Aug
23
Avocats afghans, immigration choisie.

Dès la chute de Kaboul, des confrères ont manifesté leur préoccupation pour le sort de les avocats afghans. Ils ont appelé à la solidarité de la profession à leur endroit. Nos institutions ont répondu en se mobilisant. Elles ont saisi les ministères de la Justice et des Affaires étrangères de leur demande à laquelle il a été répondu très favorablement. Promesse est faite d'accueillir nos confrères afghans, de leur trouver un logement, une prise en charge momentanée ou plus longue si nécessaire afin de les insérer dans notre société. Évidemment cette générosité n'éteint pas l'action en faveur de tous les avocats en danger dans le monde. Les organisations professionnelles et des Barreaux européens sont joints à cette dynamique.
J'ai suggéré dès avant sur twiter que cette politique puisse trouver un financement accessible auprès des 70 000 avocats français en augmentant de 100 euros par mois la cotisation du CNB, ce qui permettrait de mobiliser 84 000 000 d'euros par an. Il suffirait, à 10 euros et plus le paquet de cigarettes, de fumer moins, ou d'éviter deux, trois soirées bières charcuterie fromages tous les mois, pour faire face à cette dépense tout en améliorant sa santé. Lue près de 300 fois, ma proposition n'a pas fait l'ombre d'une remarque, ni de retwit ajouterai-je. Encouragé, j'ai proposé d'approuver ou de rejeter par un sondage ma proposition.  Même nombre de vues, 8 votants, 85% d'approbation !
Et pour tout commentaire, le même vide. Que dire de plus ?

Plus personne ne parle de nos confrères afghans à part le CNB qui mène une action qu'il faut saluer pour le personnel judiciaire afghans et pas seulement nos confrères. C'est le principal. L'important dans ces dossiers n'est pas de faire du bruit.

Mais les appels à recevoir tous les afghans ici en prétendant qu'ils partagent nos valeurs ont surgi de tous les rangs militants de la bienpensance, quotidiennement depuis.
Et là, les chiens sont lâchés. On omet ne serait-ce que l'expérience depuis trente ans du nord de Paris en la matière. Des émigrés de l'Est utilisent des migrants afghans en ce moment même pour y vendre les cigarettes de contrebande (des dizaines de milliers de personnes meurent en France du tabagisme actif et passif). Délit douanier puni de cinq ans de prison remplacés par "connu des services de Police". On est dans l'émotion, l'effet d'annonce, la surenchère, l'aveuglement, l'inefficacité dans la posture. Sans regarder ce que les Républiques démocratiques font, nous pourrions nous inspirer d'Israël, du Portugal, de l'Australie, en matière d'immigration. Les Hmongs établis en France après 1975, personne n'en parle. Effectivement, il n'y a pas de raison de le faire. Les problèmes liés à l'immigration sont bien une question de populations, de leurs comportements, des valeurs bien partagées ou pas, en terme de nombre et non de flux, de notre capacité réelle d'accueil, d'insertion et celle d'assimilation des arrivants. Quand tout cela sera-t-il mis sur la table sans tabou pour une politique qui ne s'enliserait pas dans le juridisme alibi pour justifier la lâcheté d'un État. L'État de droit, c'est le pouvoir. C'est lui qui fait la légalité.

"A un moment ou à un autre se posera aussi la question des équilibres entre nos ambitions et les ressources dont nous disposons".

Sauf que personne ne veut poser ces questions car sinon, il faudrait formuler des réponses et s'en donner les moyens politiques puis financiers. Ce que j'ai proposé.

Plus facile de laisser filer à charge des autres. C'est bien mieux que Ponce Pilate: j'ai des principes ou une lâcheté, débrouillez-vous avec.

Concrètement, nous sommes face actuellement à un phénomène connu: celui de l'escalade de l'engagement. C'est un comportement humain dans lequel un individu ou un groupe confronté à des résultats de plus en plus négatifs d'une décision continue néanmoins le même comportement plutôt que de le remettre en cause ou/et de changer de cap.

Nos administrations savent dans tous les domaines s'enferrer comme cela.
Nos intellectuels aussi. Tous détestent l'échec. Ce faisant, ils s'y enfoncent plutôt que de renoncer. Et nous savons tous que cela se termine en fiasco. "Ce n'est que le début, encore et encore, d'accord, d'accord."

Pour nos confrères afghans, soyons pragmatiques et responsables, faisons exception. Ne soyons pas dupes toutefois. La mobilisation financière que je propose ne suffira pas à recevoir tous les confrères en danger dans le monde et leur famille. Au moins les membres des Barreaux auront contribué personnellement aux conséquences de leurs principes.

C'est mieux de critiquer finalement l'inaction du gouvernement. Je prends les paris.

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
Gilles Huvelin

Immigration et démographie urbaine: les cartes de France Stratégie et de l'INSEE, organismes d'Etat:

https://www.causeur.fr/immigration-et-demographie-urbaine-les-cartes-a-p... via @causeur

Site: 
guillot-pars

Que nos confrères afghans luttent en Afghanistan pour l'évolution de leur société.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA