Oct
12
C'est fait ! Nous y sommes. Quel bonheur...

Un excellent article sous la signature de Monsieur François COUPEZ, avocat à la Cour de Paris sous le titre « Responsabilité juridique et continuation d'activité pendant la pandémie grippale : petit exercice prospectif; » nous dit en presque 6 pages dans le numéro 41 du 8 octobre 2009 de l'hebdomadaire « Entreprise et affaires » de la Semaine Juridique tout ce que devons faire supporter à nos entreprises clientes ou adversaires face à la perspective de la grippe H1N1( et pire l'année prochaine avec le mutant de la grippe porcine ET aviaire ?).La catastrophe du BHOPAL oubliée d'ailleurs malheureusement, ce n'est rien à coté !

Avec beaucoup d'humour par omission (l'auteur ne dit pas comment son Cabinet s'est lui-même préparé à supporter l'analyse de la situation juridique qu'il commente) notre confrère fait une étude exhaustive des effets juridiques de l'interprétation des circulaires et textes sanitaires en vigueur à la lumière de la jurisprudence de la Cour de Cassation.

Nous redoutions que la conception américaine du droit, dont le but est de pomper l'air à ses contemporains et leurs avoirs, traverse l'Atlantique, et bien, bonne nouvelle, c'est fait.

L'entrepreneur responsable de tout et de la santé de ses employés avec une responsabilité de résultat peut jeter ses clés. De rares ilots de prospérités économiques subsisteront dans des pays en voie de développement jusqu'au moment où les juristes y arriveront pour imposer la sécurité juridique.

Car le vrai problème des sociétés développées ce sont les juristes qui sortent par milliers chaque année des universités pour devenir conseillers de ministère, juges, avocats, universitaires, douaniers, syndicalistes, spécialistes des brevets, en bref noircisseurs de textes sous formes de circulaires, arrêtés, décrets, lois, conventions internationales, conventions collectives, contrats d'adhésion, articles de doctrine, jugements et arrêts (avec ou sans fausse barbe),...tout ce qui justifie leur existence sur terre en rançonnant leur contemporains sous l'alibi de faire respecter le droit en rendant la vie de leurs contemporains impossible notamment s'ils sont employeurs, pire, industriels !

Et le bonheur ne serait pas parfait s'il en était pas de même avec les psys qui sortent tout aussi nombreux chaque année sur le marché du travail. Nous n'avons plus rien à envier à nos amis américains. Nous sommes une société enfin évoluée et en plus nous avons conservé nos énarques. Rien ne nous résiste !

Agrippons-nous.

Mots-clés: 

Commentaires

mais à quoi?

A l'humour... nos vies sont vides comme des oeufs.

donc comme une coquille ???

Je voulais simplement (?) évoqué la vanité de nos existences.... Elles sont pleines mais de vide en réalité.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA