et c'est très bien mais si vous vous asseyez à une table et qu'on vous demande de choisir un "panel" d'avocats représentatifs en vous disant, allez-vous décréter sans intéret l'une des catégroies suivantes :

- l'avocat spécialisé versus le généraliste

- le travailleur seul versus le grand cabinet

- le provincial versus le parisien

- le pénaliste versus le civiliste ou le commercialiste

- le "ténor" avec peu de dossiers rémunérateurs versus le soutier avec bcp de petits dossiers à faible marge

- le "50% d'AJ" versus le "jamais d'AJ"

- le "je travaille avec un ancien avoué" versus "je fais mes proc d'appel moi même"

- etc ...

Vous allez voir que simplement sur les plans

- fonctionnalités

- volumes

- rythmes

- ergonomie

- prix

- performances

- et c

vous allez décrire des besoins très différents.

Ben .. c'est ce qui n'a pas été fait. Non pas parce que les solutions techniques n'existaient pas, mais parce que la "moa" s'est focalisée sur autre chose

- côté RPVA : préparer l'allègement des effectifs de fonctionnaires de greffe en refilant le travail .. aux avocats

-côté RPVTC .... ben ... ben .. pareil.

L'objectif est déjà discutable, surtout porté par le CNB. MAis même si on admet l'objectif, encore peut-on y aller intelligeamment et pas en mode "après moi le déluge".

cdt

a tourné un film dans laquelle elle dit une réplique que je plagie volontiers : Dans son rôle elle incarne une newy-yorkaise qui s'installe à la campagne pour échapper au stress. Dans la charmante maison qu'elle investit en hiver dans un paysage de rêve, plus d'eau chaude. Le plombier qui vient de loin lui explique que la pompe du puits et morte et que la chaudière a un problème etc...l'installation est vétuste... La new-yorkaise grelottante explose en disant un peu près : « Je n'en ai rien à faire, je suis une vrai new-yorkaise, et à New -York lorsque j'ouvre le robinet d'eau chaude, j'ai de l'eau chaude, personne ne vient après deux jours d'attente m'expliquer pourquoi je n'en ai pas et d'où vient l'eau ! »

Je suis dans la même situation : Je n'ai pas à me demander pourquoi et comment Outlook fonctionne: c'est pratique, ergonomique, rapide et fiable. Pourquoi je dois poser la question de savoir pourquoi le RPVA n'est pas aussi performant ? Pourquoi devons-nous faire des saisies à la place des greffes ? Je sais que je dois faire demain avec l'existant. En attendant nous travaillons de façon rapide et efficace par mails entre avocats et avec les juges. Que va apporter aux commercialistes le RPVA dans les conditions actuelles d'utilisation ? La sécurité, mais en avons-nous aussi besoin que cela en permanence ? Le CPVE de l'article 748-1 conduit à l'établissement de protocoles qui ajoutent ou contredisent le CPC. Comment et dans quelles conditions pourrons-nous améliorer l'existant et dans combien de temps ? Pourquoi aurions-nous en plus à supporter le coût des interfaces pour complaire aux greffes et faire leur travail ? Au nom de quel deal et pourquoi l'avoir accepté ? Et pourquoi serait-ce définitif ? Nous voulons occuper "le terrain" le plus vite possible pour éviter que la "concurrence" le fasse. Nous seulement cela ne l'empêchera pas ( je ne vois pas au nom de quoi d'ailleurs) de le faire mais en plus elle sera plus performante, sauf, système D oblige, à continuer à utiliser les mails. Zip ou pas, il faut arrêter d'avoir une conception livresque de la pratique.

Il est toujours difficile de se faire entendre sans passer pour un paranoïaque. Cependant ce "commentaire" est une pirouette. J'ai résumé dans ma réponse globale mes questions (voir le commentaire intitulé "Mag Ryan" du 4 novembre. Je ne pense pas que mes lecteurs soient pour autant plus schyzophrènes que moi.

je n'ai pas prétendu ne pas provoquer les commentaires. Au contraire tout est mis en oeuvre pour cela.Continuez svp. C'est dommage que vous ne rebondissiez pas sur les points qui ne sont pas de la pure provocation, vous semblez tout à fait compétent...

Nom: 
Info
Site: 
http://

Well done Meg ..

Tout à fait d'accord, si ce n'est pour rester dans l'exemple .. que la New-Yorkaise en question a la responsabilité de ditre si elle attend .. de l'eau chaude dans une salle de bain pour se doucher elle .. ou ... une installation de SPA collectif pour les laver en même temps les 80 qui aimeraient bien se doucher avec elle.

Et ça, si on ne le dit pas au plombier, il ne va pas l'inventer.

Enfin maintenant, on saura qu'il faut appeler le barreau Sally et .. le CNB .. Harry ..

Tout à fait d'accord, le cahier des charges est incontournable. En l'espèce, il s'agissait d'une salle de bains individuelle. -:)

Clayton Christensen énonce :" Plus la technologie novatrice que l'on a inventée a du succès, moins on peut la réserver à ceux qui utilisent vos produits. tôt ou tard, elle migre sous des cieux plus ouverts."

Question du Chat de Gelluck : Le RPVA est-il à l'abri ?

C'est une plaisanterie, bien sûr, il faut bien se détendre.

Nom: 
CUIF
Site: 
http://www.cuifavocats.com

Oh, un sujet sur le RPVA que je découvre après tout le monde ??? (ben oui, quand on aime l'informatique, même si ça ne marche pas, on aime quand même !)

Attention, si le ZIP ne vous sert pas, il peut servir à d'autres. Il ne faut pas remplacer la fonction, mais en ajouter une autre. Remplacer ce n'est pas bon si la fonction peut convienir à certains utilisateurs. REgardez par exemple, ils viennent de changer l'envoi des PJ : certes, on a plus à "ajouter" la PJ, ce qui est bien, mais en même temps, il ont viré le glisser/déposer qui était bien pratique.

Le zip sert notamment pour enregistrer en zip les AR qu'on a vérifiés mais dont on ne se sert pas. J'enregistre le zip, je renomme et c'est fini.

Pour les fichiers dont j'ai besoin, sous linux, il suffit d'ouvrir l'objet téléchargé avec le lecteur d'archive et on décompresse le tout à la volée. Il ne reste plus qu'à renommer les dossiers existants.

Donc, attention à ne pas casser toutes les fonctions ! ;)

Nom: 
CUIF
Site: 
http://www.cuifavocats.com

d'abord par la date, ensuite le numéro de dossier. Donc même en cas d'erreur de classement, on le retrouve facilement avec la fonction de recherche associée à n'importe quel gestionnaire de fichiers.

Nom: 
CUIF
Site: 
http://www.cuifavocats.com

Au niveau de Paris, c'est bien. Mais au niveau national ça serait mieux. Surtout qu'il y a des diversités dans les structures informatiques des avocats. J'en suis l'un des exemples puisqu'il n'y a pas un poste sous windows ou mac chez moi. Et j'ai monté le boitier Navista de telle sorte que même coupé ou HS, ça ne perturbe pas le fonctionnement du cabinet. Mais pour y parvenir, ce n'est pas le CNB qui a proposé des solutions... Même le support N2 du CNB n'avait pas pensé qu'on ne voudrait peut être pas mettre un boitier espion en tête du réseau.

De toutes façons, quand on sait que le rapport Hattab pointait que le CNB n'avait même pas les sources, ça en dit long...

Nom: 
CUIF
Site: 
http://www.cuifavocats.com

Oui, un bon fofo RPVA aurait été plus opportun que de faire la doublette sur un réseau social...

Nom: 
CUIF
Site: 
http://www.cuifavocats.com

Bon, j'ai tout lu, ajouté mes commentaires ça et là et le plus simple c'est de commencer par un forum ! ce qui m'évitera de faire des articles à n'en plus finir sur les bogues du RPVA avec des tutos pour pouvoir s'y connecter !

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA