Jun
30
C'est génial ! tout bonnement génial !!

 LE CONTOUR DES NOUVELLES TAXES SUR LA RÉSIDENCE PRINCIPALE SE PRÉCISE

Il aurait été décidé d'explorer la possibilité d'instaurer le nouvelles taxes sur la résidence principale des Français lorsque le propriétaire a remboursé son emprunt et qu'il occupe son propre logement .

Les milieux autorisés souhaitent ainsi soumettre les « revenus fictifs » ( absence de loyer pour les millions de propriétaires ayant remboursé leur emprunt) à l'impôt sur le revenu.

En effet, occuper un logement dont on est propriétaire (sa résidence principale) rapporte un revenu fictif ( le loyer que l'on ne paye pas). Et de même que les intérêts des placements, ces loyers fictifs devraient être imposés sur le revenu, après déductions des intérêts d'emprunt.
Cette nouvelle taxe sur les propriétaires après le remboursement de leur emprunt rapporterait 5,5 milliards d'euros par an.

Les propriétaires vont donc bientôt devoir verser un loyer à l'Etat après le remboursement de leur emprunt ?

Le FIGARO:
http://www.lefigaro.fr/immobilier/2013/09/12/05002-20130912ARTFIG00542-les-proprietaires-occupants-pourraient-payer-une-taxe.php

L'EXPRESS:
 http://votreargent.lexpress.fr/publi/fiscalite-les-proprietaires-occupant-leur-residence-principale-bientot-taxes_341947.html

LA TRIBUNE:
http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20130918trib000785790/imposition-des-loyers-fictifs-mais-ou-va-t-on-.html

Le POINT:
 http://www.lepoint.fr/economie/proprietaires-pourquoi-il-faut-vous-faire-payer-un-loyer-11-09-2013-1723331_28.php

EXEMPLE : VALEUR LOCATIVE DE MA MAISON/ 1000 EUROS
 LOYER FICTIF / 1000 X 12 : 12000 euros
TAXATION SUPPLEMENTAIRE / 12000 X 60 ,5% (45% IRPP plus 15,5 prélèvements sociaux revenus fictifs du patrimoine ) : 7260 euros d' impôts complémentaires.

C'est tout à fait génial car c'est la panacée pour éviter de réduire tout de suite  le nombre de fonctionnaires, tout en permettant d'éluder un peu plus la réforme de l'Etat,tout en se payant le luxe de ne pas affronter la baisse des recettes  fiscal engendrée par l'augmentation du chômage,  qui ne diminuera pas tant que la possibilité réelle de licencier n'existera pas.
 

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA