Jul
30
BLOGOSPHERE

Je trouve beaucoup de réponse à des problèmes de techniques juridiques en lisant les blogs des confrères qui offrent un éventail très large de connaissance, d'expérience et de pratique. Ceux qui exercent moins sont tentés par le militantisme et pratiquent le poils à gratter. C'est une bonne chose d'amener les confrères à lever le nez de leurs dossiers.Je trouve aussi des anecdoctes savroureuses, drôles, parfois émouvantes qui nous rappellent que nous vivons ensemble un métier qui nous rapprochent mais nous isole aussi. Les blogs nous font partager. Les justiciables sont aussi nos lecteurs lorsqu'ils cherchent à comprendre un problème de droit. Nous avons un devoir d'information également "pro bono". La diversité des blogs fait la richesse du barreau. C'est un peu la vitrine de notre profession au-delà de la présentation de l'activité de nos Cabinets. C'est aussi le lieu d'une réflexion toujours renouvelée sur l'évolution de notre métier. Ce n'est pourtant pas les articles les plus lus. Il est fort possible que la profession n'ait plus le temps de la prospective et que son avenir la préoccupe moins que son quotidien stressant. Il est possible alors que demain notre métier devienne celui de nouveaux professionnels du droit favorisés par la volonté de Bruxelles de mettre fin à des monopoles d'exercice dont l'exigence se justifierait moins sinon au terme d'une démonstration dialectique.

Il est fort à parier que l'invocation des grands principes finissent par lasser et ne plus protéger ce que d'autres considèrent sous la pression économique et politique comme un pré-carré. Ne nous voilons pas la face, Ne nous drapons pas dans notre robe. Regardons ce qui se passe aux Etats-Unis et leur pratique de la passerelle entre le statut d'avocat et de juristes d'entreprise, tous étant inscrits au barreau de leur Etat, regardons au-delà des Pyrénées les avocats en entreprise où cela ne pose pas de problème, Regardons ce qui se fait en Angleterre et au Pays de Galle dans lesquels il n'existent que deux structures professionnelles au niveau national, la liberté du démarchage et de la publicité, et la liberté d'exercice. Tout cela appoprte des arguments aux dérégulateurs. Préparons-nous à l'évolution du monde du droit, ce qui implique de penser autrement nos Cabinets, nos structures, et si nos caciques engoncés dans l'apparence du pouvoir et leur vieilles lunes le veulent bien la gouvernance de notre profession.

Commentaires

Nom: 
CB
Site: 
http://

C'est pratique et vivant.

Et j'ai trouvé plus d'une idée de publication, notamment sur ton blog ou celui d'Albert, toujours à l'affût de la jurisprudence récente...

Une collaboration effectivement enrichissante pour chacun ...

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA